Cholestérol, statines et Président trump : naufrage de la cardiologie américaine…

 
Suite au dernier numéro concernant l’espérance de vie aux USA qui décline sans explication claire, nous apprenons aujourd’hui des choses qui pourraient nous aider à comprendre ce phénomène inattendu… par certains.
Nous apprenons en effet par le New York Times que le Président Trump est sous statine (rosuvastatine 10mg) et que les prestigieux cardiologues américains [probablement ce que l’on fait de mieux dans les hôpitaux Universitaires américains et hors des USA] qui s’occupent de lui sont encore très inquiets.
Pourquoi ? C’est écrit (en anglais) ci-dessous : l’examen clinique du Président a révélé en effet de graves soucis, il aurait un “méchant” cholestérol encore très élevé malgré sa statine. Il est donc malade !
Je passe sur l’examen clinique qui aurait “révélé” un cholestérol élevé, c’est probablement un lapsus du journaliste…
Le prestigieux cardiologue américain, le Pr Eric Topol, un admirable monsieur que j’admire au moins autant que les plus admirables des nôtres dans nos hôpitaux Européens le dit très doctement : c’est très grave ! Donc, c’est grave.
Je le pense aussi !
Mais peut-être pas pour la même raison : c’est grave pour la cardiologie américaine !
20180118

Et donc, avec une finesse que nous avons tant admirée dans nos débats télévisuels, notre professeur de cardiologie lève très haut le drapeau rouge (the red flag) pour alerter : notre homme serait sous la menace d’une grosse vague cardiaque. Vite, il faut augmenter les doses de rosuvastatine !
Cela dit, en toute confidence et bienveillance, j’avais observé moi-aussi (c’est-à-dire comme d’autres médecins américains mais œuvrant dans des unités de psychiatrie, si mon souvenir est exact…) que le Président Trump est en effet quelque peu malade.
Nous savons que les statines peuvent induire des troubles cognitifs.
Certes, 10mg de rosuvastatine pour un homme d’environ 100 Kilos ce n’est pas encore un surdosage. Mais vu l’état du patient, augmenter la posologie ne me parait pas une bonne idée. J’espère que mon conseil désintéressé sera suivi car notre homme a tout de même quelques lourdes responsabilités.
Nous savions, après les malheureuses expériences  du président Clinton, que la cardiologie américaine était gravement malade ; probablement plus que son Président…
La leçon d’aujourd’hui est que ça ne s’est pas amélioré.
Si l’espérance de vie décline, la cardiologie américaine sombre…
Et cela explique peut-être un peu ceci !
Sombre aussi l’avenir de la marine marchande !
Mais nous on s’en fout ; on a la meilleure médecine du monde !