Que "signifient" les calcifications des artères coronaires ? Et que font les statines sur cette accumulation calcique ?

Autrement dit, que devons nous penser du fait d’avoir des (certaines) artères “calcifiées” ?
Est-ce grave docteur ?
Soyons précis. Le calcium est opaque aux rayons X, c’est le principe de la radiologie médicale moderne ; ce sont les os qu’on voit le mieux sur les clichés. En principe, il n’y a pas de calcium dans la paroi des artères.
Les produits iodés hydrosolubles (et injectables) sont aussi très utilisés en radiologie cardiologique (on dit que ce sont des “produits de contraste”) pour visualiser le contenu des artères (ou la lumière, et pas la paroi) et donc la présence de sténose des artères, c’est-à-dire de plaque d’athérosclérose en général, mais aussi des thrombus, etc…
L’imagerie médicale moderne, notamment le scanner, permet de percevoir la présence de calcium même en très faibles quantités dans la paroi des artères coronaires. Certains ont même élaboré des “scores calciques” supposés devenir des facteurs de diagnostic de maladies des artères coronaires, voire des facteurs prognostiques, selon le principe plus il y a du calcium, plus la maladie est grave
Et évidemment, un joyeux business s’est développé sur ces bases, permettant de participer à l’amortissement de matériels d’imagerie complexes et couteux.
Est-il normal d’avoir du calcium dans la paroi des artères ? Évidemment non, car seules les cellules des os “savent” accumuler du calcium ; mais pour faire de l’os justement, pas de l’artère.
Si les cellules de la paroi artérielle “se prennent” pour des cellules d’os, c’est qu’elles se “trompent de métier” ; c’est anormal ; mais ça se voit effectivement dans les vieilles artères (généralement chez des personnes très âgées, et à l’autopsie), sans qu’on puisse dire si c’est vraiment anormal dans ces cas-là…
Le problème est qu’on voit désormais du calcium dans les artères de gens assez jeunes (ce qui devient plus “anormal”) ; sans qu’il soit possible de dire si ce nouveau type de diagnostic est dû au perfectionnement des appareils d’imagerie (autrement dit, ça aurait toujours existé) ou bien s’il s’agit d’un phénomène nouveau. Difficile à dire !
Certains experts pensent que la présence de calcium dans les artères est de mauvais pronostic surtout si on observe une “progression” de l’accumulation de calcium avec le temps ; c’est là pour ceux qui lisent en anglais : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23500326
C’est assez logique car cette “progression” traduit un processus évolutif donc inquiétant ; mais ça ne dit pas qu’elle peut être la valeur pronostic d’un score calcique ponctuel.
Mais certains prétendent qu’avoir “beaucoup de calcium” peut multiplier par 5, voire 10 (avec un très gros score calcique), le risque de complications cardiaques par rapport à ceux qui ont zéro calcium dans leurs artères.
“Beaucoup” à un moment donné peut effectivement traduire une progression plus ou moins récente, mais réelle, et donc une pathologie évolutive. Pour ceux qui lisent l’anglais, c’est là : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18367736
Nul besoin d’être polytechnicien, ministre, ou professeur de cardiologie dans une université parisienne pour comprendre  qu’il vaut mieux ne pas avoir de calcium dans ses coronaires ; ce qui ne veut certes pas dire qu’en avoir “un peu” soit une catastrophe ; surtout si dès lors on suit attentivement les conseils du gentil Dr de Lorgeril…
Question subsidiaire : faut-il prendre des statines pour se protéger des dépôts calciques ?
Il y a à ce propos une quasi unanimité (l’évidence est si énorme qu’elle est impossible à cacher…)  parmi les experts des statines et ceux de l’imagerie calcique : les statines augmentent les dépôts calciques dans les coronaires et plus les doses de statines sont fortes et plus le score calcique augmente !
C’est là, par exemple : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25835438
Par Belzébuth !
Ajoutons à ça (très inquiétant pour les consommateurs de statines) que les plus prestigieux anatomopathologistes montrent sur des données d’autopsie comment le calcium des artères peut “précipiter” les complications cardiovasculaires. Je n’ai pas lu de contestation à ce sujet.
Nous sommes donc face à une contradiction majeure et indépassable : 1) soit les spécialistes du score calcique sont des imbéciles heureux ; 2) soit les vendeurs et propagandistes des statines nous racontent des foutaises depuis plus de 20 ans !
Si quelqu’un avait une troisième explication possible, on sera heureux de l’apprendre.
On nous épargnera la calamiteuse théorie [du “prestigieux” Dr Nissen de la Cleveland Clinic aux USA, un des plus acharnés défenseurs des statines] disant que le “calcium contribue à stabiliser les plaques d’athérosclérose”. Pas si drôle pour le consommateur et le prescripteur de statines…
Conclusion : l’épidémie d’accumulation calcique coronaire observée depuis quelques années (années 2000s pour faire simple) ne serait peut-être pas due seulement au perfectionnement de l’imagerie cardiaque mais aussi (et peut-être beaucoup) à la folie des statines