Artériopathies périphériques: adopter la diète méditerranéenne !

Connaissons-nous une approche préventive efficace des artériopathies périphériques ?
Cette maladie des artères des cuisses et des jambes n’est pas rare ; elle se manifeste (dans les cas typiques) par des douleurs dans les membres inférieurs au moment de la marche, notamment lors des accélérations ; et cessent quand cesse l’effort !
Elle est la conséquence d’une obstruction des artères soit par des plaques d’athérosclérose typique [la sclérose rigide est généralement très prédominante ; très peu de lipides] soit par des embolies (des morceaux de caillots de sang) parties du cœur ou (souvent) d’une masse coagulée dans un anévrysme de l’aorte abdominale.
C’est souvent une athérosclérose typique ; fumer est le facteur de risque majeur.
Le cholestérol mesuré dans le sang est peu ou pas prédictif (c’est-à-dire indicatif du risque de développer cette maladie) et les médicaments anticholestérol ne sont pas efficaces ; ou plutôt, soyons précis aucun essai clinique n’a été publié démontrant que les statines protègent contre cette maladie athérosclérotique typique.
Question : pourquoi il n’y a pas de données publiées  avec les statines ?
C’est curieux, Capitaine !
Réponse 1 : aucun essai clinique n’a jamais été conduit pour tester les statines avec cet objectif !
Réponse 2 : des essais cliniques ont été conduits mais n’ont pas été publiés !
Si vous cochez la deuxième réponse, il faut répondre à la question suivante : pourquoi les essais testant les statines n’ont pas été publiés ?
Réponse 1 : les investigateurs se sont foulés le poignet;
Réponse 2 : le sponsor a mal au coude;
Réponse 3 : les investigateurs rémunérés pour recruter les patients ont été frappés d’amnésie;
Réponse 4 : tout le monde s’en fout !
La bonne réponse est la numéro 5; tout le monde l’a deviné ; mais l’article XXL du code des Flagrants Délires nous interdit de la formuler car cela pourrait paraitre comme un dénigrement de la profession …
Si, par contre, vous craignez d’être atteint de cette pathologie fort gênante, il vous reste à adopter la diète méditerranéenne.
Dans un essai clinique récent dont les résultats ont été publiés le 21 Janvier 2014 dans le prestigieux JAMA (journal de l’Association des médecins Américains) la diminution du risque oscillait entre 70 et 50%.
C’est de l’assez bonne science ; on aurait pu mieux faire !
Mais c’est quand même ce qu’il y a de mieux pour le moment.
Faites-le, aucun effet nocif à craindre.
Surtout arrêtez de fumer et sortez le chien, mais laissez le chat tranquille !

111 Replies to “Artériopathies périphériques: adopter la diète méditerranéenne !”

    1. Bon, je vous laisse encore ce message, à titre d’illustration de votre mauvaise foi.
      Je recopie la phrase en gras de la fin du texte de nos amis helvètes : “La Ligue contre le cancer invite chaque femme à réfléchir à son risque personnel de cancer du sein pour qu’elle puisse décider en toute connaissance de cause quels examens de dépistage elle souhaite effectuer, quand et où.”
      Je ne suis évidemment pas d’accord du tout avec ce type d’approche où on laisserait nos chères compagnes décider “en toute connaissance de cause” disent-ils (quelle hypocrisie !) de ce qui par ailleurs fait question chez les médecins … Si eux ne sont pas d’accord entre eux, elles par contre pourraient décider …

      1. Ce qui me parait iportant, c’est le consentement éclairé.
        Prenons un médecin qui veut prescrire des statines par exemple. La ROSP (Rémunération sur Objectif de Santé Publique) lui propose de le rémunérer pour cela.
        Un médecin devrait avertir son patient sur la toxicité des statines et lui décrire le faible bénéfice que certaines études ont trouvé et qui pourrait peut-être s’appliquer à lui, si le patient y croit (l’effet placebo est si puissant…).
        Mais le médecin devrait aussi l’informer qu’il existe des moyens non médicamenteux qui font aussi bien et sans effet secondaire.
        Après, si le patient est rassuré par sa “statine” (gri-gri moderne), alors qu’il fasse ce qu’il veut !
        A condition que le médecin ne lui prescrive pas du CRESTOR (la plus chère, la plus récente, la plus dangereuse et celle pour laquelle on n’a vraiment aucune étude concluante) ou de l’ézétimibe, on pourrait dire que le patient a reçu une information plus ou moins impartiale et que son consentement sera “éclairé”.
        http://www.ameli.fr/professionnels-de-sante/medecins/votre-caisse-haut-rhin/en-ce-moment/remuneration-sur-objectif-de-sante-publique_haut-rhin.php

        1. OK sur le fond !
          Mais pourquoi écrivez-vous : “qu’il existe des moyens non médicamenteux qui font aussi bien …” … que les statines tout en disant à la ligne suivante que le plus puissante (le Crestor*) est inefficace …
          Penseriez-vous que le Crestor* serait aussi efficace que les autres mais qu’il n’y aurait “aucune étude concluante” ?
          Et que donc, à la moindre étude concluante, vous concluriez que le Crestor* est finalement aussi actif que les autres ?
          De mon point de vue de scientifique, nous avons définitivement la démonstration scientifique que le Crestor* est inefficace ! Pourquoi en douter ?
          Et comme une grande étude française vient de nous dire que la simvastatine (Zocor*) n’est pas meilleure que le Crestor* chez des patients français en France, j’en conclue “tout de go” et sans scrupule que le Zocor* est aussi inefficace que le Crestor* ; et que donc tous les essais précédents, très suspects comme vous le savez, et invérifiables (car propriété du sponsor) qui me disaient que le Zocor* est formidable, ne valent pas grand chose, à moins que j’aie accès aux données brutes et que je puisse les vérifier !
          Chiche, Mister Zocor* ?

          1. Je crois effectivement que le seul et unique combat qui devrait agiter les citoyens est celui de l’accès aux données des essais cliniques.
            Pour le reste, votre question est rhétorique, car vous connaissez mes positions.
            Seulement, dans ce monde médiatique, ce n’est pas la justesse scientifique qui l’emporte mais le degré de corruption et de célébrité des “experts”.
            Ainsi, un monsieur honorable comme Gabriel STEG peut continuer à raconter ce qu’il veut, quand il veut, avec un site entier, MEDSCAPE, pour diffuser son marketing.
            Et aucun journaliste ne veut divulguer le montant de ses nombreux contrats de consultance ou sur ses honoraires reçues des industries Pharma.

          2. Le problème n’est pas d’avoir un site “à sa disposition”, c’est d’avoir le courage d’organiser des débats ouverts et publics pour discuter en toute sérénité de ces questions difficiles …

          3. Sylvain,
            Avoir accès aux données n’aiderait hélas guère.
            POur l”examen des données cachées sur je crois l’oseltamivir, il a fallu 2 chercheurs à temps pleinpendant un ou 2 ans. Je n’ai plus la reference en tête.
            Pas assez de bons samaritains pour examiner les masses de données.
            Foutu !

          4. Ce n’est pas faux !
            Mais, il suffit que ce soit permis !
            Dès lors que tout peut être examiné ou ré-examiné, il faudrait être fou pour gravement falsifier les données brutes …
            Et donc, en principe, ils ne le feraient plus de façon systématique comme on le constate aujourd’hui de façon indirecte, ce qui n’empêcherait pas quelques délinquances bien sûr “Errare humanum est” … Les gros industriels (cours en Bourse obligent) ne s’y risqueraient plus ; et ce sont eux les gros poissons !
            Mais en cas de miracle annoncé, il n’y aurait pas que des bons samaritains pour être curieux !

          5. Ah oui , très juste.
            ET il serait compliqué de les falsifier façon CIA , MOssad ou SVR en masse de façon systématique.

    2. Je suis au courant merci . Evidemment. Juste pour dire qu’il y a des gens a priori compétents qui peuvent diverger.
      D’ailleurs, en matière de dépistage systématique des cancers du sein , la balance scientifique penche maintenant contre le dépistage mal informé.
      Comme du fait que toutes les autorités de reference sont pour le dépistage.
      Comme on me l’a appris à l’université.
      J’aurais du préciser que c’était un exemple de “rari nantes in gurgite vasto”.
      Mais comme dit MDL en citant je ne sais plus qui : quand tous s’enfuient , ceux qui vont à contre courant passent pour les fugitifs.
      JE réitère mon invitation à la reflexion scientifique:
      (Faced with the choice between changing one’s mind and proving that there is no need to do so, almost everyone gets busy on the proof.    –John Kenneth Galbraith )
      Le Surdiagnostic. de Gilbert Welch
      http://www.amazon.fr/Le-surdiagnostic-Rendre-malades-poursuite/dp/2763796591/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1394320320&sr=8-1&keywords=surdiagnostic
      traduction de , à meilleur marché :
      Overdiagnosed:
      http://www.amazon.fr/Overdiagnosed-H-Gilbert-Welch-ebook/dp/B004C43EW6/ref=la_B001IXS9L0_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1394320131&sr=1-1

  1. Bonjour Dr de Lorgeril,
    Me rendant sur Amazon pour commander votre dernier livre sur les oméga-3, je suis perplexe en voyant deux livres sur le sujet portant des titres différents :
    – Oméga-3 mode d’emploi, une nouvelle médecine nutritionnelle
    – Le pouvoir des oméga-3
    Sur votre site, vous ne faites la promotion que du dernier
    S’agit-il de deux livres différents ? Merci de m’éclairer
    Michel

  2. Bonjour
    Ce n’est pas la rubrique idéal pour ce post mais “commentaire fermer”
    J’essaie de suivre vos conseilles en espérant ne pas commettre d’erreur (diète méditerranéenne pas évidant)
    Je prend uniquement du plavix 75mg depuis trois mois environs, problème depuis maintenant une semaine j’ai des douleurs infernale a la nuque (raide) et tête, depuis hier sa c’est calmer un peut toujours la nuque un peut raide, mal aux tempes et quand je me penche en avant pour écrire ou autre sa me lance notamment dans le nez mais tête aussi, avec des douleurs gencives (nerfs) c’est vraiment handicapant.
    J’ai pris rendez-vous avec ma cardio, mais ce ne sera pas avant avril, j’espère seulement que ce n’est pas une hémorragie intra-crânienne, vous qui connaissait bien ce médicament pensez-vous que ces effets indésirable vont disparaître et ne plus ré-apparaitre ?
    ma cardio va certainement me remettre au kardegic avec le sourire puisque elle est plus pour kardegic que plavix, moi je ne suis vraiment pas chaud conte tenu de la toxicité, du faite que je serait obliger de prendre oméprazole avec.
    Effets indésirable sous kardégic 160mg: vertige, tête lourde, douleurs nuque
    sous kardégic 75mg je ne sais pas puisque passer de kardégic 160mg a plavix 75mg.
    Je viens de prendre pour la première fois mix alpha 3 comme vous le conseiller, en étudiant la composition pour essayer de déterminé la dose idéale journalière j’ai vu qu’il y avait aussi de la vitamine E naturel et mon petit cerveau c’est mis a fonctionner (rare)
    Puisque la vitamine E est un anti plaquettaire naturel pourquoi ne pas prendre 75mg de vitamine E a la place de 75mg de plavix ? y ‘a t’il un risque que ce maudit stent se bouche ?
    d’après votre expérience et connaissances actuel en suivant au mieux vos recommandations au bout de combien de temps peut ont espérer arrêté de prendre plavix ou similaire ? je ne sais pas il y a t’il une sorte de tableau avec pourcentage de risque par exemple:
    – arrêt anti plaquettaire au bout de deux ans risque que le stent se bouche de 40 pourcent
    – arrêt anti plaquettaire au bout de trois ans risque que le stent se bouche de 30 pourcent etc..
    et enfin dernière question (désolé vraiment, j’essaie de trouver mes réponses tout seul mais c’est difficile de faire le tri et de bien interpréter )
    Je crois avoir lu sur ce blog que vous étiez sur un projet de livre sur la diète méditerranéenne recettes, ai je bien lu ? si oui quand pensez-vous sortir ce livre ? (sans pression évidement)
    Merci de vos conseilles

    1. Ceci n’est pas une consultation.
      Vos symptômes actuels ont peu de probabilité de relever du Plavix* et donc du cardiologue, éventuellement. On peut y voir un syndrome grippal.
      S’il-vous-plait, veuillez consulter votre médecin traitant.
      Il y a toujours un peu de vitamine E dans les capsules contenant des acides gras, c’est pour les protéger de l’oxydation dans la capsule.
      La vitamine E n’est pas un antiplaquettaire.
      Notre livre sur la nutrition sortira, espérons-le, à la fin de l’été …
      Bon vent, matelot !

    1. Ça y est , c’est fait. Mais je vous signale que j’avais déjà posté un commentaire un peu dans ce sens : Je parlais du matraquage d’émission T.V du genre Master Chef, Le meilleur Boulanger ou Pâtissier de France et j’en oublie! Mais aucune émission mettant l’accent sur la Diète méditerranéenne et en tous cas sur une cuisine plus diététique que celles présentées. Sans doute que ce n’est pas porteur… et les Maîtres de la « Grande Bouffe » et de l’Agro alimentaire sont tout puissants.
      En tous cas je vous remercie, Sylvain Duval pour liens forts intéressants mais je suis assez documenté sur le sujet. Je me permet donc de vous répondre sur ainsi qu’ à JP Merlaud. Pour ma part je suis en grande partie d’accord avec vous sur le problème des surdiagostics. Mais il n’en reste pas moins qu’au moins pour mon épouse cela a été utile même si cela paraît anecdotique. En effet, ce cancer, bien que bloqué dans un canal d’une glande mammaire, s’était signalé, sans que nous le sachions, à l’occasion d’un choc accidentel contre ce sein un an auparavant…Restait une douleur résiduelle qui a dû mettre la puce à l’oreille de notre Médecin, d’où le dépistage « salvateur ». Mais d’entre vous, médecin ou non, serait suffisamment affirmatif pour convaincre mon épouse de ne plus faire toutes les ANS une mammographie de contrôle et les examens qui s’en suivent ? Qui prendrait la responsabilité ? Qui serait assez sûr de lui affirmer que c’est inutile ou dangereux ?
      Pour ce qui est de l’Hémocult et de l l’ablation, par deux fois d’un Polype, fusse t’ il bénin. Je préfère prendre le risque tous les cinq ans d’un examen désagréable, un peu invasif plutôt que de me retrouver dans mes vieux jour avec une poche ou un anus artificiel et d’en mourir quand même dans d’horribles souffrances. Le Pr Béraud à bon dos de dire que ceux qui sont sauvés de certains cancers mourrons d’autre chose … Forcement mais je préfère à tout prendre, mourir paisiblement dans mon lit ou par accident ou encore d’un infarctus ( à un âge avance si possible) que de tomber dans la déchéance physique de ce genre de maladies qui s’ajoute au déclin dû à l’âge.
      Ah, joubliais (encore une anecdote) mon Beau-Père est décédé à 92 ans, vaincu par u cancer « traité » durant plus de vingt ans alors qu’il était jusqu’à cet âge respectable, une force de la nature et le fluctuations de son P.S.A toujours très haut, allaient de pair avec son traitement… Je m’estime heureux, suivant ce cas précis, d’avoir un P.S.A très bas bien que cela ne mette pas à l’abri d’un cancer de la Prostate, j’en conviens.
      Alors, dépistage utile or not, that is the question my dear !!!
      Enfin, pour en finir avec l’étalage de ma vie, je remercie le Dr De Lorgeril qui lui a su me convaincre de la justesse de ses recommandations. Alors s’il s’est trompé ( je ne le crois pas) de toutes façons je prends le risque et le pari d’une meilleure vie SANS statines et autres médocs tout aussi dangereux ou délétères. Merci en tous cas pour vos conseils.

      1. Je ne pense pas que ça soit à un médecin de dire s’il faut faire ou pas un dépistage.
        C’est le patient qui doit choisir, après avoir reçu des informations non biaisées.
        Le problème de la propagande autour de la mammographie est qu’elle ne communique que sur des éléments positifs, “qui sauvent des vies”.
        Les données contraires sont dissimulées, pour favoriser le business coûteux de l’imagerie omniprésente.
        Si le patient n’a pas envie de choisir (ça arrive), alors OK.
        Qu’il laisse alors le médecin faire son choix, en priant pour qu’un intérêt financier ne guide pas la décision…

        1. Bon. Si on ne peut plus demander à son médecin ce qu’il faut faire en cas de problème de santé ou de simple anomalie…Alors à qui s’adresser, à un Marabout, un Shamane, un Sorcier dans une campagne reculée (y a qui y croient encore…) , une diseuse de bonne aventure ???
          Encore une fois, si je suis d’accord avec vous sur l’absurdité d’un dépistage automatique et généralisé et le danger que cela entraîne parfois, je ne le suis plus en cas de doute; Comment voulez vous qu’un particulier MEME INFORME, ayant une culture intellectuelle convenable fasse la distinction entre les informations biaisées et celles qui ne le sont pas? Il y a des gens qui ne voient que rarement un médecin, combien devront ils en consulter pour en trouver un qui soit objectif? faut il devenir parano pour conserver ou retrouver sa santé?
          “Les données contraires sont dissimulées”. Mais bien sûr. Mais qui montera au créneaux, fera le siège des média pour marteler la vérité contre les pontes de toutes sortes ayant l’oreille attentive et la complicité des T.V pour ne citer qu’elles?

        2. Je suis horrifiée par vos propos irresponsables sur le dépistage de maladies graves !
          Vous êtes qui pour donner ses informations à la population dans ses termes? je vous rappelle que sur le site de Formindep.org vous êtes biologiste étudiant en nutrition, vous n’êtes même pas médecin et vous avez l’arrogance de mètre en cause le dépistage qu’est du domaine médicale, et vous n’êtes pas médecin!!! alors taisez -vous!
          Je remercie à mon médecin, un vrai celui-là , pour m’ avoir sauvée d’un cancer du sein et du colon grâce au dépistage précoce de ses terribles maladies!!
          A bon entendeur!

          1. Halte au feu !
            Tout le monde peut s’exprimer sans pour autant être insulté ; chacun peut faire “résonner” des informations généralement occultées par un corporatisme malsain …
            Ceux qui remettent en question l’usage “irraisonné” de quelques techniques de dépistage, de glorieux professeurs et pas seulement des étudiants [même s’il se trouve que ce soit les étudiants qui sachent se faire entendre ; peut-être parce que l’esprit corporatiste consiste justement à protéger les intérêts et contradictions de ladite corporation plutôt que ceux du peuple …] le font à juste “raison” à mon avis, mammographie et PSA par exemple, non pas que ces techniques soient mauvaises mais parce que l’usage qui en fait est problématique !

          2. Nora, vous faites une erreur de jugement très répandue sur le dépistage et notamment par les survivants que l’on dit sauvés parle dépistage.
            D’abord il faut accepter que en science on puisse discuter calmement d’idées ou hypothèses contraires.
            Au fait, une institution professionnelle médicale suisse déconseille en 2014 ou fin de 2013, le dépistage mammographique. Rien de moins.
            C’est une question complexe , le dépistage, assez pour nécessiter quelques centaines de pages d’explication aussi, si vous êtes intéressée, je vous incite à lire:
            Le Surdiagnostic. de Gilbert Welch
            http://www.amazon.fr/Le-surdiagnostic-Rendre-malades-poursuite/dp/2763796591/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1394320320&sr=8-1&keywords=surdiagnostic
            traduction du meilleur marché :
            Overdiagnosed:
            http://www.amazon.fr/Overdiagnosed-H-Gilbert-Welch-ebook/dp/B004C43EW6/ref=la_B001IXS9L0_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1394320131&sr=1-1
            Tranquillement.
            Et les auteurs sont de véritables médecins diplômés et universitaires.
            De toute façon sur l’étudiant Duval que vous dénigrez pour être étudiant donc jeune, je pense qu’on apprend dans les écoles françaises que “Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années”.

          3. en réponse à Dr MDL:
            Ce-ci n’est pas un insulte! dans mon bled ca s’appelle “mettre l’église au milieu du village sans prendre de pincettes!”
            Je n’ai traite personne de ,je cite, ” imbécile, con, stupide ou autres fleurs, comme vous le faites en parlant de vos collègues cardiologues!

          4. Ah, mais nous re-voilà ! J’avions pas fait attention …
            Preuve, s’il en était besoin, que je n’exerce aucune censure. Qu’en ferais-je ?
            Ceci dit, je ne me souviens pas d’avoir, mon cher Chris, utilisé le vocabulaire que vous me prêtez : “imbécile, con, stupide” …
            Quoique j’en pense … face à la tragédie que vous vivons
            Merci aussi de nous avoir donné l’opportunité d’un petit commentaire sur le mésusage de certains examens complémentaires par certains …
            Inutile de revenir, je ne vous donnerai pas la parole, à moins que vous ne fassiez des excuses à nos étudiants …

      2. J’ajoute qu’une mammographie n’a rien d’agréable surtout avec une agrafe et une induration cicatricielle dans le sein…Imaginez, Messieurs le Médecins qu’on vous « presse » les testicules entre deux plaques, toute les années, pour détecter une anomalie. Pas très agréable non ? Et surtout douloureux. A cela s’ajoute le stress, je dirai même la terreur, toutes années à la même époque, d’effectuer cette panoplie d’examen dont elle ( mon épouse et toutes les autres « survivantes »aussi) redoute les résultats. Elle s’en passerait bien et, inconsciemment, elle recule d’année en année, le dates d’examen s’agissant pour elle d’une sorte de sursis, Et si quelqu’un pouvait lui affirmer avec certitude qu’elle n’avait plus de risque, elle cesserait et tout au moins espacerait d’avantage ces examen, au lieu de s’entendre dire par sa « chirurgien gynécologue » « Vous êtes guérie, revenez l’année prochaine, je vous fais les ordonnances… » !
        Cela ferait également des économies pour la « sécu », mais là, il y en a avant tout bien d’autres à faire avec d’autres sujets et surtout des fraudes dont beaucoup de « patients » avec la complicité de médecins sont responsables…et les pouvoir publics ferment les yeux. Mais cela est un sujet qui n’a sans doute pas sa place ici, mais je peux les préciser au besoin…

        1. Le problème c’est que l’incertitude effraie et c’est normal. Ainsi l’incertitude sur l’utilité de dépistage mammographique.
          Mais on préfèrera une bonne certitude même fausse à une incertitude scientifique.

          1. Bel article de Nicole DELÉPINE, spécialiste du cancer :
            http://www.atlantico.fr/decryptage/et-au-lieu-cancer-c-etait-au-traitement-que-aviez-survecu-nicole-delepine-821337.html?page=0,0
            Nicole Delépine est responsable de l’unité d’oncologie pédiatrique de l’hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches.
            Fille de l’un des fondateurs de la Sécurité Sociale et thérapeute engagée, elle a récemment publié ““La face cachée des médicaments” et “Le cancer, un fléau qui rapporte”.

          2. Peut-être, mais on ne joue pas avec la vie des autres dans ce cas de figure : Mourir n’est rien, c’est la souffrance et la déchéance qui sont terribles…
            Pour finir avec ce sujet, une petite touche d’humour : “La mort c’est juste une absence de savoir vivre”(Pierre Dac)

  3. Nicole : Je crois que vous avez pris ombrage de la rectification de votre citation. Mais je ne comprend pas ce “blocage” que vous semblez avoir sur le dépistage: Pour ma part je vais vous citer deux cas concrets sur l’utilité de certains dépistages : Mon épouse , sur une visite à notre médecin de famille à l’âge de 50 ans ( pour une broutille) s’est vu conseiller par ce dernier de faire une mammographie des seins, dépistage qu’elle n’avait jamais fait bien que travaillant en milieu médical…Jackpot, elle avait une tumeur cancéreuse à un sein de près d’un centimètre et demi. Chance pour elle, tumeur bien située n’ayant nécessité qu’une chirurgie et une radiothérapie. Il y a douze ans de cela et tout va bien! Mais elle doit se faire suivre ce qui me paraît logique. En ce qui me concerne, harcelé par des courriers me proposant l'” hemocult “, j’ai fini par craquer sur le conseils de ce même médecin me disant qu’après tout, il suffit de le faire au moins une fois à partir d’un certain âge ( et l’année d’avant je venais de d’avoir mon problème coronaire) . A partir de là, découverte d’un polype d’un Cm, opération, Polype bénin, et cinq ans plus tard un autre Polype toujours bénin par chance. Alors dans ces deux cas, dépistage gentiment proposés qui se sont avérés salvateurs. Par contre, mais cela n’engage que moi, je suis moins convaincu sur l’utilité des vaccins, tout au moins sur certains et dont les effets secondaires sont redoutables.
    Quant à l’indifférence générale supposée vis à vis de personnes atteintes d’ artériopathie, je suppose que votre remarque s’adresse aux “spécialistes” de la question qui n’ont pas grand chose à proposer ” et ne semblent pas se fouler”… et pas aux commentateurs qui ont déjà suffisamment d’aléa de santé et d’empathie pour les autres « survivants » fréquentant ce blog et dont vous faites partie.
    Bon Dimanche.

    1. Si le sujet sur la mammographie vous intéresse, je vous propose de vous informer sur le sur-diagnostic et le sur-traitement que cela provoque.
      http://www.expertisecitoyenne.com/
      Chaque année, face à la campagne marketing “Octobre Rose”, UFC Que Choisir essaie d’apporter une information honnête et impartiale, pour faire au contre-poids aux mensonges de cette campagne de forte promotion de la mammo.
      http://www.quechoisir.org/sante-bien-etre/maladie-medecine/communique-information-autour-du-depistage-du-cancer-du-sein-les-epines-d-octobre-rose
      Même problème avec le dépistage du cancer de la prostate par le PSA, un test peu utile selon la HAS.
      http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1238318/fr/cancer-de-la-prostate-identification-des-facteurs-de-risque-et-pertinence-dun-depistage-par-dosage-de-lantigene-specifique-de-la-prostate-psa-de-populations-dhommes-a-haut-risque
      Le Test Hemocult a aussi certains problèmes au niveau sensibilité / spécificité.
      http://www.adeca68.fr/faq/toutes_les_questions/sensibilite_test_hemoccult/quelle_est_la_sensibilite_du_test_hemoccult_.227.html

    2. Désolé de me mêler de ça mais il faut éclairer les autres.
      Le fait qu’une mammographie de dépistage trouve une “tumeur” de 1,5 cm que l’on retire , et que la femme se porte comme un charme ne permet pas de dire que le dépistage a été utile.
      C’est tout le sujet du débat sur le dépistage.
      Cela a bien été démontré , notamment par Zahl et Gotzsche.
      Vous trouverez cela en forme accessible dans le livre de Welch: Surdiagnostic.
      http://livre.fnac.com/a4235371/Gilbert-H-Welch-Le-surdiagnostic
      Peut être votre femme a-t-elle guéri d’un cancer qui l’aurait tuée. Peut être a-t-elle été traitée d’un cancer qui aurait disparu tout seul. Une chance sur cinq.
      Une étude en Norvège a montré que les femmes soumises à 3 dépistages avaient 20% de cancers de plus que des femmes comparables dépistées 1 fois, pendant la même periode de temps. Tous les cancers de Norvège sont inscrits à un registre. Donc on peut très raisonnablement conclure que ces 20% de cancers en plus sont des non-cancers, ne se comportant pas comme tels et qu’il était inutile de les dépister et traiter. (note: parmis tous les cancers il est impossible de savoir quelles sont les individus qui ont des cancers voués à ne pas évoluer).
      Pour juger de la validité du dépistage, il ne faut pas regarder les cas individuels. Mais les grandes études bien faites. Vous ne pouvez pas , par exemple, regarder le problème du dépistage du cancer du colon par en partant de l’opinion des morts par complication de la coloscopie (il y en a très très peu). Puisqu’ils sont morts. Mais les survivants de la coloscopie et la toute petite partie qui ont été sauvés (en principe) par l’ablation d’un polype à potentiel malin (il y a polype et polype) , eux se disent sauvés.
      Il faut comparer le positif: vie sauvée, maladie grave évitée et aussi les inconvénients du dépistage: faux-positifs, anxiété induite, biopsies complications des biopsies et autres actes , des chirurgies (pour la prostate en particulier ce n’est pas rien) , et complications des traitements.
      La bonne approche est scientifique, pas anecdotique.
      Le livre de Welch explique tout ça très bien.

    3. Bonsoir,
      Je parlais de l’indifférence à l’égard des dépistages (que je mentionnais dans mon message).
      JP Merlaud parle du très excellent Livre du Docteur Welch, que j’ai lu.
      J’ai également lu les travaux de Peter Gøtzsche ; ceux de Bernard Junod.
      Le site de Marc Girard, comme je l’ai déjà écrit.
      Bon voilà, pour moi, la médecine a décidé, dans les années 80, de soigner les bien-portants…
      Ce n’est donc pas un “blocage”, mais des études et lectures assidues des ouvrages mentionnés ci-dessus.
      Bonne soirée.

    1. Oubliés, perdus dans les tréfonds des recherches jamais reproduites, jamais confirmées (95% des recherches publiées par les biologistes) : seul le temps est notre JUGE !

      1. Cher Docteur. Vous avez raison en grande partie sur ce sujet mais, il y a des recherches qui ne sont pas poursuivies non pas parce qu’elles ne peuvent être reproduites,, mais parce qu’elle dérangent étant d’une approche nouvelle …et susceptibles de ne pas, à terme, de déboucher sur un médicament bien cher ou un vaccin bien profitable pécuniairement : Ex : Le vaccin pour protéger contre le VIH ! Quel marché potentiel… Mais il n’existera jamais, ce rétro virus ayant la propriété de muter très rapidement et pourtant d’énormes crédits sont alloués à sa recherche alors qu’une piste comme celle citée dans le lien ci-après est négligée :
        “Le niveau de protéines DING est augmenté chez les Patients infectés par le VIH : In Vitro et In Vivo études :
        PLoS One.2012; 7(3): e33062.
        Publié en ligne 2012 mars 9. doi : 10.1371/journal.pone.0033062
        PMCID :PMC3302901 ”
        A mon sens c’est un scandale d’autant que la proteine incriminée dans cette publication pourrait avoir un intérêt dans la maladie cardiaque.
        Mais bon, les choses sont ainsi faites et le temps fera son œuvre…

      2. “Le temps est un grand maître, il règle bien les choses.” (Corneille)

  4. A phil (je n’ai pas la possibilité de répondre en-dessous du message…) :
    Je ne critique pas l’erreur (personne n’est infaillible), mais l’indifférence générale devant des problèmes aussi graves (et parfaitement documentés et prouvés) que ceux mentionnés dans ce même message. Justement, comme vous le dites, nous sommes sur un blog scientifique, avec “rigueur absolue”.
    Cette indifférence même, que nous combattons…
    A côté de “ça”, se tromper dans une citation, est une broutille.
    Alors, oui, faites votre choix… pendant qu’il est encore temps, et renseignez-vous.

  5. Un Expert du Médicament très compétent, honnête, courageux, humain, avan-gardiste, et qui n’a pas la langue de bois ; quoi que cela ait pu lui coûter…
    http://www.rolandsimion.org/
    “La vérité n’est pas faite pour consoler comme une tartine de confiture qu’on donne aux enfants qui pleurent. Il faut la rechercher, voilà tout, et écarter de soi ce qui n’est pas elle.” (Gustave Flaubert)

      1. C’était juste (et aussi) pour répondre à l’objection de Phil, quant à la “rigueur absolue”.
        Lorsque je donne de l’info (mise à part la citation, où j’ai dû me tromper), c’est que j’ai lu et vérifié (notamment concernant les dépistages).
        D’autre part, je pense que le site du Docteur Marc Girard mérite d’être largement connu (je ne suis sûrement pas hors sujet, puisque les intervenants mettent régulièrement des liens vers des blogs…).
        Or, il se trouve que je lis énomément de choses intéressantes sur le site de Marc Girard, et que les bonnes adresses se partagent.
        Bonne journée.

        1. Mais Marc Girard a aussi ses excès de langage, ses erreurs, ses prises de position fortes sur lesquelles il ne veut pas revenir.
          NOBODY IS PERFECT !

          1. La question n’est pas tant d’être parfait que d’être honnête.

  6. Mr De Lorgeril:
    Quelle explication donnez vous au fait que la Revue Prescrire qui semble honnete, rationnelle et indépendante ne fasse pas état (à ma connnaissance) de vos travaux et continue de proner la prescription de Statines?

    1. La Revue Prescrire n’est pas une revue scientifique. Ce n’est pas un péché mortel mais de nombreux aspects des sciences médicales échappent à ses rédacteurs ; il n’y a rien de plus “normal” ; chacun son métier !
      Ce ne sont pas les pires ! Ça ne veut pas dire qu’ils ne soient pas utiles.
      Il ne suffit donc pas d’être, comme vous dites, “honnête, rationnel et indépendant” ; il faut surtout avoir pratiqué la médecine sur le terrain ET avoir un minimum de culture scientifique ; le minimum pour moi étant Karl Popper …
      Leur attitude à mon égard, un profond mépris doublé d’une coupable insouciance vis à vis de mes thèses, s’explique par le fait que j’ai montré qu’ils s’étaient lourdement trompés ; ce qu’ils ne peuvent reconnaitre évidemment ; car s’ils se sont trompés là, où ne se sont-ils pas trompés ?
      La meilleure attitude qu’ils auraient dû prendre depuis le début en 2005-2006 de la controverse que j’ai ouverte, était de reconnaitre d’emblée leur erreur ; ce que leur expert en statines de l’époque n’a pas fait (il se serait déconsidéré aux yeux de ses collègues).
      Au point où nous en sommes en 2014, où tout nous donne raison, et quand l’armée des contestataires grandit de jour en jour (surtout aux USA), la Revue Prescrire s’enfonce toujours plus dans le déni ; et peut difficilement “rétro-pédaler”, ce serait me donner raison ; ce qui ne serait pas déshonorant … C’est à chacun de voir !

      1. Prescrire est parfois ayatollesque , comme disent ses détracteurs imprégnés par l’industrie, ses représentants, ses “flyers” ses publications , et a raison , et parfois aveugle et buté en laissant passer des articles mal lus, comme les grandes études historiques (et lourdement biaisées) sur les statines.
        Leur manque de science est flagrant lorsqu’ils condamnent tel ou tel médicament parce que ses effets secondaires comportent telle ou telle horreur.
        Mais qu’ils oublient de dire l’incidence de l’effet en question.
        Alors que certains de leurs médicaments chéris comme le paracétamol (excellent médicament en effet) eux aussi et rarissimement, sont très dangereux.
        C’est un biais de parti pris.
        Ou encore lorsqu’ils oublient de dire que l’effet en question (risque cardiaque avec la dompéridone ou l’azithromycine) , dont ils ne donnent pas la fréquence (si on la cherche elle est ridiculement faible) a été mesuré non pas dans des études randomisées contre placebo, mais dans des études observationnelles, de l’épidémiologie, quoi, ce qui ne permet en aucun cas de conclure à une causalité ni même à une véritable existence.
        Ce qui , sans contester leur utilité ni leur caractère indispensable, (aux rédacteurs de Prescrire) , relativise le niveau de science de leurs arguments.
        Il est enrageant de voir tel ou tel anticancéreux ou anti rhumatismal au coût abyssal, justement dénoncé par eux pour n’apporter que des avantages de survie ou de non progression ridiculement petits (avec des effets secondaires importants) , mis sur le marché et pire encore, prescrits.
        Vive Prescrire, qui dénonce une grande partie des abus de l’industrie , mais les yeux ouverts.

      2. le pb de Prescrire n’est donc pas le conflit d’intérêt, c’est de ne pas perdre la face. Situation psychologique intéressante à comprendre dans la mesure où elle peut être celle de nombreux praticiens honnêtes, mais qui ne peuvent faire marche arrière sans se déconsidérer. Ce sont les mêmes qui nous soignent.
        Ainsi il m’a semblé que pour les séxas (génaires) il n’y a rien à espérer, guère + que pour les quinquas. Avec les quadras (moins impliqués), il y a plus d’ouverture. Il ne reste plus qu’à espérer que les trentenaires qui arrivent sur le marché sauront, eux nous écouter. Mais le temps de nous débarrasser des autres, la route sera longue…

        1. D’accord !
          Je vous suis aussi quand vous dites que les vieux cons (comme moi) finiront bien par dégager …
          Mais ayant aussi été un jeune con, je sais bien que je n’étais pas seul …
          Nobody is perfect!

          1. ben non capitaine, mon angiologue (quoique profession peu appréciée des cardios) qui a + de 60 ans m’a dit : “Lisez le blog de Michel de Lorgeril” ! Comme disait Brassens quand on est con on est con, l’âge ne fait rien à l’affaire. Et réciproquement!!

          2. Abonné à Prescrire depuis le début relecteur des numéros 00 et 0 (collector!) et quelque fois au comité de lecture. Je me suis désabonné il y a quelques années.
            Ils font un très bon travail vis à vis des médicaments nouveaux(??), et n’ont pas de conflits d’intérêt mais ils ont une nette insuffisance dans de nombreux domaines., par exemple les vaccinations en particulier contre la grippe mais que l’anti grippale, les statines et le risque cardio etc…
            Et surtout leur anathème contre certains médicaments et leur lobbying pour leur retrait. je pense en particulier au DIANTALVIC, retiré enfin du marché à leur grande satisfaction mais pas à celle des prescripteurs et de tous les patients qui s’en trouvaient très bien. En remplacement le tramadol via IXPRIM beaucoup plus cher et avec plus d’effets secondaires, une vraie cochonnerie.
            Mais bon leurs synthèses sont bien faites et leurs conseils pour la pratique bien aussi.
            Mais bon…

  7. un “correspondant” (un théoricien-du-complot) m’envoie ceci, ce serait presque jouissif, qu’en pensez-vous, ou que devons-nous en penser ?
    [ Comment le bon cholestérol peut devenir mauvais ?
    Il n’y a pas un cholestérol mais deux. Le bon ou “HDL” et le mauvais ou “LDL”. Des chercheurs de la clinique de Cleveland viennent d’expliquer comment le premier pouvait devenir dangereux pour nos artères, au lieu de les protéger.
    Si vous avez du cholestérol, votre médecin a déjà dû vous parler du bon (HDL) et du mauvais (LDL). Si le premier protège les artères de l’encrassement et donc des accidents cardiovasculaires, le second favorise leur obstruction. Des chercheurs de la clinique de Cleveland (Ohio, USA) ont aujourd’hui découvert le processus par lequel le “bon” cholestérol pouvait devenir “mauvais”.
    Publiée dans la revue Nature Medicine, leur recherche montre que le HDL peut devenir dysfonctionnel à cause de l’apoA1, une protéine qui favorise normalement la fuite du cholestérol des artères vers le foie. Le Dr Stanley Hazen, à l’origine de la découverte, a remarqué qu’en cas d’athérosclérose, une grande proportion d’apoA1 s’oyxdait et contribuait à la maladie coronarienne, au lieu de la prévenir.
    Pendant 5 ans, son équipe a travaillé sur une méthode permettant d’identifier le dysfonctionnement de la protéine et a découvert le processus responsable de son oxydation. Leur trouvaille a ensuite été confirmée via l’analyse de sang de 627 patients du service Cardiologie de la clinique de Cleveland.
    “Maintenant que nous savons à quoi ressemble cette protéine quand elle est dysfonctionnelle, nous développons un test clinique pour mesurer sa quantité dans le sang et évaluer le risque du patient afin de prévenir la maladie cardiovasculaire” a commenté fièrement le Dr Hazen.
    Source : Cleveland Clinic researchers discover process that turns ‘good cholesterol’ bad, Cleveland Clinic, 26 janvier 2014. ]
    Voilà une affaire qui devrait passionner l’AHA, la HAS, la SFC, le dr Steg:))

      1. Comme Paul RIDKER, qui a influencé la planète entière en les obligeant à s’inquiéter pour la CRP, vu qu’il possède le brevet pour le test de la CRP-us, et qui a été obligé de truquer son étude JUPITER, s’il voulait toucher le pactole payé par AstraZeneca.
        Bravo Paul !
        A propos de ce cher Paul et de JUPITER, j’ai récemment fait un atelier de Lecture Critique avec des étudiants en médecine.
        Je leur ai juste lu les pages 4 à 7 de ce document de la HAS.
        http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2010-11/crestor_-_ct-8369.pdf
        Je vous invite à le lire et vous verrez que la HAS fait des remarques intéressantes.

        1. Bon document pour vos élèves effectivement mais vous ont ils demandé s’il était prouvé qu’il fallait faire baisser le LDL ?

          1. Ce n’était pas “mes élèves”. Ce sont des ateliers de co-formation, c’est à dire que les étudiants en médecine réfléchissent en amont et en aval à un thème, puis on en débat. C’est de l’éducation par les pairs.
            Ils rejettent ce qu’on leur sert habituellement en formation initiale classique : l’enseignement pyramidal par les “maîtres qui savent tout” et qui s’adressent à des ignorants soumis.
            Ce week-end, je serai à Limoges, pour le même type d’atelier, mais à plus grande échelle, et avec aussi des étudiants en pharmacie.
            J’interviens sur le thème de “idées reçues sur le cholestérol” et “les lobbies en santé“.
            D’ailleurs, j’attire votre attention sur un manuel de l’OMS, traduit en français par la HAS.
            Comprendre la promotion pharmaceutique et y répondre
            http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2013-04/comprendre_la_promotion_pharmaceutique_et_y_repondre_-_un_manuel_pratique.pdf

          2. Abonné à la lettre hebdomadaire de la HAS, j’avais à l’époque envoyé un mail au
            Pr Chabot conseiller scientifique que je connais par ailleurs. Je lui avais demandé si la HAS ne faisait pas un énorme grand écart (cad foutage de gueule). Dire que la méthodologie est incorrecte pour ne pas dire étude bidonnée avec ASMR V soit nul n’apporte rien et donner l’AMM avec remboursement à 65%.
            Je n’ai jamais eu de réponse !!
            Etonnant non?

      2. quoi qu’il en soit cette “découverte” (à valider ou non) en provenance d’une clinique connue et faisant l’objet d’une parution scientifique n’est-elle pas une attaque frontale, inattendue et intéressante de la théorie du cholestérol, en opposition avec les normes en vigueur ?

        1. Je pense que ça vise plutôt à essayer de réhabiliter la théorie déjà oubliée dite “théorie oxydative” dont je fais une des “théories béquilles” à rejeter dès 2006 …

  8. C’est quand même incroyable que, lorsqu’une personne atteinte d’artériopathie se rend chez son cardiologue, la première question que celui-ci lui pose est : “Avez-vous fait le test de dépistage du cancer du côlon ?” Vite, sauve qui peut !!
    Encore plus incroyable de devoir quitter un service des urgences, en pleine nuit, à moitié dans les vappes, (contre signature de décharge), parce que, victime d’un grave accident de la circulation, la première question que l’on vous pose : “Où en êtes-vous dans vos dépistages ?” !!
    Pas étonnant qu’Hippocrate s’exclamait : “La termitière future m’épouvante. Et je hais leur vertu de robots. Moi, j’étais fait pour être jardinier.”

    1. @ Nicole : ça m’étonnerait qu’Hippocrate se soit exclamé ainsi! Le mot “robots” que vous avez employé m’a interpellé dans mes souvenirs et j’ai vérifié sur Wikipédia d’où j’ai extrait ceci :
      – “Le terme robot est issu des langues slaves et formé à partir du radical rabot, rabota (работа en russe) qui signifie travail, corvée que l’on retrouve dans le mot Rab (раб), esclave en russe.”
      -“Il fut initialement utilisé par l’écrivain tchécoslovaque Karel Čapek dans sa pièce de théâtre R. U. R. (Rossum’s Universal Robots) en 1920”
      -“Quant au terme robotique, il fut introduit dans la littérature en 1942 par Isaac Asimov dans son livre Runaround”. Isaac Asimov dont j’étais un lecteur durant ma jeunesse…
      Je ne crois pas qu’Hippocrate ait vécu en 1920 non?

        1. Est-ce tout, Mesdames et Messieurs, ce que vous avez retenu, de ces deux situations dramatiques, qui sont loin d’être des cas isolés ?…
          Alors, on continuera à inventer et à vendre des maladies.

          1. désolé Nicole mais nous sommes ici sur un blog scientifique et donc astreints à une rigueur absolue. Après (vaste) enquête, il s’avère qu’un site, sans doute un peu zarbi et dénommé “L’internaute.com” attribue cette citation à Hippocrate.
            un peu + sérieux (un peu seulement), l’Express dit ceci :
            “Si je suis descendu, je ne regretterai absolument rien. La termitière future m’épouvante. Et je hais leurs vertus de robots. Moi, j’étais fait pour être jardinier.” Tels sont les derniers mots connus du commandant Antoine de Saint-Exupéry, dans une missive retrouvée sur son bureau, le 31 juillet 1944.
            Mesdames et Messieurs faites votre choix

      1. tout juste, je me posais la même question (de quand date le mot robot), merci d’avoir cherché à ma place:)

      2. Travailler =’R’B’T’ en indo-européen et on met les voyelles différemment selon les pays :
        En russe RaBoTat, en Allemand aRBeiTen.

    2. Dépistages ? Ou vaccins ? Dépistage, ça ne tient pas debout. Vaccins oui.

      1. N’oubliez pas, qu’à partir des années 80, l’on a commencé à soigner les bien-portants…

        1. Tout juste et comme l’a fait dire Jules Romains à son personnage : “Tout homme bien portant est un malade qui s’ignore.” ! Alors “gavons nous à droite, gavons nous à gauche…surtout de médicaments, quelqu’un finira bien par tomber malade.

  9. Sur une île imaginaire, les habitants vivent de la pêche et de leur jardin tout en ayant pris l’habitude d’utiliser des pompes pour arroser, des lave-linge électriques, et des sèche-linge car l’air est humide. Les groupes électrogènes diesel alimentent donc l’île en électricité, mais quand le gazole n’est pas livré à temps, toute l’île est plongée dans le noir au grand désespoir de ses habitants qui ont peur de mourir.
    Plusieurs solutions ont été essayées pour éviter les pannes, comme augmenter le diamètre des tuyaux de carburant, diminuer la tension à la sortie des moteurs, ou demander d’économiser l’énergie, mais sans grand résultat. Il fallait trouver un moyen pour diminuer les dépenses d’énergie sans que les utilisateurs s’en aperçoivent. Un petit malin trouva comment brider tous les moteurs électriques pour qu’ils tournent (et consomment) deux fois moins, à l’aide d’un bricolage aisé : les pompes, les laves linges, les treuils, toutes les machines étaient devenues plus statiques dès qu’elles recevaient ce dispositif. Une loi fut votée pour le rendre obligatoire et pour le rembourser, sous prétexte que son utilisation rendait les pannes centrales un tout petit peu moins fréquentes, disait-on en haut lieu.
    Malheureusement les pompes pompaient moins bien sous ce dispositif, et les habitants étaient tous mécontents mais n’osaient pas le retirer.
    Tout de même, altérer l’efficacité des moteurs, uniquement pour éviter quelques pannes par manque de carburant, l’idée ne faisait pas l’unanimité parmi les utilisateurs.

  10. “On ne reçoit pas la sagesse. Il faut la découvrir soi-même, après un trajet que personne ne peut faire pour nous.” (Marcel Proust).
    Mais il faut avoir le courage de pratiquer le hors-piste, loin, très loin des sentiers battus, du prêt-à-penser et du prêt-à-porter ; ne pas avoir peur de déclencher une avalanche d’idées reçues qui recouvrent le bon sens d’un épais tapis de silence…
    “La vérité ne sort pas du puits ; elle entraîne celui qui la recherche au fond.” (Pierre Reverdy)

    1. “mais il faut avoir le courage de pratiquer le hors piste” un peu malheureux cette recommandation, un champion de formule 1 ne prendra plus ce risque…
      Par ailleurs, merci pour vos citations

      1. Ce n’est pas une recommandation, mais un choix de vie…
        “Il est plus facile de croire ce qu’on nous affirme officiellement, que de s’aventurer dans l’indépendance intellectuelle. En fait, ce n’est pas l’opposition, mais le conformisme et l’inertie qui ont de tout temps été les plus sérieux obstacles à l’évolution des consciences !” (Ghandi)

  11. Un effet paradoxal de la myotoxicité des Statines!!!
    Myocyte-programmed cell death
    More recent studies have suggested that statins do affect cellular FFP levels, which can lead to a dose-dependent programmed cell-death phenomenon. This occurs when a decrease in FFP causes a decrease in prenylated forms of various Rab proteins. In addition to altering cellular mechanics, this process leads to an increase in intracellular calcium, which in turn activates caspase enzymes responsible for cell death.36 This mechanism of action may explain one aspect of the cholesterol-independent or pleiotropic effects of statins: therapeutic benefits may be related to statin-induced apoptosis in vascular smooth-muscle cells, which may lead to reduced atherosclerotic proliferation. However, in skeletal muscle cells, statin-induced apoptosis may lead to excessive cell mortality in susceptible individuals (perhaps, especially among older females) in whom myopathy ensues
    Journal ListClin Interv Agingv.8; 2013PMC3552608

    1. Ne vous laissez pas impressionner par ce genre de données biologiques publiées dans des revues où le processus de “review” est “faible” … Comme disait quelqu’un récemment, 95% de ces choses-là ne sont jamais ni confirmées ni reproduites …
      Mon travail de scientifique est, en théorie, d’aider à trier dans ce fatras innommable …

  12. Encore une personne de sauvée !
    J’ai longuement entretenu un de mes collègues sur les dangers des statines. Il faisait initialement aveuglément confiance à son cardiologue tyrannique. Je lui ai donc expliqué en long et en large ma démarche d’arrêt, ce qui m’avait motivé (les nombreux malaises en tous genres), l’application du la diète méditerranéenne comme protection, et l’existence du Dr de Lorgeril, méconnu encore aujourd’hui par de nombreux patients.
    Après avoir longuement douté de mes propos, Il lui a fallu constater qu’il commençait à souffrir de nombreux problèmes (tendinites à répétition, douleur musculaires).
    Il vient donc de décider en patient et adulte responsable d’arrêter les statines et s’en porte bien mieux.
    Étant un bon vivant, en surpoids et bon mangeur, je lui ai donc expliqué qu’il était indispensable qu’il adopte la diète méditerranéenne de toute urgence et ne manquerai pas de “taper sur le clou” pour qu’il continue dans cette voie.
    Le but de mes propos n’est pas de me lancer des fleurs, mais de répéter à tous qu’il est quelque part de notre devoir d’informer nos proches de cette triste réalité, pour qu’ils puissent en leur âme et conscience décider par eux-mêmes de suivre une autre voie.
    Je suis vraiment heureux de constater qu’à notre échelle, nous pouvons également éviter à d’autres de souffrir inutilement en enrichissant une industrie pharmaceutique que mise aujourd’hui non plus sur notre santé mais sur les profits qu’elle peut réaliser.

    1. C’est vrai qu’il est difficile de convaincre des personnes des effets secondaires graves des statines qu’elles prennent depuis de nombreuses années. Je ne suis pas médecin, je leur conseille d’arrêter, mais comment pourraient ils me croire alors que leur médecin ne les a jamais informé de tout ce qui se dit sur ce site.
      J’ai changé de médecin traitant et celui ci est maintenant un jeune médecin. Quand je lui ai dit que j’arrêtais les statines il y a 1 an (déjà elle avait changé de statine et m’avait prescrit du Crestor à la place d’Elisor, pourquoi ?) elle a monté le ton en me disant que dernièrement elle avait reçu un patient qui est tombé “raide” dans son cabinet, réanimation, hôpital . Cause = artères bouchées par le cholestérol.
      Je lui ai répondu : allez consulter le site du Docteur De Lorgeril madame
      Je ne connais pas me répondit elle, je ne connais que le cardiologue professeur du CHU.
      Je vais devoir encore changer de médecin traitant….

      1. Comme dirait M D Lorgeril: “c’est vous qui avez un pouvoir sur votre médecin ” alors comment faire,et bien ,en résistant aux intimidations et surtout en lui présentant un livre qui dit tout ,simplement et de manière incontestable mais en définitive personne ne peut vous obliger à prendre un traitement (sauf cas d’urgence vitale bien sur ) Certe bien plus facile à dire qu’a faire mais faire “évoluer” un médecin sur cette question est un grand bénéfice pour toute sa clientèle et pour la “sécu” alors que changer reproduit le meme problème souvent. Alors bon courage, montrez votre détermination car notre santé ,c’est à la fois notre libertè et notre devoir !

  13. Bonsoir docteur
    Je voudrais arrêter mon bêta bloquant ,j ai déjà arrêté les statines, car j ai remarqué que cela me faisait monter mes triglycérides et la glycémie, malgré ma diète crétois , sport tout les jour cardio, et marche en tout dans la journée 9 km, que dois faire quel risque j ai eu au mois d octobre infarctus et pause de 5 stents, je n’ai plus de libido depuis suis un peu perdu merci de me conseiller cordialement

    1. Ceci n’est pas une consultation.
      Je veux bien vous aider ; mais vous devez commencer par vous aider vous-même ; et donc vous informer …
      Pour cela, il faut lire, de toute urgence.
      Commencez par “Prévenir l’infarctus” ; puis revenez sur la dernière édition de “Cholestérol, mensonges et prop” !
      Dès lors, vous aurez tout compris ; ça vous sauvera la vie !
      Bon vent, matelot !

    2. ceci n’est pas une consultation (arf, d’autant + que je en suis pas médecin, au pire exercice illégale de la médecine, j’attends les pandores:)). Ordonc voici ma procédure : les BB rendant impuissant, ce qui n’est pas du gout de tout le monde, je n’en prends qu’avant un effort/stress intense. Cela pourrait vous sauvez la vie tout en conservant vos érections performantes. Bon vent camarade.

    1. Bon, nous voici une fois de plus avec ce Barthelemy-là (on en connait d’autres encore plus cons) qui ne sait plus quoi dire sur son blog, face à un expert auto-proclamé des oméga-3 qui sur la base de trois lectures vite faites (dans le JAMA, oups !) qu’il n’a probablement pas comprises (faudrait vérifier) nous assènent qu’il faut en finir avec !
      En finir ? Que cela veut-il dire ? Les exécuter ? Les torturer ? Un bûcher peut-être ? Ou la guillotine ressuscitée ?
      Les experts un peu simplets aiment bien finir les plats !
      Les oméga-3 c’est quand même de la nutrition, non ? Nutritionniste notre Barthélemy de service ?
      Bon, notre ami [repris par Le Monde , journal du soir de moins en moins référence, de plus en plus cohabité de rédacteurs un peu niaiseux] aurait gagné du temps (et m’aurait évité d’en perdre en le lisant ce jour) en nous lisant tout simplement …
      Faites-le, vous gagnerez du temps, et de l’esprit, ce qui manque à notre nouvel expert des oméga-3 …
      Et surtout mangez des oméga-3, ceux des mers et ceux des plantes … tout en essayant de vous priver des métaux lourds et autres pesticides qui risquent de vous être offerts avec !

      1. D’après sa propre Biographie sur son Blog, Pierre Barthélemy est journaliste, pas d’étude science mais passionné par la science (Moi aussi…) A e titre il a travaillé au Monde dans ce genre Journalistique, puis a été durant un an, en 2009 je pense, rédacteur en chef de “S&V” ( il devait être tellement bon et compétent … qu’ils n’ont pas su le garder) puis il est revenu à ce premières amours; Sans doute scrute t’il au microscope et au télescope qu’il a eu à 11 ans) l’actualité scientifique pour y mettre son grain de sel… Faux bien vivre… Je pense qu’il n’est donc pas plus compétent que moi, mais j’ai un avantage, si je puis dire, c’est que j’ai une pathologie cardiaque que j’ai pu améliorer grâce à vous Docteur et que je suis très vigilant.
        Ceci dit, j’en viens qu faii Tout ceci me semble t’il,fait parti d’une campagne de dénigrement ( et ce n’est pas la première fois que ce genre d’article a été publié,( on y revient de manière récurrente, calomniez etc…) car outre le manque à gagner des “Statinophiles”, l’industrie agroalimentaire s’affole également : Songez aux publicité à longueur de chaîne de T.V pour les margarine “Pro Activ” , “Oméga6-Oméga3” de chez “Fruit d’Or, et toutes autre publicités du même ordre. Songez au manque à gagner en matière de recettes publicitaires pas ces chaîes si d’aventure la théorie de “mauvais Cholestérol” s’écroulait avec fracas. Ferait-on venir à la barre…pardon à l’antenne les doctes Experts, les industriels incriminés ? On serait obligé de laisser parler d’autres experts, les vrais chercheurs (suivez mon regard…) pour vanter les qualité de la Diète méditerranéenne et celle de Oméga 3 sur lesquels toute la pratique industrielle et la marchandisation serait à refaire! Quel trou financier en attendant.
        Et la santé des survivants et du quidam à risque dans tout ça?

  14. Que ce soient les STATINES, les antiplaquettaires, les antihypertenseurs, les bêta bloquants, ces médicaments ont beuacoup d effs secondaires. Malheureusement, lorsque vous signalez aux généralistes, aux cardiologues que vous ressentez des douleurs musculaires, des crampes, des palpitations cardiaques, de la fatigue, de l anxiété,
    de l angoisse, de l excitabilite, il est logique que le patient qui avale chaque jour ces petit cachets, emette la suggestion que peut être ces effets sont dus aux médicaments. Mais la reponse tombe comme un couperet : non, cela n est pas du aux medicaments.
    Autrement dit : Quetions inutiles. Sans issue de dicussion approfondie. Donc aucune évolution quant au traitement, d’une part, et sur la nocivité des médicaments d autre part.
    Pourtant il ne suffit pas d entendre le patient il faut aussi l écouter et prendre en considération ses plaintes afin de se poser les bonnes quedtions plutôt que de suivre les directives des laboratoires pharmaceutiques sans peser le pour et le contre relatifs aux effets secondaires des médicaments.
    Tout est résumé dans cette phrase du généraliste au cardiologue : “Malheureusement, la patiente remet en question tous les traitements….L’ observance est très difficile.”
    Et en plus, je lui ai dit que je lisais les livres du cardiologue Michel de Lorgeril! J’ai eu dtoit à un timide sourire en coin. J en déduis que le généraliste n apprécie pas trop, car je mets ses affirmations en doute. Et les médecins
    n ‘aiment pas. Serait-ce de l’abus de pouvoir ?

    1. Vous noterez que ce médecin se contente de sourire à l’évocation de mon nom ; terrorisé qu’il est à l’idée que vous pourriez témoigner qu’il ait dit du mal d’un confrère, c’est-à-dire moi …
      Si je n’étais pas retenu par le décret XXJ du Tribunal des Flagrants délires, je vous dirais que c’est vous qui avez du pouvoir sur lui, mais je ne vous l’ai pas dit !

    2. Votre médecin est gentil, le mien m’a dit que le docteur de Lorgeril est un fou furieux !!!

      1. Si vous voulez le taquiner (ou lui faire peur), faites-lui savoir que vous pourriez témoigner à ma demande auprès du Conseil de l’Ordre pour dénigrement de confrère ; c’est contraire au Coooode de déontologie !

        1. Un citoyen peut porter plainte pour dénigrement auprès du Conseil de l’Ordre.
          C’est même encore mieux, car le citoyen n’a pas à craindre d’être “non confraternel” avec un médecin qui insulte le Dr Michel De Lorgeril.
          Qu’on se le dise…

        2. Chiche, pour voir ! Son sens aigu de l’importance de son personnage en prendrait un coup, le pôôôvre … Il ne me reste plus qu’à lui trouver un remplaçant, bien improbable ici en Bretagne, vous connaissez peut-être ?

  15. encore une coïncidence, il y a 3 semaines j’ai “perdu” un excellent partenaire de tennis pour la cause qu’il ne pouvait plus courir, subitement, sans avoir mal aux mollets. J’ai donc bcp travaillé pour lui, et trouvé un site expliquant que les 5 grandes causes de cette “AP” étaient le tabac, la sédentarité, l’HTA, le diabète et le surpoids. Mais en fin d’explication, une ligne qui ne manque pas de sel :
    “Néanmoins cette pathologie se produit également sans aucun de ces facteurs de risque” !!
    eh bien chapeau car mon ami, en effet, n’a rien de tout ça.
    La même chose m’est arrivée, avec les mêmes bons paramètres, pour le coeur. Voilà qui doit nous rendre modestes sur nos capacités à anticiper des pathologies dont finalement, on ignore encore l’essentiel…

  16. Je me demande si un jour nous connaîtrons le nombre de personnes décédées suite à la prise de statines.
    Etant donné la gravité des effets secondaires et le nombre de personnes qui en consomment, ça dépassera la mortalité due au médiator.
    Certains lecteurs de la revue Prescrire n’apprécieraient peut-être pas une remise en cause des recommandations officielles de la prescription des statines.
    Sinon, comment comprendre leur position?

    1. Irène Frachon, qui appartient au FORMINDEP, a écrit un livre qui demandait
      MEDIATOR</b – Combien de morts?”
      Alors pourquoi pas :
      ZOCOR – Combien de morts ?”
      ou
      TAHOR – Combien de morts ?”
      ou
      CRESTOR – Combien de morts ?”
      Et si jamais l’industrie Pharma fait l’erreur de faire un nouveau procès, on pourra dire qu’on s’interroge sur le nombre de vies que cette molécule sauve.
      (ce qui peut se comprendre dans les deux sens de l’interrogation)
      J’ai d’ailleurs réutilisé l’image du livre d’Irène FRACHON, tellement c’est un livre fort, qui a changé tant de choses en France.
      http://cholesterol-verite.blogspot.fr/2013/04/le-scandale-du-crestor-rosuvastatine.html
      Alors merci à Irène Frachon, et merci au Docteur Michel de Lorgeril.
      Pour votre combat, malgré les pressions, malgré les procès, malgré les mensonges de certains médias, vous tenez bon.
      Tenez bon…

    2. Prescrire des statines serait il dangereux pour l’homme ?
      un collagène de mauvaise qualité dans la paroi de nos artères provoque des micro-fissures de l’intima. Notre cerveau réagit à cela en appelant une substance pour guérir et empêcher qu’une infection ne se propage. Cette substance qui est fondamentale pour la vie de l’homme c’est le cholestérol qui vient à notre secours pour se répandre à l’intérieur de l’artère et boucher ces micro fissures.
      Donc prescrire des statines c’est diminuer les chances de guérir d’une infection et c’est risquer des effets indésirables trop graves.
      Voilà ce que j’ai retenu d’une conférence de Michel Dumestre. Si c’est bien cela, il faut vulgariser ce processus auprès des Français, il faut enfoncer le clou, très vite. C’est quand même le deuxième poste de dépenses de l’Assurance Maladie.

      1. Désolé, mais le cholestérol cicatrisant des artères, je ne connais pas …
        Le couple vitamine C/collagène plus mieux …
        La relation entre les trois m’échappe …
        Éclairez-moi, s’il-vous-plait, avec des vraies références vraiment solides, quelque soit la sympathie que m’inspire Monsieur Dumestre.
        bon vent, matelot !

        1. Dommage, c’était une belle image le “cholestérol cicatrisant” et pas plus saugrenue que celle du cholestérol qui bouche les artères , beaucoup de médecins pourraient la croire puisqu’ils croient vraiment que le cholestérol bouche celles ci.

        2. Moi aussi , j’ aimais bien cette idée de “cholestérol-cicatrisant” !
          Bon , c’ est dommage , du coup je ne sais plus à quoi il sert .

  17. Bonsoir Docteur. Votre billet coordonne une pensée qui m’est venue il y a déjà quelques temps concernant cette pathologie, un proche a subi l’ablation d’une jambe et il est quand même décédé un an après (diabète) ; Oh, je ne suis pas Médecin ni Scientifique mais parfois je m’amuse (depuis l’arrêt de statines et que ma cervelle marche mieux…) à faire des rapprochements, certes un peu hasardeux, mais basés sur des observations et quelque articles épars. J’ai connu pas mal de collègues,tant dans mon ancienne profession qu’à l’époque ou je travaillais en usine, voire de familiers, qui avaient cette pathologie; Dans le meilleur des cas et depuis une date récente, on rétablissait leur circulation avec des stents (comme pour les coronaires) avant on fluidifiait le sang etc…mais peu, dans les cas graves, échappaient à l’ablation du membre atteint par cette sténose. Or, toutes ces personnes étaient des gros fumeurs et des gros consommateurs d’alcool pour ne pas dire des alcooliques et aucun ne faisait d’exercice physique. Les trois ensembles ont de conséquences terribles.
    Longtemps je me suis dit que la saleté qu’ils ingéraient, s’accumulait aux parties basses du corps ( oxyde carbone et autres pollutions corporelles) . En fait je viens de rapprocher cela avec cet article dont j’avais parlé dans un de mes commentaires sur le tabagisme faisant état des dégâts causés sur les parties basses du visage chez les fumeurs ( étude récente sur de vrais jumeaux, l’un fumeur l’autre non) donc accumulation des toxines… Il en va de même avec le tartre dentaires : jamais les dents du haut, toujours, celles de la mâchoire inférieure, ce dépôt calcique bactérien se mélange allègrement avec les toxines avalées par les fumeurs d”où leur mauvaise dentition. En serait-il également ainsi avec les coronaires : usure de l’endothélium aux bifurcations basses avec les dépôts piégés par les fibrines ? Pareil pour les jambes ou les pieds ?
    Je me fais probablement du cinéma, mais il m’a plu de réfléchir à ces constatations après votre billet fort instructif. Bonne soirée.

    1. Le tabac est vraiment la cause principale (dans nos pays) de cette artériopathie périphérique ; l’arrêt du tabac fait des miracles y compris chez des gens très mal partis (proches de l’amputation).
      Contrairement à ce qu’on a longtemps cru, l’alcool ne joue pas de rôle ; et parfois est certainement protecteur.
      La sédentarité est très nocive.
      En fait, il suffit d’adopter le mode de vie protecteur que nous décrivons pour guérir, à moins d’être allé très loin dans le toxique ou d’avoir négligé son diabète …
      Mais l’artériopathie du diabétique c’est une autre histoire ce n’est plus de l’athérosclérose classique …

      1. Bonjour Docteur , bonjour à tous .
        On parle d’ amputation des pieds , jambes , stents des coronaires , des carotides , mais pourquoi n’ entend-on jamais parler d’ artères bouchées dans les bras ?
        Pardonnez-moi si j’ ai tort…

        1. C’est une très bonne question, treeeeeees bonne question !
          Les artères des bras ne font JAMAIS d’athérosclérose, comme d’autres artères [notamment thoraciques, les mammaires par exemple] bien qu’elles soient soumises aux mêmes niveaux de cholestérol sanguin, de pression artérielle, etc … que toutes les artères qui parfois présentent de l’athérosclérose …
          Comment expliquer ça ?
          Personne ne sait !
          Désolé !

  18. Comme cela faisait longtemps que je n’avais pas lu d’articles sur les effets nocifs des statines, voilà un petit rappel pour les curieux :
    http://cholesterol-verite.blogspot.fr/2014/01/effets-secondaires-des-statines-statins.html
    Dans le désordre :
    – fatigue, faiblesses musculaires
    – myopathies
    – perte de poids et d’appétit,
    – diabète de type 2,
    – stress oxydatif,
    – inflammation…
    Bon appétit aux consommateurs de statines…
    Profil d’effets indésirables des statines (revue PRESCRIRE) :
    Le profil d’effets indésirables des statines (simvastatine, pravastatine, etc.) est surtout constitué de :
    troubles digestifs fréquents ;
    céphalées, sensations vertigineuses, insomnies, visions troubles, dysgueusies ;
    atteintes musculaires, rhabdomyolyses, tendinites ;
    augmentations des transaminases, justifiant un bilan hépatique avant traitement et une surveillance pendant le traitement jusqu’à 1 an après la dernière augmentation de dose, rares hépatites ;
    éruptions cutanées ;
    diabètes avec la rosuvastatine (CRESTOR°) ;
    rares pancréatites, polyneuropathies périphériques, pneumopathies interstitielles et fibroses pulmonaires ;
    réactions d’hypersensibilité.
    Il existe un doute sur un surcroît d’insuffisances rénales avec la rosuvastatine (CRESTOR°).
    http://www.prescrire.org/Fr/101/325/47323/0/PositionDetails.aspx

    1. Comme d’habitude, Prescrire est en retard d’un train, vous devriez changer de “cantine” ; mais alors où manger ? Me diriez-vous, c’est une bonne question :
      1- Toutes les statines donnent du diabète, (pas seulement le Crestor*) et avant un diabète franc, une catastrophique “résistance à l’insuline” …
      2- Le diabète et la résistance à l’insuline sont des facteurs de risque majeurs de cancers et de troubles cognitifs (ceux qui précèdent les démences)
      3- Toutes le statines donnent des troubles cognitifs, types troubles de la mémoire (type Alzheimer) ; ce qui s’appelle de la neurotoxicité ; des témoignages récurrents (même sur ce Blog) font état d’Alzheimer guéri par l’arrêt d’une statine ; même la FDA a demandé que ce soit inscrit sur les boites … (comme pour le diabète et pas que pour le Crestor*)
      4- Les statines favorisent les cancers [Prescrire attend sans doute la méta-analyse suprême sur les résultats des essais cliniques qui ne sont pas publiés] par des mécanismes variés, à commencer par leurs effets sur la résistance à l’insuline et le diabète ; mais aussi en diminuant les oméga-3 et en inhibant les effets protecteurs des oméga-3 … et par d’autres mécanismes …
      En simplifiant : statines donnent diabète qui donne cancer et neurotoxicité ; et c’est le minimum !

  19. Bonjour Dr,
    Je suis un peu hors sujet, mais pourriez vous parler rapidement de votre nouveau livre sur les Omega-3 s’il vous plait? Je suis étudiant en médecine, et tous vos ouvrages ainsi que votre blog sont de bonne qualité et accessibles, merci pour tout ce travail.
    Charles

    1. Notre nouveau livre traitera de la nutrition en général, pas seulement des oméga-3.
      Nous avons déjà publié un livre sur les oméga-3 [Éditions Alpen], il y a à peu près 6 ans ; il a peu vieilli, pas plus de 10€, volez-le si vous ne voulez pas l’acheter …
      Je suis obligé d’ajouter [référence à l’article XXL du Tribunal des Flagrants Délires] que l’invitation à voler est une plaisanterie qui avait cours du temps béni de Hara-kiri quand tous les médias n’étaient pas “aux ordres” !

  20. Chapeau bas, Chapeau aux Basques,
    qui démontrent brillamment l’efficacité de la diète méditerranéenne dans l’artériopathie périphérique !
    J’ai eu la chance d’exercer la médecine en Euskadi quelques années, et de jouer au rugby au sein d’un club qui a rapporté une fois le bouclier du championnat de France en série départementale. Un engagement concret pour une efficacité gagnante. Souvent, chez nous qui parlons anglais ou français, la logique rationnelle de notre cortex tente (en vain) de convaincre la logique affective de notre cerveau limbique et les discussions s’éternisent, souvent stériles. Et bien chez ceux qui parlent basque, une langue sans article, directe et concrète, adaptée au collectif (qui sait chanter, jouer et danser comme peu savent le faire), j’ai l’impression d’une efficacité plus grande. Pas vous ?

    1. Il y a peut-être des basques parmi les investigateurs de l’essai PREDIMED, mais il y a surtout des catalans ; me sont plus proches …
      Ceci dit, notre vrai problème aujourd’hui, dans toutes les sphères de la société [sans faire de la politique] c’est la Nomenklatura qui gère nos vies.
      Avec les soviètes, c’était la police et l’armée qui pérennisaient son pouvoir avec la complicité de l’Administration et des politiciens.
      Aujourd’hui, avec les mêmes complicités, c’est l’Industrie et le Commerce qui pérennisent le pouvoir de la nouvelle Nomenklatura qui gère nos vies ; parce que nous le voulons bien !

Comments are closed.