Hyperlipoprotéinémies familiales et risque cardiovasculaire

J’ai expliqué dans des articles précédents l’importance d’appeler les choses par leur nom : une hypercholestérolémie familiale est avant tout une hyperlipoprotéinémie familiale (HF).

On ne parle ici (et ailleurs) que des HF hétérozygotes car les homozygotes sont trop rares pour pouvoir être étudiées scientifiquement.

J’explique aussi dans ces articles précédents que s’il y a plus d’infarctus dans certaines familles avec HF (pas dans toutes), ce n’est probablement pas dû au cholestérol mais à d’autres constituants des lipoprotéines. D’où l’importance d’insister sur la lipoprotéine plus que sur un petit (par rapport aux protéines) constituant (le cholestérol) de la lipo-protéine [ou lipo + protéine] ; j’espère que tout le monde a compris.

Plusieurs équipes ont montré qu’en recevant le petit cadeau de nos ascendants [une protéine réceptrice de lipoprotéine ou une protéine B de la lipoprotéine mutée, donc des protéines anormales, ce qui provoque l'élévation dans le sang de la lipoprotéine et donc du cholestérol : c'est la définition de l'HF], ils nous faisaient d’autres cadeaux, notamment des anomalies de la coagulation ; dues encore une fois à des anomalies de certaines protéines, mais cette fois-ci celles de la coagulation.

Ces anomalies de la coagulation expliquent aisément le risque d’infarctus dans certaines familles avec HF (et infarctus), beaucoup mieux que l’élévation de leur cholestérol.

Et la diminution du cholestérol avec un médicament ne change évidemment rien au risque d’infarctus dû à une anomalie de la coagulation ; facile à comprendre.

En ce début de 2014, une équipe espagnole impliquée dans le suivi de milliers de familles avec HF publie une analyse de la relation entre le risque d’infarctus (et autres complications) et une protéine de la coagulation appelée lipoprotéine a [ou Lp(a) pour les connaisseurs] qui est transportée dans le sang par le même wagon qui transporte le cholestérol et bien d’autres substances liposolubles. Trop de Lp(a) signifie plus d’infarctus, évidemment !

C’est une belle étude publiée dans le Journal of the American College of Cardiology (premier auteur : Alonso R).

Tous ces patients avec HF sont traités avec des médicaments anticholestérol depuis des années, mais on n’a pas plus de précision. Ils sont comparés à des personnes sans HF de leur entourage (famille apparemment) ; peu importe.

Parmi les 1960 HF, 247 sont cardiaques (façon simplifiée de les présenter) avec un âge avoisinant la cinquantaine et 1713 sont indemnes approximativement au même âge ; je simplifie à nouveau.

Les HF cardiaques ont un cholestérol plus bas (2,2g/L) que les HF non cardiaques (2,6g/L) ; tout ça sous traitement !

Ah ! Troublant !

Mais les HF cardiaques ont une Lp(a) beaucoup plus élevé (43,4mg/dL) que les HF non cardiaques (21,3mg/dL) ; c’est 100% plus élevé, ça fait beaucoup ! C’est très possiblement une des explications des infarctus dans les HF, et visiblement pas le cholestérol …

Faut-il vous l’envelopper ?

J’arrête ici la démonstration ; le rôle des scientifiques est d’intégrer TOUTES les données disponibles pour défendre une théorie sans aucune exclusive ; je n’ai pour ma part aucun souci pour intégrer cette donnée fondamentale produite par des experts du cholestérol tout acquis à la cause des statines … et dont les raisonnements à propos de leur propres données sont un peu courts … à mon goût … Ils ne peuvent pas, les malheureux, intégrer ça dans leur théorie du cholestérol à moins de … Caramba !

Étant minoritaire (encore quelque temps), je dois avoir quelque chose d’anormal …

Faut dire que j’aime beaucoup Véronique Gens dans Berlioz, par exemple le « Spectre de la rose », ici : http://www.youtube.com/watch?v=lMsUsdixvJM

Mais si vous préférez Régine Crespin, voilà : http://www.youtube.com/watch?v=XxlchhfkC1I

Une autre époque !

Bon vent, les matelotes !

110 réflexions au sujet de « Hyperlipoprotéinémies familiales et risque cardiovasculaire »

  1. savouret

    Bonjour, petite question en lien avec l’interrogation exprimée par un intervenant sur la place de l’avoine dans la diéte méditéranéenne

    Si l’on consomme peu de blé, orge, seigle, etc, fondements du régime méditéranéen en raison d ‘une intolérance au gluten et qu’on leur substitue des cérales non méditéranéennes, teles que le sarrasin, le millet, le quinoa, les bienfaits pour la santé sont ils similaires?
    cordialement

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : savouret

      Très bonne question !

      Pour y répondre en toute sagesse et rigueur scientifique, il faudrait faire l’expérience …
      Ce que personne n’a encore fait.

      On peut quand même raisonner un peu : pour remplacer le pain (de blé) et les macaronis, vous avez le riz, les pommes de terre et des céréales sans gluten que vous citez. Est-ce qu’on obtient ainsi tout ce que l’on peut attendre des céréales à gluten ?

      La richesse de la diète méditerranéenne, et sa variété alimentaire surtout, font que vous avez tout ce dont vous avez besoin et même plus ; à la condition que par ailleurs et scrupuleusement vous soyez méditerranéen !

      Bon vent, matelot !

      1. Inoxydable
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Bonjour Docteur. Si je peux me permettre de donner mon avis au moins à propos du Quinoa, celui-ci est recommandé notamment par le Dr Pacaud (voir site) pour l’alimentation des Diabétiques type 2. dont j’ai extrait un paragraphe d’article :
        « Il faut insister sur l’intérêt majeur de cet aliment pour les diabétiques 2. En effet son faible index glycémique et sa grande richesse en protéines contenant tous les acides aminés essentiels (il devrait, pour cette raison, être ajouté à tous les régimes végétariens) en fait une graine de choix pour une nutrition équilibrée sans risque de faire monter la glycémie après les repas.
        Le quinoa, de plus, ne présente pas de gluten donc convient au personnes intolérantes à ce nutriment. Il contient deux fois plus de calcium, magnésium et fer que le riz et aussi de bonnes quantités de vitamine C, de vitamines du groupe B et de vitamine E.
        Il peut se consommer comme n’importe quelle graine ou céréales en sachant qu’il faut mettre dans la casserole 1 volume de graines pour 2 volumes d’eau. »
        Il donne ainsi une recette de Quinoa aux Champignons de Paris qui, abstraction de l’utilisation du beurre qu’on peut remplacer par l’Huile d’Olive ou de Colza, me semble ma foi, assez Méditerranéenne. J’utilise moi-même cette graine de faible indice glycémique mais très nourrissante pour maîtriser mon Diabète. A toutes fins utiles…

        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : Inoxydable

          Pourquoi pas ?
          Mais le quinoa est une plante d’ailleurs qui risque [c'est presque obligatoire] de poser des problèmes de « sensibilité individuelle » type « sensibilité au gluten » même s’il ne contient pas de gluten … Dès qu’un nombre significatif de gens en consommeront, inéluctablement … et ils ne sauront pas d’où viennent leurs symptômes.
          Bref, de façon ponctuelle et individuelle, pourquoi pas ?
          Deuxième problème : son coût !

  2. savouret

    Bonsoir docteur, merci pour cette réponse bien argumentée comme toujours
    donc si j’ ai bien compris, je peux substituer au moins partiellement les céréales que je vous évoquais aux céréales typiquement méditéranéennes tout en conservant probablement les bienfaits d ‘un régime de type méditéranéen pour ma santé?
    en revanche, cette diéte n ‘est pas aussi bénéfique pour les gens vivant dans le nord de la france si je vous suis?

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : savouret

      On peut manger méditerranéen dans le Nord, dans l’Est, à l’Ouest, et même à Lyon patrie de la cochonnaille …
      Suffit de lire nos livres pour comprendre !

      1. savouret
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Bonjour désolé pour mon incompréhension, il est évident que lorsque vous dites qu’il faut etre scrupuleusement méditérannéen , il s ‘agit du mode de vie global et non de l’origine géographique

        Sinon,désolé de vous sollliciter encore une fois à propos de l’application du régime méditérannéen, mais je souhaiterais également savoir quel est votre point de vue sur l ‘association quotidienne de produits laitiers végétaux (type lait de soja) et de produits laitiers animaux (yaourt de brebis, chèvre ou vache) , par exemple une portion par jour de produit laitier d ‘origine animale et une portion de produit laitier d’origine végétale, cela vous semble t il compatible avec la diété méditérannénne ou me conseilleriez vous plutôt deux produits laitiers d ‘originer animale?

        cordialement et merci pour votre disponiblité

  3. savouret

    Bonjour cher docteur

    je me permets de poser une question qui n ‘est pas en rapport direct avec le sujet, mais qui m’intrigue( m’inquiété?) pas mal

    Voila, j ‘ai passé un examen artériel et vasculaire et celui ci comporte quelques anomalies( épaissisement pariétal modéré de l’artére fémorale , et surtout calcification pariétale des artères tibiales postérieures avec élévation des index de pression systolique(1,45)

    Or, il semblerait qu’un index de pression systolique significativement majoré comme c ‘est mon cas soit le reflet d ‘une rigidité artérielle, or je suis jeune, et je n’ai ni diabète ni insuffisance rénales diagnostiquées( dernière prise de sang il y a un an)

    Qu’en pensez vous, sachant que par ailleurs je n ‘ai pas d ‘atteinte des carotides et qu’il est mentionnée un bonne perméabilité des membres inférieurs, et pas de lésions sténosantes

    cet index de pression systolique éléve constitue il un marqueur de risque cardiovasculaire? ET quelles sont les conséquences cardiovasculaires potentielles d ‘une calcification des artères tibiales postérieures?

    Cordialement

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : savouret

      Ceci n’est pas une consultation.
      J’ignore pour quelles (bonnes ou mauvaises) raisons on a fait cet examen chez une personne que vous dites « jeune » et qui n’a apparemment aucun symptôme susceptible d’inquiéter le médecin …
      Ai-je bien compris ?
      Je serais aussi curieux de savoir pourquoi on a recherché des calcifications au niveau des tibiales postérieures si cette personne n’a pas de symptôme, n’est pas diabétique ni insuffisante rénale …
      Bref, un chiffre en soi (sans dossier clinique) n’a aucune valeur, facile à comprendre …
      Participeriez-vous à un programme de recherche ?
      Avez-vous été traité par des statines pour une quelconque raison ?
      Ceci ne veut pas être une consultation mais seulement une conversation entre amis …
      Servons-nous un verre avant de continuer !

      1. savouret
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        bonsoir et merci pour votre disponibilité
        je ne participe pas à un programme de recherche et ne suis aucun traitement si ce n’est une supplementation en acide folique depuis quelques années ( en raison d ‘une élévation modérée de l’homocystéine)

        c ‘est donc moi qui ai demandé à mon médecin traitant si je pouvais passer un examen artériel des carotides et des vaisseaux inférieurs afin de m’assurer que les quelques petits facteurs de risque que je cumule (homocystéione et tension artérielle un peu élevée , et tendance au stress impliquant un mauvais sommeil structurel , sans oublier des antécédents familiaux de mcv et une exposition importante au tabagisme passif jusqu’à 30ans) n’avaient pas de conséquences sur le fonctionnement de mes artères

        or, il résulte de cet examen, qu’en dépit d ‘une bonne perméabilité de celles ci et de flux triphasiques, il y a les anomalies que je vous ai évoquées

        voila , j’espère avoir été plus clair
        En adoptant encore plus nettement un mode de vie méditéranéeen et surtout en étant plus « serein », cette calcification des artéres jambières et cette rigidité artérielle à priori mise en evidence par l’index de pression systolique élevé constituent elles néanmoins des facteurs de risque significatifs ?(l’examen a revéle une pression humérale de 12 ET une pression systolique de 17,5 au niveau des chevilles)

        Ce qui m’étonne par rapport à cette rigidité artérielle à priori diagnostiquée, c ‘est que ma pression pulsée est plutot basse en général (tension de référence 13 /9), or d ‘après mes lectures la rigidité artérielle se manifeste par une différence majorée entre la systolique et la diastolique

        voila, désole de vous poser autant de questions et peut etre de tout mélanger, mais je vous remercie d ‘avance pour votre avis sur ces différentes interrogations

        cordialement

        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : savouret

          Ceci n’est pas une consultation.
          En l’absence d’artériopathie périphérique, l’examen qu’on vous a fait subir est sans intérêt !
          Oubliez tout ça, vivez selon les principes que nous indiquons dans notre livre « Prévenir l’infarctus » et tout ira bien …
          Faites-le vraiment !
          Bon vent, matelot

  4. savouret

    merci pour la réponse
    toutefois, désolé si j’insiste mais par rapport à la rigidité artérielle il y a une chose que je n’arrive pas à comprendre
    l ‘index de pression systolique et la pression pulsée sont à priori deux indicateurs de celle ci, or dans mon cas de figure l’un de ces deux indicateurs semble refléter une rigidité artérielle significative contrairement à l’autre, cette discordance est elle fréquente?
    Sinon j ‘entends ce que vous dites concernant l’inutilité de l’examen , mais ces anomalies meme sans interet au niveau des artéres jambières ne pourraient elles pas se retrouver au niveau des coronaires?
    Cordialement

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : savouret

      Je suis désolé de vous dire que ces paramètres n’ont, à mon avis, aucun intérêt …
      Les contradictions que vous soulignez à propos de votre cas me semblent être un bon indicateur de la nuisance que représentent de tels examens …
      Puis-je être plus clair ?
      Seuls des mauvais médecins ont besoin de tels indicateurs pour faire une bien mauvaise médecine !

  5. savouret

    merci pour vos conseils. ceci dit, j ‘aimerais tout de meme comprendre un peu le processus de rigidité artérielle et surtout ses conséquences
    celle ci accroit elle significativement le risque cardiovasculaire quelque soit le mode de vie et est elle réversible?
    En ce qui concerne l’artériopathie périphérique, celle ci peut aussi etre asymptomatique, est elle néanmoins délétére dans ce cas de figure et comment la déceler?
    cordialement

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : savouret

      Les maladies se manifestent par des symptômes. Un patient qui « aurait » une artériopathie périphérique sans symptôme (douleur) serait soit diabétique avec une neuropathie avancée soit souffrirait d’une maladie neurologique x …
      S’il-vous-plaît, oubliez la rigidité artérielle non symptomatique ; en vieillissant, on est tous « rigides » ; certains un peu plus tôt que les autres surtout s’ils fument ou sont diabétiques ; mais le problème du pronostic ce n’est pas la rigidité, c’est le tabac ou le diabète !

  6. savouret

    merci comme toujours pour votre réponse
    et d ‘accord pour arreter de l’angoisser avec cette rigidité artérielle supposée, meme si je trouve que 34 ans est un age précoce pour en etre affecté(o) .
    cordialement

  7. savouret

    bonjour cher docteur,désolé de vous solliciter une énième fois, mais je me demandais si bien qu’inutile et sans interet la découverte de calcification au niveau des artères tibiales pourrait laisser penser que je suis également affecté par ce phénomène au niveau des artères coronaires?Y a t il souvent une corrélation entre les deux?

    Sinon, mon hyperhomocoytéinemie meme si elle est modérée et mon morphotype( grand et très maigre avec peu de muscles malgré une bonne alimentation et une activité physique quotidienne) pourraient ils expliquer les anomalies constatées au niveau des artéres tibiales et la rigidité artérielle éventuelle que je vous évoquais?

    cordialement

    emmanuel savouret

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : savouret

      Les calcifications artérielles, au niveau tibial ou coronaire, ne sont pas des indicateurs de pronostic intéressants, sauf pour ceux qui vendent des appareils (très couteux) qui détectent ces calcifications …
      Pour vous donner une idée de l’ambiance à ce propos, les statines sont accusées par certains d’augmenter les calcifications artérielles …
      Vous me feriez plaisir en oubliant définitivement vois calcifications …
      Je ne sais pas en quelle langue je dois vous le dire !

      1. savouret
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Bonjour cher docteur ok pour me départir de mes obsessions au sujet des calcifications(o)

        Sinon, une petite question relative à la consommation modérée d ‘alcool en l’occurrence de bière et sa compatibilité avec le régime méditerranéen

        Bien que ne faisant pas partie contrairement au vin des « pratiques alimentaires méditerranéennes, une consommation en petite quantité de bière (1 à 2 par jour) est elle néanmoins bénéfique pour le système cardiovasculaire compte tenu de la présence d ‘éthanol?

        Autre interrogation, est il indispensable de prendre pendant les repas cette petite quantité de bière pour que ses effets potentiellement bénéfiques soient effectifs, ou ceux ci existent il toutefois même si elle est absorbée en dehors des repas (ex une bière ou deux le soir entre le repas et le coucher, petit plaisir mais probablement mauvaise habitude(o))?

        Cordialement

        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : savouret

          Vous connaissez les réponses et je ne vous contredirai pas !
          Le vin pendant les repas, c’est bon et c’est bon pour la santé ; la bière entre les repas, c’est autre chose, ça peut faire plaisir, ce qui est déjà beaucoup; mais ce n’est pas comme le vin « à la méditerranéenne » !
          Et voilà !
          Ceci est un bon exemple de la façon dont il faut raisonner (à notre avis) quand on n’a pas de données scientifiques solides pour répondre ; ce est assez souvent le cas.

          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : claude

            C’est une étude intéressante conduite par des investigateurs sérieux …
            Mais ses limites sont évidentes …
            Ceci dit, le resvératrol avait un peu éclipsé les 4000 autres polyphénols de notre environnement, les utiles (à la santé) et les moins utiles voire toxiques …
            Seuls sont « déçus » ceux qui voyaient dans cette molécules un médicament, et qui n’avaient pas (encore) compris que « nutrition n’est pas pharmacologie » … et que … Bon, vous savez le reste si vous nous lisez régulièrement !

  8. savouret

    merci pour la réponse
    pourriez vous m’expliquer pkoi l’ethanol perd ses vertus protectrices lorsque l’alcool est consommé en dehors des repas?
    sinon, encore une petite question au sujet du régime méditérannéen, est il préférable de faire trois bons repas, ou de manger un peu moins lors de chaque repas et d ‘ajouter une ou deux collations dans la journée?
    cordialement et merci pour votre disponibiltié ainsi que pour vos réponses toujours très instructives

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : savouret

      Ce qui est potentiellement dangereux, ce sont les doses d’alcool non diluée dans l’alimentation, arrivée rapide dans le sang, pas le temps de métaboliser dans le foie, direct au cerveau (pas bon, ça !) et puis effet rebond … bla bla … trop long pour aujourd’hui !
      Les collations en cours de journée (les goûters des enfants) entretiennent un état post-prandial chronique … pas bon, ça !

    2. M. Barajh
      En réponse à : savouret

      Alcool tout seul, pas avec aliments, (ou trop d’alcool avec les aliments) => toxicité pour les muqueuses et cancérogénicité je présume.

  9. André

    Bonjour Docteur, mon docteur connait mal cette lipoprotéine a , et vous prend pour un illuminé , un comble pour moi qui suit vos travaux depuis si longtemps et qui ai ingurgité tant de médocs inutiles .
    Je ne peux donc pas vous parler de mon taux de lipo. a . J’espère quand même trouver un plan B .
    Bien à vous

  10. Baldassari

    Bonjour Docteur,
    Je ne voudrais pas tomber dans l’abus, et c’est la raison pour laquelle je vais essayer d’être le plus clair possible.
    Depuis une dizaine d’années, je suis hypertendu, j’ai été évacué sur Sydney à 4 reprises et j’ai eu droit à « l’installation » de 3 stents dit actifs. Depuis, je suis soigné pour éviter la formation de caillots sanguin, contre l’hypertension artérielle, contre la crise angineuse sous toutes ses formes et enfin contre des reflux gastro-œsophagien. Pour se faire, je vous liste ci-dessous les médicaments qui constituent mon traitement:
    Kardegic (75) 1/0/0, Plavix (200mg) 1/0/0, Bakol (fort) 1/1/0,
    Sectral (200mg) 1/0/1, Zanidip (10) 1/0/1, Aprovel (300mg) 0/0/1
    Microbiane (Q10) 0/0/1, Crestor (10mg) 0/0/1
    Corvasal (2mg) 0.5/0.5/0.5, Omacor 1/0/0, Inexium (40mg) 0/0/1
    Lexomil à la demande.
    Ma question. Ne pensez_vous pas, au vue de cette (longue) liste de médicaments que certains d’entre eux font double voir triple usage ? Personnellement il me semble que ça me semble être le cas! mais je ne suis pas médecin.
    J’espère ne pas avoir été trop long et vous remercie déjà de la réponse que vous aurez la gentillesse de me communiquer.
    Claude

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Baldassari

      Chère Claude,
      Ceci n’est pas une consultation.
      On pourrait effectivement ajouter quelques autres médicaments à cette liste interminable.
      Il y en aurait toujours un qui manquerait … Il faut faire plaisir à son pharmacien …
      Vous êtes un exemple assez « remarquable » des folies de la médecine moderne !
      Ceci étant dit, que puis-je faire pour vous ?

      Si je vous dis d’arrêter certains de ces médicaments inutiles et toxiques (par exemple le Crestor) et donc aussi le Q10 (qui selon certains neutralise un peu la toxicité du Q10), un médecin « de passage » sur le Blog pourrait prendre le mors aux dents et prétendre que je fais de la télémédecine sans autorisation et sans même connaitre le patient auquel je m’adresse … Pourtant il n’y a, selon moi, aucune raison médicale de prescrire du Crestor, et je suis probablement la personne la mieux placée (en compétence scientifique et médicale) pour pouvoir le dire !

      Bref, je vous recommande, en urgence, de lire notre livre « Prévenir l’infarctus et l’AVC« , ça pourrait vous sauver la vie et surtout vous commencerez à comprendre ce que vous semblez ne pas comprendre pour le moment.

      Attention, chaque lige compte !
      Bon vent, matelot

Commentaires : page 3 sur 3«123

Les commentaires sont fermés.