AUTISME, IMMUNITE ET VACCINS

 

Des travaux remarquables, quoiqu’il s’agisse d’épidémiologie d’observation [mais peut-on faire mieux en recherche clinique sur ce sujet ?], viennent récemment conforter ceux qui défendent la théorie que certains cas d’autisme [ou ASD pour Autism Spectrum Disorder en anglais] sont des maladies du système immunitaire.

Comme la vaccination, quelque soit sa forme et son mode d’administration, est une agression du système immunitaire, nous voilà à nouveau sur la piste « les vaccins favorisent l’autisme ».

Je recommande les deux articles parus le 8 Juin 2018 dans le journal de la Société Américaine des Médecins (ou JAMA).

Le premier (ci-dessous) analyse les associations entre ASD et allergies de type varié, notamment les allergies alimentaires.

ASD & allergy 2

C’est une magnifique étude impliquant presque 200,000 enfants américains et les données médicales et biologiques ont été récoltées entre 1997 et 2016.

Sans l’ombre d’un doute, il existe des associations très significatives entre ASD et des allergies alimentaires, respiratoires et cutanées. Dit autrement, la probabilité qu’un enfant autiste soit aussi allergique est beaucoup plus élevée que parmi les enfants non autistes.

Qui dit allergie dit dysfonction du système immunitaire.

Comme nous sommes en épidémiologie d’observation, la causalité n’est pas démontrée et encore moins le sens de cette causalité : sont-ils plus souvent autistes parce qu’ils sont plus souvent allergiques ?

Cela dit, des modèles expérimentaux (à considérer avec beaucoup de prudence) ont montré que la dysfonction immunitaire pouvait provoquer des syndromes neurologiques ; et pas l’inverse.

Ce serait être de bien mauvaise foi que de prétendre que dans cette étude l’autisme ait provoqué des allergies…

Par contre, il y a peu de doute que les vaccinations soient à l’origine de maladies allergiques. Il est d’ailleurs recommandé aux vaccinateurs d’identifier toutes les formes d’allergie qui pourraient donner lieu à complication post-vaccinale. Mais, rien n’est fait pour clarifier cette question ; au contraire, tout est fait à tous les niveaux académiques pour essayer de « camoufler » ces complications des vaccins ou au moins les minimiser de telle sorte que les médecins ne soient pas alertés ou aient tendance à les négliger selon la formule désormais célèbre : « cet effet supposé du vaccin n’est pas dû au vaccin, ce n’est qu’une coïncidence ! »

On résume : les vaccins provoquent des allergies et les allergies sont associées aux (probablement favorisent les) troubles autistiques.

Cette remarquable étude épidémiologique est accompagnée d’un non moins remarquable éditorial (ci-dessous) dont je recommande aussi la lecture attentive pour les raisonnements mais aussi pour la profonde humanité dont il témoigne.

immune & ASD 1

 

 

 

Avec beaucoup de prudence, l’auteur reconnait que désormais nous devons accepter que, au moins dans certains cas, les ASD sont des maladies du système immunitaire.

C’est une étape fondamentale sur la route qui mène inéluctablement à la vérification-validation de la théorie liant les vaccins aux ASD.

Ceux qui l’auront longtemps niée (par ignorance, bêtise ou simplement du fait de leurs liens avec l’industrie des vaccins) auront droit, comme disaient les doux soixante-huitards d’une époque révolue, aux poubelles de l’Histoire. Nous sommes historiens et nous avons bonne mémoire…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

159 réflexions au sujet de « AUTISME, IMMUNITE ET VACCINS »

  1. Benoit

    Bonjour,

    Un peu HS mais un thread qui raconte la version « alternative » de l’histoire de la polio aux USA… https://twitter.com/forrestmaready/status/1005127713848463361

    Je l’ai envoyé a CMT… Selon elle c’est « spéculatif » et c’est orienté intellectuellement et idéologiquement dans l’unique but de prouver inefficacité du vaccin polio…

    elle a du passé a coté des faits qu’avant la vaccination anti polio

    - 25-75% des polio n’avaient pas de poliovirus…
    - la methodologie du diagnostique a évolué (on est passé de 24h de paralysie d’un membre pour être diagnostiqué polio a 60j de paralysie necessaires pour être diagnostiqué polio… puis une confirmation virologique a été requise… ce qui a baissé mécaniquement l’incidence « polio »…)

    Bref…

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Benoit

      La polio est très difficile à étudier ; mais de nombreuses données permettent aujourd’hui d’en clarifier l’histoire récente (20ème siècle) ; vous en aurez la primeure en lisant un de mes prochains livressur les vaccins…

      Répondre
      1. Dreamer
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Bonjour docteur.

        Que pensez vous des courbes et données du célèbre bouquin de Thomas mc keown « the role if medicine » ? Il y a de longs passages sur les « anciennes » maladies infectieuses comme la variole, la polio etc… (et il montre notamment que pour de nombreuses maladies, les vaccins n’ont été pour à peu près rien dans l’éradication de la mortalité infectieuse)

        Répondre
          1. Dreamer
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            En fait je vous interrogeais sur le sujet des données de ce livre car parmi les rares maladies pour lesquelles les vaccins ont semblé efficaces il y a la polio.

            Donc je me demandais si vous aviez déjà lu ce livre et ce que vous en pensiez vu que c’est à ma connaissance le seul bouquin qui traite de l’ « influence » de la médecine au XX ème siècle dans sa globalité

          2. Dreamer
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Oui. D’ailleurs ce que j’ai apprécié dans le livre c’est que l’auteur reste globalement très prudent et a bien conscience de la faiblesse des données supportant les différentes théories mises en jeu.

            En tous cas il semble n’y avoir qu’un nombre très très restreint de vaccins ayant eu une influence réelle sur la chute de la mortalité infectieuse au XX ème siècle.

        1. Bernard G
          En réponse à : Dreamer

          Pour la variole je vous donne ce que je pense être la « bonne réponse », après il faut la démontrer, ce que je ne vais pas faire ici :
          Réalisé à une distance suffisante de la contamination, le vaccin antivariolique avait une certaine efficacité protectrice, vérifiée sur des singes. Nonobstant bien sûr,les problèmes liés à la production industrielle du vaccin, à son transport, à la chaîne du froid et aux conditions d’inoculation.
          Par contre, si le délai entre la vaccination et le contage devenait trop court, alors c’était l’inverse avec 2 conséquences :
          1- si le vacciné n’était pas immunisé au préalable (ancienne variole ou ancienne vaccination), il faisait une variole plus grave que sans cette vaccination « à chaud ». Cela se traduisait en particulier par un accroissement des formes graves, constaté dès le 19è siècle et donc de la mortalité chez les malades (létalité). Pratiquement constaté expérimentalement chez des singes
          2- Si le vacciné était déjà immunisé par une ancienne vaccination ou variole, il faisait alors la maladie qu’il aurait évité sans cette vaccination supplémentaire. Résultat : amplification considérable des épidémies comme constaté sur le terrain. En Inde on est passé de 12500 cas notifiés en 1970 à 188000 en 1974 avec la systématisation de la vaccination des contacts. Comme ils étaient isolés, l’épidémie s’arrêta soudainement l’année d’après en 1975.
          http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2013/10/16/28149160.html

          Répondre
      2. Benoit
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Ah, bientôt de la lecture intéressante en vaccinologie…

        Ce n’était pas un (seul) livre dont vous parliez il y a quelques mois ? Ce sera plusieurs ?

        une idée de quand sort le premier ?

        Répondre
          1. Inoxydable
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Ah ? Je pensais que c’était en ai. On m’a offert une carte cadeau « Cultura » entre autre pour mes 70 balais, je contais en profiter. Bon , j’attendrai octobre avec impatience.

    2. Bernard G
      En réponse à : Benoit

      De manière générale, sur l’efficacité potentielle des vaccins polio on peut au moins dire ceci :
      1- Pour le vaccin inactivé injectable, il produit des anticorps humoraux.
      2- Le vaccin oral à virus vivant produit 2 « immunités », l’une humorale par les virus vaccinaux qui passent la barrière intestinale (donc, a priori même protection que l’injectable) ; l’autre intestinale mais pas dès la première ingestion, en ce sens qu’au moins à la première ingestion vaccinale, des virus vaccinaux partent avec les selles et se retrouvent là où elles iront : sur une poignée de porte, dans l’eau d’une rivière …
      Ces virus ne peuvent se maintenir dans l’environnement sauf s’ils sont à l’abri, par exemple dans un débris d’excréments humains.
      En l’absence d’assainissement ils pourront contaminer des êtres humains, se combiner avec d’autres entéro-virus et retrouver ainsi une virulence égale à celle des virus sauvages.
      Ainsi, en l’absence de traitements des eaux usées, la vaccination polio orale, dans les intestins de millions de personnes, aura substitué aux virus sauvages des virus dérivés de souches vaccinales ayant les mêmes capacités de circulation (selon l’environnement) ainsi qu’une capacité à retrouver la même virulence .
      Ce qui est prévu ce ne sera pas l’éradication de la polio mais des 3 virus sauvages. Pour le type 2 ce fut officiellement annoncé en septembre 2015 par l’OMS. Simultanément, un peu avant et après, des paralysies par des virus dérivés de souches vaccinales de type 2 se sont produites.
      Quand les 3 virus sauvages auront été éradiqués, l’OMS annoncera officiellement leur éradication, tout le monde dira que la polio a été éradiquée par la vaccination et l’OMS ne démentira pas. Pour tenter d’éviter des paralysies par de tels virus polio et après avoir laissé croire que la polio avait été éradiquée, l’OMS demande de puis au moins 2016, que les 145 pays qui utilisent le vaccin oral ajoutent au moins une vaccination polio injectable dans leur programme.
      Cette recommandation démontre que l’OMS a en réalité renoncé à éradiquer la polio puisqu’il est impossible d’empêcher les virus polio de circuler par le vaccin injectable et que les vaccins oraux en remettent en circulation. Pour cette raison, l’usage de ces vaccins devrait être arrêté après l’éradication des virus sauvages, comme cela est déjà fait pour le type 2.

      Répondre
      1. President de la ligue antivaccinale
        En réponse à : Bernard G

        « …Après l’échec retentissant du vaccin Salk (Au Massassuchets, 75 % des cas paralytiques avaient pourtant reçu 3 doses ou d’avantage du vaccin), une parade géniale fut trouvée pour sortir l’industrie du médicament du pétrin (« Life science ») : on décida de nouvelles normes pour l’établissement du diagnostic de la polio.
        Pr. GREENBERG
        ______________________
        Echecs du vaccin,les chiffres parlent
        REGION CONCERNEE
        Nbre de cas par an avant la vaccination Nbre de cas par an après la vaccination
        MONTREAL moins de 100 cas 521 cas, 27 morts
        OTTAWA 64 cas, 7 morts 455 cas, 41 morts

        (Dans tout le Canada, il y eu 7 fois plus de cas de paralysie accompagnés d’un plus haut taux de mortalité, après utilisation du vaccin.)
        Nbre de cas par an avant la vaccination Nbre de cas par an après la vaccination
        DETROIT 226 cas 697 cas
        ETATS-UNIS 5’987 cas 8’531 cas
        3’090 paralysés 5’661 paralysés

        (En Caroline du Nord et au Tennessee, où la vaccination était obligatoire, il y eut une augmentation de 400%.)

        20 Sept.1953 OMS: « Les efforts pour controler la Polio sont en echec complet »
        Elle comdamne toutes les injections à large échelle.
        September 20, 1953, The United Nations World Health Organization Committee reports, « Efforts to Control Polio Complete Failure » and condemns. any large scale intramuscular injections.

        20 Sept.1953 OMS: »Les efforts pour controler la Polio sont en echec complet »
        Elle comdamne toutes les injections à large échelle.
        September 20, 1953, The United Nations World Health Organization Committee reports, « Efforts to Control Polio Complete Failure » and condemns. any large scale intramuscular injections.

        Répondre
        1. Dreamer

          Bah le coup des critères de diag c’est classique non ? Marc Girard a expliqué sur son blog comment pour empêcher l’émergence d’un signal statistique les autorités sanitaires ont resserré les critères de diag de la sep, et malgré ça après la campagne de vaccination HB, le nombre de sep a plus que doublé

          Répondre
        2. Bernard G

          Oui, cela date de 1953, à une époque où le vaccin polio était encore expérimental et oùl’ on n’hésitait pas à expérimenter sur les populations avec de très graves conséquences comme le vaccin expérimental de Hilary Koprowski cultivé sur rein de Chimpanzé et utilisé sur 1 million d’Africains, ce qu l’OMS avait dénoncé à l’époque.

          Il n’y a aucun doute sur ces 2 points quels que soient les démentis. J’ai analysé [1] les différents éléments de l’énorme polémique qu’avait déclenché l’ouvrage du journaliste Hooper « The River » qui se rapporte à la rivière Lindy au Congo Belge, près de laquelle avait été installée une chimpanzerie avec des pancartes « POLIO » sur les grillages (vers 1957). Tout cela avait été filmé à l’époque et présenté sur France 2 dans un documentaire toujours visible (lien dans mon article [1]). Ce qui n’empêcha pas Koprowski d’affirmer qu’il n’avait jamais utilisé de chimpanzés mais des singes des Philippines et de l’inde.
          Comme il est certain que le vaccin était préparé dans un laboratoire belge situé au Congo à proximité de cette chimpanzerie (« on mettait des étiquettes vaccin polio » raconte un infirmier africain …), il est particulièrement crédible de croire que Koprowski faisait venir au Congo des singes venus de l’Inde pour préparer son vaccin et ce à 2 pas d’une chimpanzerie avec des pancartes « POLIO » !!!…!!! (faudrait mettre combien de points d’exclamation ?)

          De plus, les campagnes de vaccination antivariolique des années 1970 conduites dans la région avec une aiguille bifurquée qui n’était pas à usage unique ont sans doute contribuer à répandre le VIH très vraisemblablement introduit chez l’homme par ce vaccin expérimental sur chimpanzé.

          Didier Raoult page 92 de son livre « La vérité sur les vaccins » :
          « ces campagnes de vaccination réalisées en Afrique avec des aiguilles qui n’étaient pas à usage unique et qui ont diffusé dans les populations l’hépatite B et C et sans doute favorisé l’infection par le VIH. Chape de plomb sur le sujet. »

          [1] http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2016/09/15/34324997.html

          Répondre
          1. Bernard G
            En réponse à : Bernard G

            Pour répondre à l’interrogation de Dreamer je dirai qu’il ne faut pas chercher à juger le livre mais regarder argument par argument, faits par faits, affirmations par affirmations.
            Par exemple quand il écrit (4è de couverture) que « le vaccin hépatite B est aujourd’hui lavé de tout soupçon » on peut avoir quelques doutes sur son propos.
            Quand il dit que le vaccin contre la varicelle devrait être généralisé (sans être obligatoire car il est contre les obligations) on peut aussi s’inquiéter : »avec ce vaccin on joue avec le feu à cause du zona » disait Lévy Bruhl aux journées de veille sanitaire de l’InVS de nov 2005.
            Quand il dit que le vaccin contre le méningocoque C est typiquement le vaccin à utiliser au cas par cas car sa balance bénéfice-risque est faible (il reconnait qu’il est loin d’être inoffensif) on peut penser qu’il a raison. D’ailleurs en 2007 Perronne disait la même chose aux journées de veille sanitaire de l’InVS avant de signer la pétition de 2017 en faveur de son obligation …
            Quand il écrit que le vaccin contre la rougeole a une efficacité beaucoup plus courte qu’on ne le pensait initialement, cela a été confirmé depuis longtemps. Il en déduit qu’il faut surveiller l’immunité des adultes tous les 10 ans par un test avant de les revacciner si besoin. Tout particulièrement ceux qui ont en charge de jeunes enfants qui peuvent ne plus être immunisés par leur mère, même si elle avait été vaccinée enfant. Pour lui, ce sont moins les enfants qui entre en crèche qu’il faut vacciner que les adultes qui s’occupent d’eux.

            Le 19 mars 2018 j’échangeais avec Roger Salamon sur une radio bordelaise. J’ai parlé de Raoult et de ses propos décoiffant. Il a d’abord répondu qu’il était contre tout ce que faisait le ministère avant d’ajouter « mais il a raison, il a raison ! » C’est sur youtube.

  2. President de la ligue antivaccinale

    Bulletin de l’Ordre de Juin

    Vaccination :comment repondre aux interrogations des parents?
    Ils sont à 100% pour les vaccins et 100% pour la coercition et la repression

    Effarant!

    Répondre
      1. Inoxydable
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Et dans tous les médias c’est le matraquage forcené, en ce moment c’est sur la rougeole ! Gaffe ! Elle est sournoise , vous attend dès que vous ouvrez la porte pour sortir de chez vous. Evitez avec horreur les enfants, ils vous transmettront cette maladie mortelle !

        Répondre
      2. Primevère
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Il m’est venue une idée, où alors je l’ai lu quelque part : pour les vaccins, c’est le syndrome du Titanic.
        Les « autorités », les « professionnels de santé », les « citoyens lambda, la plupart croient dur comme fer que les vaccins protègent des maladies et sont sans aucun danger.
        J’ai eu l’occasion de donner -modérément- mon point de vue récemment lors d’une discussion avec des amis, mais on m’a regardée comme si je délirais.
        Ils savent que je lis beaucoup et je leur ai dit que j’avais lu des livres, des articles, des témoignages sur les effets secondaires graves des vaccins, mais non. Celà m’a fait penser au syndrome du Titanic, à la CERTITUDE des gens que le Titanic était insubmersible.
        Mais il a coulé… alors j’attends avec impatience que les vaccins coulent aussi.

        Répondre
        1. Dreamer
          En réponse à : Primevère

          Moi quand on me dit que l’efficacité et l’innocuité des vaccins sont prouvées scientifiquement, si je veux couper court à la discussion je réponds simplement que j’ai pas de temps à perdre avec des gens qui savent pas lire une notice Vidal. Ça fonctionne aussi avec les médecins. T’imagines pas la quantité qui savent pas faire une recherche d’annexe 1 / RCP sur les sites de l’ansm ou de l’ema

          Répondre
        2. Bernard G
          En réponse à : Primevère

          La différence entre les vaccins et le Titanic est qu’avec les vaccins il n’y a pas de navire avec des gens dedans. Ou si vous voulez, le navire est invisible, c’est un système.
          On pourrait donner un exemple précis de cela : avec la campagne de vaccination pour éradiquer la variole, beaucoup de vaccinés sont allés au fond de l’eau. J’en parle dans un autre commentaire de ce jour sur ce fil. On sait ou du moins on peut savoir pourquoi mais on ne le reconnait pas publiquement. Au contraire, « on » affirme haut et fort, tout en sachant que c’est complètement faux, que la variole a été vaincue par la vaccination. Autrement dit, le navire est à flot et poursuit sa route triomphale alors que ce fut une immense catastrophe : accroissement considérable des cas de variole et des formes graves (mais étant isolés la transmission s’arrêtait) ; un nombre incalculable d’effets secondaires graves et très graves ; la diffusion des hépatites là où les aiguilles bifurquées n’étaient pas à usage unique (Asie, Afrique …) ; en plus, en Afrique la diffusion du VIH …

          Qui dit mieux ? Le navire vaccinal devrait être au fond de l’eau par 4000 mètres de fond ! Le problème est qu’il n’y a pas de navire, ou plutôt, étant un système, il est maintenu à flot par des déclarations fausses et ainsi il poursuit sa route triomphale.

          Répondre
          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Bernard G

            Merci, Docteur, pour toutes ces références et commentaires…
            J’ai particulièrement apprécié le recueil des données anciennes sur la vaccination antivariolique…
            On a été encore plus fous qu’aujourd’hui…

            Mais les anticorps facilitateurs permettent d’expliquer beaucoup de chose sur le virus de la variole et son vaccin…
            Sincèrement, merci, au nom de tous les visiteurs de ce blog !

  3. President de la LAV

    Documents Relating to the
    History of Medicine, Diseases,
    Therapies & Vaccines par —J. Brook
    1/18/2016
    Une compilation de 311 pages sur l’histoire de la vaccination et ses mefaits
    >Pour les érudits
    Comment cette pratique obscurantiste a-t-elle pu subsister ,après tous ses horreurs ?
    C’est la bonne question!

    Répondre
  4. MT

    De mieux en mieux, j’ai envie de hurler…

    https://www.conseil-national.medecin.fr/sites/default/files/cn_bulletin/2018-06-01/medecins_55_web.pdf

    Dans le dernier bulletin que l’Ordre des Médecins adresse à chaque médecin, on peut lire à la p27 du n° 55, à la question « Les parents ont-ils le droit de refuser de faire vacciner leur enfant? » ce conseil :

    « Le Cnom conseille ainsi aux médecins confrontés à cette situation d’indiquer sur le carnet de santé de l’enfant que c’est à la demande des parents que celui-ci n’est pas vacciné et de porter cette information dans le dossier médical. Le médecin peut par ailleurs contacter la cellule départementale de recueil, de traitement et d’évaluation des informations préoccupantes (CRIP) qui a pour mission d’évaluer la situation d’un mineur et de déterminer les actions de protection et d’aide dont il peut bénéficier. »

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : MT

      Délation, donc !
      Ne pas oublier que le Conseil a été créé pendant l’occupation ; et justement pour inciter les médecins à dénoncer les médecins juifs qui continuaient à pratiquer…

      Répondre
      1. herve_02
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        remplacement du précédent suite problème copié collé

        je conseille instamment de porter plainte, au conseil de l’ordre et à la police/gendarmerie.

        Le secret médical est la pierre d’achoppement : »Le respect de la vie privée et le secret médical sont deux droits fondamentaux du patient. Le secret médical s’impose à tous les médecins. Il couvre tout ce qui est venu à la connaissance du médecin dans l’exercice de sa profession, c’est-à-dire non seulement ce que lui a confié son patient, mais aussi ce qu’il a vu, entendu ou compris (article 4 du code de déontologie médicale, article R.4127-4 du code de la santé publique). La loi a cependant prévu certaines dérogations au secret médical (voir l’annexe des commentaires de l’article 4). »

        si on suit va lire les dérogations, je n’ai pas lu un seul truc de près ou de loin qui pourrait se rapprocher du refus de vacciner. je liste le début de cet argumentaire à la prévert..

        - Déclaration des naissances (article 56 du code civil)
        - Déclaration des décès (article L.2223-42 du code général des collectivités territoriales)
        - Déclaration des maladies contagieuses (article L.3113-1 du code de la santé publique)
        - Admission en soins psychiatriques (article L.3212-1 à L. 3213-10 du code de la santé publique)
        - Sauvegarde de justice (article 434 code civil ; article L.3211-6 du code de la santé publique)
        - Accidents du travail et maladies professionnelles (articles L.441-6 et L.461-5 du code de la sécurité sociale)
        - Pensions civiles et militaires de retraite et d’invalidité
        - Procédures d’indemnisation
        - Protection de la santé des sportifs et lutte contre le dopage
        - Sécurité, veille et alerte sanitaires
        - Sévices ou privations infligés à un mineur ou à une personne incapable de se protéger (article 226-14, 2° du code pénal).
        - Protection des mineurs en danger ou risquant de l’être.
        « Article L.226-2-2 du code de l’action sociale et des familles : « Par exception à l’article 226-13 du code pénal, les personnes soumises au secret professionnel qui mettent en œuvre la politique de protection de l’enfant définie à l’article L.112-3 ou qui lui apportent leur concours sont autorisées à partager entre elles des informations à caractère secret afin d’évaluer une situation individuelle, de déterminer et de mettre en œuvre les actions de protection dont les mineurs et leur famille peuvent bénéficier. Le partage des informations relatives à une situation individuelle est strictement limité à ce qui est nécessaire à l’accomplissement de la mission de protection de l’enfance. Le père, la mère, toute autre personne exerçant l’autorité parentale, le tuteur, l’enfant en fonction de son âge et de sa maturité sont préalablement informés, selon des modalités adaptées, sauf si cette information est contraire à l’intérêt de l’enfant. » »
        - Sévices permettant de présumer de la commission de violences sur une personne majeure (article 226-14, 2° du code pénal)
        - Dangerosité pour elles-mêmes ou pour autrui des personnes connues du médecin pour être détentrices d’une arme à feu ou ayant manifesté leur intention d’en acquérir une (article 226-14, 3° du code pénal)
        - Evaluation et plan personnalisé de compensation du handicap
        - Evaluation de l’activité des établissements de santé

        https://www.conseil-national.medecin.fr/le-secret-medical-1217

        on peut lire avec bonheur ce billet de wrinkler sur la relation médecin-patient ou il aborde le sujet.

        Répondre
        1. Dreamer
          En réponse à : herve_02

          Post à encadrer. Il faudrait trouver également les traités internationaux violés par cette loi d’obligation vaccinale. J’ai trouvé l’article 6 de la charte de la bioéthique et des droits de l’homme de l’UNESCO

          Répondre
          1. herve_02
            En réponse à : Dreamer

            La convention d’Oviedo ratifié en 2012 ‘Elle stipule également que toute personne doit avoir donné son consentement éclairé avant de subir une intervention, sauf en cas d’urgence. Elle peut retirer son consentement à tout moment’

    2. Emilio
      En réponse à : MT

      En même temps, ça fait depuis fin 2014 que la menace de totalitarisme médical se fait de plus en plus nette. Depuis fin 2014 est évoqué la possibilité d’un ÉLARGISSEMENT DES OBLIGATIONS VACCINALES. J’ai essayé d’expliquer à quel point la logique derrière l’obligation vaccinale était perverse et dangereuse.

      Est-il surprenant que la propagande, qui a largement mis en avant l’idée que la vaccination était « solidaire », qui a par la suite a imposé la « solidarité obligatoire », en arrive désormais à promouvoir la délation ? Non ! Les propos du cnom sont totalement inscrits dans la logique de l’obligation vaccinale telle qu’elle a été présentée depuis longtemps … les propos tenus dans ce bulletin du cnom remette dans l’actualité cet article :

      http://www.rolandsimion.org/spip.php?article404

      Je suis toujours autant inquiet vis-à-vis des futures évolutions de la politique de « prévention » promue par Buzyn.

      Les récents propos tenus par des officiels de la politique vaccinale (le CTV de la HAS) sur la vaccination contre les papillomavirus (avec de surcroît une gratuité du dépistage du cancer du col de l’utérus), sur l’élargissement de cette vaccination aux garçons, sur la « confusion » que pourrait engendrer la différence de législation entre les enfants nés avant ou après le 1er janvier 2018 (qui sont tous amenés à fréquenter la même collectivité) m’amène à rester extrêmement inquiet.

      Relire aussi ces articles au sujet des déclarations du président du CNOM :

      http://docteurdu16.blogspot.com/2017/11/quand-le-president-du-conseil-national.html?m=1

      http://michel.delorgeril.info/ethique-et-transparence/vaccins-sciences-medicales-et-ordre-des-medecins/comment-page-2?replytocom=35970

      Répondre
  5. Dreamer

    Bonjour docteur.

    Dans votre livre avez vous prévu d’aborder le sujet de l’obligation vaccinale du point de vue juridique ou votre ouvrage restera-t-il purement « technique » ?

    Une analyse par valence et par produit serait très intéressante. Le gardasil 4 est un vrai sketch : faux placebo adjuvé et essai de tolérance sur 14 jours seulement. Pour le gardasil 9 ils ont utilisé un nouvel adjuvant mais ne disent pas si le placebo le contenait ou pas (quid de sa pharmaco / toxico cinétique ?)

    Marc Girard m’avait expliqué les conditions réglementaires pour qu’une mention soit ajoutée dans la section des effets indésirables d’une notice Vidal. Je n’ai aucune idée d’où aller trouver les références réglementaires qui encadrent ces informations. Je suis convaincu qu’il y a plein de loups partout sur le respect de la réglementation.

    Le diable est dans les détails comme on dit.

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Dreamer

      Dans le 7ème volume peut-être ;mais l’objectif de la série est d’apporter avant tout un éclaircissement scientifique, la mère de toutes les batailles comme disait mon pote Staline…
      La règlementation ça ne m’amuse pas beaucoup…
      Concernant la science elle-même, il y a tellement de données qu’il faut faire un tri ; ce qui est déjà pénible…

      Répondre
      1. Dreamer
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Je comprends tout à fait et j’ai conscience de la masse de boulot que ça représente.

        Avant de lire le blog et ensuite les livres du bon docteur Girard, je pensais que le « débat » portait uniquement sur les aspects « scientifiques ». C’est par la lecture de son site que j’ai pris conscience de l’importance du cadre technico-réglementaire. Malheureusement je pense que le nombre de personnes ayant ces compétences doit être très très restreint et de toute manière ils ne s’expriment pas en public. :(

        Répondre
  6. Bernard G

    « sur la « confusion » que pourrait engendrer la différence de législation entre les enfants nés avant ou après le 1er janvier 2018 (qui sont tous amenés à fréquenter la même collectivité) »
    Cette problématique me parait assez claire, en un certain sens :
    1- Le 8 août 2017 la ministre avait annoncé l’obligation pour les enfants nés à partir de 2018. Pour les enfants de moins de 2 ans et nés avant la décision n’était pas encore arrêtée, il y a des difficultés juridiques avait-elle dit.
    2- On connait aujourd’hui la décision qui fut prise : pas d’obligations pour eux autres que le DTP . Mais je compte sur la persuasion des médecins, dira la ministre, pour convaincre les parents de faire les 11 vaccins. pas un mot sur la non disponibilité du DTP seul alors que l’arrêt du CE du 8/02/2017 est clair à ce sujet. La ministre savait parfaitement qu’il y avait un bug de ce côté là. Elle ne l’a pas soulevé (évidemment !!!)
    3- Le problème posé par les enfants de moins de 2 ans nés avant 2018 est purement transitoire. Au plus tard, les enfants nés le 31 décembre 2017 auront 2 ans au 1er janvier 2020.
    La ministre a été contrainte, sans doute pour des raisons juridiques mais pas que, de laisser courir le problème en laissant noyer le poisson par les commentateurs zélés : « c’est obligatoire depuis 2018″ comme de nombreux parents l’ont cru et comme de nombreuses administrations l’affirment (entrée en crèche par exemple).
    Reconnaissons que nous n’avons pas fait tout ce que nous aurions pu faire pour faire connaitre le problème aux parents quand nous n’avons pas nous-mêmes contribué à nourrir au jeu de la ministre.
    Il faut aussi reconnaitre qu’il y a toujours une barrière et que si les 11 vaccins étaient devenus obligatoires pour tous les enfants de moins de 2 ans au 1er janvier 2018, on aurait pu avoir, dans la même collectivité, des enfants de 20 mois par exemple et d’autre de 25 mois pour lesquels ils ne seraient pas obligatoires.
    De plus, si un enfant né en 2017 ou 2016 a eu le pentavalent 3 fois sans l’hépatite B, comment exiger pour lui le vaccin hépatite B, surtout que le vaccin simple a eu des ruptures de stock ? De plus encore, il aurait fallu prévoir des calendriers vaccinaux de rattrapage « à la carte ». cela pouvait poser beaucoup de problèmes médicaux car on ne peut quand même pas précipiter une série de vaccins pour seulement se mettre en règle administrative.
    En résumé, ce problème du 1er janvier, qui est transitoire, n’est pas à mettre sur le même plan que d’autres. Cependant, il reste très important et urgent et jusqu’à présent nous n’avons pas été très performants pour le traiter.

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Bernard G

      Comme vous le dites « Reconnaissons que nous n’avons pas fait tout ce que nous aurions pu faire pour faire connaitre le problème aux parents quand nous n’avons pas nous-mêmes contribué à nourrir au jeu de la ministre. »
      Nous avons été mauvais mais contrairement à l’équipe d’Australie, notre adversaire a du poids !

      Répondre
    2. akira
      En réponse à : Bernard G

      C’est un transitoire bien long.
      Un enfant ne en nov 2017, on va lui demander les vaccins a la creche, puis a la maternelle, puis en primaire …

      Répondre
    3. Emilio
      En réponse à : Bernard G

      On avancera de manière décisive le jour où les « antivaccinalistes » (selon la définition de Marc Girard, cad des « antivaccinalistes » qui ne veulent SURTOUT PAS passer pour des antivaccinalistes) cesseront d’argumenter en citant :

      - Didier Raoult (à l’origine d’un rapport sur le bioterrorisme utilisé par les fabricants pour débouter les victimes et qui tient des propos inadmissibles sur la vaccination hépatite B).
      - Daniel Floret (voir ses propos dans l’article sur l’obligation vaccinale « maintenant et après »)
      - Daniel Levy-Brühl
      - Bernard Bégaud (cf post-scriptum de Marc Girard sur le Revahb)
      - Henri Joyeux et sa pétition (qui commence à peine à critiquer l’obligation vaccinale et qui a longtemps légitimé les obligations vaccinales historiques en réclamant le « retour du DTP sans aluminium »)
      - L’aluminium des vaccins comme SEUL problème empêchant la confiance dans LA vaccination (E3M, Gherardi … E3M est membre de France Assos Santé en même temps que Marriannick Lambert membre du… CTV de la HAS).
      - La décision du conseil d’État du 8 février 2017 qui expliquait clairement qu’il suffisait d’élargir l’obligation vaccinale pour respecter son avis (élément d’ailleurs repris dans l’article 34 du PLFSS 2018 et dans l’article de Floret sur « Obligation vaccinale: maintenant et après).

      Le problème des obligations vaccinales est un problème POLITIQUE accessible à n’importe quel citoyen dès lors qu’on ne lui explique pas qu’il doit TOUT savoir sur LES vaccins pour se faire une opinion.

      Voilà ce que Marc Girard se tue à expliquer : il faut hiérarchiser les informations. En l’occurrence, le problème des obligations dépasse la seule question des vaccins. La question posée sous l’angle POLITIQUE a les capacités de rassembler jusqu’aux gens (parents et personnels de santé) qui vaccinent sans états d’âmes.

      Le voilà le plus grand danger pour Buzyn : que les citoyens décident de s’opposer aux obligations vaccinales parce que c’est une grave limitation des prérogatives parentales et parce que c’est une contrainte qui n’est absolument pas proportionnelle aux risques à prévenir, même en considérant que la vaccination serait efficace et sans danger.

      Les « antivaccinalistes » refusent de prendre en compte que la politique vaccinale actuellement mise en avant était ECRITE D’AVANCE, sans doute dès la fin de l’échec de la campagne de vaccination de 2009 contre la pandémie grippale H1N1. Forcément le fait de prendre cet élément en considération est mauvais pour l’ego de ceux qui ont été persuadé de mener des actions utiles.

      Il faut vraiment se rendre compte qu’il n’y a pas à prendre pour point de départ de la critique contre l’obligation vaccinale celui qui est imposé par la ministre, qui pose la nécessité d’accroître la couverture vaccinale comme un préalable à toutes discutions avec elle autour de ces obligations … encore une fois, il s’agit simplement d’un plan visant à utiliser les associations comme un alibi pour contraindre la population. Les vaccinations ne sont absolument pas un ensemble merveilleux et indivisible, comme la propagande ne cesse de le raconter, mais certaines personnes ne peuvent pas s’empêcher de rebondir sur ce concept pour expliquer qu’ils ne « sont pas contre les vaccins ».

      Je me rend compte en développant cette position depuis un paquet de temps, à quel point je suis éloigné des positions officielles de l’AIMSIB. Je me rends compte aussi que Michel m’a laissé le droit d’être extrêmement critique sans me censurer. Cette attitude mérite d’être saluée…

      Répondre
      1. Dreamer
        En réponse à : Emilio

        Juste un mot sur gherardi, ses positions rejoignent à 99% celles qu’on peut lire ici ou sur d’autres blogs.

        En lisant son livre on se rend compte que le sujet principal n’est pas du tout l’aluminium mais la corruption des autorités de santé, le délabrement de la recherche publique et la mauvaise évaluation des vaccins et de leurs constituants avant leur mise sur le marché.

        Répondre
        1. MT
          En réponse à : Dreamer

          @ Dreamer

          Je n’ai pas lu le livre de Gherardi donc je ne sais pas ce qu’il y dit.
          Je l’ai écouté ici (on en a déjà discuté maintes et maintes fois sur ce site):
          https://www.prevention-sante.eu/actus/vaccins-oui-adjuvants-aluminiques-non-pr-romain-gherardi

          Il y affirme clairement être pour » les vaccins », pour le calendrier vaccinal actuel, admet avoir bien sûr vacciné ses propres enfants et recommande aux parents de faire vacciner leurs enfants, etc…
          Je ne sais plus sa position sur l’obligation vaccinale.
          Ca ne me semble pas être la position de la majorité des gens s’exprimant sur le site de MDL.
          On le sent mal à l’aise quand il aborde cette question.
          Peut-être qu’il ne le pense pas vraiment mais publiquement, il se déclare être pour tous ces vaccins injectés aux nourrissons. En gros, si tous ces vaccins ne contenaient pas d’aluminium, il n’y aurait pas de pb selon lui.

          Que vont penser les gens qui cherchent à y comprendre quelque chose en l’écoutant??

          Je suis désolée mais je pense faire preuve de discernement. Je sais que prendre position publiquement sur la question vaccinale (que ce soit le pb de l’obligation ou le pb des recommandations scientifiques) est difficile pour ne pas dire suicidaire.
          Mais je n’arrive pas à composer avec ces personnes qui tiennent un double discours.
          C’est comme si MDL ou Marc Girard disaient tout ce qu’ils disent actuellement et qu’ils concluaient que bon, quand même, les vaccins c’est bien et il faut se faire vacciner.

          Quant à Didier Raoul, il conteste l’obligation vaccinale. Merci.
          Pour le reste, au secours… Il est pour la vaccination généralisée contre la varicelle, pour vacciner tout le monde contre la grippe, pour vacciner les femmes enceintes à gogo, il exclue les complications liées au vaccin contre l’hépatite B; bref… J’hallucine.

          Répondre
    4. Emilio
      En réponse à : Bernard G

      La réglementation pharmaceutique et même le simple BON SENS n’est absoluement pas respecté lors du développement de ces médicaments appelés vaccins.

      Les études de tolérance ne durent que quelques jours, grâce à la procédure « fast-track » accordé au Gardasil, les études d’efficacité n’ont pas été menée pour ce vaccins, la pharmacovigilance a falsifé les statistiques au sujet des effets du vaccin hépatite B, cette même pharmacovigilance est incapable de différencier ce qui est cliniquement anecdotique de ce qui est significatif. Nos administrations sanitaires ont transformé une grave alerte de pharmacovigilance indiquant que les vaccins hépatite B augmentait le risque de trouble neurologique en une alerte indiquant que le vaccin hépatite B révélait une fragilité de la myéline PRÉEXISTANTE à la vaccination (les articles sur les eunuques du vaccin hépatite B sont fondamentaux à lire et comprendre).

      Les falsifications mises en évidence par Marc sont multiples, elles montrent qu’il n’y a nullement besoin de prouver que les vaccins sont dangereux (à cause de leur aluminium par exemple …) pour prendre conscience que nos autorités se moquent du monde quand elles prétendent que le bénéfice des vaccins est FORCÉMENT positif et que le fait d’affirmer que le vaccin hépatite B provoque des troubles neurologiques serait une IDÉE REÇUE (dixit l’INSERM).

      Les vaccins s’adressent le plus souvent à des individus en parfaite santé. S’il n’y a aucun problème pour utiliser des médicaments dangereux, mais correctement développés pour soigner une pathologie grave, il y a un immense problème éthique à imposer des médicaments qui ne SONT PAS développés à des enfants en parfaite santé.

      Le citoyen doit conscientiser le fait qu’en réhabilitant l’obligation vaccinale, les politiques octroient d’immenses pouvoir à une minorité d’experts sur leur vie et sur celle de leurs enfants et supprime leur contre-pouvoir le plus fondamental.

      L’obligation vaccinale est un scandale absolu, en partie parce que nos autorites ne sont pas légitimes pour « dire la morale » en matière de santé publique en général (en matière de vaccination en particulier) … je n’ai nullement besoin de la moindre « expertise » scientifique pour comprendre un point aussi évident.

      Répondre
      1. Dreamer
        En réponse à : Emilio

        Y a un autre truc qui frappe : à l’heure où les maladies infectieuses ne sont plus un problème en France, et où les quelques maladies infectieuses « à problème » sont le clostridium difficile, la borreliose de Lyme et helicobacter pylori, les mecs en sont encore à parler de la poliomyélite.

        Aux outils préventifs des années 50, ils ont pour seuls arguments les problématiques sanitaires des dites années 50.

        Répondre
      2. Bernard G
        En réponse à : Emilio

        Que les choses soient claires : pour ma part, mon axe de recherche et d’action est depuis longtemps l’existence des 2 vérités, l’une pour le brave peuple, les braves médecins, les braves juristes, enfin tous les braves de la Terre et l’autre pour les experts entre-eux. En cherchant un peu il est possible de montrer l’existence de ces 2 vérité. j’en ai déjà parlé ici. Je renvoie par exemple à mon article sur Lévy Bruhl et la variole [1]. J’ai beaucoup d’autres exemples. Je ne vois vraiment pas pourquoi il faudrait s’interdire de le citer ainsi que Floret, Lévy Bruhl et d’autres. Au contraire, ils sont une mine permettant d’illustrer aisément l’existence de ces 2 vérités et de le montrer à ceux qui viendront vous lire ou écouter. On peut le faire sans technicité particulière et je n’ai pas l’intention de m’en priver, bien au contraire.
        Déjà, mon livre publié en 2000 titrait « Tuberculine et BCG – Les 2 vérités »
        Au congrès Adelf-Sfsp d’Amien les 4-6 octobre 2017, sur le quai du bus on échange. Je dis « le virus de la rougeole peut circuler sans être détecté dans des populations vaccinées ». Réponse d’une épidémiologiste : « C’est connu mais on ne peut pas tout dire (sur la place publique) » etc etc….
        Il existe plusieurs approches. Il y a celle de Girard que vous présentez ici avec beaucoup d’insistance mais il peut en exister d’autres. J’affirme même qu’il en existe d’autres. Il ne faut pas être sectaire en voulant imposer une seule d’entre-elles et combattre toutes les autres en s’imaginant que ce serait ces autres approches qui seraient responsables des échecs.
        Ce sera plutôt ce combat « interne » pour promouvoir « son » approche au détriment des autres qui affaiblit la critique vaccinale

        Pour ma part je ne me vois vraiment pas mettant en oeuvre la démarche de Girard. Elle ne correspond pas du tout d’une part à ma formation générale (mathématicien maths pures ayant enseigné la statistique pendant 20 ans à des étudiants de SVT) ; à toutes les recherches que j’ai faites depuis les années 70 sur les vaccinations ; aux conférences que je faisais à l’époque et aux échanges que j’ai pu avoir à cette époque en tenant des stands dans les manifestations « bio », ce qui m’a permis d’entendre beaucoup de témoignages.
        L’analyse de Girard, il l’a sans doute construite pas à pas selon son vécu. Vous reprenez ce que vous en comprenez selon votre propre vécu. J’en ai un autre, sans doute très différent qui m’a conduit à mettre en évidence ces 2 vérités..
        A cela j’ai ajouté ce qui ne va pas dans l’utilisation des tests statistiques par l’évaluation de campagnes de vaccinations (et autres). Je peux vous dire qu’au congrès d’Amiens, les 120 épidémiologistes ou assimilés qui étaient dans la salle ont été sciés et je n’exagère pas. Je ne vois vraiment pas pourquoi il faudrait que j’abandonne cette piste. ce serait stupide de ma part sur le plan tactique.
        Dans une armée il y a l’infanterie, la cavalerie (les chars), l’artillerie, l’aviation, le génie …Un bon général en chef sait utiliser chaque composante à bon escient. C’est ce qui nous manque. Ne compter que sur l’infanterie par exemple, ou l’aviation serait suicidaire.

        [1] http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2018/01/18/36058918.html

        Répondre
        1. Dreamer
          En réponse à : Bernard G

          Bonjour Bernard.

          Toutes les approches sont bonnes à prendre tant qu’elles permettent au grand public de comprendre et de s’approprier les éléments du débat.

          Le double discours est autant à dénoncer que les méthodes de propagande ou l’évaluation médiocre des produits.

          L’écueil dans lequel il ne faut pas tomber par contre c’est le discours du technicien scientifique, car dans ce cas-là on exclue les profanes pour rester dans l’entre soi des experts.

          Répondre
        2. MT
          En réponse à : Bernard G

          Merci Mr Guennebaud, je suis complètement d’accord avec vous et admire votre travail, votre sagesse et votre ténacité!
          Vous dites avec beaucoup de justesse:
          « Il existe plusieurs approches. Il y a celle de Girard que vous présentez ici avec beaucoup d’insistance mais il peut en exister d’autres. J’affirme même qu’il en existe d’autres. Il ne faut pas être sectaire en voulant imposer une seule d’entre-elles et combattre toutes les autres en s’imaginant que ce serait ces autres approches qui seraient responsables des échecs.
          Ce sera plutôt ce combat « interne » pour promouvoir « son » approche au détriment des autres qui affaiblit la critique vaccinale. »

          La question vaccinale est complexe et il n’y a certes pas une seule voie d’approche.
          Emilio ne voit plus que par Marc Girard et ne veut rien entendre d’autre… C’est une façon de simplifier le problème afin de ne regarder les choses que d’un seul angle: le sien. (en aparté, même si je partage globalement les idées d’Emilio et de Marc Girard, je trouve dommage que l’on ne puisse plus discuter (au sens d’écouter l’autre), Emilio ressasse mais n’écoute plus les autres!)
          La difficulté est d’admettre que notre vision des choses n’est pas celle de tout le monde et que chacun aura ses propres raisons d’être pour, contre ou de se foutre de la question vaccinale.
          Tous ne seront pas sensibles aux même arguments; si tel avait été le cas, Marc Girard aurait réussi à soulever une révolution à lui tout seul… Force est de constater que ce n’est pas le cas.
          Nous ne pouvons pas imposer notre mode de pensée aux autres.
          Votre combat visant à tenter de restaurer une sorte de vérité scientifique est à mon sens primordial.

          Personnellement, je pense qu’il y a plusieurs façons d’aborder le problème si tant est que l’on reste juste dans notre raisonnement et dans nos conclusions.
          C’est là où le bât blesse…
          Je m’explique…
          Je ne dirais pas par exemple que les travaux de Gherardi n’ont aucune importance même si je critique Ghérardi. L’aluminium mérite d’être discuté scientifiquement puisqu’il est potentiellement nocif pour la santé publique, ce qui n’implique pas forcément qu’il soit le seul et unique problème soulevé par la question vaccinale (et en ce sens, j’abonde dans le sens de Marc Girard qui est irrité par tous ceux qui ne parlent QUE de l’aluminium).
          Par contre, la prise de position de Gherardi sur la question vaccinale, je ne peux pas l’entendre et je ne suis pas sûre qu’elle ne desserve pas la cause défendue. A mon sens, c’est un vrai problème à une époque où l’on dit tout et n’importe quoi sur les vaccins.

          Idem pour Mr Joyeux qui a initié une pétition franchement foireuse (que j’ai pourtant signée faute de mieux!) et qui n’est pas clair du tout… Je ne sais pas s’il fait plus de mal que de bien mais il me semble que sa pétition aurait pu être bien plus constructive. Pourquoi exiger un retour du DTP sans aluminium obligatoire? Ca n’avait aucun sens…

          Je pense qu’une des limites à ce débat (et une limite de taille!), c’est le risque que prennent les uns et les autres lorsqu’ils s’expriment publiquement sur cette question.
          C’est un vrai facteur limitant qui peut amener au naufrage…
          Perso, je m’énerve mais je n’ai pas encore pris le micro sur la place publique et à l’hôpital, je fais profil bas pour éviter les ennuis (bien que je ne sois pas exposée directement par cette problématique, tout le monde est concerné après tout)

          Répondre
          1. Dreamer
            En réponse à : MT

            Joyeux, sur le fond, a eu raison de demander le retour du dtp historique car en l’état, le seul vaccin permettant de satisfaire à l’obligation légale de l’époque n’était plus disponible, retiré du marché sous un prétexte bidon !!

            Il y a là un double scandale !

          2. Emilio
            En réponse à : MT

            J’espère que vous avez compris que si je vois la question vaccinale « qu’au travers de Marc Girard » c’est parce que ce dernier a prévu de longue date l’élargissement des obligations vaccinales décidées au 1er janvier 2018, parce qu’il a efficacement participé à l’échec de la campagne de vaccination H1N1 de 2009, parce qu’il est (et de très loin) celui qui a le plus écrit spécifiquement sur les dangers de l’obligation vaccinale et parce qu’il est celui qui a dénoncé et expliqué la propagande.

            D’autres se sont compromis …. ils ont dit des choses, eu des comportements de manière à se faire « bien voir » de la ministre, comme si cette dernière était intellectuellement « honnête » et « à l’écoute ». D’autres ont servis les intérêts de la ministre en légitimant son point de vue … En focalisant l’attention des gens sur des anecdotes, ils ont puissamment contribué à rendre inaudible toutes personnes qui ont avait une critique authentique contre l’obligation vaccinale élargie, qui est la vraie nouveauté de 2018, qui est d’une gravité EXTRÊME…

          3. MT
            En réponse à : MT

            @ Emilio

            Comme je vous l’ai déjà dit maintes et maintes fois, je suis d’accord avec vous sur ce point. L’avez-vous au moins compris???
            Cela ne m’empêche pas de pouvoir discuter des pseudo-vérités autour des vaccins, de leur bénéfice-risque comme le fait BG car pour moi, tout est lié.
            Il n’y a pas un seul discours et vouloir « empêcher » les gens de discuter des vaccins sur d’autres plans que le votre n’est pas une solution.
            Ca ne veut pas dire que je cautionne l’attitude de Joyeux, Ghérardi, E3M et les autres (je l’ai déjà expliqué ici). Et sur ce point encore, je suis d’accord que ces lanceurs d’alerte font peut-être plus de mal que de bien.

            Pour beaucoup, la prise de conscience passera par la découverte de certaines contre-vérités comme celle de la variole qui aurait été éradiquée par la vaccination. Ca peut être un déclencheur. Et s’ils se mettent à douter, ils pourraient finir par se dire que cette loi d’obligation est scandaleuse.
            Tant que les gens resteront dans leurs illusions (et là je renvoie à l’intervention d’Elisabeth, très juste à mon sens), il ne se passera rien.

            Comment amener les gens à réagir massivement???
            Il faut être audible sur le plan médiatique sinon, rien ne bouge alors comment faire?

          4. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : MT

            « Comment amener les gens à réagir massivement ? » vous dites ?
            Venez en parler samedi à Paris à la réunion de travail de l’AIMSIB !

      3. herve_02
        En réponse à : Emilio

        Émilio

        Je crois que le soucis se situe à un autre niveau. La médecine ce n’est pas le code de la route. La santé ce n’est pas un mode de conduite. Ainsi, on peut laisser aux parents le droit de décider ou pas de faire une intervention sur les enfants. Ma belle mère est persuadé qu’elle a soigné (sur le conseil d’un médecin) une appendicite par de l’homéopathie. Je ne sais pas si c’est vrai ou pas. Ce que je sais c’est que personne n’est mort. Il n’y avait peut être pas d’appendicite. Mais nous ne saurons jamais puisque nous ne pouvons pas remonter le temps et faire une ouverture pour voir s’il y avait effectivement ou pas une appendicite (ou un début de) ou un début d’un truc qui ressemble à.

        Ainsi chaque personne pense prendre les bonnes décisions par rapport aux informations qu’ils ont. La politique de santé publique est un truc compliqué dans l’absolu (en dehors de toute politique et de tous bénéfice financier). Par exemple les visites médicales dans les écoles qui se transforment en truc plus ou moins obligatoire (sous menace de signalement par certaines). Ne peut-on penser qu’il faut protéger l’enfant malgré les parents ? pour dépister la vue l’ouie, la croissance…. ?

        L’obligation vaccinal est de cette lignée là. La question que l’on peut se poser c’est est-ce qu’il y a un risque. Parce que lutter juste contre l’obligation, il y a des tonnes de champs à défricher. Pourquoi on fait chier les parents qui font école à la maison ? Pourquoi limiter à 80 au lieux de 90 ?

        C’est pour cela que je pose à chaque fois la même question. Si ce n’est pas dangereux ce n’est pas le même problème que si cela l’est. MAIS on aborde alors la question des antivaccinalistes, ceux qui se battent parce qu’ils pensent que c’est dangereux et pas parce que c’est une obligation, et cela vous énerve.

        Oui nous vivons dans une forme de dictature. Le premier flic bourré dans la rue peut vous demander vos papiers, vous mettre une prune pour un feu soit disant rouge, pour une ligne blanche et tout le monde trouve cela normal. Le prof peut coller tout une classe (les punitions collectives sont interdites) et tout le monde s’en fout.Un médecin peut dénoncer une maman qui préfère attendre un résultat de rdv chez un allergo pour faire un vaccin (vécu chez des proches) et tout le monde s’en fout. Un papa dans la rue peut mettre une tarte à ses enfants et tout le monde s’en fout. Alors les vaccins qui sauvent des vies…. c’est pas une grande cause nationale de lutte contre l’obligation.

        La majorité des gens s’en foutent parce que globalement les obligations sont contraignantes pour les autres. Vous n’arriverez à rien dans cette société. Vous ne pouvez pas lutter contre un petit point dans un océan de taches. C’est la réponse de docteur du 16 : on doit laisser tomber les conflits d’intérêts ? non on doit pas, mais c’est mineur par rapport à tout le reste, ce reste qu’il accepte, avec cmt qui affirme que joyeux est un clown et un gourou. J’aimerais bien savoir ce qu’elle à publié pour se penser légitime à parler des autres ?

        Répondre
          1. Jean-Marc REHBY
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Le jour de Noël j’ai envoyé ce cadeau aux parlmentaires pas à tous bien sûr mais bon! en retour SILENCE ASSOURDISSANT !!

            Lille 25/12/2017

            OBJET :Lettre ouverte aux parlementaires
            Au sujet de la loi sur les obligations vaccinales

            Mesdames les Députées, Mesdames les Sénatrices,
            Messieurs les Députés, Messieurs les Sénateurs,

            Vous avez voté, au sein du PLFSS, une loi rendant obligatoires onze vaccins chez les nourrissons français. Vous l’avez fait avec empressement cédant sans grandes discussions aux propositions gouvernementales.

            Cette loi est SCELERATE, SCANDALEUSE ET MORTIFERE.

            SCELERATE car est elle est contraire au premier principe de la République, inscrit sur les frontons des bâtiments publics : la liberté.
            SCELERATE car elle contrevient à la loi de mars 2002 sur le droit des malades : information, consentement éclairé et liberté de choix de son traitement.
            SCELERATE car elle est en totale contradiction avec l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’homme.

            C’est une loi SCANDALEUSE car elle est basée sur des mensonges, des manipulations et de la pure propagande.
            Mensonge quand on prétexte des problèmes majeurs de santé publique et que l’on compare notre pays à l’Afrique sub-saharienne ou quand on prend en exemple la peste à Madagascar, mensonge grotesque qui plus est !
            Manipulation quand le premier Ministre déclare à l’Assemblée avec des trémolos dans la voix « on meurt de rougeole en France ». Dix décès en dix ans, sans aucune précision sur les circonstances et l’état de santé des malheureux enfants. Mais il a l’excuse de la totale méconnaissance du sujet et lit les fiches qu’on lui a rédigées.
            Manipulation quand on cite un décès par méningite pour imposer la vaccination contre le méningocoque qui contient la souche de type C alors que le décès est dû à un méningocoque W.
            Propagande quand on déclare que les vaccins sont sûrs car ils ont été étudiés et évalués alors que nous avons affaire à une véritable expérimentation humaine interdite par toutes les lois internationales.

            C’est enfin une loi MORTIFERE car il y aura des effets indésirables sévères et graves d’autant plus nombreux que le nombre d’enfants vaccinés sera important.
            Huit cent mille naissances par ans, plus les rappels nous auront après quelques années entre deux millions et demi et trois millions d’enfants vaccinés chaque année.
            Je vous invite à lire les notices des vaccins, rédigées par les laboratoires et vous serez édifiés voire épouvantés par le nombre et l’importance de ces effets secondaires graves. Même s’ils ne surviennent qu’une fois sur 100 000 il y en aura donc inévitablement plusieurs dizaines par an.
            Maladies auto-immunes, sclérose en plaques, syndromes de Guillain et Barré, diabète, maladies du sang et combien de morts ? Deux, cinq, davantge ??
            Tous ces effets secondaires sont patents, répertoriés et parfaitement enregistrés par les centres de pharmacovigilance en particulier les CDC américains.
            La pharmacovigilance française est donc si lamentable que ces effets secondaires semblent inexistants chez nous, ou serait-ce l’effet nuage de Tchernobyl.
            Mesdames et Messieurs les parlementaires en ayant voté cette loi vous vous rendez complices d’un déni de droit et de futures crises sanitaires.
            Vous serez donc responsables devant la Justice et l’Histoire.
            Je terminerai en citant le Professeur Didier RAOULT microbiologiste et spécialiste des malades infectieuses qui déclarait en janvier 2017 dans un article du Point :
            « Rendre obligatoire la vaccination ne restaurera pas sa crédibilité.
            L’obligation vaccinale généralisée est déconnectée de l’époque et si aucune démocratie ne la propose, c’est qu’elle n’est ni souhaitable ni crédible, en particulier à l’ère de la ‘’post-vérité.” »
            Je vous prie de croire Mesdames et Messieurs les parlementaires à l’expression de mes sentiments respectueux

        1. MT
          En réponse à : herve_02

          @ Herve_02

          CMT est une scientiste pur jus, arrogante et méprisante.
          L’humilité ne fait pas partie de ses qualités premières!
          Je la pensais intéressante mais je déchante de jour en jour.
          Ses propos sur Thierry Souccar m’ont fait halluciner; à peine prononcé son nom qu’on a droit aux gourous, aux sectes, à l’homéopathie, aux compléments alimentaires et à l’iridothérapie et bien sûr à Henri joyeux! (c’est une véritable obsession et ça permet d’éloigner le débat vers des choses hors sujet).
          Elle enfonce le clou avec le gluten en caricaturant et se moquant ouvertement des gens et pour terminer, exige une étude de bonne qualité prouvant les effets nocifs du-dit gluten.
          Moi, j’attends toujours qu’elle m’amène un essai randomisé de bonne qualité prouvant l’efficacité, la nécessité et l’innocuité d’un seul des vaccins recommandés (oup’s, obligatoires) et qu’elle continue d’injecter aux nourrissons français.
          Pour le gluten, faut des études scientifiques sinon on est un Tartuffe, pour les vaccins, même si on critique globalement la politique vaccinale, ça reste quand même de la science un peu crédible à ses yeux.

          (désolée, c’était un petit coup de gueule, je sais, ça n’est pas très constructif mais elle m’énerve)

          Répondre
          1. Akira
            En réponse à : MT

            « L’humilité ne fait pas partie de ses qualités premières! »

            Tres honnetement, on peut pas dire que ce soit la qualite la plus partagee sur ce blog non plus … on est tous tres tres convaincu de nos opinions et on le fait savoir sans trop de mangement …

          2. Dreamer
            En réponse à : MT

            Ses propos sur Thierry souccar m’ont scié. Lui reprocher d’avoir une boutique sur son site (nutritivi) alors qu’un rapide coup d’œil sur les réseaux sociaux montre qu’il n’en parle JAMAIS.

            J’ai été très très déçu par ses propos. Pourtant son document sur les vaccins est plutôt une bonne synthèse. Bizarre d’être aussi fermé.

          3. Dreamer
            En réponse à : MT

            @akira : comment veux-tu prendre au sérieux un vaccinolatre après avoir lu dans le RCP d’infanrix Tetra la note sur l’efficacité (LOL) de la valence coqueluche ?

            Le pire c’est qu’ils font tous ce vaccin au troisième trimestre de grossesse pour transmettre les anticorps au fœtus et le « protéger »

          4. Dreamer
            En réponse à : MT

            Cher docteur je suis très calme, j’ai passé l’âge de m’énerver pour des propos lus sur internet :)

        2. Emilio
          En réponse à : herve_02

          Ce qui m’agace avec les antivaccinalistes, c’est qu’ils ne parviennent pas à comprendre que s’ils considèrent que les vaccins sont dangereux et qu’il est nécessaire de lutter pour que les vaccins ne soient pas administrés, alors il faut lutter contre l’obligation vaccinale parce que celle-ci attaque la simple LIBERTÉ de mener ce combat.

          L’obligation vaccinale est aussi la porte ouverte à une limitation de la liberté d’expression du même type que celle que l’on applique aujourd’hui à ceux qui nient l’existence des chambres à gaz … qui a compris ça ? Nous vivons dans un nouveau monde qui veut voter une « loi sur les fakes news ». Il faut comprendre ce que ça implique. Écoutez de manière PRÉCISE ce que dit la propagande, anticipez ce que cette propagande implique sur les évolutions sociétales potentielles qui y sont liées. Certaines attitudes du CTV de la HAS sont d’une gravité extraordinaire…

          Un des premiers qui est en incapacité totale de comprendre ça est très exactement Henri Joyeux. De mon point de vue, il est un clown parce qu’il parle sans cesse de l’aluminium des vaccins comme d’un problème majeur des vaccins. Par son attitude, il admet implicitement le dogme vaccinal comme légitime, parce qu’il accepte les termes du débat tel qu’ils sont imposés par la ministre (avec LA vaccination, ce dogme merveilleux et indivisible …)

          C’est être un clown que de considérer que l’aluminium des vaccins est dangereux mais de ne pas hurler au scandale absolu lorsque la ministre élargit l’obligation à 11 valences.

          Écoutez (mais vraiment hein) les propos tenus par l’avocate Jacqueline Bergel Hatchuel sur la piste audio de cet article (écouter plus particulièrement à partir de 5’30″). Ce qui est dit ici date de quelques semaines après les annonces officielles de l’elargissement des obligations vaccinales à partir du 1er janvier 2018. C’est d’une niaiserie ahurissante …

          https://mobile.francetvinfo.fr/sante/vaccins/l-aluminium-ne-selimine-pas-dans-le-sang-un-collectif-souhaite-son-retrait-dans-les-vaccins-obligatoires_2321999.html#xtref=https://www.google.fr/

          Est-ce que vous comprenez que ce qui me met en rogne est le décalage complet entre l’immense menace que fait peser l’obligation vaccinale et ce type de discours inutile et inoffensif ?

          A partir de septembre, des gens vont vraiment être acculés au désespoir … et il n’y a presque personne qui vient sérieusement à leur aide.

          Répondre
        3. Elisabeth
          En réponse à : herve_02

          Replacer la question de l’obligation vaccinale sur le champs politique est un préalable à tout débat. Marc a le mérite de donner au citoyen les moyens de se réapproprier un débat confisqué par des autorités, qui ont poussé la perversion à faire croire à la réalité d’une consultation qui n’en était finalement qu’une caricature.
          A mon sens le problème se situe à un autre niveau : comment mobiliser des supposés citoyens qui finalement ne se révèlent être que des consommateurs de produits de santé (entre autres…), tout heureux de se sentir cajolés par une instance matriarcale qui prétend prendre soin d’eux (« c’est pour ton bien ») ? Et ca aussi, Marc l’a bien montré…

          Répondre
          1. Bernard G
            En réponse à : Elisabeth

            Vous posez une bonne question :
            « A mon sens le problème se situe à un autre niveau : comment mobiliser des supposés citoyens  »

            Eh oui, comment les mobiliser ! Avec quels discours, quels arguments. personne ne peut prétendre savoir comment faire. On peut taper du pied en disant « Ils devraient se mobiliser sur tel problème, ils devraient … » Peut-être, sans doute qu’ils devraient mais ça ne fonctionne pas ! On est bien obligé de le constater.
            Autre constat : Henri Joyeux à tort sur le plan technique, sur l’analyse politique du problème, il a tort sur tous les points, ce serait « un clown » (ce n’est pas moi qui le dit) MAIS on est bien obligé de reconnaître qu’il est le SEUL capable de déplacer un nombre important de personnes. Il était venu faire une conférence à Poitiers en novembre 2016 (je crois). J’y suis allé pour lui donner mon livre « Tuberculine et BCG » afin d’essayer de le nourrir sur cette question. C’était fou le nombre de personnes qui s’étaient déplacées pour l’écouter, qui achetaient ses livres qu’il dédicaçait. Beaucoup étaient debout ou assis par terre dans la salle bondée et trop petite.
            On arrive à ce paradoxe assez étonnant : il faudrait mobiliser le peuple, on le voudrait. Nous n’y parvenons pas, c’est une évidence. Joyeux est le seul à y parvenir et avec un succès que beaucoup pourraient envier mais il a tort sur tous les plans.
            Je n’ai pas la réponse à ce paradoxe mais je le constate et je vous en fait part.

          2. Elisabeth
            En réponse à : Elisabeth

            Bernard G. : je suis d’accord avec vous . J’ai moi-même aussi pu constater à quel point il mobilise les foules, lors d’un salon bio : pas moyen d’entrer dans la salle de conférence, c’était plein à craquer une demi-heure avant le début. A quoi ça tient ? J’ai ma petite idée : il offre des solutions simplistes justement à des gens qui n’ont plus trop envie de se casser la tête. C’est ça la société d’aujourd’hui. Il ne dit pas : « bougez-vous un petit peu le c** et arrêter de vous comporter comme des moutons » mais plutôt « je vais m’occuper de ce problème, j’irai au front en votre nom, il ne vous en coutera pas plus que signer ma pétition – c’est pour votre bien »…

          3. Ricom’Art
            En réponse à : Elisabeth

            Ce qui convainc les individus sont rarement des personnes mais bien plutôt des idées. Et les idées que nous partageons, ici sur ce site, sont dans de nombreuses têtes ; ce qui manque sont souvent des arguments, de l’exposé, de la clarification de ces dites idées. Alors, plutôt que de se lamenter de « l’inconscience » de nos concitoyens, c’est à rendre encore plus fameuses ces idées auxquelles il faut travailler. Demander donc à notre merveilleux MéDézêL de vous raconter ce qu’a été sa grande solitude, il y a une quinzaine d’années, lorsqu’il était un des rares à parler de la dangerosité des statines et des merveilles du cholestérol ! Quand un Joyeux ou un SuperTrompe deviennent célèbres, c’est parce que les idées qu’ils agitent sont déjà dans toutes les têtes – pour l’un c’est la vaccination, pour l’autre c’est le libéralisme – Qu’ils aient tort ou raison, l’un et l’autre, dans leur argumentation et même dans leur ambition est une autre affaire. Le danger que représente certaines activités humaines sont comprises, souvent mal comprises, par nos contemporains. Et pour nous, qui ne travaillons à rien d’autre qu’à l’intelligence, c’est aux fondements de la critique que nous devons donner du sens et non au triomphe de quelques personnalités publiques dont nous n’avons que faire même si, dans mon exemple, je ne dis pas qu’un Joyeux soit une Trompe !

            Santé et sens critique méditerranéens

          4. Bernard G
            En réponse à : Elisabeth

            J’ai entendu Michel Drucker dire « si vous voulez réussir à la radio il faut avoir une bonne voix. Si vous voulez réussir à la télé il faut avoir une bonne bouille. Joyeux a une bonne bouille et une voix méridionale qui chante. C’est peut-être le premier point du succès car il faut bien reconnaitre que souvent ce sont en fait les personnes qui vont convaincre plutôt que les arguments ce qui ne m’arrange pas mais c’est ainsi !
            De plus je constate que Emilio est engagé dans une primaire, comme aux élections. Il veut imposer un leader dans le camp des opposants aux obligations vaccinales. Alors il attaque Joyeux qui fait des voix, comme dans toutes les primaires. Mais il serait simpliste de croire qu’il suffirait d’attaquer Joyeux en le traitant de clown pour que ceux qui croient en lui s’en détourne pour placer leur confiance dans un autre. Non, ça ne se passe pas comme ça pour le sujet qui nous intéresse.
            De plus, j’estime qu’il y a beaucoup mieux à faire que de nous obliger à nous engager aussi dans une primaire. Je pensais qu’il fallait combattre l’ennemi. Non, il faudrait combattre ceux qui, dans notre camp, disons pour parler vite, ne partagent pas la même analyse. L’ennemi ne peut que se réjouir d’une telle attitude.
            Le sujet est vaste et chacun est obligé de sectoriser car il est impossible de tout maitriser. Sectoriser mais pas sectariser c’est à dire affirmer que le secteur qu’on a choisi serait la totalité et vouloir l’imposer à tous. NON ! Cela est inacceptable et dangereux.

          5. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Bernard G

            Venez vous exprimer (calmement) le 23 Juin à Paris !
            Sachons aussi écouter les autres ; ne faisons pas comme les ministres !
            Faisons nous entendre !

        4. ConnessonTagger
          En réponse à : herve_02

          Je suis médecin homéopathe (retraitée maintenant) et je me suis soignée ,en homéopathie exclusivement , d une belle poussée d appendicite avec sub occlusion ,guérie cliniquement en 24h;
          Appendicite documentée par scanner et échographie ;il est évident que sans amélioration rapide je me serais faite opérer.
          Dr Fr Co

          Répondre
          1. Inoxydable
            En réponse à : ConnessonTagger

            Pour ceux qui doutent de l’efficacité de l’homéopathie :
            Effectiveness of Homeopathic Medicines as Add …
            https://www.researchgate.net/publication/325588147_Effectiveness
            Effectiveness of Homeopathic Medicines as Add-on to Institutional Management Protocol for Acute Encephalitis Syndrome in Children: An Open-Label Randomized Placebo …
            et un autre sur les mécanismes possibles :
            Water-Related Mechanisms Proposed for Storing …
            https://www.readbyqxmd.com/read/29768636/water-related-mechanisms
            Three main hypotheses about the mechanisms of action … transfer of information, … be related to potential cellular effects of homeopathic …
            ou avec d’autres études :

            José Guedes | postdoctoral | University of São …
            https://www.researchgate.net/profile/Jose_Guedes3
            … University of São Paulo. … Water-Related Mechanisms Proposed for Storing and Transmitting Homeopathic Information: Putative Links with Biological Responses’.
            Bonne lecture .

            Titre : · postdoctoral

      4. Bernard G
        En réponse à : Emilio

        L’obligation de la ceinture de sécurité est souvent utilisée pour justifier l’obligation vaccinale. Il y a pourtant quelques différences entre les deux : je mets mon vaccin le matin pour aller prendre le métro et je l’enlève le soir pour me coucher ! Bon, c’est clair, le vaccin est invasif alors que la ceinture ne l’est pas, sauf, le cas échéant par un accident. Mais l’accident correspond à la rencontre avec le pathogène contre lequel le vaccin doit nous protéger.

        Si les vaccins n’étaient dangereux que dans cette circonstance , ça irait déjà mieux. Mais imaginez qu’on puisse faire un choc anaphylactique, une atteinte démyélinisante, une encéphalite comme avec le vaccin antivariolique, simplement en ayant bouclé sa ceinture, je pense qu’on serait nombreux à ne pas la mettre.

        Pour faire valoir cette différence entre la ceinture et le vaccin on est obligé d’aller chercher des arguments qui ne se rapporte pas qu’à l’obligation en tant que contrainte imposée à l’individu.

        Il n’y a pas que les effets indésirables des vaccins qui posent problème. L’utilisation généralisée d’un vaccin peut avoir des conséquences délétères sur la circulation des pathogènes. C’est le cas avec le vaccin contre certains pneumocoques qui favorise la circulation d’autres microbes, y compris autres que des pneumocoques. La ministre italienne de la santé, pourtant non suspecte d’être contre les obligations vaccinales généralisées, n’avait pas mis le prévenar dans sa liste initiale des 12 vaccins obligatoires et les vaccins contre les méningocoques B et C ont été retirés de la liste. Des gens comme Perronne en 2007 et Raoult en 2018 ont pu dire et écrire qu’il ne fallait pas généraliser l’utilisation du vaccin contre le méningocoque C (10 ans plus tard, Perronne s’est ravisé en signant la pétition en faveur de son obligation …).

        Sur cette exemple, on voit que ce n’est pas seulement l’obligation qui pose problème mais l’utilisation généralisée, qu’elle soit obtenue par la persuasion ou par l’obligation. On ne peut d’ailleurs pas exclure que la vaccination généralisée contre des pneumocoques puisse favoriser la circulation des méningocoques.

        L’un des arguments utilisé pour justifier la pratique généralisée et obligatoire est la victoire sur la variole. Fischer Alain l’a affirmé en disant même que c’était un vaccin très dangereux, une encéphalite pour 1000 vaccinations dira-t-il. Pourtant, ajoute-t-il, la balance bénéfice-risque est positive et, même si un vaccin pouvait aujourd’hui provoquer des accidents graves, il ne faut pas s’arrêter à cela car, comme pour la variole, la balance sera positive. Comment contrer cela, sinon en montrant d’abord que la variole n’a pas été vaincue ainsi .
        La  »conscientisation » peut tout aussi bien se faire en faveur de la nécessité de cette pratique généralisée de la vaccination et donc de l’obligation si elle est nécessaire pour obtenir la couverture jugée indispensable.

        Répondre
        1. Emilio
          En réponse à : Bernard G

          @BG écrit :

          « Sur cette exemple, on voit que ce n’est pas seulement l’obligation qui pose problème mais l’utilisation généralisée, qu’elle soit obtenue par la persuasion ou par l’obligation. »

          Je ne suis absolument pas d’accord avec vous. Encore une fois, l’obligation est LE problème de 2018, celui que Joyeux, E3M et Gherardi persiste à ignorer, dans le seul but de se voir « reconnu ».

          Par ailleurs, je ne comprend pas l’articulation logique entre ce commentaire et le paragraphe précédent.

          Je ne comprend pas non plus pourquoi vous avez autant tenu à défendre les préconisations indéfendable de la SFSP de décembre 2016, qui n’avait rien à envier à celle du rapport Fischer.

          Répondre
          1. akira
            En réponse à : Emilio

            « celui que Joyeux, E3M et Gherardi persiste à ignorer, dans le seul but de se voir « reconnu ». »

            En plus d’attaquer en continu la position des autres acteurs de ce debat (pourquoi pas), tu commences meme maintenant a te mettre a imaginer ce qui se passe dans leur tete et leur preter des motifs dont tu ignores absolument tout !!
            Ca devient vraiment n’importe quoi …

          2. herve_02
            En réponse à : Emilio

            @Èmilio

            On tourne en rond. On perd sont temps, on s’énerve les uns contre les autres et plutôt que de nous fédérer cela nous divise.

            Je comprends votre position sur l’obligation qui serait le point le plus problématique. Cependant pourquoi lutter contre CETTE obligation et pas contre la multitudes d’autres. Il est indéfendable de montrer sur ses grands chevaux pour combattre l’obligation vaccinale (dont la majorité de la population est persuadée que c’est inoffensif et que cela sauve des vies), j’ai perdu des amis juste à dire qu’il ne fallait pas avoir peur de la rougeole en france aujourd’hui (même sans parler de vaccins et encore moins d’obligation) et de laisser couler les autres obligations. La ceinture de sécurité par exemple : vous ne mettez la vie de personne en danger ,juste la votre. Et ce n’est pas la sécu qui paye vos bobos mais votre assurance voiture personnelle.

            Pourquoi la limitation de vitesse passe de 90 à 80 ? sans étude sérieuse. Le bon coté des choses c’est que cela va faire diminuer notre consommation de carburant.

            Pareil, pourquoi l’état fait autant chier les gens qui font école à la maison ? Il y a des milliers d’obligations dont une bonne partie est humainement inutile et ne sert qu’à habituer les gens à devenir docile.

            Le mot est lâché, la population est devenue en majorité docile. elle a l’habitude qu’on l’oblige à faire ceci ou cela. L’accuser d’être consumériste de la santé est une manière de la conchier mais sans donner un seul argument sourcé valable. Je crois que la population fait où on lui dit de faire. Il n’est pas possible de lever un nombre suffisant de personne pour, en matière de santé, lutter contre l’obligation car ils sont sous le feu nourri d’une propagande de big pharma et de l’état les poussant à consommer pour les sauver de tout et rien. Rien qu’en terme de mammo essayer d’expliquer à une femme dans la rue ou sur fb que le bénéfice sans symptômes est négatif.

            De mon point de vue, on ne peut lutter qu’en montrant que c’est dangereux, individuellement et collectivement, mais c’est juste mon point de vue. Traiter joyeux de clown c’est faire parti de la bande à cmt et c’est aussi faire douter des gens sur ce que dit joyeux et par la bande décrédibiliser sa demande et donc défendre les vaccins. L’astuce est là en matière de vaccination, on ne peut pas défendre scientifiquement les vaccins car le bénéfice risque est scientifiquement négatif en pop général (sans patho particulière), donc à chaque fois, on tire sur le messager. joyeux est un clown, montagnier est un vieux limite sénescent, Girard à un sale caractère, est aigri et est illisible….

            Toujours de mon point de vue, vous pensez que lutter contre l’obligation c’est peut être éviter de se faire traiter d’antivaccinaliste (puisque l’on s’en moque des vaccins, on veut juste pas d’obligation) mais je trouve que c’est encore plus inaudible. En terme de santé, si cela ne produit que des avantages pourquoi lutter contre. Interdiction de vente d’alcool aux mineurs qui serait contre ? mais ce n’est pas trop démocratique… idem pour fumer dans les lieux publics… idem pour plein de choses.

            Pour axer son combat sur l’obligation, il faut changer de consensus social. Le consensus social actuel (qui me débecte mais je ne peux pas le changer pour les autres) est d’accepter que l’état oblige pour leurs biens, à tout le monde, tout plein de chose. Il est compliqué de sortir un truc de ce champ obligatoire sans montrer qu’il est DANGEREUX. Que ce soit par les composants, que ce soit par le mode d’action….

            Mais nos avis diverge la dessus. Oui fondamentalement l’obligation est dégueulasse, mais c’est pas un combat que l’on peut gagner collectivement. Ce ne peut être que des victoires individuelles. J’ai déjà développé sous d’autres thread pourquoi.

          3. Dreamer
            En réponse à : Emilio

            « reconnus » ?

            Joyeux a pas attendu cette histoire de vaccin pour être reconnue, son bouquin « changez d’alimentation » est un best seller vendu à des centaines de milliers d’exemplaires. Quant à gherardi, tout ce que cette affaire lui a rapporté c’est de devenir un pestiféré dans son propre milieu, les subtilités de la polémique aluminique étant de toute manière un sujet bien trop technique pour le grand public. D’ailleurs j’ai plus l’impression qu’il s’adresse à ses pairs médecins et professionnels de santé qu’au grand public.

          4. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Dreamer

            Du calme !
            Venez vous exprimer (calmement) le 23 Juin à Paris !
            Sachons aussi écouter les autres ; ne faisons pas comme les ministres !
            Faisons nous entendre !

  7. aubepine

    > > >

    > > >

    Nos amis belges ont aussi de l’humour.
    > > > Je vous transfère une DÉCLARATION des revenus d’un citoyen belge : on pourrait croire que c’est une blague mais non…

    > > > EXCELLENTISSIME !

    > > >

    > > > Voici ce qu’a répondu un citoyen belge sur sa déclaration des revenus à la rubrique :

    > > > – « Avez-vous des personnes à votre charge ? »

    > > > Réponses :

    > > > – 2,1 millions d’immigrés illégaux,

    > > > – 4,4 millions de chômeurs,

    > > > – 900 000 criminels répartis dans 85 prisons,

    > > > – 650 crétins au parlement,

    > > > – + la totalité de la Commission Européenne.

    > > >

    > > > L’administration lui a renvoyé sa déclaration en disant que sa réponse était inacceptable.

    > > > Le citoyen ne s’est pas dégonflé, il a répondu par écrit :

    > > > « Pourquoi, j’ai oublié quelqu’un ?  »

    > > >

    Pardon ! mais il y avait longtemps ….

    Répondre
      1. Ricom’Art
        En réponse à : herve_02

        Tu trouves aussi mon beau droïde intergalactique, il ne manque plus que l’ensemble des fonctionnaires et les fainéants de la sn’ef !

        Répondre
  8. Emilio

    @Akira :

    Ça fait un bout de temps que je SAIS ce qui se passe dans leur tête. Chaque article que je lis de la part de ces gens me renforce dans l’analyse que J’ai sur ces gens.

    Que penses-tu que je n’ai pas compris que tu serais en capacité de m’expliquer ?!? Vas-y donc lâche-toi …

    Répondre
    1. Inoxydable
      En réponse à : Emilio

      @ Emilio : Je suis d’accord avec vous sur le principe de l’obligation vaccinale. C’est du totallisarisme et ça ouvre la porte à d’autres obligations.
      Mais ressasser à longueur de blog et dans tous les billets les même arguments cela ressemble à l’agitation d’un moulin de prières, on n’entend plus que le bruit de fond et ça n’amène rien et ne convainc personne.
      Je suis plus d’accord avec M.T, le joyeux Akira, Hervé 02 , Bernard G. qui me semble t’il, ouvrent des discussions sur le bien fondé scientifique des vaccinations obligatoires ou non. On apprend des choses argumentées qu’on peut, au niveau personnel, instruire à d’autres personnes à l’esprit ouvert et non terrorisés par la fatwa lancée contre les anti vaccinalistes.
      J’ai eu l’occasion, au mois d’octobre dernier, de discuter avec l’un de mes anciens subordonnés et collègue perdu de vue depuis ma retraite à l’ occasion d’un repas organisé pour les 30 ans d’une de mes anciennes Brigade de mon Service et lors de laquelle les «  actuels » se sont souvenus des anciens. Et bien ce dernier, lors d’un « à propos » m’a dit d’un air fier et suffisant « Moi, j’ai tous MES vaccins » ; La discussion s’est arrêtée là… L’apéro et le bon vin du repas aurait pu faire dégénérer l’aspect convivial de l’évènement.
      Je dois dire que j’avais envie de lui mettre un claque sur son crâne chauve pour lui remettre les neurones en place, comme j’aurai dû le faire quand nous étions en activité lorsqu’il se ratait…Mais bon , nous étions entre gens « civilisés ».
      Cette façon d’être fermé à toute discussion constructive ressemble un peu à votre position : Ferme et sans discussion possible. Ca va ainsi dans les deux sens.

      Répondre
      1. Emilio
        En réponse à : Inoxydable

        @Inox :

        Comme je l’ai déjà expliqué : on discutera du bien-fondé des vaccins une fois qu’on sera LIBRE d’exercer notre esprit critique de manière efficace et de décider de s’injecter (ou pas) ces médicaments appelés « vaccins » (ou de les injecter à nos enfants).

        La menace actuelle est que l’on nous retire ce droit fondamental de ne pas être un petit animal que nos gouvernants vaccinerait DE FORCE. La menace est que Gardasil devienne obligatoire, que la prise de statine devienne obligatoire (la mammographie est obligatoire en Uruguay, l’Uruguay inspire-t-il Buzyn ?), que la médicalisation « préventive » devienne obligatoire… est-ce que mes inquiétudes sont exagérées ? Peut-être… En attendant, mes inquiétudes sont directement reliées à celle du gars qui a annoncé de longue date l’élargissement des obligations vaccinales, dont les prédictions étaient totalement justifiées.

        Je ne cherche pas à être populaire, je veux juste éviter que l’obligation vaccinale devienne une « banalité » acceptable …

        Répondre
        1. Bernard G
          En réponse à : Emilio

          Pour moi, attendre d’être libre pour discuter du bien fondé des vaccins et ….c’est mettre la charrue avant les bœufs. Si nous ne sommes pas libre pour ce qui est de l’injection on peut encore discuter de leur bien fondé. Je l’ai fait sur une radio le 19 mars dernier avec Roger Salamon 10 ans président du HCSP et c’est sur Youtube. Il a d’ailleurs fait une déclaration intéressante sur le lien entre vaccination HB et sclérose en plaques : »Je suis sûr qu’il y a eu des cas ! »
          Pour ma part je pense, je suis même totalement convaincu que le meilleur moyen d’obtenir la non obligation à terme reste la critique du bien fondé de l’utilisation généralisée des vaccins, que cette généralisation soit obtenue par l’obligation ou par la persuasion.
          Il n’y a pas si longtemps le BCG était LE vaccin obligatoire par excellence en France. Il était présenté comme un incontournable. La situation a évolué en raison des limites de ce vaccin et si l’obligation en fut levée par décret en juillet 2007 ce ne fut pas au nom de la liberté mais pour conduire une meilleure politique de lutte contre la tuberculose.
          J’ai assisté pendant 2 jours à l’audition publique sur cette question les 13-14 novembre 2006 où participaient Lévy Bruhl, Perronne, Bourdillon (devenu directeur de Santé publique France), Robert Cohen (Infovac) et beaucoup d’autres. Il ne fut jamais question de liberté au nom de la liberté mais comment améliorer la lutte contre la tuberculose. La vaccination BCG généralisée est-elle une aide ou un frein ?
          Cette question avait déjà été soulevée en avril 1974 dans un article du Concours Médical où la suppression du BCG était considérée comme nécessaire pour mieux lutter contre la tuberculose.
          C’était aussi le sens de l’édito d’Elisabeth Bouvet dans le BEH de mars 2003 (elle est maintenant présidente de la CTV) :
          « On peut espérer que l’abandon de la vaccination généralisée permettra d’impulser une attitude active de lutte contre la tuberculose par des actions de terrain ayant pour objectif le dépistage des cas d’infection et leur traitement afin d’éviter la survenue de nouveaux cas de tuberculose contagieuse. »
          De même, la levée de l’obligation de la vaccination antivariolique ne fut pas faite au nom de la liberté mais parce qu’il n’y avait plus de variole.
          Militer pour la liberté au nom de la liberté ne conduira à rien, qu’à perdre beaucoup de temps comme on en perd beaucoup ici à discuter plutôt qu’à agir. En 2001 j’avais rédigé un texte sur la nécessaire évolution de notre politique de lutte contre la tuberculose demandant en particulier, mais pas que, la suppression du BCG. (et non la fin de son obligation). Une association l’enverra à tous les parlementaires. Il y aura plus de 150 questions écrites au gouvernement sur le sujet, dont une de Roselyne Bachelot que j’avais rencontrée à sa permanence d’Angers.
          A l’audition BCG de 2006, Didier Torny sociologue au CTV fera état de ce nombre très élevé de questions écrites sur un tel sujet. L’assistance marquera sa stupéfaction devant un tel chiffre. Dans le texte je n’avais jamais parlé de l’obligation du BCG mais de son utilisation délétère pour la lutte contre la tuberculose.

          Répondre
      2. Emilio
        En réponse à : Inoxydable

        Le sujet qui vous a intéressé à l’origine est celui des statines.

        J’ai lu (et j’ai sur mes étagères) la quasi-totalité des livres du Dr De Lorgeril (je n’ai pas le premier livre au titre interminable). C’est lui qui m’a initié aux subtilités des tripatouillages qui ont permis la généralisation des statines.

        Ce truc est un scandale incroyable… Marc Girard indique que ce type de médicament pourrait devenir obligatoire, par contre, il ne s’interroge pas (dans les articles que J’ai lu) sur la « technique » qui pourrait rendre possible ce genre d’obligations : Dossier Médical Personnel, carnet de vaccination électronique…

        Macron et ses amis historiques (Jérôme Salomon et Olivier Véran) veulent une « révolution de la prévention », à quelle prix ?

        http://www.rolandsimion.org/spip.php?article19

        Répondre
          1. Olive verte
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            ET est-ce dans celui-ci (dites à votre médecin …) que de mémoire vous vous interrogiez (ou annonciez ? Je ne sais plus) sur les liens entre statines et nouveaux diabètes de type 2?

            C’était un paragraphe parmi d’autres tout aussi intéressants, mais à mettre régulièrement en avant je pense, à rappeler souvent avec la chronologie, car les données ultérieures ont largement confirmé ce lien, et à l’époque, autant que je me souvienne, il y avait très peu d’écrits à ce sujet.

          2. Inoxydable
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            @ Emilio : La menace actuelle est que l’on nous retire ce droit fondamental de ne pas être un petit animal que nos gouvernants vaccinerait DE FORCE. La menace est que Gardasil devienne obligatoire, que la prise de statine devienne obligatoire (la mammographie est obligatoire en Uruguay, l’Uruguay inspire-t-il Buzyn ?), que la médicalisation « préventive » devienne obligatoire… est-ce que mes inquiétudes sont exagérées ? Peut-être… » … Mais Emilio, je sais tout ça ! Et je suis d’accord la dessus et je n’ai pas besoin de lire des dizaines d’articles ( au demeurant fort instructifs) pour en être persuadé.
            Je vous donne un exemple personnel : J’ai droit aux remboursements de médicaments à 100% pour mon problème coronarien que je gère avec succès sans médoc depuis plus de 6 ans maintenant. Si je devais avoir un autre problème ( l’autre coronaire qui se bouche pour je ne sais quelle raison) ou un accident ischémique alors que mon mode de vie m’a permis jusqu’à présent d’éviter de tels incidents, avec une obligation de soins par médicaments imposés et mon refus d’en prendre registré sur un quelconque carnet de santé électronique ou non, on en viendrait à me refuser des soins en milieu Hospitalier ou à me faire payer une intervention chirurgicale ou non sous ce prétexte.
            Pareil pour le diabète que je gère avec une alimentation adaptée, je suis à 100% et un crétin de médecin m’a inscrit sans me demander mon avis sur une association de diabétique ; Alors si d’aventure, l’âge, une maladie sournoise ou autre devait me faire hospitaliser ou simplement m’obliger à prendre des médicaments, ce serait la même chose. Tout serait répertorié.
            Idem pour les vaccins : A mon âge … qui s’avance ( je retarde la vieillesse le plus possible ) on pourrait me reprocher de ne pas m’être fait vacciner contre la grippe ou contre le pneumocoque si une contagion imparable m’affectait , alors que, témoignage vécu d’un proche, la vaccination à 91 ans d’une personne souffrant d’un cancer l’a achevé en 48 heures. On pourrait me refuser le remboursement d’antibiotiques adéquats;
            Et c’est ainsi pour tout. C’est pour cela entre autre que je suis contre l’obligation et que je suis d’ACCORD avec vous, mais il n’est pas nécessaire de le ressasser en permanence , tout le monde ici l’a compris.
            Par contre , argumenter du bon usage de la vaccination et de demander des études complémentaires sur son efficacité et ses effet secondaires sournois et invalidants, me paraît bien plus intéressant et justifierait des démonstrations imparables à opposer aux pro-vaccins à tout bras pour mettre fin à la Fatwa lancée par les ministres successifs contre les opposants.
            Donc cher Emilio, je suis ouvert ( mais qui suis-je …) à votre messe mais aussi et surtout à celles d’autres commentateurs qui se battent à tour de bras contre la doxa officielle.

          3. M. Barahj
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Ca c’est bien vrai. Scotchant. Manquait les tripatouillages de Framingham qui je crois n’ont été révélés que plus tard. Le mieux écrit (le moins contraint je pense) et souvenir ému de la sieste crétoise, éventuellement crapuleuse et des émotions que …

Commentaires : page 2 sur 3«123»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.