La science, vue par l’INSERM, nous instruit enfin sur les vaccins…

Le titre dit tout : « Que dit la science… » Et aussi « pour tous les enfants« . Bizarre !

Belles formules, certes, mais quelque précipitation semble-t-il ; car seuls les enfants nés après le 1er janvier 2018 seront concernés !

On pourrait penser que ce petit opus ne s’adresse pas à des scientifiques mais au vulgum pecus (comme disent les latinistes convaincus),  et que le mieux serait que je me taise.

Vu le résumé ci-dessous, je ne peux pas me taire. J’aurais honte de moi !

En écrivant ce que dit la science, l’INSERM parle quand même en mon nom ; et comme l’actuel Président de la République, je n’apprécie pas les ventriloques qui parlent à ma place.

J’ignore qui sont les rédacteurs de ce texte, si ils ont consulté (et qui) avant d’écrire, si les scientifiques de l’INSERM (il y en a quelques uns peut-être) approuvent ce texte et j’ignore si le PDG de l’INSERM (qui est aussi l’époux de la Ministre de la santé) a approuvé ce texte.

J’observe toutefois qu’en mon nom (scientifique incontesté, épidémiologiste et expert en médecine préventive), on prétend que « l’efficacité et l’innocuité des 11 vaccins obligatoires sont scientifiquement prouvées. »

Il serait immoral de ne pas donner l’alerte !

J’affirme que cette affirmation est ridicule, pour un scientifique !

Au contraire, l’efficacité des 11 vaccins n’est pas prouvée et leur toxicité est « parfaitement » démontrée !

J’ai écrit parfaitement entre guillemets car, en matière d’effets adverses d’un quelconque produit de santé, la démonstration parfaite est impossible. C’est vrai pour le tabac, l’amiante ou les vaccins.

L’idée qu’on puisse scientifiquement prouver l’innocuité d’un produit de santé qui soit en même temps efficace est encore ridicule ; pour un physiologiste.

Donc, j’affine la phrase : dans la limite de ce nous pouvons faire de mieux en termes de toxicité des produits de santé, celle des vaccins est « parfaitement » démontrée ; et d’ailleurs admise et décrite par les fabricants de vaccins eux-mêmes.

Qui sont les rédacteurs de ce texte qui osent ainsi déformer les données scientifiques disponibles et propager une telle désinformation ?

Est-il supportable (acceptable éthiquement) que nous ne disions rien ? Face aux jugements des générations à venir, je ne veux pas me dérober.

Et ceux qui ne disent rien aujourd’hui seront demain poursuivis pour ne pas avoir alerté.

Honte à eux !

Notre devoir est d’alerter !

ADDENDUM : le lecteur du texte qui précède pourrait penser que je suis mal documenté. J’invite tout citoyen consciencieux à consulter les références proposées par les rédacteurs de l’INSERM eux-mêmes. Voyons la référence numéro 1 qui concerne la diphtérie et le vaccin antidiphtérique (ci-dessous).

Ce n’est pas moi qui ai choisi cette référence pour légitimer l’affirmation que l’efficacité du vaccin antidiphtérique est scientifiquement prouvée. Je prends la numéro 1 parce que c’est la première de leur liste de référence.

Pour ne pas se lasser dans une lecture fastidieuse de l’historique de la diphtérie, j’invite à se rendre directement au chapitre « efficacité » du document à la page 425 (ci-dessous en version française).

Le « semblent indiquer » initial est délicieux et laisse penser que « du lourd » va venir.

Effectivement, au paragraphe 4, on peut lire qu’en fait, aucun essai clinique n’a testé le vaccin antidiphtérique.

Pour les lecteurs qui n’auraient pas une connaissance minimale des sciences médicales, il faut savoir que de nos jours aucune administration sanitaire ne délivre d’autorisation de mise sur le marché (AMM) à un produit de santé sans la production des résultats d’essai clinique. C’est le minimum requis.

Ainsi les experts de l’OMS avouent ne pas disposer d’étude solide démontrant l’efficacité de ce vaccin. Ils nous parlent de « données concordantes » issues d’études d’observation… ce qui est scientifiquement très faible et ouvre la porte à une multitude de biais !

En plus, un minimum de travail historique montre que les données épidémiologiques ne montrent pas de concordance entre l’introduction (puis l’obligation) du vaccin et la disparition de la diphtérie dans nos pays.

On pourrait, comme le font les supposés experts de l’OMS, analyser a posteriori quelques données bancales de récentes flambées de diphtérie à l’Est de l’Europe, mais c’est encore plus faible.

Le tout est très faible ! En dessous des limites de crédibilité exigées habituellement par des vrais scientifiques libres de toute influence politique ou administrative.

Les rédacteurs du document « scientifique » de l’INSERM ont-ils d’autres documents que ceux de l’OMS pour légitimer leur péremptoire déclaration ? Moi je n’en connais pas ; et je crains d’avoir une connaissance du dossier bien supérieure à la leur.

Le PDG de l’INSERM est-il cosignataire de ce document ?

Je ne sais pas.

Ce que je sais c’est que le document de l’INSERM, et les références à l’OMS, me font honte.

 

 

 

 

 

 

 

134 réflexions au sujet de « La science, vue par l’INSERM, nous instruit enfin sur les vaccins… »

  1. aubepine

    VIVE MA VIEILLE CAFETIÈRE ( ou les jus de chaussettes d’antan…)

    >

    INFORMEZ VOS JEUNES ET TOUS LES AUTRES ! !

    >

    Je suis sûr que ton café aura un autre goût après cette lecture !!!

    >

    Simplement pour votre information…

    >

    Je suis une dosette. Je vous en fais voir de toutes les couleurs !

    Mes 4 grammes de café sont habillés d’une robe d’aluminium à la couleur de votre choix chacun y trouve son café, selon son goût et son humeur.

    4 grammes de café à 0,40 EUR, ça nous fait pour 1000 grammes de café 100 EUR.

    Oui, 100 EUR LE KILO, c’est le prix du luxe, on ne va pas chipoter, ce serait petit.

    Il faut, bien sûr, s’en donner les moyens.

    Je ne fais pas dans la dentelle avec mes habits de lumière en aluminium.

    J’ai besoin de beaucoup d’énergie électrique fournie par de belles centrales nucléaires ou de très efficaces centrales thermiques.

    POUR 1 TONNE D’ALUMINIUM, J’OFFRE 4 TONNES DE REJETS SOUS FORME D ‘ARSENIC, DE TITANE, DE CHROME, DE PLOMB, DE VANADIUM, DE MERCURE,

    bref, de magnifiques boues rouges qui par exemple, grâce à une SUPERBE

    CANALISATION TERRESTRE DE 55 KM, glissent depuis l’usine Altéo de Gardanne jusqu’à la grande bleue.

    Et grâce à un AUTRE BEAU TUYAU DE 7,7 KM, je vais me balader,

    tenez-vous bien, jusqu’à 320 mètres de profondeur, tout au fond du canyon sous-marin de Cassidaigne dans le magnifique parc des calanques.

    Tout ça, donne soif, je bois comme un trou de la bonne eau locale.

    Maintenant, je vous invite à faire un petit tour dans la tasse :

    Avec mes 1 000 tonnes de café par semaine, je suis le roi du marché !

    Je fais ce que je veux. Je prends toutes les origines de café au cours le plus bas du moment.

    Je te MÉLANGE tout ça au mieux (au mieux financier, bien sûr).

    De toute façon, je m’en sortirai toujours grâce aux ARÔMES AJOUTÉS.

    Vous savez bien, cette petite note de noisette si subtile !

    Pour la torréfaction, je suis le champion : 1000°C en 90 secondes quand les autres (traditionnels) font avec 200/220 ° en 20 minutes.

    Et toc, bingo !

    Le pompon, c’est LA MOUSSE QUI PERSISTE PLUSIEURS HEURES quand les autres ne tiennent que quelques minutes.

    Là, la recette est secrète. Je vous en dis un peu, pas tout, juste un peu :

    UN CHOUIA DE GRAISSE ANIMALE, DES ADDITIFS TOP SECRET, ET C’EST JOUÉ.

    D’une manière générale, je me débrouille plutôt bien pour qu’on se souvienne de moi, car, malgré quelques tentatives poussives et gourmandes en énergie et en eau,

    JE NE SUIS PRESQUE PAS RECYCLÉ.

    Comme ça, vous pouvez me retrouver un peu partout sur la planète.

    Ah, j’oubliais !… J’AI AUSSI LE RECORD DU PLUS GRAND TAUX DE FURANE.

    Là, ne m’applaudissez pas car il arrive qu’on batte des records sans réelle volonté.

    Une recherche sur internet vous apprendra que le Furane est une substance organique (produit intermédiaire utilisé dans l ‘industrie chimique comme SOLVANT pour les résines lors de la production de laques et comme agglomérant dans la fonderie).

    VOLATILE, LIPOPHILE ET CANCÉRIGÈNE POUR LE FOIE, LE FURANE DOUBLE DE QUANTITÉ

    LORSQUE LE CAFÉ INGÉRÉ PROVIENT DE CAPSULES PLUTÔT QUE D’UNE CAFETIÈRE CLASSIQUE, selon les scientifiques de l’université de Barcelone.

    > CAPSULES DE CAFÉ NESPRESSO : UNE DOSE DE CANCER À CHAQUE FOIS !

    > C’est à prendre ou à laisser !

    > Bonne dégustation… !!!

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : aubepine

      Merci pour ces infos ; que nous devons vérifier…
      Merci de nous fournir la référence des « scientifiques de l’université de Barcelone » que vous citez et qui…

          1. aubepine
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Contente qu’Inox vous fournisse des précisions … je n’en avais pas à vous donner … Merci Inox!
            Je m’apprêtais à vous livrer la formule de mes parents de qui j’entendais souvent :
            « il n’y a pas de fumée sans feu »! évidemment pas très scientifique!

  2. aubepine

    Africa Studio/shutterstock.com
    Elargissement de l’obligation vaccinale, augmentation du prix du tabac, déremboursement de médicaments… Les changements législatifs et réglementaires en matière de santé sont nombreux en 2018. Tour d’horizon des décisions destinées à améliorer la santé publique.

    A partir du 1er janvier, le nombre de vaccins obligatoires passe de 3 à 11. A la diphtérie, à la poliomiélite et au tétanos s’ajoutent l’haemophilius influenzae B, la coqueluche, l’hépatite B, le ROO (rougeole, oreillons, rubéole), le méningocoque C et le pneumocoque. L’objectif affiché : combattre les épidémies encore actives et réduire le risque de décès, notamment chez les enfants en bas âge.

    La lutte contre le tabagisme et ses conséquences tragiques est un autre objectif affiché par le gouvernement. Afin de poursuivre sur cette voie, le prix du paquet de cigarettes continuera d’augmenter progressivement, pour atteindre 10 euros en 2020, contre 7 euros aujourd’hui. Et à partir de mars 2018, une hausse de 1 euro sera appliquée.

    Autre fléau de santé publique : le sucre. Et notamment celui contenu dans les sodas. En 2013, une « taxe soda » était instaurée pour prévenir l’obésité. En 2018, celle-ci sera adaptée en fonction du taux de sucre dans les boissons. Ainsi, pour une eau aromatisée qui contient 1% de sucre, le surcoût sera moindre par rapport à un soda qui en contient 10%.

    Médicaments, dispositifs médicaux et forfait hospitalier

    Coltramyl, Miorel, Myoplege… Si vous souffrez de maux de dos, ces molécules ne vous sont sans doute pas inconnues. À partir du 2 janvier 2018, ces médicaments à base de thiocolchicoside sous forme de comprimés ou de gélules ne seront plus remboursés. C’est ce que prévoient deux arrêtés publiés au Journal officiel du 29 novembre 2017. Lesquels font suite à un avis en date du 20 juillet 2016 de la Commission de la transparence de la Haute Autorité de santé (HAS) selon lequel, sur les questions de contractures musculaires douloureuses associées à une lombalgie aiguë, ces médicaments présentent un « service médical rendu » insuffisant qui ne justifie plus leur remboursement.

    George Rudy/shutterstock.com
    Côté dispositifs optiques et auditifs, l’information devrait être renforcée cette année. Ainsi, comme le rappelle la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), à partir du 1er janvier 2018, les professionnels ont l’obligation :

    D’afficher en vitrine et à l’intérieur du local commercial, de manière visible et lisible, la mention suivante : « Un devis détaillé vous est remis gratuitement avant tout achat de produit correcteur. » ;
    De remettre un devis avant tout achat : ce devis doit permettre aux professionnels de l’optique et de l’audioprothèse de renseigner l’acheteur plus directement sur le tarif, en différenciant les produits et les prestations, les modalités de prise en charge par les complémentaires santés et le montant restant à charge.
    A partir du 1er janvier également, le forfait hospitalier augmentera de 2 euros par jour, passant de 18 à 20 euros.

    La PMA pour toutes vraiment en 2018 ?

    Annoncée par la secrétaire d’Etat à l’égalité entre les hommes et les femmes le 12 septembre dernier, le droit pour toutes les femmes à bénéficier de la Procréation médicalement assistée (PMA) devrait être proposé dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique prévue en 2018. Toutefois, cette dernière pourrait n’avoir lieu qu’à la fin de cette même année. Ce qui décalerait à 2019 un débat au Parlement et une éventuelle entrée en vigueur de la réforme. Rappelons que jusqu’ici en France, les femmes homosexuelles et/ou célibataires n’ont d’autre choix que de traverser les frontières pour rejoindre l’Espagne ou la Belgique par exemple

    C’était les nouveautés pour 2018.

  3. Corentin

    http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/epidemie-de-grippe-des-renforts-dans-les-hopitaux-1018443.html

    Tout n’est pas idiot dans ce que dit ce médecin, semble-t’il, non? Le truc de chaque passage aux urgences qui rapporte une prime au directeur de l’hôpital, c’est fort… Le pire c’est qu’ils ont même donné un nom à ce système (désolé, il est trop tard, ou tôt, je ne me rappelle plus de mémoire le nom qu’il a donné)

    Le médecin invité est beaucoup plus calme, raisonnable et moins anxiogène que d’autres intervenants ici ou/et ailleurs ou les médias. Bon point pour lui.

    D’ailleurs, il semble que ces propos dérangent car les journalistes semblent un peu perturbés par ce qu’il dit et on a le sentiment d’une certaine gêne comme ce ne semblait pas être ce qu’ils voulaient entendre, ni divulguer comme message de propagande… Les pôvres… :D

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Corentin

      Excusez-moi ! Je ne regarde pas ce genre de documents : je ne supporte pas les publicités débiles qu’on m’inflige avant d’avoir accès au document lui-même…

      1. Corentin
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Voici un lien pour où vous trouverez le fichier mp4 que vous pourrez télécharger pour le visionner, sans pub… : http://ovh.to/cudWZt

        Ce lien est valide 5 jours à partir de maintenant (30/12/2017 23h55)

        P.S. : Le médecin (Jean-Paul Hamon, médecin généraliste, président de la Fédération des Médecins de France) intervient après le reportage qu’ils diffusent au début…

  4. aubepine

    STUDIO M/shutterstock.com
    Après l’éjaculation, certains hommes souffrent de symptômes grippaux. Le signe, semble-t-il, d’une allergie à leur propre sperme. Des solutions permettent-elles de calmer ce problème ? Les précisions du Dr Gilbert Bou-Jaoudé, médecin sexologue à Lille.

    Si c’est comptabilisé, en plus! pas étonnant que la France voie « rouge » !!

  5. dreamer

    Bonjour.

    Dans le livre que vous êtes en train d’écrire sur le sujet, ferez-vous des rappels sur toute la base théorique sous jacente de la vaccination, en particulier sur l’immunologie ?

    Merci

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : dreamer

      Le sujet est tellement vaste que nous sommes en train de décider (pas encore certain) de faire deux tomes ; le chapitre d’immunologie générale sera probablement dans le tome 2 car le tome 1 sera probablement consacré seulement aux vaccins pour les bébés. Il y a extrême urgence à clarifier cette question où les délires ministériels et médiatiques sont hallucinants…

  6. MT

    http://www.rolandsimion.org/spip.php?article394

    Quand Marc Girard remet les pendules à l’heure.
    Pour les experts de l’INSERM et les autres trolls qui viendraient surfer sur ce site et qui n’y comprennent rien.
    Et aussi bien sûr pour tous ceux qui chercheraient vraiment à comprendre les fameuses « rumeurs » (sic) qui courent sur le vaccin contre l’hépatite B…

    PS: je me suis faite « agressée » ce matin par une collègue qui ne comprenait pas pourquoi je ne me faisais pas vacciner contre la grippe.
    J’ai failli tenter une explication somme toute très simple puis j’ai fait marche arrière. Elle n’aurait rien compris.

    PPS: j’ai vu un patient en consultation qui a fait une encéphalite limbique auto-immune d’origine inexpliquée.
    Je me dis qu’on est en 2018, on exerce dans un pays « démocratique » (sic) et je n’ose même plus poser une simple question à un patient: « avez-vous été vacciné dans les mois qui ont précédé l’apparition des premiers symptômes? ».
    J’ai fini par lui poser la question de façon détournée, par curiosité car mon métier d’anesthésiste n’a rien à voir avec tout ça et il m’a répondu « non, par contre depuis que j’ai déclenché mon encéphalite, on m’a demandé de me faire vacciner tous les ans contre la grippe »
    Mais quel cauchemar!!! ça m’a fait de la peine mais je n’ai rien dit.
    La loi du silence m’en a empêché, du coup je rumine.

    Alors je pense aux médecins généralistes, qui eux sont bien plus exposés que moi à des problèmes métaphysiques et je me demande comment ils vont continuer d’exercer sans péter les plombs.

  7. aubepine

    « Rendre notre système de Santé plus audacieux ». C’est par cette phrase que la ministre en charge de Santé, Agnès Buzyn, a débuté, ce 5 janvier, sa conférence de presse dédiée à la stratégie vaccinale en France. Elle est ainsi largement revenue sur le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires pour les enfants, fustigeant par la même certaines campagnes de désinformation.

    « Une bonne couverture vaccinale est un enjeu de Santé publique », insiste Agnès Buzyn. « Avant 1945, la diphtérie était responsable de plus de 3 000 décès par an en France. Aujourd’hui, grâce à la vaccination, la pathologie a quasiment disparu de l’Hexagone. Même chose pour le tétanos, nous sommes passés de plusieurs centaines de cas en 1946 à 5 aujourd’hui… ».

    Pour la ministre, il est donc urgent de rattraper le retard qu’accuse la France en termes de couverture vaccinale pour certaines pathologies (comme pour la rougeole par exemple, pour laquelle la couverture varie de 89 à 91% alors qu’elle devrait être de 95% pour une protection collective efficace).

    Pas plus d’injections !

    Dans la mesure où « il n’existe pas de vaccins contre la théorie du complot », précise Agnès Buzyn, « nous devons renforcer l’information. » Un exemple ? Non, « le passage de 3 à 11 vaccins ne sera pas synonyme de plus d’injections », comme peuvent le dénoncer certains groupes. En fait, « si votre enfant est né à partir du 1er janvier 2018, il recevra dix injections jusqu’à l’âge de deux ans, comme c’est le cas aujourd’hui pour la plupart des enfants ». Dans le détail :

    Trois injections pour une vaccination complète qui protège contre six maladies, (la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite) ainsi que la coqueluche, l’Haemophilus influenzae de type B et l’hépatite B ;
    Deux pour une vaccination complète contre trois maladies, le RRO, qui protège contre la rougeole, la rubéole et les oreillons;
    Trois pour une vaccination complète contre le pneumocoque ;
    Deux injections pour une vaccination complète contre les infections à méningocoque de type C.
    Ce renforcement de l’information passera entre autres par des campagnes à large échelle mais aussi l’envoi d’outils pédagogiques aux professionnels de santé et à ceux de la petite enfance. Objectif, pour répondre plus efficacement aux questions des parents (par exemple en ce qui concerne l’intérêt des adjuvants…).

    Source : Conférence de presse d’Agnès Buzin

    Tiré de Destination Santé.

Commentaires : page 4 sur 4«1234

Les commentaires sont fermés.