Rougeole en Aquitaine : un décès et une indécente « récupération » de propagande vaccinale

 

Une jeune femme sévèrement handicapée par son obésité morbide (elle ne sortait plus de chez elle) serait décédée des complications de la rougeole au CHU de Poitiers en Février 2018.

Peu d’informations ont filtrées ; le dossier médical est probablement complexe.

Respectons la victime et sa famille ! Merci !

Comme cette jeune femme n’était pas vaccinée, les lapins crétins en profitent pour déverser des tonnes de « bonne conscience » vaccinaliste et antiscientifique.

Vous n’aurez pas de commentaires superflus et indécents de ma part !

Je ne suis en effet ni ministre, ni journaliste ; mais un peu nauséeux quand même face à ce déferlement d’idioties…

Restons factuels :

1- la rougeole mortelle avait quasiment disparu du territoire avant la vaccination de masse.

2- la rougeole adulte et celle du nourrisson sont apparues depuis la vaccination de masse.

3- la rougeole adulte et celle du nourrisson sont plus dangereuses que celle de l’enfant.

4- la rougeole adulte mortelle est une conséquence de la vaccination de masse.

5- outre les complications individuelles de la vaccination, il serait urgent de tenir compte des complications communautaires de la vaccination, par exemple le phénomène de déplacement.

6- ce phénomène de déplacement  correspond aux déplacements de l’âge des victimes de la rougeole. Autrefois, la rougeole se vivait à l’école primaire : maladie bénigne de l’enfance ; mortalité faible (ou nulle) en relation avec des cas d’immunodéficience primitive ou secondaire qui nécessitaient des traitements avec des immunoglobulines.

L’hystérie vaccinaliste qui suit ce décès à Poitiers est prototypique de la Société du Spectacle : l’inversion cynique de la réalité des faits.

On accuse l’absence de vaccin alors qu’il faut questionner la vaccination de masse, les concepts de couverture optimale et de vaccins altruiste. Comme discuté dans mon billet précédent.

La dramatisation indécente de ce cas fait oublier la réalité des faits :

- nombre décès par rougeole par an en France : 1

- nombre décès par tuberculose par an en France : plus de 500

- nombre décès par maladies cardiovasculaires par an en France : plus de 100 000 !

Cela étant dit, on fait quoi ? On réfléchit peut-être ?

Je crains que ce soit beaucoup demander à ceux qui ont la tête dans le sac !

Une priorité absolue : ne pas politiser la Santé Public !

 

 

 

 

 

 

 

107 réflexions au sujet de « Rougeole en Aquitaine : un décès et une indécente « récupération » de propagande vaccinale »

      1. Géd
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Santé publique bien sûr, comme dans fonction publique ! Mais on dit le secteur public…

        Dans le cas présent « publique » est un adjectif féminin (il s’accorde avec santé), le masculin étant « public » (comme dans intérêt public) ; par ailleurs le mot « public » est également un nom masculin (le public, les publics)

        Répondre
    1. Jabeau
      En réponse à : Charles

      Bonjour,
      A propos de la santé du public français, j’ai été surpris de voir deux sites qui n’ont rien à voir mais qui peuvent prêter à confusion:
      D’une part le site officiel Santé publique France, né du regroupement de l »InVS, l’Inpes, l’Eprus et de l’Adalis le 1er mai 2016. C’est (je cite) l’agence de santé publique au service des populations. Un exemple d’article présent sur ce site officiel , celui sur la rougeole écrit en 1997 (http://invs.santepubliquefrance.fr/publications/rougeole/index.html). Je fais confiance à ce site scientifique avec un lien vers le BEH par exemple.
      D’autre part un site privé (http://www.lasantepublique.fr/) édité par Nativiz, représentée par Henri Tillinac, directeur des publications, au 31 rue Albert Pitres, 33000 Bordeaux. C’est (je cite) une ‘agence spécialisée dans la conception, la production, la publication et la diffusion de contenus ‘native’, intégrés et ciblés à leur environnement et aux besoins stratégiques de nos clients’. Un exemple d’article présent sur ce site commercial concerne le bon vin :(http://www.lasantepublique.fr/lutter-contre-la-depression-avec-un-verre-de-vin-par-jour/).
      Un site du même nom (lasantepublique.fr) était autrefois (avant 2015) édité par la société ‘Frontline Publishing LTD’ basée à Hong Kong. Une société du même nom a été dissoute le 12 mai 2015. Je me demande quels sont les objectifs poursuivis par ce site dont les infos relèvent plus du spectacle que de la science.

      Répondre
  1. MT

    Sur l’épidémie de rougeole
    http://hippocrate-et-pindare.fr/2018/02/18/questionnement-sur-lepidemie-francaise-de-rougeole/

    Je cite:

    «  » Une étude de l’INVS de 2013 nous apprends que 99.5% des adultes de plus de 40 ans ont des anticorps protecteurs contre la rougeole (tableau 3 page 530). Or la vaccination contre la rougeole n’existait pas dans leur enfance. »
    Qu’attend-on comme bénéfice en recommandant la vaccination de ces même personnes?
    En d’autres terme que nous dit la science sur l’intérêt de vacciner les adultes de plus de 40 ans sachant que 99.5% d’entre eux sont protégés contre cette maladie?

    La vaccination contre la rougeole est une vaccination avec un vaccin contenant un virus vivant atténué.
    Il est reconnu que après vaccination contre la rougeole il se produit une période de plusieurs semaines où il existe une diminution des défenses immunitaires chez le sujet vacciné. Cela est vrai pour toutes les vaccinations mais surtout pour celles avec un virus vivant.

    Quel est l’intérêt de provoquer une baisse de l’immunité du fait de la vaccination dans toute une population où circule un vaccin sauvage très contagieux et très virulent?
    En d’autres terme, y-a-t-il un bénéfice réel à vacciner plutôt qu’à ne pas le faire? »

    Se pose aussi la question de la définition d’une épidémie:
    « Phénomène pernicieux, nuisible qui atteint un grand nombre d’individus  »
    Je cite à nouveau:

    « Mais pour rester factuel l’INVS nous apprend qu’en 2017, il y a eu 519 cas de rougeole déclarés sur le territoire national. Est-ce que cela en fait une épidémie ou n’est-ce pas plutôt des cas sporadiques qui correspondent à la circulation d’un virus?

    Il est intéressant de noter que dans ce document publié sur le site de l’INVS, qui affirme l’actualisation des données au 12/02/2018, il n’est pas possible de savoir le nombre de cas déclarés en 2018. Une partie de l’information manquante nous est fournie par le journal Sud Ouest (269 cas pour 209 cas en Gironde) au 13/02/2018. Pour mémoire, la Gironde compte une population de plus de 1.5 millions d’habitants ce qui fait si mes calculs sont exacts 0.014% de sa population touchée par la rougeole. Épidémie vraiment? »

    Répondre
Commentaires : page 3 sur 3«123

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.