Réponse au commentaire de Marilyn Mann du 23 Octobre

Bien que Madame Marilyn Mann m’ait écrit en anglais, elle me dit qu’elle lit aisément le français. Je vais donc lui répondre en français.

Je résume tout d’abord le contenu de son commentaire (NDE : auquel vous pouvez répondre en cliquant sur la flêche) :

Elle pense être victime (elle et sa famille) d’une maladie héréditaire, l’hypercholestérolémie familiale (dite HF), et elle considère donc qu’il est vraiment très malencontreux de la part de médecins et scientifiques d’affirmer que le cholestérol est innocent et qu’il ne sert à rien de prescrire des statines pour se protéger de l’infarctus du myocarde.



Pour cette raison, elle m’a dénoncé (ainsi que mon ami japonais le Pr Okuyama) aux médias américains comme étant membre d’un groupe de scientifiques “sceptiques” vis à vis de la théorie du cholestérol, ces scientifiques étant connus sur Internet sous la dénomination THINCS. Cette association virtuelle (essentiellement de dangereux retraités sans aucun pouvoir universitaire ou mercantile) sans but lucratif ni conflit d’intérêt n’a qu’un but comme son nom l’indique : PENSER ! 

Ce faisant, Madame Mann pensait sans doute pouvoir dévaluer (dénigrer) notre article dans les Archives of Internal Medicine (où nous montrons simplement les biais évidents de l’essai JUPITER dont les conclusions pourraient conduire quelques dizaines de millions d’américains à se voir prescrire inutilement une statine très toxique en prévention primaire) et ainsi sans doute éviter que les lecteurs se mettent à lire notre argumentaire, voire à PENSER.

Je ne trouve pas la méthode très digne.

Ce n’est évidemment pas comme cela que je conçois le débat scientifique, mais il faut l’admettre et donc faire avec …

Ceci dit, que valent les arguments de Madame Mann sur le fond ?

Je ne ferai aucun commentaire évidemment concernant le cas particulier de sa famille, ne pouvant me contenter de son descriptif rapide pour poser un diagnostic quelconque, par correspondance de plus.
Je renvoie les visiteurs de ce blog à mes livres, dans lesquels je consacre plusieurs chapitres aux hypercholestérolémies familiales (HF), les bénignes et les malignes, les hétérozygotes et les homozygotes, ces dernières étant de la plus extrême rareté. Tellement rares que la majorité des médecins n’en voient pas un seul cas dans toute leur carrière.
Les hypercholestérolémies vraiment malignes sont également rarissimes et les données épidémiologiques que nous avons (données scientifiques dites d’observation) montrent plutôt que les personnes porteuses d’une HF hétérozygote ne sont pas victimes de leur cholestérol, peut-être victimes d’autres anomalies de la coagulation associées à leur anomalie du cholestérol, ou de leur mode de vie, peut-être … mais pas de leur cholestérol !

Comment puis-je oser être aussi affirmatif ?

En fait, nous disposons de très peu de données solides concernant la relation entre le cholestérol et le risque d’infarctus chez les personnes ayant une HF. Le meilleur argument possible consiste à faire un essai clinique en double aveugle pour vérifier qu’en baissant radicalement le cholestérol de ces personnes porteuses d’une HF, on améliore vraiment leur pronostic.
Avons-nous un essai de ce type ?

Jusqu’en 2008, la réponse était négative et les maniaques du cholestérol pouvaient faire croire à leurs histoires sans crainte d’être contredits par des sceptiques.
Mais en 2008, les résultats de l’essai ENHANCE (testant une double thérapie anti-cholestérol permettant une réduction de 50% du cholestérol chez des personnes avec HF) ont été publiés. 
L’essai est totalement négatif. Je ne rentrerais pas dans les détails techniques de l’essai ENHANCE mais les faits sont là : 50% de réduction du cholestérol n’a eu aucun bénéfice pour les patients avec HF traités !

Je raconte en détails cet émouvant épisode de la recherche médicale dans mon livre “Cholestérol, mensonges et propagande”.

Emouvant parce que c’était sans doute rassurant de penser qu’avec le cholestérol, on tenait un coupable.

Pour beaucoup de gens (notamment des médecins) sincères, avec ENHANCE, le sol s’est dérobé sous leurs pieds …

Ainsi donc, chez les personnes avec HF aussi, le cholestérol serait innocent … 

Chaque lecteur de ce blog l’aura compris, j’ai pardonné à Madame Mann son mauvais procédé.

Mais qu’en penseront ceux qui un jour comprendront que les dénonciations de madame Mann ont retardé la prise de conscience que nous sommes tous victimes d’un simulacre de science ?

Suite au prochain numéro …