Cholestérol et statines : la bataille fait rage

Ça devait arriver, c’est là, ils s’affrontent bravement !

Quel courage dans l’adversité !

Quelle saine indignation !

Quelle imagination pour se disculper !

De quoi parlons-nous ? Des trois grandes batailles actuelles qui, sans doute, précèdent la prochaine « grande guerre »  où des terribles barbares affronteront d’autres barbares sous nos yeux esbaudis …

Première bataille : celle où le Professeur Collins [en principe, je ne nomme jamais de personne sur ce Blog mais lui, il en fait vraiment trop ...] d’Oxford University [mais en réalité PDG (ou équivalent) d'une très prospère et lucrative Unité d'investigation Clinique qui collecte des fonds de l'industrie pharmaceutique pour conduire des essais de médicaments "à la place" des industriels ; ce qui est très pratique pour tout le monde, l'universitaire se dit "indépendant" et l'industriel se dit "non impliqué" ; ce qui ne peut tromper que les "idiots" dans le sens dostoïevskien du terme ; et tout en ironie ; je sais je ne devrais pas ...] Collins donc défend bec et ongle les statines contre les mauvais drôles qui osent prétendre que ces miraculeux médicaments pourraient avoir des effets secondaires toxiques.

Je ne vais pas refaire les débats [Collins contre le British Medical Journal ; Collins contre Thompson and coll ; etc ...], je ne retiens qu’une chose : pour que Collins garde crédibilité minimale vis-à-vis des industriels – et garde ainsi les contrats avec ces derniers – il est urgentissime (mais je crois que c’est trop tard pour lui, peuchère !) qu’il neutralise toutes critiques visant ses propres travaux et publications (qui firent tant plaisir en leur temps aux industriels …) où il déclarait pompeusement qu’il n’y avait pas plus d’effet délétère sous statine que sous placebo dans les essais en aveugle conduits sous sa responsabilité. Qui peut encore croire telle baliverne ?

Ceci dit, ceux qui le contestent aujourd’hui (y compris le British Medical Journal) sont probablement en phase d’éveil après une longue cure de somnifères … Quel intérêt ces barbares-là servent-ils aujourd’hui ?

Deuxième bataille : celle qui oppose le Professeur Ridker (de Harvard) – et de pleins d’autres (dont le subtile Pr Nissen de la Cleveland) dont il est en fait le porte-parole – aux rédacteurs des toutes nouvelles recommandations dites officielles (au moins aux USA et au Royaume-Uni) visant à prévenir les maladies cardiovasculaires avec des médicaments anti-cholestérol.

Les nouvelles recommandations s’opposent aux précédentes (je l’ai déjà expliqué sur ce blog) et les rédacteurs affirment que ces précédentes-là n’avaient pas de base scientifique solide. Les défenseurs des précédentes (dont Ridker et Nissen) disent eux que les nouvelles n’ont pas de base scientifique solide ; avec comme principal argument que le calculateur (une sorte d’algorithme) utilisé pour évaluer le risque individuel et justifier la prescription de statine (selon les nouvelles recommandations) est biaisé … Certes ce calculateur n’a jamais été testé scientifiquement [un comble !] et quand Ridker l’applique sur une population dont on connait déjà le taux de complications, il confirme effectivement que ce calculateur donne des chiffres faux …

Bon ! Pas de données scientifiques solides justifiant la prescription de statines ni avant ni maintenant, on le savait !

Troisième bataille : celle qui oppose les éditeurs du très sérieux European Heart Journal [je suis abonné, comme membre officiel de la prestigieuse Société Européenne de Cardiologie] à quelques freluquets qui osent dire que le système actuel de publication des travaux scientifiques est désuet ; référence faite également au phénomène de non-reproductibilité discuté dans un précédent billet ; mais ici s’appliquant spécifiquement à la recherche clinique.

Pour quoi ce débat « chauffe » en Europe en ce moment et surtout en cardiologie ?

Parce qu’un des plus bels exemples de « scientific misconduct » dénoncé au cours des dernières années est celui du Pr Poldermans et à propos de cardiologie. Pour d’obscures raisons, on n’a pas réussi à enterrer l’affaire, on a été obligé de republier des recommandations officielles (Européennes) dont Poldermans (aussi un grand statinologue) était en partie responsable et surtout on n’arrive pas à expliquer comment les sommités qui composent les Comités de rédaction (dont faisait partie Poldermans) ont pu ainsi laisser faire … en toute innocence et « idiotie » (retour au concept dostoïevskien) … et être aujourd’hui à la tête de prestigieuses Institutions internationales ou nationales. Plus d’un s’étonnent, à juste raison : « idiot » hier, moins « idiot » aujourd’hui ? Peut-être.

Plus prudents dans tous les cas, et chacun surveille les autres, les barbares ne vont pas tarder à s’entretuer tandis que les élites gouvernent …

En conclusion et comme source de grande satisfaction : la vague du scepticisme monte inexorable et seuls les « idiots » (plutôt sympa l’idiot de Dostoïevski) croient encore aux idioties institutionnelles …

47 réflexions au sujet de « Cholestérol et statines : la bataille fait rage »

  1. Jédelé

    Bonsoir Docteur,
    J’ai arrêté les statines et encore on me met en garde en me disant que les médicaments anti cholestérol sont indispensables dans mon cas ( ponté et valve aortique mécanique). C’est vital disent les médecins!
    Je suis en train de relire votre livre, je marche beaucoup, je n’ai jamais fumé, je mange beaucoup de légumes, pas de saucisses, pommes et noix tous les jours, très peu de laitages.
    Que penser? Mon cas est particulier à cause de mon opération qui ne serait qu’un mauvais souvenir s’il n’y avait pas ces médicaments. Je prends un anti-vitamine K (préviscan) comme tous les porteurs de valve.
    Merci .

  2. Roubakine Perrin Josiane

    Oui, je relis »Comment prévenir l’infarctus » et je suis surprise, p.43 de n’avoir pas retenu, lors de ma 1ere lecture, le nom de Watzlavick ,de Palo Alto, parce que j’avais lu ses bouquins à l’époque et que je les ai beaucoup aimés. Et maintenant je me demande pourquoi personne n’applique ses théories (à part vous pour changer le mode de vie de vos patients) pour aider (spécialement) à décrocher du tabac ? Bonne idée, non, vu que le tabac n’est pas innocent dans cette histoire.
    Bien à vous.

    Une matelote

  3. VDB

    Bonjour Docteur,

    Je reviens vers vous car j’ai effectué un bilan sanguin dont j’ai eu les résultats hier et certaines choses m’inquiètent…à tort peut-être. Pour rappel, IDM à 27 ans, j’en ai 33 maintenant (thrombose coronaire droite), traitement actuel Kardegic 75mg, Cardensiel 5mg et Crestor 5mg. A savoir aussi que je suis le régime méditérannéen depuis le mois daoût :

    Bilan lipidique : aspect serum : opalescent ; Cholesterol total 1,28g/l ; Triglycérides 1,06 g/l ; HDL 0,29g/l ; Rapport cholestérol / HDL 4,41 ; Apolipoprotéine A1 0,97 g/l et LDL 0,78 g/l.

    Apolipprotéine A1 a été dosée car HDL inférieur à 0,30 g/l.

    Ce qui m’inquiète donc c’est d’avoir un taux de HDL assez bas (suivant les normes…dont je n’ai à vrai dire pas trop confiance) et un taux d’Apolipoprotéine A1 relativement bas aussi. A noter aussi que mon taux de fer sérique est à 0,53 mg/l ce qui est relativement bas également.

    Bref, je commence à comprendre que la diète méditéranéene se suffit amplement à elle-même et je n’ai pas besoin, je pense, de prendre de statines pour avoir un bilan lipidique que je qualifierai de normal!

    C’est quand même bizarre d’entendre dire quasiment partout qu’avoir un LDL trop haut est dangereux pour la santé mais on entend quasiment nul part que d’avoir un HDL trop bas est aussi dangereux même voir plus dangereux que d’avoir un LDL trop haut! En fait je comprend que pour faire baisser le LDL, on baisse tout le cholestérol même le HDL et cela peut avoir de fâcheuses conséquences.

    Je pense donc arrêter de moi-même le Crestor, sans en référer à mon médecin car comme il me l’a dit auparavant, il suit le  »protocole » mais d’un air entendu m’a bien fait comprendre quand je lui ai posé la question sur la réelle nécessité de faire baisser mon cholestérol, qu’en la posant j’avais déjà la réponse!

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : VDB

      Ceci n’est pas une consultation.

      Les notions de « bon » et « mauvais » cholestérol sont en cours d’abandon par les experts rémunérés …
      Vous le sauriez depuis longtemps si vous m’aviez lu ; ce qui visiblement vous ne faites pas ; et ainsi vous alimentez inutilement votre anxiété …
      Oubliez le bon cholestérol ; ou traitez-le un peu comme un « beau au bois dormant » …
      Le crestor est inutile et toxique !
      Le médecin qui vous l’a prescrit pourrait être poursuivi (allez donc savoir par qui ?) pour non-respect des indications et autorisations de mise sur le marché …
      Pôvre de nous !

      1. VDB
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Est-il vrai que le Crestor a été interdit récemment aux USA?

        Si oui, qu’en est-il pour la France?

        J’essaie de chercher des infos sur le net mais c’est assez difficile…

        Si vous pouvez me donner des liens de pages webs, même en anglais, je suis preneur.

        Merci!

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : pictavien

      La pire des fraudes n’est pas celle décrite par mes gentils collègues du CNRS. Si un olibrius quelconque raconte des balivernes à propos de la drosophile, quel que soit le temps nécessaire pour démasquer (inéluctablement) le rigolo, les dommages sont minimes.

      En médecine, c’est autre chose … C’est même criminel ! Je pèse mes mots.

      Notre justicier du CNRS (Merci de nous avoir donné cette référence ; ça indique au moins à mes visiteurs que depuis plus de 10 ans que je le dis, je ne suis pas plus parano qu’un autre …) est bien naïf quand il écrit : « Les révélations récurrentes par les médias de cas de fraudes telles que la falsification de résultats, rares mais spectaculaires » …
      Où ce type vit-il ?
      Que fait-il de ses neurones ?
      Ce sont les médias qui l’ont averti ?
      Il n’a rien vu lui ?

      Comme je le décris dans mes livres, en médecine thérapeutique et dans les domaines que je connais, la fraude est quasi systématique : je ne la vois pas évidemment, je la détecte.
      Comment ? Par la simple observation des données fournies par ces imbéciles. Pas besoin d’être un génie en statistiques pour repérer les inadmissibles incongruités …
      Je ne suis pas le seul à le dire ; mais le consensus actuel est la Loi du silence ! Comme en sport et comme en politique !

      Dès que vous avez l’audace d’émettre un doute sur quoique ce soit, la « bonne société » de la recherche médicale [y compris les syndicats ; n'ayez aucune illusion ...] vous prive de micro, vous bloque votre carrière et votre salaire …

      Chaque époque produit ses barbares, ses criminels, ses résistants, ses collabos, ses miliciens …

      Il faut choisir son camp, pas trop tard, dépêchez-vous !

      Réponse à votre question : les instances scientifiques dont vous croyez connaître l’existence n’existe pas !
      Et les scientifiques ne dénoncent pas …
      Quand aux médecins, ils se serrent les coudes, le métier est difficile, restons calmes, pas de bruit, d’autres pensent pour nous …
      Telle est l’époque !

  4. patrick

    Bonjour docteur
    Je reviens de chez mon cardiologue , il est très inquiet que je ne prenne pas mon tahor après la pose de 5 stens en Fevrier . Il me dit que que c’ est le cholestérol qui m’ a bouché les artères . J ‘ ai arrêté les statines
    après avoir lu vos livres et après en avoir pris pendant 20 ans . J ‘ ai beau lui avoir fait des copies de pages de vos livres ou d’ articles , ils est toujours inquiet . Que puis je faire , car je n’ ai pas l’ intention de reprendre ces produits , car je me sent beaucoup mieux sans ?

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : patrick

      Ceci n’est pas une consultation.
      Jusqu’à preuve du contraire, les patients ne sont pas dans l’obligation de traiter l’anxiété de leurs médecins …
      Si vous lui avez fourni les documents utiles, et qu’il n’a pas compris, vous ne pouvez pas grand chose pour lui ; sinon ne pas avoir de nouvelles crises en suivant scrupuleusement les conseils que nous donnons dans notre livre « Prévenir l’infarctus et l’AVC »

      1. Patrick
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Je préfère aller marcher dans mes puys d ‘ auvergne qui sont à 1/4 d’ heure à pied de chez moi , plutôt que de faire tomber mon LDL à 1 comme le souhaite mon cardiologue . Quand au régime méditéranéens , il me va très bien .

  5. Critic Spirit

    C’est juste dingue!

    Une de mes connaissances professionnelles à malheureusement eu un infarctus avec perte de connaissance. Elle s’est néanmoins sortie de cette situation.

    Pour l’anecdote, après une remise sur pieds, je lui ai offert votre bouquin.

    L’équipe médicale, après l’intervention chirurgicale, lui a concocté un protocole médicamenteux béton.
    Malgré le fait que cette personne ait un cholestérol assez bas de façon naturelle, ils l’ont mis sous Tahor (la plus forte dose) pendant 3 mois: c’est le protocole qu’ils disent ! (Pour éviter que ça se rebouche au niveau des stents !)
    Conséquences : crampes, douleurs musculaires immédiates, etc. Juste après un infarctus, c’est sympa non ?

    C’est affligeant.

    Cette prescription n’est-elle pas faite en dehors de toute directive règlementaire puisqu’il a un taux de cholestérol « normal » ? (Même si on sait qu’il n’y a pas de norme en cholesterol).

    Pfffffffffffff…

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Critic Spirit

      Aucun essai clinique randomisé n’a jamais montré que les statines (ou un quelconque traitement anticholestérol) empêchaient que les stents se bouchent …
      Ce n’est pas faute d’avoir essayé …
      La Loi indique pourtant que les médecins doivent pratiquer une MÉDECINE scientifique …
      Dites-leur qu’ils sont « hors la loi », juste pour voir …

  6. Jean-Marc REHBY

    STATINES TOUJOURS
    Leurs promoteurs n’en finissent pas de désinformer exemple ce blog d’un interne en médecine générale qui raconte ces histoires à dormir debout dont j’ignore l’origine et je n’ai pas de temps à perdre à chercher!!!

    MEDICALEMENT GEEK
    Blog d’un interne de médecine générale:
    « Guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours. » (Louis Pasteur)

    Bonjour, en ce premier dimanche de décembre! Cette semaine a encore apporté son lot de nouveautés médicales que je vais vous partager sans tarder.

    1/ Cardio-vasculaire

    Commençons avec l’étude WOSCOPS, une des plus ancienne sur les statines qui a maintenant un recul de 20 ans. Le groupe qui a été traité pendant 5 ans par pravastatine en prévention primaire a encore aujourd’hui une diminution de la mortalité totale et cardio-vasculaire avec une moyenne d’âge de 75 ans. On peut donc se dire qu’arrêter une statine en prévention primaire chez un patient de 80 ans (comme il n’y a pas d’études sur ces patients) permet quand même d’avoir un effet bénéfique persistant après l’arrêt du traitement!

    Statines encore (je ne crois pas avoir de conflit d’intérêt sur le sujet). En prévention secondaire cette fois ci, l’introduction d’une statine après un AVC hémorragique améliore la survie à 30 jours. A garder en tête pour les patients vus en ville qui pourraient entrer dans ce cadre.

    ON CROIT REVER

Commentaires : page 2 sur 2«12

Les commentaires sont fermés.