RETEX suite au film d’ARTE sur le cholestérol et les statines

 

RETEX ? Ou Retour d’Expérience, comme disent les pompiers

Ça peut être utile ; ne nous en privons pas ; car, comme disent les gendarmes, on apprend autant de ses erreurs que de ses victoires.

De mon point de vue, le film d’ARTE est un grand pas vers une certaine compréhension par le peuple de la problématique du cholestérol et des statines.

Certains ne sont pas d’accord ; on peut comprendre ; on ne mord pas la main qui vous nourrit, parole de chien de garde, pourrait-on leur faire dire…

Une obscure association, dite AFIS pour Association Française pour l’information scientifique, s’est prise le mors aux dents (pas forcément un chien enragé) et accuse ARTE de mettre en danger la vie de patients qui interrompraient leur traitement.

On nous recommande de nous abonner à leur revue Science & pseudo-science.

Si on a quelque goût ou appétence pour la pseudo-science, aucune hésitation à avoir, abonnons-nous vite, quoiqu’il puisse être utile de définir le concept opaque de pseudo-science ; travail urgent que nous laisserons toutefois [étant occupé ailleurs] à nos spécialistes auto-proclamés du genre !

 

Et donc nos pseudo-scientistes s’inquiètent à juste titre des conséquences sanitaires de la diffusion du film d’ARTE ; c’est là-dessous ; voyez cette belle prose ci-dessous : « combien de morts à la clé ? »

Théories douteuses et dangereuses. Expertise autoproclamée ? Oh là là ! comme ils y vont, les camarades ?

Combien de spécialistes du cholestérol et des statines à l’AFIS ?

Quel est le courageux auteur de ce galimatias ? Sortira-t-il de son anonymat ? Que nous puissions ainsi vérifier ses liens (que dis-je, ses câbles) d’intérêt ?

Comme nous sommes généreux, et qu’à propos d’autres dénonciations péremptoires, nous avions anticipé, nous nous permettons de renvoyer nos pseudo-scientistes à la lecture d’un billet du début du mois d’Octobre.

C’est là : http://michel.delorgeril.info/prevention-des-maladies-cardiovasculaires/ou-sont-passes-les-10-000-deces-dus-aux-arrets-de-statines-2

D’autres donc (sans doute aussi des pseudo-scientistes…) avaient annoncé plus de 10,000 morts supplémentaires dues à l’arrêt des statines en 2013… On se souvient ?

Mais après vérifications il y eût 2000 vies sauvées ; au minimum et en suivant le mode de raisonnement de ces alarmistes analphabètes…

Ce n’est pas rien et, certes, ça demande confirmation.

Mais on peut au moins être sûr d’une chose [si toutefois on reste prudent quant au nombre de vies sauvées : humilitas scientificus animalitas... Oups !], c’est que de catastrophe sanitaire à l’arrêt des statines il n’y a pas…

Dormez tranquilles, chers confrères, si quelque patient récalcitrant vous annonce qu’il a stoppé son traitement; ne vous acharnez pas !

Amen !

 

 

 

 

 

 

 

134 réflexions au sujet de « RETEX suite au film d’ARTE sur le cholestérol et les statines »

  1. Hervé du Pays-Haut

    Natasha Campbell-Macbride est troublante… Certes son régime commence par de l’hyper-gras animal mais, schématiquement, elle affame alors notre « biotope » ventral responsable de la boucle insuline (cf. ci.dessus). Les vaisseaux sanguins, de même que la paroi de l’intestin sous sa couche protectrice de microbes grassement nourris, n’ont plus qu’à se régénérer naturellement.

    Elle, qui regrette même profondément que la France ne mette plus un kg de beurre au fond de la poêle, pourrait vous énoncer ça l’année prochaine. Ne dites-vous pas autre chose dans le débat, que le cholestérol est innocent ?

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Hervé du Pays-Haut

      Tsssssssssssssssssst !
      Confusion totale. Vous mélangez tout…
      Ce serait trop long de tout reprendre à zéro…
      Exemple ? Vous parlez de microbes grassement nourris… Vous plaisantez ou quoi ?
      Cela dit, vous n’êtes pas seul dans ce wagon de confusion, suffit de lire les dernières recommandations de la HAS. On se demande si les rédacteurs de ce truc ont jamais vu un patient…
      Mais, au fait, qui sont Ces rédacteurs ?
      Des perroquets ? Ou bien des experts indépendants qui ont vraiment travaillé (scientifiquement) sur cet objet pervers qu’est la prévention ?
      Hum !

  2. Hervé du Pays-Haut

    Je reconnais avoir extrapolé trop vite & il est vrai que la famine des microbes pathogènes suffit bien à leur perte d’influence. Les 3 effets suivants restent, semble-t-il, incontestables :

    • le civilisé occidental retrouve sous peu la flore équilibrée d’avant 1940 (agro-alimentaire, antibiotiques, pilule…)
    • celle-ci jouant pleinement son rôle ne laisse plus passer les protéines mal digérées (qu’elle digère de nouveau)
    • la paroi décamétrique de nos intestins se régénère (comme d’habitude) mais perd vite ses trous de passage vers le système sanguin puisque l’on digère & que les microbes de la putréfaction locale, par exemple, ne sont plus là pour les recreuser à mesure

    Tous nos microbes invités restent donc aussi dans le canal des invités & y font leurs déchets (les toxines) au lieu de pousser encore la porte du sang.

    Et puis, toutes nos cellules ayant une vie éclair & étant vite remplacées :
    enfin peut s’accomplir la cicatrisation des blessures de nos vaisseaux sanguins, la réparation toujours recommencée va à son terme, la boucle morbide interminable a cessé.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Hervé du Pays-Haut

      OK
      Bravo
      Vous travaillez sur ce monde microbien ?

      Question : d’où tenez-vous que « le civilisé occidental retrouve sous peu la flore équilibrée d’avant 1940 ? »
      Avez-vous une référence ? Sérieuse ?

  3. Hervé du Pays-Haut

    « Notre santé s’effondre & nous devons changer notre alimentation » dira un jour le président (p. 21, Magnien pour Seignalet).
    https://www.nutrivi.fr/sans-gluten-et-sans-lait/reduire-au-silence-100-maladies-jean-marie-magnien-363

    Vous voudriez des études à l’appui de leurs changements comme celles qui sous-tendent la diète méditerranéenne.
    …Même si, chez les trois, la démarche fut scientifique, ce qu’a validé du Québec la biologiste arthritique Jacqueline Lagacé (Seignalet); & leurs résultats sans conteste.

    Voici l’historique des études sur le régime de Sidney-Valentine Haas (1870-1964).
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Régime_en_glucides_spécifiques#cite_note-pmid14361377-5

    Une étude positive en 1928. Et 2 études personnelles (1924 & 1955), ce qu’à juste titre vous n’aimez guère.
    C’est peu.

    Pour Jean Seignalet, ce n’est pas mieux dès qu’il se mêle de soigner par l’alimentation.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gime_hypotoxique#Controverses

    Quant à Natasha Campbell-Macbride, elle est encore inconnue de Wikipedia.
    Mais une petite fille sauvée par son maître vient à son secours…
    http://www.joyharari.com/tag/dr-sidney-v-haas/

    « Studies » en anglais y veut-il dire « études » au sens où nous l’espérons ? c’est le témoignage micro-actif, comme on dit, d’une doctoresse de votre âge qui passe sa vie à transmettre le message & la méthode de l’obscur pédiatre octogénaire du bouche-à-oreille qui, à 4 ans & en 4 ans, l’a définitivement guérie de sa maladie cœliaque & d’éventuels troubles d’apprentissage (1960).

    Un soir elle ouvre le livre de Natasha Campbell-Macbride, la victorieuse de l’autisme, & elle pousse un petit cri en découvrant que la Russe a tout tiré de son sauveur : Ecce Homo dit même le docteur Harari dans sa langue.

    Allez ! Un prix Nobel posthume pour le précurseur du sans gluten ne sera pas de trop. Tandis que les brigades incorruptibles du CNRS peuvent enfin, 100 ans après, se mettre au travail.

Commentaires : page 5 sur 5«12345

Les commentaires sont fermés.