Le cholestérol des enfants, objet d’une nouvelle controverse…

Il ne leur suffisait pas de « harceler » nos vieux et très vieux.

Ils ne peuvent même pas laisser les « petits » tranquilles !

Cela dit, comme désormais plus rien de ce qu’ils disent n’est crédible, à chaque fois qu’ils disent quelque chose, il y a une voix (ou plusieurs) pour dire que ce qui est dit ne devrait pas être dit ; et être fait encore moins.

Quel est l’objet de ce nouveau grief interdisciplinaire ?

Je l’expose sous forme de question : faut-il mesurer le cholestérol des enfants, des adolescents et celui des moins de 35-40 ans ?

Pourquoi se poser la question ?

Parce que, en toute logique, si on le mesure, c’est pour ensuite agir !

Pour quoi faire ?

Pour faire baisser le cholestérol évidemment, sinon pourquoi le mesurer.

Comment le faire baisser ? Avec des médicaments bien sûr !

Pourquoi ? Parce que, selon ces grands théoriciens, le cholestérol élevé des enfants a une origine essentiellement génétique (transmission familiale) et que dans ces cas-là, seuls les médicaments sont efficaces. Et efficaces, il faut l’être ; au vu le l’ampleur du risque encouru, selon ces mêmes grands théoriciens…

Problème : qui peut dire quel est un cholestérol normal ou bas chez ces populations jeunes ?

On a définit, historiquement, un cholestérol trop haut chez les adultes d’âge moyen ou âgés en corrélant les niveaux de cholestérol avec le risque de maladies cardiovasculaires.

Outre que dans ces populations âgées « à risque », on nous a effrontément menti sur le niveau de risque associé à chaque niveau de cholestérol, il est clair que nous n’avons aujourd’hui aucune étude sérieuse montrant une corrélation entre le cholestérol mesuré chez l’enfant et son risque ultérieur, 10 ans, 20 ans ou 50 ans plus tard…

Ce que nous avons encore moins ce sont des études montrant qu’en diminuant le cholestérol supposé trop élevé de certains enfants, on diminue leur risque ultérieur ; qui nous est d’ailleurs inconnu…

On voit tout de suite que la bataille risque de durer ; car la faiblesse des combattants et leur manque de munitions sont affligeants !

Conseil d’ami : laissez causer et passez votre chemin…

Je vois une exception : l’Hyperlipoprotéinémie Familiale (HF) de type homozygote dont la fréquence est estimée (grossière estimation certes) à une naissance pour 1,000,000.

J’en parle assez longuement dans mes livres mais le résumé le plus simple est dans « L’Horrible vérité sur les médicaments anticholestérol » ; vous y trouverez un exposé objectif de la problématique ; j’en reste là ici.

Question : faut-il mesurer le cholestérol d’un million d’enfants pour identifier (et traiter par plasmaphérèse) un cas d’HF homozygote ?

Quand aux HF hétérozygotes, faute de documents solides, on appliquera les règles hippocratiques habituelles : 1) surtout ne pas nuire ; 2) dans le doute, abstiens-toi !

Bons vents à tous les matelots estivaux !

 

 

 

 

177 réflexions au sujet de « Le cholestérol des enfants, objet d’une nouvelle controverse… »

    1. RicoMart
      En réponse à : Nicole

      Ce n’est pas l’image qui fait le Spectacle, cher à notre hôte, mais bien plutôt la société marchande arrivée à un tel degré d’accumulation qu’elle n’est plus que pure représentation. Que cette représentation puisse être véhiculée par des images est possible, mais cela ne fait pas de toutes les images des représentations spectaculaires.
      Il arrive que Mémée Tévé, au détour d’une programmation imprévue, voire audacieuse, laisse le champ à un auteur, compositeur de sens et de récit en images, c’est le cas Marie-Monique Robin. Certains d’entre vous l’ont peut être déjà écoutée nous raconter les aventures de Mosanto dans « Le monde selon Mosanto » ? Pour les curieux, qui comme moi ont quelques problèmes relationnels avec Mémée, ils ont la possibilité d’aller pianoter on the web, de regarder la programmation cinéma autour de chez eux, ou encore de se rendre au prochain congrès de l’IPSN, les 1er et 2 octobre prochains, où ils auront la chance de voir la projection en avant première du dernier film de Marie-Monique « Qu’est-ce qu’on attend ? »

      http://www.transitionfrance.fr/2016/08/29/nouveau-film-de-marie-monique-robin-quest-ce-quon-attend-ua-congres-intrenational-de-sante-naturelle-par-lipsn-le-1er-et-2coct-2016/

      Sans avoir vu le film, je suis certain que vous découvrirez qu’une démarche documentée et bienveillante vaut mieux que l’agressivité péremptoire de toutes les journalistes braqueuses.

      Santé et palabres méditerranéennes

      1. oursdesneiges
        En réponse à : RicoMart

        Sauf que l’une fera 4 millions de spectateurs et l’autre 30.000 pèlerins si elle offre les croissants …

        Toujours cet élitisme récurent , indécrottable , inavouable , prégnant , ontologique , chiant .

        1. Minoque35
          En réponse à : oursdesneiges

          Les démarches personnelles, documentées, passionnantes, bienveillantes, limpides voire transcendantes … ne restent que confidentielles, intimistes et par la même égoïstes !

          Pourquoi priver la vérité au plus grand nombre qui n’a ni le temps ni peut-être l’envie de se documenter, qui pense vraisemblablement que l’accès est pour l’élite, que c’est trop long à lire, que ça ressemble à de la masturbation intellectuelle, qu’il lui faut reconnaître certains termes plus ou moins alambiqués…

          Il leur faut le package fourni et approuvé par les autorités alors dans le monde actuel comment se faire entendre pour tous nous sauver !

          1. oursdesneiges
            En réponse à : Minoque35

            Je suis d’accord avec vous : si le savoir reste confiné entre les oreilles d’un petit nombre , comment s’en sortir ?
            Si un plus grand nombre – par le média TV et notre chère Elise – accède à un part grandissante des scandales sanitaires et écologique , cette masse de gens pourra faire pression sur , par exemple , les multinationales .

            http://www.challenges.fr/media/la-verite-sur-les-methodes-de-cash-investigation-le-magazine-d-enquetes-de-france-2_426834

            Marie-Dominique ROBIN fait du bon boulot , mais elle joue en Fédérale 2 .
            Si un brillant esprit esprit comme RicoStar ne pige ce b-a ba qu’y puis-je ?

  1. MICK T

    Bonsoir

    Des résultats étonnants ?

    22/01/2015 ECHOCARDIOGRAPHIE et DOPPLER : plaque de la carotide interne droite et sténose à 20% de la fémorale commune droite, 10% de la gauche et 40% de la poplitée gauche.

    05/10/2016 ECHO DOPPLER ARTERIEL : plaques athéromateuses éparses modérées des membres inférieurs sans signe d’atteinte carotidienne. Fémorale/ Poplitée / Tibiale /Péronière droites et gauches : normales.
    Carotide primitive Index : 0,79 / carotide interne / externe / Vertébrale (V2) / Sous-clavière droites et gauches : normales.
    Conclusions : Absence d’anomalie veineuse, absence de perturbation hémodynamique sur les axes artériels des membres inférieurs ou au niveau des axes artériels à destinée cervico-encéphalique…

    Bref, en 2015 j’étais bon pour les statines etc… et en 2016 RAS au revoir Monsieur vous n’avez plus rien !

    Conclusions:
    - soit les appareils n’ont pas les mêmes performances (ce qui serait inquiétant)
    - soit les manipulateurs (cardiologues) des dits appareils n’ont pas les mêmes compétences (ce qui serait inquiétant)
    - soit le réglage alimentaire, la prise d’ Antioxydants, de Magnesium etc… depuis deux ans ont eu un effet spectaculaire ? Comme sur ce même site, le Dr Delorgeril m’a indiqué qu’un ‘nettoyage des artères’ ou une diminution des plaques athéromateuses était plutôt une vue de l’esprit, je penche donc pour l’une des deux premières inquiétantes hypothèses.

    Si quelqu’un à un avis ou une expérience similaire… ?

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : MICK T

      Ceci n’est pas une consultation !

      Vous concluez peut-être rapidement que ce sont ceux de 2016 qui ont raison contre ceux de 2015…
      Je me méfierais autant des uns que ds autres.
      Pourquoi ?
      Déjà le vocabulaire utilisé [plaques athéromateuses] trahi l’incompétence conceptuelle…
      Si vous m’avez lu, vous savez que l’athérome n’existe pas, les scientifiques sérieux ne connaissent que l’athérosclérose et ça change tout du tout…
      Cela dit, ne pas comprendre une pathologie n’interdit pas de savoir faire des images…
      Problème : les docteurs soignent des gens pas des images !
      Deuxième problème : les docteurs traitent des symptômes et les images ne racontent pas des symptômes…
      Les images importent (parfois) lorsqu’elles expliquent les symptômes…
      En l’absence de symptômes ou de signes physiques (un nodule dans le sein par exemple), on ne doit pas faire des images…

      Mais il y a bien sûr de remarquables exceptions : un fœtus d’une maman de 45 ans n’a pas la possibilité de se plaindre ; il n’est pas inutile de mesurer l’épaisseur de sa clarté nuquale comme disent les spécialistes ; je me demande si on n’écrit pas plutôt « nucale »

      A la bonne vôtre !!

      Ceci n’était pas une consultation !

  2. MICK T

    Bonjour Mr De Lorgeril
    Bravo pour vos interventions une fois de plus très claires dans le reportage sur ARTE ‘Cholestérol, le grand bluff’. Par contre, lors du débat qui a suivi (un peu court pour votre temps de paroles j’ai trouvé…mais là je ne suis peut-être pas objectif) , le Dr allemand ‘Herr Statin ‘m’a quelque peu irrité. On aurait pu penser que c’était un patron de labo ?….
    Bonne continuation

  3. MICK T

    Bonsoir Docteur

    Puisque le sujet du cholestérol bat son plein j’en profite pour vous demander ce que peut (doit) faire une amie qui a un taux de 7gr !!! alors qu’elle est très jeune … (42ans).

    Merci d’avance de vos conseils.

    Cordialement

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : MICK T

      Lui faire lire « L’horrible vérité sur les médicaments anticholestérol » en premier lieu…
      Ça l’aidera à discuter avec son médecin qui risque d’avoir très peur !

      Une collègue Italienne vient de fêter les 100 ans de sa maman ; toute une famille porteuse d’hyperlipoprotéinémie familiale… avec des taux extravagants de cholestérol…

      Ceci n’est pas (et ne peut pas être) une consultation. Tout dépend du contexte !

Commentaires : page 4 sur 4«1234

Les commentaires sont fermés.