Prévention de la fibrillation auriculaire et de l’accident vasculaire cérébral (AVC) embolique

La fibrillation auriculaire (FA) est une arythmie cardiaque parfois très gênante ; mais surtout dangereuse car lorsque l’oreillette fibrille (et ne se contracte pas), des caillots peuvent se former sur ses parois et être ensuite expédiés dans la circulation [ça s’appelle une embolie] notamment lorsqu’elle se contracte à nouveau (cesse de fibriller) car la contraction décroche le caillot.

Cible de choix, le cerveau ; c’est un AVC ; et les dégâts sont proportionnels à la taille de l’artère bouchée, donc à la taille du caillot embolique.

Les sujets plus susceptibles de faire des caillots (de façon inappropriée) et/ou des troubles du rythme de l’oreillette sont les plus à risque, évidemment ; et dans nos sociétés prospères, la FA et l’AVC provoqué par la FA ont pris une allure épidémique.

A ce point du raisonnement, tous ceux qui nous lisent régulièrement ont compris qu’en adoptant un mode de vie protecteur, à la fois anti-arythmique (cardiaque) et anti-caillot, on diminue considérablement le risque de FA emboligène. Les données cliniques et épidémiologiques sont absolument claires !

Mais cette approche mode de vie préventive ne figure pas dans les logiciels de la médecine spécialisée, technologique, marchande et universitaire. Et cela pour une raison simple (qui ne disculpe personne, pas même les victimes), c’est que les médecins sont généralement appelés à la rescousse APRÈS la bataille, une fois que l’AVC a eu lieu ou une fois que la FA s’est manifestée.

Question : est-il trop tard à ce moment-là pour changer de mode de vie ?

La médecine moderne et technologique a donc développé toutes sortes de traitement visant à : 1) traiter la FA une fois qu’elle s’est manifestée [choc électrique (ou cardioversion), médicaments anti-FA et/ou traitements du site d’origine de l’arythmie (ablation dite endocavitaire)] ; 2) diminuer le risque de caillot emboligène avec des médicaments anticoagulants, les classiques (les antivitamines K) et les nouveaux qui prolifèrent, le marché est vaste (épidémique) et les profits potentiels considérables …

Ce type de médecine est évidemment indispensable et salvatrice, nous devons remercier les auteurs de ces progrès technologiques, sans réticence.

Mais, tous les visiteurs de ce site ont compris que la priorité des priorités est de tout faire pour ne jamais avoir à subir ce genre de traitements acrobatiques où le médecin et le patient jonglent [désolé, je décris la réalité des faits] entre des risques variés, notamment celui d’être trop anticoagulé (risque hémorragique) ou celui de ne l’être pas assez (risque persistant d’AVC).

Bon, restons optimistes !

En effet, des publications récentes et sérieuses nous amènent à penser que nous sommes à l’aube d’une nouvelle prise de conscience. Certains chercheurs viennent de découvrir que la FA [c’est quand même elle l’origine des ennuis] n’était pas une fatalité et qu’on pouvait s’en protéger et même en guérir. Il ne serait donc jamais trop tard !

Je parle ici des cas (la très grande majorité des patients qui présentent une FA) où on n’a pas identifié une cause évidente de FA, par exemple une pathologie des valves auriculo-ventriculaires, une pathologie de la glande thyroïde, et autres …

Il y a des causes moins évidentes. Nous avons déjà expliqué à maintes reprises que : 1) baisser son cholestérol avec une statine augmente le risque de FA, toutes choses étant égales par ailleurs ; 2) exposer son cœur à des efforts physiques trop intenses (fonction de l’âge) augmente le risque de FA ; 3) être déficitaire en oméga-3 augmente le risque de FA ; 4) boire trop d’alcool augmente le risque de FA ; 5) l’hypertension artérielle, l’obésité, le diabète augmentent le risque ; 6) diverses autres anomalies  (potassium, sodium, magnésium) peuvent augmenter le risque mais c’est moins bien documenté.

Mais une équipe australienne a récemment montré que chez des patients obèses ou en surpoids présentant une FA symptomatique (donc gênante), l’adoption d’un mode de vie protecteur visant à perdre du poids et à corriger des désordres métaboliques variés avait entrainé une importante amélioration des symptômes dus à la FA et des signes de déstructuration cardiaque possiblement à l’origine de la FA.

C’est dans le JAMA 2013;310:2050 par Abed HS et al.

 Ils ont aussi montré que chez des sujets obèses auxquels on avait déjà essayé une « ablation » de la FA par technique endocavitaire, l’adoption d’un mode de vie protecteur avait réduit de 5 fois le risque de récidive de FA.

Je ne vais pas rentrer dans les détails de ce qu’ils appellent eux un « mode de vie protecteur » ; ça se rapproche un peu de ce que nous proposons mais pas vraiment ; peu importe, ce que ces travaux montrent pour la première fois de façon scientifiquement acceptable c’est que la FA est grandement dépendante du mode de vie ; c’est une information cruciale !

URGENT donc de relire nos recommandations pour faire encore mieux que les australiens.

Il ne faut donc jamais renoncer, on peut toujours essayer de modifier le tissu cardiaque responsable de la FA et ainsi échapper à tous ces traitements dangereux qui empoisonnent la vie presque autant que la FA elle-même.

Les chercheurs australiens ont surtout insisté sur la perte de poids et la correction des syndromes métaboliques (insuline, glucose). Ils ont raison et ils ont obtenu des amaigrissements exceptionnels. Ils ont sélectionné des patients en surpoids important mais beaucoup de FA surviennent chez des sujets qui ne sont pas en surpoids. Ils ne répondent donc pas à toutes les questions, bien sûr.

J’insiste, ce qu’ils ont surtout montré c’est l’importance du mode de vie (pour la première fois) et la réversibilité de la FA, même quand elle a des apparences chroniques, sous l’effet de modifications du mode de vie.

Urgent d’entreprendre de nouvelles recherches non médicamenteuses chez les nombreux patients avec FA. Vite des sponsors !

80 réflexions au sujet de « Prévention de la fibrillation auriculaire et de l’accident vasculaire cérébral (AVC) embolique »

  1. Jean-Marc REHBY

    Les IPP sont des médicaments redoutablement efficaces et finalement assez bien supportés dans l’ensemble contrairement à la crainte que l’on pouvait avoir au début.
    Ils ont révolutionné le traitement de l’ulcère gastrique et les chirurgiens de l’estomac sont au chômage depuis longtemps. Les péritonites par perforation d’ulcère et les hémorragies digestive alias hématémèses ont quasiment disparu.
    il y a 25 ou 30 ans par une garde de nuit sans l’une ou l’autre.
    Les oesophagites peptiques par reflux qui font le lit du cancer de l’oesophage ont aussi quasiment disparu.
    Donc les IPP sont de grands médicaments qui comptent dans l’histoire de la médecine et ceux là ont peut les compter sur les doigts des mains et encore on a peut-être trop de doigts à nos deux mains.
    Mais les patients prenant aspirine et clopidogrel peuvent s’en passer dans 75 à 80% des cas car pas d’acidité pas de reflux.
    Enfin leur prise permanente au long cours n’est indiquée que dans dans un nombre restreint de cas, et la prise occasionnelle doit être la règle;.
    Ceux qui ont déjà eu un reflux après un repas trop riche et trop arrosé ( c’est pas la diète méditerranéenne certes mais il y a des occasions de temps en temps….. ) savent de quoi je parle!!

    1. Jean-Marc REHBY
      En réponse à : Jean-Marc REHBY

      Ah quand on n’est pas un virtuose du clavier…
      « PAS une grade sans … »
      « ON peut les compter… »
      Mais les lecteurs auront rectifié d’eux même comme on ne dit plus dans les journaux fait sur ordinateur avec correcteur d’ortaugraffe!!

    2. ours des neiges
      En réponse à : Jean-Marc REHBY

      Merci à tous pour ces explications ; mais je n’ai toujours pas de solution à mon problème , malgré la prise successive de : Charbon végétal actif – Probiotiques pendant 1 mois – Siméticone + Prébiotique – Siméticone + Charbon + Débridat …et les éructations continuent .

      Pardon pour les fautes d’ ortographe passées et à venir , mais ici en montagne , on ne manque pas d ‘ r

        1. Inoxydable
          En réponse à : ours des neiges

          Ours des neiges. Je suis désolé pour vos problèmes de renvoi d’acide qui vous obligent à utiliser l’I.P.P. Je vais encore une fois parler de mon cas personnel et vous donner un petit truc qui a marché sur moi et sur mon épouse. Lorsque je prenais d e la METFORMINE pour faire tomber la Glycémie ( merci les Statines…) j’avais quelques renvois acides la nuit et mon épouse qui craignait ce médicament encore plus que moi, arrivait à s’étouffer la nuit avec ! Sur un site du net parlant de petits moyens pour faire baisser le taux de Glycémie il était recommandé de boire immédiatement après les repas, et surtout celui du soir, un verre d’eau avec du jus de citron (juste un peu citronnée) J’ai essayé , cela marchait, oh, ce la ne faisait pas baisser de beaucoup mais par contre les aigreurs et les renvois d’acides se sont arrêté. Explication : L’acidité du jus de citron trompe l’estomac qui en produit moins d’acide et les féculents, notamment, se digèrent plus lentement.
          Depuis deux ans mon épouse t moi avons cessé de prendre la Metformine : Durant tout ce temps  plus d’acidité gastrique et autres désagréments. Il y a quelques semaines, compte tenu qu’elle n’est pas en mesure de faire autant d’exercices physique que moi ayant des problèmes de pieds, elle a eté obligé de reprendre la METFORMINE . Résultat l’acidité stomacale nocturne est revenu tellement fort, qu’elle a failli mourir étouffée celle ci ayant atteint et brûlé ses bronches. Dès le lendemain, nouvelle cure de citron et eau et cela s’est calmé. Le médecin lui a prescrit des IPP mais elle a refusé d’en prendre.Mais comme nous ne sommes pas toujours chez nous actuellement, elle n’a plus continué sa cure d’eau et citron et rebelote l’acidité nocturne. Depuis hier elle a repris cette cure et cela va mieux malgré la Metformine qui l’aide d’un côté mais la démolit d’un autre.
          Alors, faites un essai quelques jours avec cette « cure » pour voir. Peut-être que cela marchera, je vous le souhaites. Bonne soirée.

          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Inoxydable

            Acidité et régurgitations ?
            Chez certains, l’élimination du gluten ou l’abstention des céréales type blé (donc le pain) peut avoir des effets radicaux …
            Pas pour tous, mais pour certains : effets observables en une semaine environ …
            Faut essayer ça, on ne sait jamais, avant de prendre des IPP …

            Ça n’est pas une consultation.

          2. Inoxydable
            En réponse à : Inoxydable

            Merci Docteur pour votre prompte réponse. Je dois dire qu’en ce qui concerne l’élimination des gluten, blé , céréales on y est en plein dedans depuis plus d’une semaine : Application du régime « cétogène » dont parlait « la Nutrition.fr » pour faire tomber le Diabète. Pour moi pas de problèmes, seule mon épouse semble avoir quelques difficultés et c’est aussi elle qui prend de la Metformine. Mais bon, on verra dans quelques temps s’il y a du progrès. (Entre parenthèse, il faut beaucoup d’imagination pour appliquer ce régime qui marche pour l’instant, dur dur de se passer de pain le matin…Tout en conservant la Diète méditerranéenne.)

          3. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Inoxydable

            Vous pouvez être « sans gluten tout » en ayant votre pain du matin ; il suffit de faire votre pain vous-même ; après quelques essais, vous verrez, vous ferez presque aussi bien que le boulanger ; c’est une activité enrichissante et « délassante » ; vous devez acheter une farine toute prête (les supermarchés en vendent au rayon « bio » ou à celui « sans gluten ») et suivre les conseils …
            Alternative : acheter du pain sans gluten dans les supermarchés ou les boutiques « bio » ; certains sont vraiment excellents, d’autres moins mais en fait, il y a du choix, en général …
            On trouve aussi des macaronis ou des spaghettis sans gluten ; une précaution, les consommer « al dente » !
            Bon vent, matelot

          4. ours des neiges
            En réponse à : Inoxydable

            Merci du conseil , je vais essayer ; mais en fait , mon problème actuel est l’ aérophagie : c’est elle qui fait remonter des effluves acides .
            Je commence à peine un traitement par HE d ‘ estragon , et si ça ne marche pas , je suivrais votre méthode .

            N.B. on trouve , en cherchant bien , du pain à base de petit épeautre , donc quasi sans gluten .

            Bye .

          5. Pollux
            En réponse à : Inoxydable

            En réponse à Inoxydable à propos du Gluten:

            Vous trouverez de très bonnes informations sur le site de Jacqueline Lagacé, PhD retraitée de la faculté de médecine de Montréal http://jacquelinelagace.net/.
            Ses livres sont remarquables et complètent parfaitement dans un autre domaine, ceux du Dr de Lorgeril. Vous y trouverez aussi un livre proposant des recettes sans gluten. Pour comprendre les raisons des problèmes que posent aujourd’hui les blés et les produits laitiers, vous trouverez deux livres chez l’éditeur Thierry Souccar.

        2. M. Barajh
          En réponse à : ours des neiges

          to Ours des neiges
          Aérophagie ?
          Vous voules dire que vous éructez je suppose.
          Sans doute vous l’a t’on déja dit mais :
          l’air qui sort est de l’air qui est rentré et en général pas un produit de fermentation .
          Donc il faut arrêter de déglutir, manger, avaler de l’air (comme aérophagie veut dire).

          Donc grosse diminution des boissons gazeuses.
          De pls on avale de l’air chaque fois que l’on avale autre chose.

          Après , c’est une aire de recherche sans doute négligée….
          QUe fait l’INSERM ? Le CNRS ! Bon dieu !

          1. ours des neiges
            En réponse à : M. Barajh

            Je ne comprends pas ce post .
            OUI j’ éructe et trop , beaucoup trop ; dès que je mange ou boit de l’eau , hop ! j’ éructe …..d ‘où des remontées acides avec l’air .
            Je crois aussi que la fermentation produit des gaz qui remontent ; la fermentation est alimentée – entre autres – par les sucres, je vais essayer de ne pas manger de fruits en fin de repas et les reporter au goûter .
            Je ne consomme JAMAIS de boissons gazeuses …
            Je mange des bonbons ….
             » arrêter de déglutir , manger , avaler de l’air  » …vous avez la solution pour vivre sans manger ?
            Vite donnez-moi la clé !

          2. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : ours des neiges

            Ceci n’est pas une consultation.
            Nous avons tous de l’air dans l’estomac, et tous nous éructons (ou rotons) ; en général, on n’est pas gêné …
            Vous avez peut-être un problème au niveau de la jonction oesogastrique ; je suppose que vous avez consulté un gastroentérologue (?)
            Bon vent, matelot

    1. phil
      En réponse à : JM51

      bravo, voilà un résumé accessible à tous, sans digressions prétentieuses et qui explique tout sans ambiguïté (ce qui se conçoit bien s’énonce clairement… )

      [ Mais diminuer le taux de cholestérol n’est pas très efficace. En effet, le cholestérol n’est pas la cause de l’athérosclérose, et il n’intervient nulle part dans la formation du caillot. C’est pourquoi, selon la majorité des études, les médicaments contre le cholestérol (fibrates, statines) font baisser le taux de cholestérol sanguin, mais ils ne réduisent pas la mortalité coronaire, ce qui était tout de même le but recherché [1].

      Par contre, réduire le taux de cholestérol pose des problèmes bien réels à l’organisme. Le cholestérol est une molécule essentielle qui entre dans la composition des parois des cellules, et assure leur étanchéité vis-à-vis des fluides extérieurs. Si vous diminuez votre taux de cholestérol par un régime ou par des médicaments, vous fragilisez vos cellules et vous augmentez votre risque d’AVC hémorragique, un fait avéré par les récentes études cliniques .

      Et malheureusement, les médicaments contre le cholestérol ont de nombreux effets indésirables : douleurs musculaires et ligamentaires, impuissance masculine [4], problèmes de mémoire [5], peut-être aussi risque accru de cancer. ]

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Caution

      Cette idée n’est pas nouvelle loin de là. Et des petits rigolos français avaient proposé un « vaccin anti-cholestérol » [j'en ai parlé dans un de mes livres] et même obtenu des fonds (des Euros, je veux dire) de nos grands instituts, et immédiatement investi dans une start-up …
      Une manière comme une autre de jeter notre argent par des fenêtres qui donnent directement sur les comptes de quelques petits malins …
      Nettoyage urgent recommandé !

      1. ccmiens
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Bonjour Docteur,
        Faudrait qu’ils nous inventent un vaccin contre la c… . Succès garanti. Clientèle énorme et captive. Vaccin pris toute la vie. Comme disait Brassens il y a les vieux cons et les cons débutants.
        Bien à vous

  2. Liliane 46

    Bonjour à tous!
    Tout d’abord, merci au Dr. de Lorgeril -et à tous les participants- pour cet espace d’échange qui nous permet de nous informer et de nous sentir moins seuls face à nos problèmes. L’information que j’y ai trouvée m’a permis de réagir. C’est ainsi que j’ai le livre « Prévenir l’infarctus… » depuis une semaine, et je tâche d’appliquer ce que j’apprends. Mon mari m’aide autant qu’il le peut, parcourant la toile en long et en large à la recherche d’avis homogènes en anglais, allemand, espagnol… Car plus l’édifice est solide, plus on ose grimper aux étages élevés. Même quand on est convaincu par le bien-fondé d’une explication, cela donne le vertige que de barrer de l’ordonnance du chirurgien plus de la moitié des médicaments. La peur et le doute vous guettent à tout instant.
    Agée de 67 ans, j’ai eu mes trois premiers stents en août 2011 sur l’interventriculaire antérieure et sur la bissectrice. Je viens de recevoir, le 30 mai, 2 nouveaux stents actifs 3.5×18 sur la coronaire droite, qui avait une sténose à 60% en sortie de coude et une deuxième sténose serrée en amont du 2ème coude.
    J’ai quitté la clinique avec un traitement qui, en plus de mon vieux LEVOTHYROX de toujours, comportait:

    PLAVIX 2/j pendant 8j puis 1/j pendant un an
    KARDEGIC 160 mg /j
    INIPOMP 40 1/j
    PROCORALAN 5 2/j
    MICARDIS 40 1/j
    ATORVASTATINE 20 mg le soir à majorer à 40 mg si la tolérance clinique le permet

    J’ai exclu d’emblée l’ATORVASTATINE, puis au fur et à mesure de nos lectures j’ai arrêté d’abord l’INIPOMP, puis le PROCORALAN et enfin le MICARDIS. Je garde PLAVIX et KARDEGIC, cela me semble incontournable avec mes 5 stents.
    Je mesure ma TA et mon pouls depuis l’arrêt des médicaments, au moins deux fois par jour. Les ayant supprimé de mon propre chef, cela me rassure. C’est fluctuant (cela a toujours été ainsi chez moi), mais ma moyenne est de 126/71 mmHg et de 67 pulsations. La TA est toujours plus élevée au bras gauche, avec des écarts allant jusqu’à 6 mmHG en diastolique et jusqu’à 10 mmHg en systolique.
    Notre village catalan est entouré de vignes et je sors marcher deux ou trois fois par jour, au moins une demi-heure, et la diète méditerranéenne est à l’honneur plus que jamais. Assez bien donc de ce côté-là. Ce qui me fait terriblement défaut est un cardiologue pour le suivi. Je n’ai rien déniché hors le terrible classicisme, que j’aime pourtant en musique…
    Serait-ce possible de recevoir par mail l’adresse d’un praticien qui ne me renvoie pas vers les statines et autres poisons? Département 66 et voisins…
    Merci du fond du coeur + stents !!!
    Liliane 46

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Liliane 46

      En dehors de la surveillance des stents par votre cardiologue, avec un traitement antiplaquettaire adapté, et la surveillance de la thyroïde, j’ai l’impression que vous vous débrouillez très bien, matelote …
      Bravo !
      Je doute que vous trouviez la perle rare que vous cherchez … Voyez avec votre généraliste, ils sont souvent beaucoup plus « fins » (au sens très québécois du terme) qu’on ne le croit du haut des chaires de la cardiologie cléricale …
      Ceci est un conseil d’ami et en rien une consultation …
      Autre conseil : lisez vraiment très bien nos livres, vous y trouverez tout ce dont vous avez besoin et même encore plus !
      Bon vent !

  3. hierophante

    Bonjour, quand un médecin généraliste de Béziers s’inquiète que des triglycérides à 2 soit une valeur inquiétante qui puisse provoquer du diabète, il suit quelle logique ?

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : hierophante

      Des triglycérides un peu élevés peuvent faire évoquer un syndrome de « résistance à l’insuline », une sorte d’état pré-diabétique …
      C’est un marqueur « innocent » pas une cause, faut pas confondre, peuchère !
      Faites-lui plaisir, rassurez-le, adoptez le mode de vie que nous recommandons …
      Si vous pensez le faire et que vous avez 2 de triglycérides, c’est qu’il y a un défaut.
      Habituellement ça s’explique par un abus (relatif) de sucres par rapport aux graisses …

  4. bernard

    à propos du pain sans gluten; pour avoir essayé c’est compliqué à réussir; les pains ou pates sans gluten du commerce sont souvent avec du maïs donc non conforme au régime Seignalet. POUR INFO:
    de passage dans les Alpes j’ai trouvé chez « Carrefour » du pain conforme de la marque GlutaBye fabriqué à 74960 CRAN-GEVRIER

  5. claude

    En réponse à Ours de neige,
    Vous devriez consulter un gastroentérologue, car une dyspepsie importante et persistante comme vous le décrivez , il faut l’ investiguer!
    Soit (entre différentes causes!) il peut s’agir d’ une possible infection par Helicobacter Pylori, une méchante bactérie qui peut causer des graves effets (carcinome gastrique) . Il existe un test très simple de détection appelé « test de la haleine » « et le traitement est la prise des antibiotiques très efficace.

    1. ours des neiges
      En réponse à : claude

      Merci à vous ( et aussi à M de Lorgeril qui me répond plus haut ) .

      J’ai commencé il y a 3 jours un traitement avec HE d ‘ estragon ; si dans 4 / 5 jours je n’ai pas d’amélioration , je prend RdV avec un gastroentérologue .
      Je connais H P pour avoir été infecté par elle il y a + de 15 ans .

      A suivre …..

  6. ours des neiges

    Je trouve ça sur Wikipédia :
     » La dyspepsie correspond à un ensemble de symptômes de douleur ou de malaise épigastrique (région supérieure de l’abdomen) dont l’origine se situerait au niveau de l’estomac ou des structures proches.
    Ces troubles sont fréquents, chroniques ou ponctuels, pouvant être liés à des causes variées, organique et fonctionnelle. Des problèmes infectieux, ou de malformation (du système cardia/pylore par exemple) peuvent être en cause, ainsi que des déséquilibres hormonaux (impliquant par exemple la mélatonine  » .

    Qui pourrait m’expliquer le lien entre dyspepsie et mélatonine ?

    Je pensais bien connaitre la mélatonine – j’en avale depuis presque 15 ans pour dormir, à des doses assez fortes – mais je n’avais jamais imaginé un lien entre cette hormone et le système digestif .
    Il y a sûrement sur ce blog un connaisseur de ces questions , non ?…..
    Merci d’avance .

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : ours des neiges

      Ceci n’est pas une consultation.

      Le bon médecin a l’habitude d’écouter son patient qui, de façon générale, lui dit ce qu’il a et ce qu’il faut faire !

      Je ne suis pas votre médecin mais je vous écoute et vous venez de donner la cause de votre problème et sa solution très probable !

      Je ne suis pas gastroentérologue mais en 5 minutes de recherche (via Internet), j’ai trouvé que votre problème de régurgitations et d’aérophagie était probablement lié à vos 15 ans de mélatonine, à fortes doses dites-vous !

      Vous savez ce qu’il vous reste à faire ! Tenez-nous au courant merci !

      Toutefois, je ferais quand même un petit tour chez le gastroentérologue pour ne pas passer à côté d’autre chose …

      A qui j’envoie mes honoraires ?

      Je plaisante bien sûr, mais comme certains membres de certains conseils sont un peu « épais » comme disent les québécois, je préfère le dire et aussi que ceci n’était pas une consultation.

      1. ours des neiges
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Depuis 2 nuits , j’ai commencé à baisser ( – 0,5 mg ) la dose de mélatonine . Mais pas simple de stopper cette hormone , sous peine de devoir ingurgiter des somnifères .
        J’avais essayer de chercher sur le web un lien entre la mélatonine et le système digestif : pas trouvé !
        Hier je suis passé à l’hôpital prendre RV avec le gastroentérologue .

        Pour vos honoraires , si vous passez dans le coin , une garbure devrait faire l’affaire !
        Encore merci , Doc .

  7. elyott

    Bonjour,
    opérée depuis 4 ans de la carotide gauche sténosée à 70 %, jusque là les contrôles que je passe chaque année étaient OK, mais surprise le dernier révèle, en 1 an de temps, à l’emplacement de la carotide opérée une nouvelle plaque d’athérome à 30%, et deux autres aux artères fémorales, où il n’y avait rien avant. Je suis soignée par oméopathie, (anticoagulant et tempérol fort Q10 pour le cholestérol, je suis sportive, fais attention à ce que je mange, prends 2 cap. oméga 3 ( mix alpha3) ts les jours, graines de lin, son d’avoine, et malgré cela ça continue, alors quoi faire ?
    Merci à l’avance de votre réponse

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : elyott

      En grande urgence, nous lire !
      Dans les textes écrits sur papier et pas seulement via Internet !
      Par exemple, « Prévenir l’infarctus et l’AVC » et aussi les autres, au diable, l’avarice !
      Cela vous permettra de comprendre, d’abord, et ensuite d’éviter de consommer n’importe quoi (et aussi des cochonneries comme la levure de riz rouge) …

      Ceci n’est pas une consultation.

Commentaires : page 2 sur 2«12

Les commentaires sont fermés.