Concertation publique sur les vaccins et ingérences multiples

 
Le journal LE MONDE [où l’on trouve le meilleur et le pire ; pourrait faire beaucoup mieux à propos des sciences médicales, bon…] publiait le 3 Février 2016 un article-débat avec le titre “Non à l’ingérence des lobbys dans la concertation publique sur le vaccin” ; signé par une brochette de gens respectables et bien intentionnés.
Ce qui est étonnant, c’est qu’il faille le dire ; ou le réclamer ; voire le mendier
Ainsi donc cette concertation publique pourrait ne pas être totalement libre et indépendante ?
Peut-on oser dire une telle horreur ?
Autre question : mendier est-il suffisant ? Que peut-on espérer ? Quelles sortes de farces et attrapes va t-on encore nous servir ?
N’est donc point encore venu le temps d’exiger ?
Si nous restons sur la question des vaccins, ou du principe vaccinal de façon générale, ou encore sur telle ou telle vaccination spécifique, d’où vont sortir les documents scientifiques de qualité, les recherches fécondes et indépendantes sur lesquels des experts supposés experts et supposés indépendants vont devoir travailler puis délibérer puis conclure et recommander ou “aviser” ?
Que vient faire le public dans cette démarche hautement spécialisée ?
Simplement exiger et surveiller, et puis valider ?
N’étant pas moi-même un vaccinologue expert [mais, il faut le répéter, la vaccination est une question de médecine générale, et pas une affaire de spécialiste], je vais faire mon travail de vérification et de méthodologiste indépendant ; et je dirai via ce blog ce que m’inspirent les débats publics qui me viendront aux oreilles.
Chacun de nous devrait faire cet effort de documentation. Geste de citoyen !
Donner l’exemple à la jeunesse. Urgent !
Je propose de commencer aujourd’hui et de travailler tous ensemble.
Première étape : se procurer en urgence et lire le livre de Michel Georget :
“L’apport des vaccinations à la santé publique”.
Aux Éditions Dangles ; je ne suis pas “actionnaire”…
Ce n’est pas la Bible ; c’est un document facile à lire ; et en français.
Merci à tous de vérifier, infirmer (avec de solides arguments) ou confirmer ce que vous y lirez.
Si vous avez des questions, j’essaierai (ou d’autres, ou Michel Georget lui-même) d’y répondre.
Allez, au travail !
Nous allons aider à protéger les bébés (le calendrier vaccinal commence à 2 mois) et nos séniors (vaccin contre la grippe quasi gratuit) ; s’ils doivent l’être…
 
 
 
 
 
 

258 réponses sur “Concertation publique sur les vaccins et ingérences multiples”

  1. Dr Petiot :
    “La vaccination antigrippale accroit 5.5 fois les infections respiratoires GENIAL!!”
    L’ARTICLE QUE VOUS CITEZ NE DIT PAS CELA DU TOUT. Au contraire de son ReSUME.
    Bel exemple de la médiocrité de la”science” médicale publiée de nos jour.
    A mon avis. Que l’on me corrige si je faillis. Je ne suis pas buté.
    “There was no statistically significant difference in the risk of ARI or FARI between participants who received TIV and those who received placebo, either during winter or summer 2009 (Table 2). ”
    Pas de différence significative entre placebo et vaccine pour ce qui est des ARI (episodes d’infetion respiratoire) et des FARI (le mêmes en fébrile)
    regardez les resultats
    https://cid.oxfordjournals.org/content/54/12/1778/T2.expansion.html
    Après ce dont ils parlent dans le résumé c’est des isolements viraux dans les prélèvements nasopharyngés qui ont été réalisés dans MOINS DE 50% des sujets, choisis comment = ???
    De plus cet article ne décrit pas ceratins points très importants dans les études randomisées , cmme le masquage de l’allocation le mode de maintein t de l’aveugle sur les prelevements.
    Surtout le résumé de l’article laisse penser le contraire de ce que les résultas cliniques montrent : pas de différence d’evenements cliniques compatibles avec infection virale respiratoire.
    PLus important par contre il ne montre pas de réduction des grippes prouvées, mais sur un échantillon aussi ridiculement pett ça ne veut rien dire. Cochrane fait mieux pour montrer l’inanité de la vaccination grippale.
    On croirait lire un article montrant l’efficacité des statines.
    La mauvaise foi des auteurs et la complicité des “reviewers” et “editors” est confondante.
    Ou alors j’ai loupé quelque chose

  2. Encore des coïncidences.
    La rage en Europe, chez les animaux sauvages.
    Je ne sais pas si l’amélioration de lhygiène en forêt est la vraie raison mais il semble que les campagnes de vaccination orale de certains vecteurs produisent des effets. Ou coïncident ?
    http://vri.cz/docs/vetmed/49-5-171.pdf
    Je crois que la rage est éradiquée en France depuis quelques années avec quelques cas immi… hola, importés.
    http://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/espace-presse/documents-presse/la-rage-dossier-presse/la-rage-en-france-en-2011
    dit : De plus, des « réservoirs » existent en Europe et en France : les chauves-souris, qui hébergent des virus différents de celui du chien ou du renard mais qui sont également transmissibles à l’homme, et contre lesquels les traitements antirabiques sont moins bien adaptés. Enfin, la rage est une maladie redoutable, toujours mortelle en l’absence de traitement. – See more at: http://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/espace-presse/documents-presse/la-rage-dossier-presse/la-rage-en-france-en-2011#sthash.o7U0nIy6.dpuf
    http://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/presse/fiches-info/rage#Epid%C3%A9miologie%20de%20la%20rage
    En France Aucun cas de rage humaine acquise sur le territoire français métropolitain n’a été rapporté depuis 1924. En 2008, un cas humain probablement suite à une morsure de chauve-souris a été rapporté en Guyane. Des cas humains acquis hors du territoire français et diagnostiqués en France ont été aussi recensés. Des précautions sont donc à prendre vis à vis des animaux sauvages et domestiques pour les voyageurs en zone d’endémie : Asie, Afrique, Europe Centrale, Moyen-Orient, Amérique du Sud… – See more at:
    %C3%A9miologie%20de%20la%20rage

    1. Très bon argumentaire.
      Est-ce extrapolable aux humains ?
      Quel fut le bénéfice/risque des renards “vaccinés” ? Ont-ils été réellement vaccinés ? ou bien exterminés ?
      En d’autres termes, ce vaccin antirabique était-il un poison ? Est-ce la rage qui a disparu ? Ou les renards ?
      Il faudrait vérifier les données expérimentales existantes sur ce vaccin antirabique…
      Merci de votre enquête.

      1. Bonsoir Docteur. Justement, j’allais mettre mon grain de sel dans le même sens que M. Barahj. En effet, Severine avait posté le 14/02/2016 un question à propos de la rage . J’ai fais que recherches et me suis armé de souvenirs sur une question qui m’avait déjà choqué il y a quelques décennies : Il n’y a plus de cas de renard enragé en France depuis 2001. Les autorités prétendent que c’est grâce à la vaccination de ces bêtes par parachutage d’appâts contenant le vaccin… en fait les appâts avaient toutes les chances d ‘être empoisonnés. Je souviens que récemment encore en me promenant dans les collines, j’y ai vu des affiches de mise en garde contre les appâts pour les propriétaires de chines.
        Il faut savoir que le renard est déclaré nuisible depuis 1980 et donc à abattre sans sommation et en même temps, il est déclaré sous les deux appellations dans plusieurs départements comme gibier. Tout cela était à la discrétion de Préfets sous pressions des organismes de chasse. Cela a eu tellement d’effet que le renard et d’autres “nuisibles” sont en voie d’extinction de France ; voir ceci :
        CLASSEMENT NUISIBLE DU RENARD – ANNEES 2015/2018
        http://www.unapaf.fr/IMG/pdf/carte_renard_2015-2018.pdf
        Fichier PDF
        et celui ci pour les autres animaux ( eux aussi ayant pu transmettre la rage et qui son envoie de disparition :
        Cartes classement nuisible 2015-2018 – UNAPAF
        http://www.unapaf.fr/Cartes-classement-nuisible-2015
        Cartes classement nuisible 2015-2018. jeudi 13 août 2015. … Cela concerne le renard, la belette, la fouine, la martre, le putois, le corbeau freux, …”
        Il n’y a qu’en Savoie que le renard a trouvé grâce et n’est plus classé nuisible :
        Victoire en Savoie, le renard n’est plus un être …
        http://www.vegactu.com/…savoie-le-renard-nest-plus-un-etre-nuisible-19488
        Alors je pense qu’on a raconté pas ma de bêtises sur la façon dont on est arrivé à bout de l ‘ épizootie de rage , le renard est un animal très furtif et méfiant ( en outre je le vois mal se piquer lui-même avec une seringue de vaccin anti rabique lorsqu’on voit le cinéma que c’est pour un chien…) et ce qui concerne les autres animaux de la liste ( je ne donnerai qu’n éxemple : La chauve souris . Certaines espèces sont protégées et une interdiction formelle de nuire à leur habitat existe : je le sais, j’ai voulu acheter une vieille maison de l’ONF à retaper où nichait ces charmantes pipistrelles, j’ ai renoncé, pas touche.
        Alors, le Renard est il fautif ? Curieusement l’Europe et la France est le plus grand producteur de fourrures de renards roux ( Vulpes vulpes ) on le rend responsable de la transmission de l’ échinococcose, j’ai perdu la référence mais un seul renard tué en était porteur en des décenies de traque. Il contaminerait les Myrtilles …Alors pourquoi ne pas éradiquer les Myrtilliers? Ca résoudrai le problème…..

        1. Ah ça mais pourquoi pensez-vous qu’on mette des appats empoisonnés en disant que c’est du vaccin ?
          Vous pensez que les vétos sont pervers au point de mentir et tuer des animaux en prétendant les vouloir protéger ?
          Dans le onde entier en plu ?
          Un complot PLANETAIRE de l’Amérique à l’Europe pour empoisonner les blaireaux , putois , coyottes, loups, renards et autres belettes ?
          Mouais.
          Mon plausibilomètre de salon à solénoïde made in Finland ne moufte pas.
          Maintenant si’l y a des preuves je tomberai de la chaise.

      2. Il me semble que oui car dans des docs que j’ai lus, on étudie les réponses AC chez les goupils.
        Des goupils vivants qui taquinent Ermeline.
        J’ai cru comprendre que la réponse étudiée est celle contre la souche utilisée pour le vaccin et que donc ils ne se trompent pas avec des goupils guéris de la rage, si ça existe. Si c’est comme pour nous c’est non.
        Mais il faudrait vérifier tout ça .
        A noter un papier montrant que 5% et 3 % (j’arrondis) des chiens et chats respectivements, enragés sont vaccinés, aux USA.
        On pourrait en conclure que le vaccin marche si on connaissait le % de chiens et chats vaccinés.
        Parce que si c’est dans les 5% le c-vaccin ne marche pas.
        Ce que évidemment les auteurs ne relèvent pas .
        J’imagine que le taux de vacciné doit être nettemet au dessus de cela.
        Et que donc cela fait u autre argument pour une efficacité de ce type de vaccin.
        Les CDCs indiquent quelque part que 80% et 65% des propriétaires de chiens et chats respectivements vont chez le véto (avec leur bestiole) .
        La couverture vaccinale est donc inférieure à 80 et 65 % mais de combien ?
        Je n’ai pas pu trouver la couverture vaccinale des chiens et chats auc USA. C’est fou.

  3. La vaccination antigrippale accroit 5.5 fois les infections respiratoires GENIAL!!
    Study: Flu Vaccine Causes 5.5 Times More Respiratory Infections – A True Vaccinated vs. Unvaccinated Study –
    Vaccinated/ Placebo(saline)
    Any Seasonal Influenza 58/ 88
    H1N1 (Swine Flu ‘Pandemic’) 58/ 0
    Total Influenza Cases 116/ 88
    Noninfluenza Viruses Rhinovirus (common cold) 230/ 59
    Coxsackie/Echovirus 160 /0
    Other Respiratory Viruses 97 /29
    Total Other Viruses 487 /88 –
    See more at: http://healthimpactnews.com/2013/study-flu-vaccine-causes-5-5-times-more-respiratory-infections-a-true-vaccinated-vs-unvaccinated-study/#sthash.7MpNAQ75.dpuf
    http://healthimpactnews.com/2013/study-flu-vaccine-causes-5-5-times-more-respiratory-infections-a-true-vaccinated-vs-unvaccinated-study/

    1. Discours imparable mais qui l’entend? On a vraiment l’impression de se battre contre des titans…
      Je fais passer ce genre d’infos par mail à mes proches mais il y a tellement de choses contre lesquelles se révolter… Les gens n’ont plus le temps de lire tout ça, de s’informer, de se révolter…

  4. Vaccines are efficient and SAFE!!! disent les Yankees
    EFFETS SECONDAIRES DES VACCINS
    -Effets secondaires du vaccin antitétanique
    -Effets secondaires du vaccin anti-coquelucheux
    -Effets indésirables des vaccins DTCoq et ROR
    -Le ROR (vaccin contre la Rougeole,les oreillons et la rubéole)en 10 points
    -Effets secondaires du vaccin B.C.G
    -Effets secondaires recensés de la vaccination contre l’Hépatite B
    Effets secondaires du vaccin antitétanique:
    Ils ne sont pas rares, contrairement aux idées reçues et sont recensés dans une banque de données (Belgian university System). Ils sont cités par le Pr R. Mendelsohn (USA), dans sa revue “People’s doctor” de novembre 1984, ainsi que dans “The truth about immunizations” d’avril 1978.
    I) Réactions neurologiques:
    43% des cas présentent les premiers symptômes dans les 72 heures. Les localisations sont fréquemment les membres ou les nerfs crâniens.
    Névrite péribracchiale , pouvant conduire à une paralysie du bras: apparition d’une faiblesse dans le membre, dans un délai de 6 à 21 jours après l’injection de l’anatoxine (4 cas).
    Neuropathie périphérique. [Reinstein L, and al, “Peripheal neuropathy after multiple tetanus toxoïd injections”, Arch.Phys. MedRehabil., vol.63, n7, p.332, 10/1982].
    Névrite périphérique. [“Unusual reactions to tetanus toxoïd” JAMA, vol 199, p. 125, 1967]
    Paralysie motrice et sensorielle du nerf radial droit (étudiant de 23 ans).
    Atteinte du système nerveux généralisée: injection du vaccin dans le bras gauche, chez une femme de 36 ans, blessée au doigt; apparition au 5ème jour, d’une faiblesse du bras droit, puis du gauche, des deux jambes, associés à des vertiges, une instabilité (titubait en marchant et ne pouvait faire plus de quelques pas), une léthargie, des malaises, une difficulté pour avaler et pour parler (paroles inarticulées). EEG perturbé. Après une hospitalisation d’un mois, les troubles nerveux ont régressé, et la jeune femme a pu rentré chez elle. Mais la faiblesse a persisté, ainsi que l’angoisse. Les examens pratiqués dans l’année qui a suivi, ont montré une instabilité émotionnelle prolongée et quelques paresthésies (engourdissement, fourmillement) dans les extrémités. Le diagnostic posé fût:” névropathie avec atteinte des nerfs crâniens, myélopathie et encéphalopathie”. [Semaine des Hôpitaux de Paris, vol 53, n36, p. 1965, octobre 1978]
    Paralysie du nerf laryngé récurrent (nerf commandant les cordes voccales): le patient était atteint d’enrouement, et incapable de parler à haute voix; l’atteinte disparut au bout de deux mois. [Revue Médicale Allemande, 1969]. [Eicher W.and al, “Paralysis of the récurrent laryngeal nerve foffowing a booster injection of tetanus toxoïd”, Munch. Meti Wochenstr., vol. 111, n°34, p. 1692, 12/1992].
    Syndrome de Landry: développement rapide de paralysies extensives bilatérales et symétriques selon un mode ascendant débutant aux membres inférieurs et frappant ensuite l’ensemble de la musculature striée.
    Syndrome de Guillain et Barré: polyradiculonévrite aigüe, c’est à dire, atteinte ascendate, étendue et habituellement symétrique, du système nerveux périphérique rachidien (racines et nerfs), s’accompagnant fréquemment d’une atteinte des nerfs crâniens. [New.S.MecLJ (Nouvelle-Zélande) vol 94, n°695, p.359, 11/11/1981.] [Dev. Biol. Stand. (Suisse), vol 43, p.25, 1979].
    Paralysie faciale a frigore apparue, deux jours après la vaccination, et du côté de l’injection de l’anatoxine. [Concours Médical, vol. 104, n29, 1982].
    Paralysies. (Harrer-G and al., “Paralysis following tetanus toxoïd booster inoculation”,Wien. Med Wochenschr, vol. 121, n°l5, p.296, 8/1971)
    Encéphalite
    Hémiplégie
    Sclérose latérale amyotrophique , apparue après séro-vaccination antitétanique. [Pr Mande, Concours Médical, 3/12 1977].
    Sclérose en plaques . Cas personnel: Mr C. fait une première poussée de Sclérose en Plaques (SEP) en 1989. Le patient retrouve son état neurologique normal en septembre 89. En mai 1993, le patient reçoit un rappel antitétanique. En juin 93, soit dans le mois qui a suivi l’injection, deuxième poussée de SEP, alors qu’il était en rémission depuis 3 ans 3/4. Cette nouvelle poussée a été plus sévère, et moins régressive que la précédente, puisqu’en mai 94, le patient en garde toujours des séquelles.
    Tensions intracrâniennes (USA). [Am.JDix.Child., vol. 133, n°2, p.217, 2/1979.]
    Autres références bibliographiques:
    [Tsairis P. and al, “Natural history of brachial plexus neuropathy: report on 99 patients”, Arch.Neurol., vol.27, p. 109, 1972. “Adverse events associated with childhood vaccines: evidence bearing on causality”, Institute of medicine, Washington D. C. National Academy Press, 1994, références citées dans JAM4, vol. 276, n°23, p. 1869, 1996].
    JNeur.Sci., vol.37, n°1/2, p. 113, 6/1978.
    Munch.Med Wochenschr., vol. 107, n°45, p.2258, 5/11/1965.
    Pediatriia (Russe)., vol.47, n°l1, p. 19, 11/1968.
    Brit.Med.J., vol.4, n°575, p.320, 11/11/1967.
    Psychiatr.Neur.MecLPsychoi. (Leipzig), vol.26, n°1l, p.685, 1974.
    Arch.Dis.Child., vol.48, n°10, p.829, 10/1973.
    JNeurol., vol.222, n°2, p. 131, 1979.
    Med Well, vol. 29, n°44, p. 131, 3/11/1978.
    II) Réactions allergiques et d’hypersensivité:
    -Hypersensitivité à la toxine tétanique , Journal of Allergy and Clinical Immunology, 1973.
    -Réactions cliniques à la toxine tétanique , Compte rendu du 2ème congrès international sur la tétanos, de Hans Huber, Beme, Suisse, 1967.
    -Allergie induite par l’immunisation à la toxine tétanique, JAMA, 1940.
    -Allergie à l’anatoxine tétanique: la survenue de réactions indésirables plus fréquentes encore après des rappels, a été rapportée très officiellement par de nombreux auteurs. [Annales de l’Institut Pasteur, vol. 120, p. 791, 1991, avec des articles de Bizini, Turpin, Raynaud (Ref de JAUA, Néw England, J of Med., British Med J.)].
    -Anaphylaxie suivant l’administration de la toxine tétanique, British Médical Journal, 1940.
    -Chocs anaphylactiques : nombreuses publications dans la littérature médicale.
    Quelques exemples:
    3 semaines après sa primovaccination, une femme est atteinte d’une rigidité brutale, suivie d’une urticaire sévère avec irritation intense de l’épiderme. Malgré ces symptômes, un rappel fut fait 6 semaines plus tard. La patiente s’est écroulée 5 minutes après l’injection. [CunninghaM “Anaphylaxis after injection of tetanus toxoïd”, Brit. Med J., p. 522, 1940].
    Garçon de 14 ans égratigné en jouant avec un chien; le propriétaire de l’animal exigea que l’enfant soit vacciné: celui-ci en mourut 5 minutes après [Pr W. Spann, Médical Tribune, n°l9, p – 10, 1986].
    Un patient allemand fait un choc anaphylactique 8 heures après sa 2ème injection; la 3 ème injection faite 6 mois plus tard entrainera sa mort par choc anaphylactique, 2 heures après l’injection.
    Un médecin allemand de 44 ans, est mort 30 minutes après un rappel antitétanique.
    Une femme de 24 ans est morte 30 minutes après son rappel antitétanique.
    Un homme de 34 ans fut victime d’un choc très grave, accompagné d’un syndrome de Lyell (la peau se décolle par lambeaux), et de courbatures.
    [Ces 4 derniers cas ont été publiés par le Dr Kris Gaublomme, the International Vaccination IVewsletter, p. 10, sept 1996].
    [Zaloga G. and al, “Life threatening anaphylactic reaction to tetanus toxoïd”, Ann.Allergy, voi.49, n°2, p. 107, 8/1982].
    [Ehrengut W. and al, “Anaphylactic reaction following injection of tetanus toxdid”, Dtsch.Med Wochenschr., vol.98, n10, p.517, 3/1973].
    [Staak M; and al, “Choc anaphylactique après anatoxine”, Dtsch.Med.Wochenschr., vol.98, n°3, p. 110, 1/1973; et vol.98, n°13, p.682, 3/1973].
    [“Choc anaphylactique suivi d’un arrêt de l’ovulation”, Med.Trial tech., vol. 13, n°2, p.87, 12/1987].
    Autres manifestations allergiques:
    -Urticaire accompagné de vertiges, de difficultés respiratoires, survenus dans les 2 heures après la vaccination [“Unusual réactions to tetanus toxoïd” JAMA, vol 199, p. 125, 1967].
    -Oedème des lèvres, des paupières, asthme, maladie sérique, [Dr Kris Gaublomme, the International Vaccination Newsletter, p. 10, sept 1996].
    III) Réactions dermatologiques:
    -De nombreuses manifestations dermatologiques s’installent sur le long terme: exanthème, dermatite, prurit généralisé, … et représentent une handicap souvent permanent. D’autres sont passagères: réactions locales avec oedème, inflammation, abcès au site d’injection, phlegmon à streptocoques, granulome, hémorragie, … [Dr Kris Gaublomme, The International Vaccination Newsletter, p. 10, sept 1996].
    -Granulome. [RockyMoutainMedJ., (USA), vol.63, nl, p.48, 1/1966].
    L’article suivant a été publié suite à un effet adverse de la vaccination, et l’auteur mentionne également tous les types de réactions de sensibilité généralement observés après vaccination antitétanique:
    “Un patient précédemment vacciné au cours de son service militaire, a reçu une injection de rappel d’anatoxine tétanique, qui a provoqué un érythème douloureux des membres supérieurs, accompagné fièvre, et d’athénie pendant plusieurs jours.
    Commentaire:
    En général, les réactions indésirables secondaires à l’administration d’anatoxine tétanique, dépendant du nombre de doses précédemment reçues, de la dose d’anatoxine, de la voie et de la méthode d’administration, ainsi que de la présence d’adjuvants et/ou d’antigènes (tels que l’anatoxine diphtérique) dans la préparation vaccinale choisie.
    L’événement indésirable le plus fréquent après un rappel de vaccination antitétanique (observé chez 50 à 85% des sujets) est une réaction locale caractérisée par une douleur et une sensibilité au point d’injection, moins fréquemment (20 à 30% des cas) suivie d’un oedème et d’un érythème et exceptionnellement (moins de 2% des cas) associée à une tuméfaction importante. Plusieurs études ont établi une corrélation directe entre le taux circulant d’anatoxine tétanique et le degré de la réction locale.
    Quelques rapports ont décrit des réactions locales massives (p.ex. tuméfaction s’étendant du coude à l’épaule) principalement chez des sujets ayant reçu plusieurs injections de rappel d’anatoxine. Généralement, ces réactions débutent dans les 2 à 8 heures suivant l’injection. Les anticorps circulants forment apparemment de complexes avec les dépôts d’anatoxinne, induisant ainsi une réponse inflammatoire (réaction d’Arthus, hypersensibilité de type H). Une hyperthermie peut accompagner la réponse locale (0,5 à 7% des cas), en particulier si celle-ci est importante ou si les taux d’antitoxine sont élevés (ou les deux à la fois).
    Cependant une température supérieure à 39°est rare et les autres symptômes systémiques, tels que céphalées ou malaises, sont exceptionnels. L’agent de conservation utilisé, le thimérosal, peut induire une hypersensibilité retard, alors que les réactions type maladie sérique semblent rarement associées à l’anatoxine tétanique. Ce patient a vraisemblablement présenté une réaction de type Arthus, probablement due à de multiples doses d’anatoxine précédemment reçues qui ont induit des taux circulants élevés d’antitoxine tétanique. La mesure des taux sériques d’antitoxine tétanique pourrait confirmer le diagnostic et aider au traitement futur d’une éventuelle plaie pénétarrite. Si ces taux sont élévés, le patient devrait être protégé pendant au moins dix ans et l’injection d’antoxine tétanique n’est pas nécessaire au cours de cette période. Si les taux d’antitoxine tétanique sont bas, le patient doit être évalué par un immunologiste ou un allergologue, les immunoglobulines antitétaniques pourraient être utilisées en cas de plaie potentiellement tétanigène pour assurer une protection à court terme jusqu’à ce que l’anatoxine antitétanique puisse être administrée sans risque. Afin de prévenir de telles réactions, l’anatoxine tétanique ne doit pas être administrée à intervalle de moins de 10 ans, comme recommandée par le Comité Consultatif pour les pratiques vaccinales.
    Dans le but d’améliorer la surveillance du risque et de la nature des événements indésirables graves après vaccination (en particulier la vaccination antitétanique), il est demandé aux médecins de déclarer ces événements.
    ” [Réactions indésirables à l’anatoxine tétanique, JANIA, édition française, vol.20, n’319, p.35, 1995].
    Autres publications: [“Réaction locale au Têtavax”, Concours Médical, vol. 117, n°23, p. 1825, 1995].
    [“Allergie au vaccin antitétanique”, Concours Médical, vol. 115, n°37, p.3315, 1993].
    [“Réaction locale après Têtavax”, Concours Médical, vol. 114, n°34, p.3083, 1992].
    [Jacobs RL, and al, “Adverse reactions to tetanus toxoïd” JAMA, vol.247, n°l, p.40, 4/1982].
    [Hansson H., Cutaneous reactions to merthiolate and their relationship to vaccination with tetanus toxoïd”, Acta Allergol.,vol.26, n°2, p. 150, 1/1972].
    [Waak AL, “Local reactions following booster injection”, Ned. Tydschr Geneeskd, vol. 110, n°7, p.332, 8/1966]. [Edsall.G. and al, “Excessive use of tetanus toxoïd boosters”, JA.AM,, vol.202, n’l, p. 111, 11/1967]. [Wegmann A., “Local reactions after repeated tetanus vaccine”, Scheiz. Med.Wochenschr., vol. 109, n-3 8, p. 1409, 10/1979].
    -Abcès à répétition. [Am. J Des Child, vol 135, n°9, p.826, 9/1981; Pediatrics, 5/1985].
    -Ictère (jaunisse) chez le nourrisson: augmentation du nombre de cas chez le nouveau-né, lorsque le vaccin est administré à la mère durant la grossesse [Vox Sang.(Suisse), vol 38, n°l, p22, 1980].
    IV) Réactions diverses:
    -déficit en coagulation , [Dr Kris Gaublomme, The International Vaccination Newsletter, p. 10, sept 1996]
    -Hémolyse sévère après Tétracoq (à propos de 3 cas). [Acta Paediatr.Scand., vol.67, n°3, p.345, 5/1978].
    -Infarctus du myocarde avec décès quelques heures après vaccination.
    [Annales of allere, vol.49, p. 107, 1982. Deutsch Med. Wschr., vol 99, p. 850, 1974].
    -douleurs articulaires persistantes,
    -vomissements, diarrhée [Dr Kris Gaublomme, lhe International Vaccination Newsletter, p. 10, sept 1996].
    -Variations de la protéinurie. [Vojnosavit. Pregl. (Yougoslavie), vol 29, nl, p. 11, 1/1972].
    -Glomérulonéphrite. [Nouv. presse Med., vol 9, N°5, p. 315, 26/l/1980].
    -Altération de la fonction des corticosurrénales . [IG Mod (Italie), vol. 59, n°l1, p. 735, 1966].
    -Panartérite noueuse (ou Périartérite noueuse). [Revue de Médecine interne, vol 27, suppl 3, p.446, 12/1996; Z. Haut. Geschléchtskr. (Allemagne), vol 45, n°19, p.655, 1/10/1970].
    -[Ott K., “Maladies iatrogènes dans la prévention du tétanos”, Rozhl. Chir.,vol.46, n°7, p.493, 3/1968].
    Effets secondaires du vaccin anti-coquelucheux
    -En écriture droite, effets secondaires tels qu’ils sont reconnus officiellement, et énoncés dans le Vidal.
    -En italique, effets secondaires attribués à la vaccination, sur le résultat d’études ou d’ouvrages, d’articles médicaux, ou sur l’expérience commune.
    -En gras, effets secondaires niés officiellernent.
    I] Réactions locales: 35 à 50% des vaccinés.
    1) Douleur, rougeur, endolorissement, ou oedème au site d’injection: de survenue précoce, bénin et transitoire.
    2) Rash cutané et urticaire sont également rapportés.
    NB: si ces symptômes sont généralement bénins, des réactions locales sévères, peuvent être, selon le Dr Coulter, les signes précurseurs de dommages cérébraux beaucoup plus graves.
    II] Réactions générales:
    1°) Fièvre de 38,5 à 39 °C survenant dans les 24 heures: survenant en général au delà des 12 premières heures, et durant 24 à 36 heures. Très grande fréquence: 50% des enfants.
    2°) Fièvre supérieure ou égale à 40°C: beaucoup moins fréquente (0,3%), parfois à l’origine d’une convulsion qui n’a pas toujours la bénignité de la convulsion fébrile habituelle, car cela peut être le déclenchement de désordres permanents (convulsions ou troubles du comportement: hyperactivité, handicap mental, anxiété pathologique, … ).
    3°) Troubles gastro-intestinaux : vomissements et diarrhées peuvent être bénins ou sévères, transitoires ou prolongés. Ils peuvent s’accompagner de signes neurologiques, tels que des cris aigus ou un sommeil excessif.
    Dans une étude de 1988, publiée dans Clinical Pediatrics, la santé denfants âgés de 2 à 12 mois, a été comparée entre le mois qui précédait, et le mois qui suivait la vaccination par le D TCoq:
    symptomes fièvres Diarrhée toux
    % avant vaccin 5,3 10,5 26
    % après vaccin 25 28 54
    III] Effets respiratoires: (3)
    1°) Rhinites, rhinopharyngites et otites récidivantes
    2°) Toux chronique: fréquente; le bacille coquelucheux vaccinal reproduisant une coqueluche abatardie mais chronique (l’enfant tousse par épisodes de quelques jours ou semaines, comme lors d’une coqueluche, mais ces épisodes se renouvellent à chaque épisode infectieux ORL ou respiratoire). Dans certains cas, le déclenchement de la toux suit, de moins de 48 heures, l’injection vaccinale.
    3°) Bronchite asthmatiforme:
    4°) Asthme:
    IV] Effets “allergiques”:
    1°) Rash, urticaire.
    2°) Choc anaphylactique,
    3°) Oedème de Quincke.
    V] Effets neurologiques: pouvant s’associer à des degrés divers.
    1°) Syndrome des cris aigus et syndrome du cri persistant:
    Le syndrome des cris aigus, consiste en des cris inhabituels, plaintifs, différents des pleurs d’un enfant normal., qui ressemblent aux cris encéphalitiques décrits dans certaines encéphalopathies. Ces cris se poursuivent quelques heures ou quelques jours.
    Le syndrome des cris persistants décrit la situation d’un enfant dont les pleurs sont relativement normaux, en ce qui concerne leur tonalité, mais inhabituels dans leur durée, l’enfant restant inconsolable pendant des heures, parfois des jours.
    Le syndrome des cris persistants peut s’associer à un syndrome d’hypotonie. Ces syndromes ont été étudiés de longue date, et par de nombreuses autorités, qui considèrent ces syndromes comme d’origine encéphalitique, avec lésions du système nerveux central, contre-indiquant la revaccination.
    Voici la description qu’en faisait Hopper en 1961: “Dans la demi-heure, jusqu’à 4 heures suivant l’injection, l’enfant commence à pleurer et peut continuer sans cesse pendant 3 ou 6 heures. L’enfant veut rester couché sur le côté, il est rouge de visage, et très irritable. Quelques fois, il a des mouvements de la tête continuels d’un côté puis de l’autre. Indépendamment des soins qu’on lui apporte, comme le prendre dans les bras pour le consoler, l’enfant continue à hurler jusqu’à s’appaiser. Un accès de pleurs peut suivre la fin d’un précédent. L’enfant finalement épuisé, pourra alors sombrer dans le sommeil, pour se réveiller dans certains cas avec de nouveaux accès de pleurs”.
    La non prise en compte de la survenue d’un syndrome des cris persistants consécutif à une vaccination, entraîne la poursuite des injections vaccinales avec un risque accru d’atteintes cérébrales définitives.
    2°) Chocs et Collapsus: survenant dans les 48 heures après l’injection.
    Les termes de choc ou de collapsus, sont utilisés pour définir une réaction décrite en détail par Georges Dick en 1967 dans un étude anglaise sur les réactions au DTCOQ: “Trois heures après l’inoculation, le bébé devient subitement d’une blancheur marbrée, froid et en collapsus pendant 15 à 30 minutes, après rétablissement, il persiste souvent une pâleur et une apathie pendant quelques heures. Quelques mères ont dit que leur bébé était devenu inconscient lors de l’apparition du collapsus, d’autres pensaient que leur bébé était mort. Quand les enfants qui développent ce syndrome sont suivis dans l’année qui suit, ils semblent en bonne santé, et paraissent avoir passé les évènements de la vie normalement. Cependant, il est difficile d’exclure la possibilité de dommage permanent. En observant ces réactions, les parents ont bien naturellement fait venir d’urgence un médecin, mais le temps de son arrivée, le bébé avait habituellement récupéré de son sévère épisode, et quelques mères n’ont pas réussies à convaincre le médecin que quelque chose de sérieux était survenu”.
    La signification clinique et pathogénésique de ce syndrome n’est pas bien comprise. Mais quoiqu’il en soit, il est considéré comme une réaction sévère qui contre-indique toute revaccination ultérieure.
    3°) Somnolence excessive: bien que les fabriquants de médicaments semblent incapables d’accepter la définition ou la signification de la somnolence excessive après DTCOQ, cette réaction a été décrite dans la littérature scientifique, depuis des décennies. En 1949, Globus et Kohn parle d’un bébé qui souffrait d’un dommage cérébral après une vaccination contre la coqueluche: un garçon âgé de six mois, qui avait reçu son deuxième DTCOQ, devint peu de temps après, irritable et somnolent; pour la première fois depuis sa naissance, il dormait toute la nuit entière. Il n’y avait pas eu de montée de température. Un changement brutal de comportement était noté par sa mère. Avant la deuxième injection, il jouait et réagissait normalement, mais par la suite, il ne jouait plus de façon prolongée, ne tendait plus la main vers les objets, devenait indifférent à son environnement, et dormait durant de longs intervalle durant la journée. Le dixième jour après la seconde injection, il fut pris de convulsions répétées…
    Sur les premières notices du vaccin, les laboratoires Connaught et Lederle avaient listé la somnolence excessive comme contre-indication à une vaccination ultérieure par le vaccin coquelucheux, mais actuellement ils ne l’indiquent plus. Dans le livre rouge de l’AAP de 1982, il était indiqué que les enfants qui avaient de la somnolence excessive, ne devaient probablement plus recevoir le vaccin coquelucheux,mais le livre rouge de PAAP de 1989 indique seulement “les altérations sévères de la conscience” comme contre-indication.
    4°) Convulsions avec ou sans fièvre: 1/12 500 doses.
    Les crises convulsives sont peut-être la réaction sévère au vaccin coquelucheux, la plus fréquemment rapportée dans la littérature scientifique.
    5°) Syndrome de West (Hypersarythmie): maladie des spasmes en flexion.
    6°) Episodes d’hypotonie–hyporéactivité.
    7°) Paralysies motrices: la perte du contrôle musculaire peut se manifester par:
    -une hémiparésie (affaiblissement musculaire de la moitié du corps),
    -une hémiplégie (paralysie complète de la moitié du corps),
    -une paraplégie (paralysie de la moitié inférieure du corps),
    -une quadriplégie (paralysie des quatre membres), ou simplement
    -une coordination médiocre.
    8°) Encéphalopathies aigües: 1/100 000 doses.
    L’inflammation et l’oedème de différentes parties du cerveau après DTCOQ, sont attribués de façon variable à une méningite, une encéphalite, une encéphalomyélite, et une fontanelle bombante. Certains enfants ne résistent pas à la méningite ou à l’encaphalite et décèdent.
    9°) Syndrome de Reye.
    10°) Méningite séreuse.
    VI] Désordres sanguins.
    1°) Thrombocytopénies: diminution du nombre de plaquettes sanguines, pouvant conduire parfois à un purpura thrombocytopénique.
    2°) Anémie hémolytique: diminution de la durée de vie des globules rouges, non compensée par la production de la moelle osseuse.
    3°) Hypoglycémies: la toxine du bacille de la coqueluche, peut provoquer une production excessive d’insuline.
    VII] Décès: 1/5 millions.
    Mort subite du nourrisson
    1 -Décès de 5 nourrissons en mars 1986, lors de leur première injection de Tétracoq.
    2 -Cas personnellement connus, dont l’un m’a été décrit
    Références:
    1 -VIDAL: édition 1999: Vaxicoq p.2006; Tétracoq p. 1867, Pentacoq; DTCP p. 1985.
    2-JAMA (édition française), vol. 19, n°284 (1994) p.25.
    3 -British Medical Journal of Medicine, n°19 (1995).
    4-JAMA (édition française), voi.20, n°326 (1995) p. 19.
    5-Concours Médical, vol. 113, n°2, (1991) p. 113.
    6-J. Pediatr., vol. 115, n°4, (1989) p. 527 à 53 1.
    7-Le Généraliste, n°55, (26/2/77).
    8-Science Technique Technologie, n°23, (1993) p 4
    9-British Medical Journat 282, (1981), p. 1595.
    10-“Risk of serious acute neurological illness after immunization with DTP(Pertussinun)
    JAMA, vol.271, (1994) p.37 et 68.
    JAMA (édition française), vol. 19, n°284 (1994) p.25.
    11 -Pediatrics, vol. 88, n°2 (1991) p. 40 1.
    12-Vaccine, vol. 7, n°3 (1989) p. 199.
    13-British Medical Journal of Medicine, vol.320, n°2 (1967).
    14-Quick-Nachrichten, n°51, (11/12/1975).
    15-Acta. Paediatr. Japn. Overs. Ed., 33, n°4, (1991) p.421.
    16-Sunday Times, 21 Juillet 1985.
    17-Quotidien du Médecin, n°5322 (1/94).
    18-Neurologic Complications following Pertussis Vaccine, N-Y. State J. Med.,47, (1947) p. 1016.
    19-Miller and col., ” Severe neurologicall illness”, J.Exp Clin.Med., n°l3 suppl (1988) p. 145.
    20- “Pertussis immunization and serious acute neurological illness in châdren”, British Medical Journal, 307, (1993) p. 1171 et 282, (1981) p. 1595.
    21 -Rutledgel and col., “Neurologic complications of immunizations”, J.Pediatr., vol. 109, (1986) p.917.
    22- Rutledgel and col,” protective efficacity and adverse events”, The Lancet, 1, (1988) p.955.
    23- Howson and col. “Adverse effects of pertussis and rubelle vaccines”, Washington D.C. National Acaderny Press 1991.
    24-Harris L.Coulter and Barbara Loe Fisher, “A shot in the dark” Edition Avery.
    Mort subite du nourrisson (USA) [J Pediatr., vol. 10 1, n’3, p.419, 9/1982]. [Stewart GT., “Deaths of infants after triple vaccine”, Lancet, vol.2, n°8138, p.354, 12/1979].
    Convulsions (13 enfants sur 17 avec anomalies EEG) [Neurol.Neurochir.Pol., vol. 15, n°5/6, p. 553, 1981].
    Effets indésirables des vaccins DTCoq et ROR
    Lancet 1995; 345: 567-9.
    La fréquence des convulsions est de 1/12500 doses 0 à 3 jours après le DTCoq, et de 1/2600 doses, 15 à 35 jours après le ROR (contenant la souche Urabe oreillons).
    Celle du purpura thrombopénique est de 1/24000 doses 15 à 35 jours après le ROR. Ces fréquences obtenues par une surveillance active, sont très supérieures à celles basées sur les notifications spontanées des prescripteurs.
    Le ROR (vaccin contre la Rougeole,les oreillons et la rubéole)en 10 points
    l°) Efficacité : au maximum 80% de protection, c’est à dire qu’un enfant sur 5 fait sa maladie, en dépit du vaccin, et sans atténuation dans l’expression des symptômes.
    2°) Durée de la protection: au maximum de 10 à 15 ans, faisant ainsi courrir le risque de faire la maladie à un âge où elle pose davantage de problème, tant social, professionnel, que même médical, les maladies infantiles étant plus mal tolérées à l’âge adulte.
    La stratégie vaccinale mise en place contre la Rougeole est un échec complet, puisqu’on assiste actuellement à un retour de la maladie, touchant des sujets plus âgés, avec un risque de complications accru par rapport à la période antérieure à la vaccination. Ainsi aux USA, où l’on vaccine contre la rougeole depuis 1963, et avec des taux d’enfants vaccinés de 97%, on observe une résurgence de cette maladie, avec jusqu’à 70% de sujets vaccinés, parmi les cas de Rougeole, et des complications beaucoup plus fréquentes.
    “JAMA”, 1995,274,312-316.
    3°) Le vaccin ROR est constitué de virus vivants atténués. En conséquence, selon la qualité de cette atténuation, les virus peuvent être trop atténués, et dans ce cas le vaccin ne confère aucune protection, ou pas assez atténués, et le vaccin provoque la maladie que l’on voulait éviter : on voit ainsi fréquemment des rougeoles, des oreillons, et même des rubéoles post-vaccinales.
    4°) Effets secondaires
    – les plus fréquents, la fièvre, les éruptions cutanées, mais également, les troubles digestifs (gastroentérites).
    – très fréquemment une chute importante de l’immunité, entrainant des épisodes rhinopharyngés et/ou otites à répétition, ou des infections respiratoires, plus rarement cutanées.
    – Convulsions hyperthermiques (relativement fréquentes).
    – Réactions allergiques, notamment urticaire (1).
    – Réactions articulaires (2)
    – Purpura thrombopénique: destruction des plaquettes sanguines entrainant des hémorragies généralisées (4 cas personnels vus ces dernières années).
    – Méningite, Méningo-encéphalite (3).
    (1)”Concours Médical”: vol. 115, n°18, 1993, p. 1510.
    (2) “Concours Médical”: vol. 114, n°40, 1992, p.3767.
    (3) “British Medical Journal”: vol. 299, n°6700, 1989, p.660.
    5°) Mutation et recombinaison des génômes viraux :
    Les expériences (*) sur les souris, ont montré que l’introduction simultanée dans l’organisme de plusieurs virus vivants, bénins individuellement, pouvaient entraîner des pathologies gravissimes, par recombinaison du matériel génétique entre chacun des virus, entrainant la création d’un nouveau virus, au pouvoir pathogène plus important.
    *”SCIENCE, 7/11/86,234: 746-748. JAVIER R.T., SEDARATIF., STEVENS J.G.,
    “Two avirulent herpes simplex viruses generate lethal recombinants in vivo”
    6°) Contaminations à partir du milieu du culture:
    Les virus ont besoin de tissus vivants pour se reproduire; on utilise pour la fabrication du ROR, des embryons de poulet. Or même un embryon, ne peut être déclaré indemne de contaminations notamment virales. Il existe en particulier des virus dits défectifs, inclus dans le patrimoine génétique de l’individu, et qui se transmettent ainsi de génération en génération, attendant les conditions favorables pour s’exprimer.
    Ainsi le vaccin antipolyomyélitique, cultivé sur reins de singes de 1955 à 1963, s’est révélé en 1960, être contaminé par de nombreux virus du singe, dont le trop célèbre SV40. Celui-ci, testé sur des rongeurs, et des poulets, s’est révélé cancérigène. Apres avoir nié son rôle pathogène chez l’homme, afin d’éviter le scandale, on découvre aujourd’hui que le SV 40 injecté par les vaccinations jusqu’en 1962, est retrouvé dans 25% des tumeurs cérébrales de l’homme (60% des tumeurs de l’épendyme de l’enfant), dans les ostéosarcomes et dans 30% à 60 % des mésothéliomes. Qu’en sera t-il pour le ROR, contaminé par le virus de la Leucose Aviaire?
    “Science” du 7/2/97.
    “Le Quotidien du Médecin”, n°5998 du 3/2197.
    7°) Augmentation des maladies allergiques: Il est reconnu que certaines maladies infantiles, peuvent dans certains cas, faire disparaître une pathologie allergique chronique préexistante (asthme, eczéma, … ). Ainsi, une épidémie de rougeole en Guinée-Bissau, s’est accompagnée d’une chute de 50% du taux de tests cutanés positifs. D’autres travaux mentionnent la disparition d’eczéma à la faveur d’une infection virale ou bactérienne. Les prévalences d’atopie beaucoup plus faibles dans les pays de l’est, pourtant plus pollués, seraient reliés à la fréquence plus importante des maladies infectieuses. A l’autre bout de ce raisonnement, une équipe japonaise vient de montrer une corrélation entre le déclin des maladies infectieuses, et l’accroissement de la prévalence de l’asthme.
    “Le Quotidien du médecin”, n°5982, du 10/l/97, et n°6158, du 4/11/97.
    “Science”, T. Shirakawa et coll., vol.275, 3/l/97. “Lancet”, Shaheen et coll, 1996.
    8°) Augmentation des maladies auto-immunes: Une étude britannique met en cause le vaccin anti-rougeoleux dans la fréquence des maladies de Crohn et Recto-colites hémorragiques: de 2,5 à 3 fois plus de cas chez les vaccinés, [sur un groupe de 3545 personnes, contre 22 000 sujets témoins], avec présence du virus vaccinal de la Rougeole dans les prélèvements intestinaux biopsiques.
    “The Lancet”, 1995-1071-4
    “Le Monde”: 6/5/95.
    “La Revue du Praticien”: Tome 35, n°8, 1995, p.410.
    9°) L’argument vaccinaliste pour se vacciner contre la Rougeole, est de prévenir l’apparition d’une complication redoutable, l’encéphalite.
    Outre le caractère exceptionnel de cette complication, il convient de préciser que cette complication survient en dépit de la vaccination, comme en témoigne un article paru dans la Revue Médicale de Tours, concernant 2 cas d’encéphalite, survenus chez deux enfants vaccinés contre la Rougeole.
    “Revue Médicale de Tours” -1995- T.29. – N9/10.
    10°) Evolution du messgge publicitaire des laboratoires:
    a) Initialement, lors de son lancement, la vaccination contre la rougeole, avait pour but d’éviter les conséquences financières, sous forme d’arrêts de travail des mères au chevet de leurs petits, de cette maladie connue de tous pour sa bénignité habituelle.
    b) Devant l’échec de cette stratégie publicitaire, on préféra agiter le spectre de l’encéphalite, le message de la peur étant en définitive, toujours plus rentable!
    c) Après avoir tenu les propos publicitaires: “Une injection suffit pour la vie”, il fallut devant le constat flagrant de l’échec de la stratégie vaccinale de ces dernières décennies, revoir le message publicitaire: “ROR, le second souffle”, “ROR une deuxième injection vaccinale entre Il et 13 ans”, “ROR le renforcement de la couverture vaccinale”.
    d) Depuis septembre 97, on propose d’anticiper cette deuxième injection dès 4 ou 6 ans!
    (Qu’en sera t’il demain? Devons nous accepter la fuite en avant que nous proposent “les experts”, commandités par les laboratoires, et vacciner la population tous les dix ans, jusqu’au troisième âge, CONTRE DES MALADIES INFANTILES!
    Effets secondaires du vaccin B.C.G
    Le BCG est un vaccin vivant dont l’atténuation a été obtenue de façon empirique, et qui, inoculé à l’homme et proliférant dans l’organisme hors du contrôle des manipulations standardisées du laboratoire, entraîne une Tuberculose dont la gravité va dépendre à la fois du degré réel d’atténuation du bacille vaccine mais également de la résistance de l’hôte à l’infection, variable en fonction du terrain et des facteurs environnementaux. Selon la combinaison de tous ces facteurs, on aura, par ordre de gravité:
    1°) Une tuberculose cutanée atténuée: -presque constante, lorsque le vaccin a “pris”, évoluant durant 6 à 9 mois. Fébricule le soir possible, ainsi qu’une baisse de la vitalité et des défenses immunitaires générales. Certains individus robustes peuvent traverser cette période sans encombre. Mais de nombreux enfants, surtout si vaccination précoce, déclenchent ou aggravent des prédispositions pathologiques avec:
    2°) Une moindre résistance aux infections: la complication la plus fréquente.
    -en particulier rhinopharyngites, otites, bronchites et laryngites à répétition.
    3°) L’altération de l’état général: – est possible sur des terrains prédisposés, ou lors de la répétition du BCG.
    a) Répercussions sur la croissance de l’enfant: 4 cas personnels.
    -la stagnation pondérale n’est pas rare, et parfois prolongée durant plusieurs mois; très rarement elle s’accompagne d’un ralentissement statural.
    b) Fatigue chronique: 1 cas caractéristique.
    -parfois perçue notamment chez radulte revacciné, et prolongée.
    4°) Les manifestations de l’atopie
    a) L’eczéma: très nombreux cas manifestes.
    Reconnue responsable de poussées d’eczéma, et pour cela contre-indication officielle lors des poussées, le BCG est aussi générateur d’un terrain allergique, qui sera aggravé de génération en génération, ainsi qu’à chaque revaccination.
    b) L’asthme: 1 cas indiscutable, et de nombreux probables.
    Non reconnu officiellement comme effet indésirable, les observations cliniques montrent pourtant clairement le rôle révélateur ou aggravant du BCG dans la maladie asthmatique.
    5°) Les manifestations arthritiques et dermatologiques: peu manifestes, car
    -d’apparition retardée par rapport à la vaccination: les rhumatismes et l’acné.
    6°) La Bécégite ou adénite tuberculeuse au BCG: nombreux cas personnels.
    -fréquente, en particulier lors des revaccinations, il s’agit d’une suppuration qui persiste au site de l’injection, pendant 6 à 8 mois, laissant une cicatrice inestbétique.
    7°) Les Ostéites et spondylodiscites induites par le BCG: 2 cas personnels.
    -complications rares, mais classiques, car décrites dans la littérature médicale.
    8°) La méningite tuberculeuseinduite par leBCG: -Deux cas de méningite tuberculeuse induite par le BCG après revaccination, chez deux enfants français qui étaient jusque là en bonne santé. Lancet, 1988 (27/2); p. 440-441.
    9°) BCGite généralisée: infection disséminée mortelle (1/100 000 enfant), liée:
    -soit à un déficit immunitaire congénital caractérisé par un défaut en interféron gamma,
    -soit un déficit immunitaire acquis, comme le SIDA.
    Références Bibliographiques:
    1) Freeksen F. “Munschener Medicinische Wochenschrift”
    Entretien avec les Drs Coudreau et Pariente. Concours Médical: 20 Avril 1974. Article faisant suite à la décision de l’Allemagne de retirer le BCG de son arsenal de la lutte contre la Tuberculose.
    2) Dr Kalmar et Me Evnard, Le procès des vaccinations obligatoires, 1960.
    3) Taillens J* Revue médicale de la Suisse romande, 23 Octobre 1920.
    *Professeur de clinique infantile à l’université de Lausanne.
    4) Myers J.A. *, Journal of the Am. Med Assoc., 18 août 1951.
    *Docteur en médecine, une des sommités mondiales de la lutte contre la Tuberculose.
    5) Ferru Marcel *, La faillite du BCG, 1977. Retrace l’historique du BCG, ainsi que les différentes théories, opposées entre elles, qui ont permis, avec les manoeuvres publicitaires et les pressions sur les opposants, d’imposer le BCG en France.
    *Professeur honoraire de clinique médicale infantile.(166 références bibliographiques sont indiquées dans cet ouvrage).
    6) Pr Calmette, La vaccination préventive contre la Tuberculose par le BCG, p.216-218. L’auteur estimait qu’il n’était pas indiqué d’avoir recours aux cuti-réactions, surtout répétées à bref intervalle. “Elles ne sont pas inoffensives (plusieurs observations d’hémoptysies ou de poussées évolutives de tuberculose, consécutives à des cuti-réactions, sont à notre connaissance)..”.
    7) Pr Gentilini Marc , Médecine tropicale, 4ème partie, chp. 2, p. 291 et 300. Concerne les moyens de lutte et de prophylaxie anti-tuberculeuse.
    8) Chicou F., Prétet S., La Tuberculose en 1987 (2) , Impact le Praticien, dossier n°169 du 21/11/87. Ce dossier comporte une étude épidémiologique montrant la complexité des facteurs d’étude, et un chapitre sur le BCG.
    9) Tournier G. *, Réactions cutanées à la tuberculine et BCG, La Revue du Praticien n°8, du 11/3/90, p.725 à 729.
    *Professeur dans le Service de pédiatrie et pneumologie de l’enfant, Hôpital Trousseau, Paris.
    10) Sors Ch.*, La vaccination par le BCG ne devrait plus être obligatoire en France, Le Généraliste, 1986, n°849 Citation
    11) Sors Ch.*, La Tuberculose pulmonaire commune, La Revue du Praticien n°3, du 2/2/89, p. 244 à 248.
    *Professeur à la Clinique de physiopathologie respiratoire, Hôpital de la Pitié- Salpétrière, à Paris.
    12) Anthoine D. *, Le BCG, La Revue du Praticien n°25, du 1/11/89, p.2260 à 2262.
    *Professeur à l’Hôpital Villemin, à Nancy.
    13) Chailleux Edmond*, Tuberculose pulmonaire et primo-infection tuberculeuse, La Revue du Praticien n°l, du 1/l/91, p.89 à 94.
    *Professeur dans le service de pneumologie de l’Hôpital Laënnec, à Nantes.
    14) Durieux P., Epidémiologie de la Tuberculose, La Revue du Praticien, n°8 du 11/3/90, p. 703 à 705.
    15) Vuillermet Pierre, Pédiatre, “Alors , vous y croyez encore au BCG ?”, Médecine et Enfance, sept 1997, p.341 à 343.
    16) Randomised controlled trial of single BCG, repeated BCG, or combined BCG and killed Mycobacterium leprae vaccine for prevention of leprosy and tuberculosis in Malawi. Groupe d’étude préventive de Karonga. Lancet, 6 juillet 1996, p. 17 à 24.
    17) Repercussions of Karonga prevention trial for tuberculosis control. Hans L. Rieder. Lancet, 6/7/96, p.4.
    18) Résumé de ces deux sources dans le n°8 de la revue Prévenir: “Le BCG est-il efficace contre la tuberculose?”
    19) Hervieux Laurent, “Tuberculinisme et vaccin BCG”, Médecines Nouvelles n°88, 1 er trimestre 1998, p. 103 à 111. NB: 15 références bibliographiques indiquées dans et article.
    20) Shirakawa T. et collaborateurs, Science n° 275, 1997, p. 77 à 79, repris dans Médecine thérapeutique, vol. 3, n°2, février 1997, p. 171 “IDR positive à la tuberculine et manifestations atopiques”
    21) Dieu S “La Tuberculose est de retour” Médecine et Enfance oct 1994 p.481-484.
    22) Rapport du groupe scientifique ICMR/OMS, numéro 651 – Genève 1980.
    23) Guérin Nicole*, “Vaccination par le BCG; état des lieux “Votre information à la carte p.5 et 6.
    *Médecin au Centre International de l’Enfance, Paris.
    “Les malades étaient pour un tiers d’origine étrangère alors que la proportion d’enfants vaccinés par le BCG est identique dans les populations française et étrangère de l’Hexagone.”
    24) “L’efficacité du BCG” La revue Prescrire, déc 1996, tome 16 n°l 68, p. 877.
    25) Colditz GA, et al, “The efficacy of bacillus Calmette-Guérin vaccination of newborns and infants in the prévention of tuberculosis: meta-analysis of the published literature” Pediatrics 1995, 96 (1): 29-35.
    26) Colditz GA, et al, “Efficacy of bacillus Calmette-Guérin vaccine in the prévention of tuberculosis: meta-analysis of the published literature” JAMA 1994; 271 (9): 698-702.
    27) Impact Médecin Hebdo n°293 du 1/10/1995, signale un petit extrait du Relevé Epidémiologique Hebdomadaire 1995; 32: 229-23 1, qui mentionne:
    “De nombreux essais cliniques jettent un doute sur l’efficacité du BCG. L’OMS rapelle qu’un dépistage et un traitement rapide restent les mesures prioritaires pour la lutte anti-tuberculeuse. Le BCG doit être administré le plus précocément possible avant l’âge de 1 an. Il faut mettre fin aux revaccinations fondées sur une réaction cutanée négative à la tuberculine. Aucun résultat scientifique ne confirmant l’utilité des revaccinations, celles-ci ne sont jamais indiquées.”
    28) Costil*, article dans le journal médical Profil, du 13/7/89.
    *Professeur de l’hôpital Trousseau à Paris.
    29) Deux cas de méningite tuberculeuse induite par le BCG après revaccination. Lancet, 1988 (27/2); p.440-441.
    Effets secondaires recensés de la vaccination contre l’Hépatite B
    -En italique, référencés dans la notice du Vidal 1996.
    -En écriture droite, selon expérience personnelle, ou relevés dans différents articles et témoignages de patients ou de médecins, ainsi que par l’association REVAHB (nombre de cas).
    I) Effets secondaires neurologiques:
    L’un des mécanismes probable: l’antigène vaccinal comporte une analogie de structure avec la myéline recouvrant les nerfs; chez certains sujets prédisposés, il y a production d’anticorps antimyéline, déterminant des atteintes neurologiques, extrêmement variées et multiples, de gravité variable:
    – Neuropathies périphériques, polyradiculonévrites, maladie de Guillain-Barré, paralysie faciale, névrite optique, atteintes démyélinisantes du système nerveux central, sclérose en plaques , survenant dans les semaines suivant la vaccination.
    -également: vertiges, troubles de l’équilibre, malaises à type de spasmophilie ou crise de tétanie, céphalées, paresthésies, parésies, troubles de la sensibilité,
    -Troubles de la vision, et de la vue (non compris les névrites optiques) (8 cas),
    -Encéphalite, encéphalopathie, leuco-encéphalite aigüe, méningite, syndrome méningé.
    II) Effets secondaires digestifs:
    -Intolérance alimentaire concernant les aliments ou boissons concernés par le bon fonctionnement hépatique: corps gras, chocolat, oeufs, alcools, …
    -nausées, vomissements, diarrhées, douleurs abdominales,
    -hépatite, anomalie ou augmentation transitoire des enzymes hépatiques*, troubles hépatiques divers (12 cas).
    III) Effets secondaires allergiques (de type I, II, III, ou IV) ou auto-immun:
    Mécanisme probable: stimulation (excessive) du système immunitaire aboutissant à la production anarchique d’anticorps et/ou à la fabrication de complexes immuns, dont les effets seront variables selon la spécificité de ces anticorps:
    -Asthme: résurgence, ou apparition; symptômes évocateurs de bronchospasme*,
    -Eczéma, urticaire, éruptions diverses, prurit,
    -Arthralgies, myalgies, troubles rhumatologiques (capsulites, discopathies) (6),
    -Réactions anaphylactiques, oedème de Quincke, érythème polymorphe,
    -Arthrite, réaction à type de maladie sérique, vascularite, aplasie médullaire (14).
    -Thrombopénie, Purpura thrombopénique (3 cas), Dermatomyosite (1), Thyroïdite de Hashimoto (1), Pelvispondylite, Polyarthrite Rhumatoïde, Diabète insulino-dépendant (6), Lupus érythémateux disséminé (11), Aplasie médullaire (14), Périartérite noueuse (3), Myasthénie (3), Recto-colite hémorragique, Myosite, Rhabdomyolyse, Sarcoïdose, Cirrhose.
    IV) Effets secondaires généraux:
    -Fatigue chronique: effet le plus fréquent +++
    -Fièvre, courbatures, Lymphadénopathie, Herpes récidivant,
    -Malaises, perte de connaissance, syncope, hypotension,
    -Syndrome dépressif, souvent associé, et consécutif à la fatigue chronique, et/ou à la chronicité et à la gravité des atteintes pathologiques.
    V) Effets secondaires locaux:
    -douleurs, érythèmes.
    *apprécier la nuance dans le choix des termes!!!
    Bibliographie médicale concernant les effets secondaires
    Vaccin hépatite B:
    -Vaccin Engerix B et vaccin Genhevac B, Dictionnaire Vidal, édition 1996: 1678-1679. -Commission nationale de pharmacovigilance. Extrait du procès verbal de la réunion du 15 décembre 1994 “Examen des effets indésirables neurologiques des vaccins contre l’hépatite B” 2 pages. Résultats de l’enquête peu précis, et non publiés.
    -Le Guide des Vaccinations du ministère de la santé, édition 1995.
    -La Revue Prescrire, décembre 1996, Tome 16, N°168, P.826 à 828, et 858 à 859.
    -West DJ “Clinical experience with hepatitis B vaccines” Am J Infect Control 1989, 17 (3): 172-180. [lors des études de doses, sur 147 enfants vaccinés en trois injections, on a observé 1 cas de douleur au point d’injection, 7 cas de fièvre, et 32 cas d’autres réactions systémiques (symptômes pseudo-grippaux, fatigue, céphalées, diarrhée, anorexie).
    -Interview du Pr Lyon-Caen, Le Monde, 5/12/96.
    -Pr Alexandre JM, Recommandations du directeur de l’évaluation à l’agence du médicament, concernant la recherche des ATCD de SEP. 2 Novembre 1995.
    -Ganry O et coll. “Paralysie faciale périphérique faisant suite à une vaccination contre l’hépatite B” thérapie 1992;47: 433-447.
    -Deisenhammer F et al. “Acute cerebellar ataxia after immunisation with recombinant hepatitis B vaccine” Acta Neurol Scand 1994; 89: 462-463.
    -Berger JR et al. “Guillain-Barré syndrome complicating acute hepatitis B. A case with detailed electrophysiological and immunological studies” Arch Neurol 1981; 38: 366-368.
    -Tuohy PG “Guillain-Barré syndrome following immunisation with synthetic hepatitis B vaccine” N Zeal Med J 1989; 102: 114-115.
    -autre article dans New Zealand Medical Journal, 24 mai 1996
    -Trevisani F et al. “Transverse myelitis following hepatitis B vaccination” J Hepatol 1993; 19: 317-318.
    -Le Goff P. et coll. “Périartérite Noueuse après vaccination contre l’hépatite B” Presse Médicale 8 octobre 1988.
    -Mahassin F et coll. “Myélite aigüe après vaccination contre l’hépatite B” Presse Méd 1993; 22 (40): 1997-1998.
    -Nadler JP “Multiple sclerosis and hepatitis B vaccination” Clin InfDis 1993; 17: 928-929.
    -Fried M et al “Uveitis after hepatitis B vaccination” Lancet 1987;p.631.
    -Noel I et al “Hypersensitivity to thiomersal in hepatitis B vaccine” Lancet 1991;338: 705.
    -Herroelen L et al. “Central nervous System demyelinisation after immunisation with recombinant hepatitis B vaccine” Lancet 1991;338: 1174-1175.
    -Brezin AP et al “Visual loss and eosinophilia after recombinant hepatitis B vaccine” Lancet 1993; 342: 563. [article également rapporté dans le Concours Médical du 14/3/1992.]
    -Kaplanski G et al. “Central nervous system demyelinisation after vaccination against hepatitis B an HLA haplotype” J Neurol Neurosurg Psychiatr 1995; 58: 758-759.
    -Shaw FE et al. “Post marketing surveillance for neurologic adverse events reported after hepatitis B vaccination” Am J Epidemiol 1988; 127 (2): 337-352.
    -Goudeau Alain Pr. “Vaccination contre l’hépatite B: Comment choisir entre les différents vaccins?” VaccinAction: Expertise. 1997.
    -Hachulla E et al “Reactive artheritis after hepatitis B vaccination” Journal of Rheumatology 1990; 17 (9): 1250.
    -“Hepatitis B vaccines; reported reactions” Who Drug Information, 1990; 4 (9 ): 129.
    -Rogerson SJ et al “Hepatitis B vaccines associated with erythema nodosum and polyarthritis” BMJ 1990; vol.301: 345. -Cockwell P. et al “Vasculitis related to hepatitis B vaccine” BMJ 1990-, vol.301: 1281. -Brooks AP “Symptomatic reaction to hepatitis B vaccine with abnormal liver function values” BMJ 1985; vol.290:1476.
    -Di Giusto CA et al “Erythema nodosum provocated by hepatitis B vaccine” New Eng J Med 1989; 321: 1198.
    -Wands JR et al “Identification and transmission of hepatitis B virus related variants” Proc Natl Sci 1986; 83: 6608.
    -International Vaccination Newsletter, mars 1995.
    -Mc Mahon BJ, Helminiak C et al “Frequency of adverse reactions to hepatitis B vaccine in 43618 persons” Am J of Med 1992; 92: 254-256. [Concours Médical 1992; 114 (24): 2092.
    -Feldshon, Sampliner “Reaction to hepatitis B virus vaccine” Ann Intern. Med.

    1. Bien que j’apprécie considérablement les références que vous nous communiquez, il est préférable sur un blog de faire de messages plus courts.
      Vous pouvez transmettre en plusieurs fois en attendant les réactions de autres.

    2. C’est surement indéniable.
      Mais c’est une liste à le Prévert-de-trouille comme les fait Prescrire .
      On décrit des décès et horreurs avec toutes sortes de médicaments pourtant acceptables comme utiles:
      paracétamol, anticoagulants, antibiotiques pour certaines affections bactériennes…
      Ce qui manque à cette liste c’est l’incidence des effets secondaires (ES) .
      Prescrire non plus ne donne jamais l’incidence des ES , ils donnent la liste terrifiante des effets secondaires “aplasies médullaires, décès, choc anaphylactique, hépattes sévères, insuffisante rénale syndromes cutanés horribles etc.” Mais si c’est 1/ 10000 ce n’est pas pareil que 1/100.
      A condition il est vrai qu’il y ait une utilité, sinon le premier effet secondaire est coupable, forcément coupable. Question de rapport bénéfices / risques.

  5. Bonjour,
    Je me suis toujours intéressée aux vaccinations, j’ai lu pas mal de choses au fil des années, et en tant que “grand public” je me dis que les vaccins c’est comme Dieu : on y croit ou on n’y croit pas. Donc dans un pays “libre” on ne devrait pas avoir de vaccins obligatoires.
    ça aurait évité à ma fille d’aller faire faire son vaccin anti hépatiteB avec la peur au ventre. Elle a attendu aussi longtemps que possible , jusqu’au jour où sa chef lui a dit: “maintenant , c’est le vaccin ou la porte”.
    Je n’ai jamais connu quelqu’un qui ait connu quelqu’un ayant eu l’hépatite B. Mais je connais dans mon village un homme de 45 ans en fauteuil roulant depuis près de 15 ans suite à ce vaccin (obligatoire pour son travail).
    Ma fille avait prévenu la pédiatre pour son “petit dernier” qu’elle n’accepterait que les vaccins obligatoires. A chaque fois elle avait des reproches à propos du vaccin ROR. A la fin elle a tenté de la culpabiliser en lui disant: “si votre enfant n’attrape pas ces maladies ce sera grâce à ses petits camarades vaccinés”. Elle a rejoint pour son fils le généraliste du village voisin .
    Ce “fameux grand débat” aurait pu être , pour nous, grand public, l’occasion d’avoir un mail , téléphone, courrier pour faire part des problèmes , petits ou moins petits, qui nous ont valu des : “meu non! c’est une coïncidence”. Il y aurait certainement de quoi étudier.Les cas les plus dramatiques sont connus mais d’autres importants tout de même sont restés dans le silence.
    Je reçois ce jour un mail de l’assurance-maladie me disant, en lettres géantes: “pour éviter l’hospitalisation: pensez à la vaccination!” ( c’est un beau raccourci: grippe donc hospitalisation!) c’est encore temps, jusqu’au 29 février.
    Mais on a déjà quelque chose le 29 février!

  6. Qui a dit, en parlant du pentavalent;
    « Il est demandé aux laboratoires pharmaceutiques concernés qu’ils garantissent des stocks et identifient différentes sources d’approvisionnement de matières premières. Je les rencontrerai à la fin du mois pour qu’ils me remettent des mesures précises », a-t-elle indiqué lors d’une conférence de presse, en soulignant qu’en cas de manquement, « des sanctions pourront être prononcées »
    Quand même pas la dame qui avait annoncé que “les vaccins, ça ne se discute pas”, et qui n’a pas été remaniée la semaine dernière?
    Si.
    Plus intéressant, la carte européenne des obligations vaccinales. En clair en Espagne, en Allemagne et ailleurs, qui et de quoi doit-on obligatoirement se vacciner?
    Obligatoirement personne, contre rien.
    Ça ne dit pas que là-bas on ne se vaccine pas, ça dit au moins que la liberté de se faire vacciner et de vacciner ses enfants existe et que l’état sanitaire de nos voisins n’est sûrement pas plus catastrophique que le notre.
    Aimable digression qui néanmoins ne nous avance pas plus sur la pertinence vaccinale, je dois dire que depuis quelques jours, j’ai comme des doutes.
    (Le seul enfant non vacciné de mon cabinet, MT n’ invente rien, je ne le vois que quand sa mère me tend les autres de la fratrie, toujours malades, lui, jamais. Merde alors! )
    Arrive la morbi-mortalité de la rougeole en France, chiffre du même site;
    «Du 1er janvier 2008 au 31 juillet 2015, près de 24.000 cas de rougeole ont été déclarés en France, dont près de 15.000 cas notifiés pour la seule année 2011», indique l’Institut de veille sanitaire (InVS). De plus, l’InVS remarque que «près de 1 500 cas ont présenté une pneumopathie grave, 34 une complication neurologique (31 encéphalites, une myélite, deux Guillain-Barré) et 10 sont décédés».
    Et là, le débat devient crucial. Des accidents du Priorix, période 2008-15, combien, de quel type? Ou sont les vrais chiffres? Et pour quel coût Sécu???
    Les vaccins, ça pue. Mais on ne peut pas être partout et tout le temps, je rejoins la mort dans l’âme les intervenants de ce blog qui souhaitent que nous intervenions de manière ciblée (au début) sur des thèmes que nous maîtrisons bien, au risque de faire de nous des contestataires systématiques et partant, suspects donc inaudibles.
    J’ai bien plus appris en 8j de ce blog sur la vaccinologie qu’en 20 ans de carrière.
    Mais reste à savoir quels bœufs on a envie de mettre devant la charrue pour les premiers traits…
    http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/01/12/24483-marisol-touraine-lance-debat-public-sur-lobligation-vaccinale

    1. Peut-être peut-on aussi débattre en toute sérénité en nous donnant le temps de la réflexion et de l’étude ?
      Ne pas être systématiquement pour ou contre le vaccin de manière générale dans un premier temps ?
      Mais au moins exiger la liberté vaccinale ?

      1. Exiger la liberté vaccinale est la seule et unique chose sur laquelle il faut militer !
        Ce n’est pas une question de médecine, c’est une question de défense de la liberté.
        La problème est que je vois gros comme un camion l’existence d’une “minorité dangereuse” de gens demandant de lever l’obligation vaccinale comme un prétexte pour la renforcer au contraire … au risque de “voir réapparaître des maladies” !
        Je ne crois pas que les pays dans lesquels n’existent aucune obligation vaccinale ne soient la source d’inspiration de “cette nouvelle politique vaccinale”, en particulier si ces politiques vaccinales résultent d’un “statu-quo périmé”. L’époque est à la suppression des libertés … et concernant la vaccination, la loi SB277 a été voté en Californie.
        Notre politique vaccinale décrétée en fin d’année 2016 sera-t-elle avant-gardiste au pays de Pasteur (avec un renforcement des obligations) ou allons-nous suivre les autres pays ?
        La levée de l’obligation vaccinale ne peut être possible que si celle-ci pose un réel problème politique et humaniste aux élites …

    2. Comme toi , ami Paul-et-les-autres ( je me contrôle mieux , hein ? ) , cette file me fait douter sur les vaccins , mais finit par me “gaver grave ” .
      Qui trop embrasse mal étreint …..pas encore née que l’assos voudrait guérir tous les maux du monde ?
      Et les experts qui balacent des posts longs comme un jour sans vin ….
      Je vais faire l’impasse sur la suite – Affaire suivante svp !

      1. C’est vrai que certains doc sont trop longs.
        Personne ne vous oblige à les lire intégralement.
        Personne ne vous oblige à vous “passionner” pour la question des vaccins ; mais mettez-vous à la place de quelqu’un qui a un bébé à la maison et qui se fait “seriner” par un gentil docteur qu’il faut dès 2 mois (parce que la maman veut reprendre le travail donc nécessité de crèche ou autre forme de socialisation ; prière de fournir le certificat du docteur, bla bla) poly-vacciner ce pôvre bébé ; vous voyez l’ambiance ?
        On cherche donc à savoir si c’est vraiment bon ou vraiment pas bon ! Et nous on aide, si possible !
        Personnellement (mais je suis un psychorigide obsessionnel et compulsif, je vérifie et filtre tout…), j’y trouve des “perles” ; de quoi écrire un livre…
        La question des vaccins est, à mon avis (mais je ne suis pas le seul ; 800,000 signatures pour la pétition de Joyeux) quelque chose qui ressemble à un désastre sanitaire où le mal “banal” (selon Hannah Arendt) se déploie dans toute son effroyable grandeur… Et on peut se demander si l’affaire des microcéphalies du Zika n’en est pas l’illustration ; on pourrait demander à des experts de la dissimulation (management de Volkswagen par exemple) ce qu’ils en pensent…

        1. Eh oui et ici c’est la meningite b avec la photo d’une gamine de 2 ans decedee a l’appui…alors que quand on lit les articles de presse meme pas tres scrupuleuse, on apprend que les cas de meningite B ont recule de toute facon; et egalement que quand les enfants meurent, pas rarement c’est a cause des delais de diagnostic.
          les parents s’empressent de demander de l’aide, mais en vain.ca n’est pas monte en epingle, et on se sert des parents en deuil pour une petition de pression…Un demi million de signatures.
          Une des respnsables nhs a bien mis un bemol en disant que ce vaccin etait cher et que le benefice de vacciner tous les enfants et adolescents reste a prouver, c’est noye dans l’indignation populaire.

      2. Et voilà, à peine sorti de ta tanière et clac sur le museau ! On t’attend toujours affreux plantigrade, parce que j’ai deux mots de bordeaux à te dire.
        Veuillez avoir l’obligeance de m’excuser pour cette digression sans intérêt dans un débat difficile, mais que je suis du mieux que je peux (et en silence ! ).
        Merci

        1. Tu sais que les ours ne sont pas admis dans les trains ( J.O. du 7 mars 1877 ) , et que pour conduire avec les griffes , c’est pas simple …..
          Amical tchin tchin !

  7. Il faut bien que vous voyiez aussi quelques données venant du côté lumineux de la Force. Ou obscur,
    on verra à la fin. Ou pas.
    L’amélioration des conditions d’hygiène explique pourquoi les maladies ont commencé à décroire avant les vaccins entend on dire souvent.
    Cet olibrius ou est-ce un hurluberlu, s’offusque que l’hygiène n’apparaissent pas au même moment pour les diverses maladies (prétendûment) prévenues par les vaccins.
    Il faut soit le croire soit aller fouiller dans les références qu’il cite.
    Et le livre rose des CDC (affriolant hein ? )
    http://www.cdc.gov/vaccines/pubs/pinkbook/index.html
    “Better sanitation cannot explain why infectious diseases plummeted at different times, but vaccines can.
    As a last-ditch case, anti-vaccine activists claim that the decline in infectious diseases such as measles incidence was merely due to better sanitation. This can easily be disproved by noticing that if it was just a matter of better sanitation, the decline in incidence of vaccine-preventable diseases should occur at the same time and not be associated to the corresponding vaccine. This is not the case.
    Browsing through the different chapters of the CDC Pink Book, it can easily be seen that measles dropped in the mid-60s, diphtheria in the late 40s, tetanus in the early 40s, polio in the mid-50s, pertussis in the 40s, Hib in the late 1980s and so on.
    Voir là :
    Reported Cases and Deaths from Vaccine Preventable Diseases, United States, 1950-2013 Adobe PDF file [6 pages]
    http://www.cdc.gov/vaccines/pubs/pinkbook/downloads/appendices/E/reported-cases.pdf
    Impact of Vaccines in the 20th and 21st Centuries Adobe PDF file [1 page]
    http://www.cdc.gov/vaccines/pubs/pinkbook/downloads/appendices/E/impact.pdf
    Vaccine Coverage Levels, United States, 1962-2012 Adobe PDF file [1 page]
    http://www.cdc.gov/vaccines/pubs/pinkbook/downloads/appendices/E/coverage-levels.pdf

    1. Merci infiniment pour tous ces documents extrêmement intéressants.
      Je reste éperdument interrogatif face à : 1) tous ces chiffres ; 2) qui ne prouvent rien du tout…
      La peste a disparu sans vaccin, à ma connaissance, non ?
      Et la tuberculose ?
      J’espère que personne ne va prétendre que …
      Bon, on a du boulot !

      1. Bonjour Docteur,
        Je crois me souvenir que l’épidémie de peste de 1348 en France était stoppée seulement ici et là avec les mesures suivantes: mise en quarantaine, incinération des cadavres, hygiène.
        C’est dans un ouvrage de Duby. Je ne sais plus lequel.
        Amitiés

        1. Ici un article de Duby : http://www.lexpress.fr/informations/la-peste-vengeance-divine_607165.html
          D’après lui les populations européennes ont fini par développer des défenses contre cette maladie endémique au 14è siècle. Point de vaccin dans l’histoire!
          Je cite:
          “Pendant un demi-siècle, la peste est restée à l’état endémique, avec des retours tous les quatre ou cinq ans jusque vers 1400, quand les organismes humains ont finalement développé des anticorps leur permettant de résister”

          1. Peut-être…
            Mais Duby, certes un grand historien, et le système immunitaire … que moi-même (bien qu’ayant travaillé – et publié – près de 10 ans sur la transplantation de coeur) ai du mal [ça fait mal de lire tout ça en vaccinologie, impertinence, arrogance, inculture…] à comprendre… Bon, je m’énerve …

  8. bonjour
    très heureuse de tomber sur ce blog, j’y suis venue via mes recherches personnelles sur les recommandations de certains chercheurs anglo-saxons en matière de diététique dite low-carb high-fat qui m’a menée vers les statines et donc ici !
    En matière de vaccins, j’ai lu plusieurs bouquins (celui de Michel Georget étant le plus complet et le plus récent) suite à la remise en cause très forte de mon médecin de famille face au vaccin anti-hépatite B, alors que ma famille était plutôt admirative de l’oeuvre de Pasteur…donc pas de méfiance particulière à la base. Etant une “vieille” maman puisque mes enfants sont adultes (le dernier a 17 ans) un petit partage d’expérience : quand mes deuxième et troisième enfants avaient l’âge, je n’ai donc procédé qu’aux vaccins obligatoires (hormis le BCG acheté, mais non administré par un médecin complice, on a collé la vignette dans le carnet, comme le médecin de mes parents avait fait dans les années 70). Hors il y a eu dans les années 2000 une opportune rupture de stock de vaccin DTP, le SEUL obligatoire, le BCG ayant été rendu non obligatoire à cette époque ; j’ai donc demandé à mon pharmacien un certificat prouvant que j’avais demandé ce vaccin mais qu’il n’avait pas été en mesure de me le fournir, et donc que je n’avais pu le faire administrer à mes enfants…à noter que mon petit dernier a contracté la rougeole après un essai de halte garderie…le médecin du 15 qui l’a examiné était ravi de voir de ses yeux une rougeole, avec la luette en framboise “comme dans les livres” ; d’après lui mon fils avait du l’attraper auprès d’un gamin fraîchement vacciné et porteur sain… Mes enfants sont en excellente santé, c’est un tout qui va avec un mode d’alimentation sain et de la prévention (ostéopathie et homéopathie en particulier) ; nous cherchons plus à entretenir un terrain sain qu’à guérir a postériori.
    Autre expérience, mes parents âgés aujourd’hui de 78 et 79 ans ne font pas le vaccin anti-grippal ; en revanche ils prennent un traitement homéopathique préventif chaque hiver, se nourrissent modérément en particulier de soupes fraîches et en cas d’épidémie…ils restent chez eux !

    1. Intrigué par votre message (et ce fameux “LCHF” d’ailleurs guère prisé par MdL), je tente un petit hors-sujet, mais tellement passionnant que je pense que ça vaut le coup. Me suis branché sur ce site :
      http://www.vinch.be/blog/2014/07/17/la-bonne-facon-de-manger-ou-comment-jai-enfin-compris-mon-corps/
      Et voilà ce que ça dit :
      • Cela fait plus de 30 ans que nous nous trompons à propos de la bonne façon de manger.
      • Manger de bonnes graisses est excellent pour la santé mais manger trop sucré nous rend gras.
      • Le sucre est plus addictif que la pire des drogues dures.
      • Faire de l’exercice ne fait pas perdre de poids.
      • Le cholestérol ne provoque pas de maladies cardiaques et le sel probablement pas non plus.
      Plutôt intelligent tout ça, non ?

      1. Bien noter que les féculents font partie des sucres : pâtes, pain, patates et tout le tremblement,…

        1. Non.
          Désormais, entre nutritionnistes expérimentés (hum !), le sucre (sugar in English) est le saccharose, lui-même assimilé au “sucre ajouté” : dans le café, les sodas etc…
          Persistent toutefois, ici et là, toutes sortes d’usages : sucres rapides et sucres lents, par exemple… Pourquoi pas ?
          Aussi la notion de “féculents” est un peu “dépassée” ; mais bon, pourquoi pas ?

          1. L’amidon (alpha 1-4 glucane) est un glucide. La cellulose (beta 1-4 glucane) fait-elle partie des glucides ? La laitue est alimentaire; pourquoi le coton ne l’est-il pas ? Les vaches ou les chèvres ont souvent envie de brouter nos vêtements en coton n’est-ce pas ? Peut-être que leur flore digestive digère le coton (Cellulose à 98%) ? Nouveau recyclage en vue…

      2. Intelligent ?
        Hum !
        Ça me ferait plaisir que vous laissiez tomber ce genre de truc ; d’un extrême à l’autre ; pas de science…
        Bon, c’est vous qui voyez…

        1. Non justement, ne suis pas compétent
          sais que vous n’appréciez pas le “low carbon” mais sais pas pourquoi
          c’était une bouteille à la mer, le pb étant; la prise de poids !

          1. Pour limiter la prise de poids, trop de ceci ou pas assez de cela ne sont pas des solutions !
            C’est le modèle global qui est important ; Okinawa ou méditerranéen ou autre chose ; mais si vous voulez vous appuyer sur un peu de science…

  9. Bonjour,
    Je n’étais pas venue m’exprimer sur le forum depuis un moment et je suis très heureuse que le sujet de la vaccination soit à nouveau abordé.
    Je suis médecin (anesthésiste) et jeune maman.
    J’ai lu le livre de Michel Georget pendant ma grossesse, quel coup de massue! Je n’ai pas été vérifié les sources, j’avoue lui faire confiance (pas très scientifique tout ça!…)
    Ma vision de la santé ayant totalement changé depuis quelques années, il est évident que mon bébé n’a pas été vacciné; il a été allaité à la demande jusqu’à ce qu’il se sevre de lui-même. Il n’a jamais pris un seul médicament, a une alimentation que je juge “optimale”.
    Il va bientôt avoir 2 ans et il a une immunité remarquable: aucune otite, aucune gastro, 4-5 rhumes banaux depuis la naissance et c’est tout.
    Tous ses petits copains sont vaccinés et tombent malades sans arrêt, sans oublier les allergies et l’asthme…
    Un cas n’est pas une généralité bien sûr et tout ça est multifactoriel mais l’immunité naturelle est la base de tout.
    Je connais plusieurs personnes ayant fait les frais semble t’il de la vaccination.
    Un jeune couple de scientifiques que j’ai rencontré à Grenoble lors d’une conférence de MDL sur le cholestérol m’ont raconté leur histoire: petit garçon en pleine forme, vaccination avec l’hexavalent à l’âge de 8-9 mois, régression quasi immédiate du développement psycho-moteur, troubles de l’alimentation et du sommeil, pleurs incessants, disparition du sourire… Et personne pour les aider et reconnaitre la potentielle imputabilité du vaccin… Ils ont lu depuis le livre de Michel Georget…
    Un autre couple a perdu son bébé d’une mort subite juste après une vaccination avec l’hexavalent à l’âge de 8 mois. le lien n’a pas été établi…
    Le fils d’un couple d’amis (20 ans) a fait un Guillain Barré suite à la vaccination contre la grippe (tétraplégie, rea, ventilation mécanique, séquelles mineures à type de troubles de l’érection (SIC! à 20 ans, c’est un détail…)°
    Je suis très inquiète de la tournure que prennent les choses: la vaccination obligatoire est un crime. Mon bébé ne sera pas vacciné mais je ne sais pas encore comment je vais procéder (l’intérêt d’être médecin c’est de pouvoir éventuellement contourner le système mais ça ne m’enchante pas vraiment)
    Comment font les jeunes parents qui ne veulent pas faire vacciner leurs enfants avec l’hexavalent?
    Un site très intéressant: http://questionvaccins.canalblog.com/ (tenu par Bernard Guennebaud)
    Bernard Guennebaud semble avoir une vraie démarche scientifique (plutôt qu’idéologique), il a fait la démonstration mathématique de l’échec de la vaccination contre la variole:
    http://initiativecitoyenne.be/article-variole-le-mythe-de-la-vaccination-eradicatrice-s-informer-avant-que-cela-ne-recommence-120061508.html
    Une question pour MDL: j’ai encore reçu cette nuit en garde une jeune femme qui a fait un AVC hémorragique sur rupture d’anévrisme, elle était sous statines. Les statines seraient un facteur de risque d’AVC hémorragique même quand la cause est une malformation vasculaire?

    1. Merci de votre confiance en me posant cette question à propos des malformations vasculaires.
      Il est impossible de répondre à cette question, de façon raisonnable.
      Nous savons au moins que des altérations du métabolisme lipidique peuvent fragiliser la paroi artérielle ; et les statines (de même que les hypocholestérolémies) provoquent des micro-saignements (ou microbleeds) ; c’est bien documenté !
      Dans certaines (pas toutes) études “commerciales” (prudence et scepticisme…), le groupe recevant les statines a eu plus d’AVC hémorragiques…
      Un anévrysme artériel est une portion d’artère fragile qui se “déforme” sous l’effet de la pression intra-luminale et parfois se rompt. Sur la base de ce qui précède, nous pouvons conclure ensemble que … Mais c’est un peu théorique, faute de données solides chez les humains. En aura t-on jamais ?

    2. Les enfants non vaccinés
      sont en meilleure santé
      Maintenant, c’est prouvé officiellement : vacciner nuit à la santé. Les parents responsables s’informent et ne laissent pas vacciner leurs enfants! Pour s’en convaincre,
      voici l’enquête d’Angelika KÖGEL en collaboration avec l’Institut Koch et présentée
      lors d’une émission de Alpenparlament TV, en Allemagne, le 26 octobre 2011 [ Texte
      en allemand sur http://www.efi-online.de – Traduction de Michel FLOCH ].
      https://www.fichier-pdf.fr/2012/07/27/angelika-kogel-kiggs-study/angelika-kogel-kiggs-study.pdf

      1. Merci, j’avais déjà vu cette étude d’Angelika KÖGEL, très intéressante effectivement.
        Le problème c’est que ce n’est pas “prouvé officiellement” justement.
        Vous en êtes persuadé et moi aussi mais tant que la vérité sur les vaccins ne sera pas admise officiellement pas la communauté scientifique et tant que la loi n’aura pas évolué, les gens resteront dans la peur de ne pas vacciner leurs enfants (ou eux-mêmes). Et la peur d’être marginalisé a aussi une place importante. Les gens veulent être comme tout le monde au risque d’être montré du doigt.
        Vous dites que les parents responsables s’informent et ne laissent pas vacciner leurs enfants. La problématique est bien plus complexe que ça malheureusement et il faut savoir que la vaccination contre DTP est obligatoire. Et lors de l’entrée à la crèche ou à l’école, il est demandé une preuve officielle que l’enfant a bien été vacciné. Le comble étant que le DTP n’est plus disponible et qu’on n’a plus actuellement que l’hexavalent à notre disposition. On est dans un vide juridique et la pression est très grande pour les parents. Le refus de faire vacciner ses enfants est légament une faute!
        Je connais plusieurs parents ayant fait vacciner leurs enfants malgré eux parce qu’ils n’avaient pas le choix et qu’on leur avait mis la pression en jouant sur la culpabilité et l’obligation légale.
        Refuser c’est entrer en guerre, s’exposer à l’exclusion, c’est dur…
        Enfin, mon enfant ne sera pas vacciné, c’est une certitude ni par le trivalent, ni par l’hexavalent. Mais je vais être obligée de mentir pour contourner le système et ça me met d’avance mal à l’aise. Je ne veux pas entrer en guerre avec un système obtus, j’ai autre chose à faire.
        J’ai réalisé après avoir vu l’émission sur les pesicides de cash investigation que les gens avaient besoin de ça: que le problème soit reconnu par les grands médias, par la masse. On sait depuis des plombes que les pesticides sont toxiques, tout le monde s’en fout plus ou moins. Cash Investigation diffuse sur france 2 à une heure de grande écoute une émission sur la dangerosité des pesticides (et c’est très bien!) et le lendemain, tout le monde en parle et admet cette idée car elle est reconnue par la collectivité.
        Peut-être que MDL devrait contacter Cash Investigation pour faire une émission sur la dangerosité des vaccins et des statines???

        1. Pour les statines, c’est déjà fait mais ce fut un “plat” froid comme on dit…
          Le sujet était noyé dans une émission fourre-tout avec des attaque contre la gestion hospitalière…
          Vous pouvez le retrouver via Internet.

        2. L’intérêt de la vaccination ne pourra JAMAIS, par définition, être prouvé “officiellement”.
          Pourquoi ?
          Parce que l’on parle d’un bénéfice qui concerne des maladies que tout esprit intellectuellement honnête ne peut que considérer comme “insignifiant”. Les cas de diphtérie (pas un cas en 30 ans en France !), tétanos, polio … etc sont tellement faible en proportion si on les compare à l’infarctus, l’AVC, le Cancer, l’accident de la route, l’accident domestique, le suicide, l’homicide, la chaudière à gaz mal entretenu qui pète ou la chute dans l’escalier … etc que ces maladies n’ont aucune raison de nous “préoccuper”.
          Par ailleurs, la fréquence de ces maladies est tellement faible qu’aucune étude clinique mené sérieusement ne peut mettre en évidence un quelconque bénéfice de la vaccination, probablement même pas pour la grippe. On utilise donc pour démontrer la “protection” apportée par le vaccin des critères indirects comme la réponse immunitaire.
          Je crois que c’est pour Ebola que j’avais lu une étude clinique qui comparaît simplement un groupe qui avait reçu le vaccin au jour J avec un groupe qui l’avait reçu au jour J-21 … et on avait évidemment trouvé moins de “suspicion” de Ebola dans le groupe qui avait eu le vaccin au jour J.
          Au moins, il y a des études cliniques qui ont été faite sur les statines parce que l’infarctus et l’AVC sont des événements qui surviennent fréquemment. Si l’on teste un vaccin, la différence entre 2 groupes dans une étude clinique est tellement faible qu’il ne faut pas faire l’étude clinique … pour la simple raison que 100% des études cliniques réalisées sur des vaccins monteraient systématiquement que les vaccins sont inutiles !!! On ne peut pas manipuler l’étude clinique au point de faire apparaître un nombre de cas supérieur à celui de la population en générale !!!
          Donc il n’y a aucune preuve sérieuse possible du bénéfice de la vaccination … si bien que la seule manière de vendre des vaccins est l’obligation vaccinale ou la propagande, qui a pour particularité unique (et très intéressante pour les stratèges des laboratoires !) de pouvoir promouvoir ces produits SANS AUCUNE CORRELATION avec la fréquence des maladies à “prévenir”. Voilà pourquoi on ne risque pas de finir d’entendre parler de la vaccination … Quand la réussite du développement de médicaments “curatifs” devient aléatoire, alors on mise sur le préventif … vaccination, dépistage divers etc, tout simplement parce que bénéfice ou pas, personne ne verra la différence dans la mesure où le bénéfice est impossible à mesurer !
          Quand on critique les statines, on critique les études cliniques des statines… mais que peut critiquer si l’on veut montrer que les vaccins sont inutiles ? je ne vois pas autre chose que la méthodologie de l’évaluation de leur utilité. La vaccination est efficace en 2015 parce qu’une accumulation de prérequis “évident” et reconnu par tous depuis 130 ans interdit de discuter scientifiquement de ce sujet ! C’est probablement parce que les “”preuves” de la vaccination corrompent profondément les esprits les plus scientifiques que seul des personnes défendant des théories médicales “à la marge” (homéopathes…) sont prêtent à remettre en cause la vaccination. Même Philippe Even se refuse à critiquer les anciennes vaccinations ! Henri Joyeux défendait dans sa pétition non pas la suppression des obligations vaccinales, mais le “retour” du DTP trivalent répondant aux obligations vaccinales !
          L'”éradication des maladies” par les vaccins est aussi claire que la relation que l’on pourrait établir entre le nombre de naissance constatée en Alsace et le nombre de cigogne ayant nichée dans la région !!! Avancer la vidéo de Lazarus à 3’00 si vous voulez vraiment comprendre mon exemple …
          https://www.youtube.com/watch?v=RqELr0BVxCE
          La menace la plus immédiate est l’extension des obligations vaccinales …

          1. @MDL : La menace la plus immédiate est l’extension des obligations vaccinales ?
            Oui.
            1 – Parce que Sandrine Hurel avait pour mission de “faire évoluer le principe de l’obligation vaccinale et lever les obstacles financiers à la vaccination, sur la base de l’avis du Haut Conseil de la Santé Publique, publié en septembre 2014.”
            C’est ce qui est expliqué ici : http://social-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/le-gouvernement-confie-une-mission-a-sandrine-hurel-sur-la-politique-vaccinale
            “Le HCSP considère notamment que :
            le maintien ou non de l’obligation vaccinale en population générale relève d’un choix sociétal méritant un débat que les autorités doivent d’organiser ;
            si ce principe est maintenu, la liste des vaccins obligatoires doit être révisée et faire l’objet d’un avis du HCSP ;
            les autorités compétentes devraient définir un statut juridique pour toutes les vaccinations inscrites au calendrier vaccinal ;
            toute modification du régime des obligations devra s’accompagner d’une forte communication des autorités de santé mettant en exergue l’intérêt à vacciner et les risques de la non‑vaccination.”
            Par ailleurs, l’avis du HCSP de septembre 2014 est celui-ci : http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=455
            Chaque mot employé a son importance … si l’obligation vaccinale n’est pas levée, elle va être révisée. Quelle peuvent être les conséquences de cette révision ? Un abaissement de la tolérance des pouvoirs publiques vis-à-vis de ceux qui ne font pas tous les vaccins. Finalement, c’est dans le même ordre d’idée que lorsque les sociétés savantes abaissent les normes à partir duquel on considère qu’il faut traiter le diabète, cholestérol ou hypertension … avant la diphtérie, le tétanos et la polio était grave et la vaccination était obligatoire. Ensuite, ce fut oreillons, rougeoles et rubéoles. Puis ensuite la grippe, la varicelle. Certains ont même travaillé sur des vaccins contre le rhume : http://www.cochrane.org/fr/CD002190/les-vaccins-pour-la-prevention-du-rhume-chez-les-personnes-en-bonne-sante
            On déclare des maladies peu grave à l’origine, on les déclare grave et on rend la vaccination obligatoire pour ces maladies peu grave … tout en “rassurant la population” pour qu’elle adhère et ne se rende pas compte ce qu’on est en train de lui supprimer une liberté fondamentale.
            Vas-t-on abroger la loi Kouchner du 4 mars 2002 ? L’obligation vaccinale prime-t-elle sur la loi suivante :
            « Aucun acte médical, ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement
            libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment. »
            2 – Par ailleurs dans une rare interview accordée avant la publication de son rapport le 12 janvier 2016, voici ce que disait Sandrine Hurel :
            “Ne faudrait-il pas rendre obligatoire l’ensemble des vaccins ?
            Je pense que personne ne peut sérieusement défendre ce point de vue. Tous les vaccins ne jouissent pas du même degré de pertinence et d’efficacité. Il existe un grand nombre de vaccins dont l’utilité n’est que ponctuelle. Pensez par exemple aux vaccins contre les maladies exotiques, qui ne sont justifiées qu’en cas de certains voyages. Si l’on réduit le prisme aux vaccins bénéficiant d’une recommandation dans le calendrier vaccinal (beaucoup moins nombreux, dont l’efficacité est pleinement avérée et le bénéfice- risque très largement positif), alors la question peut légitimement être posée. Cela correspond à un point de vue qui se défend, avec ses avantages et ses contraintes. Mais une telle décision ne peut pas être prise par une seule personne, fut-elle députée. Elle doit résulter d’un débat public éclairé et d’une qualité irréprochable.”
            Source : http://www.pharmasite.fr/actualites/rencontre-avec-sandrine-hurel-la-vaccination-en-officine-n-est-pas-encore-mure-pour-la-france.html
            3 – Le conseil constitutionnel dit ceci sur les obligations vaccinales le 20 mars 2014 : http://www.lemonde.fr/sante/article/2015/03/20/la-vaccination-des-enfants-doit-rester-obligatoire-affirme-le-conseil-constitutionnel_4597705_1651302.html
            4 – Parce que le déroulé de cette “concertation publique” est le suivant : http://social-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/marisol-touraine-engage-un-plan-d-action-pour-la-renovation-de-la-politique
            Chaque mot utilisé est important :
            “Faut-il maintenir une différence entre les vaccins obligatoires, d’une part, et les vaccins recommandés, d’autre part ? Quelle perception du bénéfice/risque individuel ? Quelle acceptation du risque lié à la vaccination ou à la non-vaccination ?”
            => Que veut-elle dire quand elle pose la question FAUT-IL MAINTENIR UNE DIFFERENCE ENTRE VACCINATION OBLIGATOIRE ET RECOMMANDES ? Pourquoi la question est-elle posée de cette manière plutôt que “FAUT-IL GARDER LE PRINCIPE DE L’OBLIGATION VACCINALE ?” Cette suppression est évoquée dans l’avis du HCSP, mais pas dans le document qui indique comment va se dérouler le débat … parce que ça permet de faire passer l’idée que la révision de l’obligation vaccinale ne vient pas du HCSP, mais bien de ce gouvernement élu démocratiquement !
            A aucun moment, il n’est question de savoir quels vaccins sont utiles, ni même de savoir si la vaccination fonctionne réellement … Il est simplement question de DEFINIR UNE METHODE POUR QUE LES FRANCAIS ADHERENT à ce qu’on leur prépare.
            Donc oui, c’est très clair pour moi, la menace est l’extension des vaccinations obligatoires … Je ne peux pas être plus clair.

          2. Une partie de mon commentaire est peu claire :
            DTP sont les seuls obligatoires à l’origine. Mais on peut abaisser notre “seuil de tolérance” vis-à-vis de ceux qui ne vaccinent pas en déclarant à l’avenir que oreillons, rubéole, rougeole, varicelle, grippe etc sont finalement des maladies graves, et que ces maladies doivent être considérée (vu que finalement elles sont graves !) comme à vaccination obligatoire !

  10. Mon propos n’était de minimiser la question sur les vaccins, mais de mettre en avant que tant du point de vue de la population victime que de l’expertise scientifique ça se présente différemment.
    Certes, les médecins sont confrontés aux deux. Certains patients aussi; mais pas tous. Par exemple, en ce qui me concerne les questions de vaccinations sont derrière moi et ne se représenterons que dans quelques années. Une fois les injections faites, elles sont faites. les statines c’est chaque jour. Et les patients peuvent changer d’avis , revenir en arrière.
    Si la stratégie est de s’en prendre à la tête : les recommandations nationales, alors il y a une petite similitude; Si c’est de s’adresser aux victimes, ce n’est pas la même stratégie et le mélange des genre peut être contre productif à court terme, surtout au pays de Pasteur

  11. Les arguments pour la vaccination c’est quoi ?
    1 – “les vaccins ont éradiqués les maladies”
    2 – “Si l’on cesse de vacciner, les maladies vont revenir”
    3 – “La vaccination est solidaire en apportant une protection collective”
    4 – “les antivaccins sont des groupuscules isolés victimes d’une théorie du complot” (sous-entendu, ils croient forcément aux ovnis, à la médecine naturelle et alternative, sont sectaires etc… donc il ne faut même pas les écouter).
    Et on répète ces slogans en boucle … sur tous les sites internet santé … en espérant que les auditeurs ou lecteurs arrêtent de penser et se sentent révoltés par tous ces antivaccins qui disent n’importe quoi.
    Sinon, on nous répète aussi qu’il y a actuellement de la “défiance envers la vaccination”. Ok, par rapport à quelle époque ? Il y avait beaucoup moins de vaccins à faire il y a 40 ou 50 ans. Donc quelle est la base de comparaison pour affirmer qu’il y a “de plus en plus de défiance envers LA vaccination” (le terme LA permet de généraliser, en appuyant sur le fait que dès que l’on parle de vaccin, si on est un gentil citoyen, il faut obligatoirement être favorable à TOUTES les vaccinations).
    La concertation publique ne concerne pas la question “les vaccinations sont-elles utiles ou pas ? Lesquels ? Et quels sont les éléments prouvant qu’une vaccination est utile” etc.
    La concertation publique concerne l’évolution de la politique vaccinale (notamment la révision de la liste des obligations vaccinales avec création d’un statut juridique pour chaque vaccination). La concertation considère comme parfaitement admis que LA vaccination est nécessaire… et comme “il y a de plus en plus de défiance envers la vaccination”, quelle pourrait-être la relation argumentative qui déboucherait sur une suppression des obligations vaccinales ? Je ne vois pas … cette piste n’a aucune raison d’être sérieusement envisagée tant que l’on nous répétera en boucle que “il y a de la défiance envers la vaccination”.
    Cette concertation publique ne pourrait-elle pas avoir pour but de prendre les antivaccins dans un piège qui les rendrait responsable plus tard d’une généralisation de LA vaccination pour les enfants et les adultes au nom d’une “menace de retour des maladies” ?!?
    Terrifiant …

  12. Je suis l ‘ heureux grand père de 5 petits enfants dont l’ ainé a 5 ans et le plus jeune 2 ans. J’ ai été frappé par le fait que tous ont passé plusieurs années avec des affections principalement respiratoires,bronchites, le tout à répétition. On me disait que c’ était le problème avec les enfants qui vont à la garderie. Sauf que pendant les vacances d’ été cela continuait. Alors on me disait que c’était la piscine.Quand aucune de ces deux explications n ‘est avancée on disait aux parents qu’il pouvait s’ agir d’ un problème génétique.. Etc…
    Aucun pédiatre n’ envisage que cela puisse être la conséquence de multiples vaccinations. Il peut arriver que l’ on évoque un problème immunitaire mais sans jamais faire le lien avec les vaccins. En somme cela serait congénital. Les parents, auxquels on dit que les vaccins font un mal considérable sans pour autant apporter un bénéfice appréciable, ne croient pas ce qu ‘ on leur explique. La réponse est toujours la même. Si c’était le cas il y a longtemps que l’on ne vaccinerait plus.
    On se retrouve devant le même cas que pour le cholestérol ou l’ hypertension. Les médecins savent ce qui est bon pour nous.Ils ont fait de longues et difficiles études. Et en plus tous les médecins sont d’ accord sur ces questions et ils sont là pour nous soigner, pas pour nous rendre malades . Voilà ce que l ‘ on entend. Il est dommage que beaucoup de gens commencent à se poser des questions quand leur santé se déglingue. Mais il est hélas quelquefois et même souvent trop tard.

  13. Bonsoir docteur. Je signale que les texte “d’initiative citoyenne . be” reproduite ci-dessus, on n’arrive pas à obtenir les texte d’origine indiqué par les auteurs, quel que soit le lien proposé, les pages sont blanches…
    Problème de Droits d’auteur peut-être ?

  14. Le débat est ancien et rien n’a changé
    Il ne faut pas croire que les faits ,les arguments et la raison vont l’emporter!
    Satan est puissant
    Vaccins: ce que des médecins en disaient déjà en 1875
    Les fanatiques des vaccins ont pour habitude de rappeler dans un discours pour le moins contradictoire que le corps médical soutient unanimement la vaccination mais que, d’autre part, les critiques sur la vaccination existent depuis le début de cette pratique. Selon ce qu’ils se contentent de dire, ces critiques étaient essentiellement d’ordre religieux ou philosophique.
    Dans un document rare d’époque publié en 1875 par le médecin Dr J Emery-Coderre, de l’Université de Montréal, on peut découvrir avec surprise que les raisons de la controverse médicale sont exactement les mêmes qu’aujourd’hui et qu’elles ne sont absolument pas d’ordre religieux ou philosophique:
    – déni systématique du moindre effet secondaire, assimilé à une “coïncidence” ou “une exception” et très vite attribué à tout autre chose.
    – sur-estimation de l’efficacité des vaccins, sans cesse présentés comme “infaillibles”.
    – conflits d’intérêts des médecins qui vaccinent.
    – collusion entre l’Etat et les vaccinateurs (de nos jours c’est surtout entre l’Etat et les firmes) et entre l’Etat et la presse.
    – effets tout à fait contre-productifs de l’obligation vaccinale qui favorisait les flambées épidémiques par rapport aux zones non ou moins vaccinées.
    – manque de rigueur scientifique des travaux de Jenner
    – démonstration, sur base des données épidémiologiques officielles(!), de l’inefficacité criante de la vaccination
    – fuite du débat de la part des officiels qui attaquaient ad hominem les contestataires par incapacité de répondre SUR LE FOND.
    etc etc
    C’est assez surprenant de découvrir cela parce qu’il n’existait à l’époque qu’un seul vaccin, celui contre la variole alors qu’il en existe à présent plusieurs dizaines.
    A l’époque, la liberté de ton des médecins était beaucoup plus grande et cela se sent par les mots nettement plus tranchants qu’ils osaient utiliser comparativement à aujourd’hui.
    Il y avait plus de 100 000 personnes dans ce qu’ils appelaient “la Ligue des Anti-Vaccinateurs” en Angleterre à cette époque avec quantité de médecins, de notables etc… comment alors a-t-on pu en arriver au stade de harcèlement, pressions et tyrannie vaccinales d’aujourd’hui?
    Les raisons en sont déjà données dans cet ouvrage du Dr Coderre avec, en raison N°1: le manque d’indépendance et la partialité des médias qui avaient déjà pour triste habitude de marginaliser et de villipender les médecins contestataires. Ce faisant, il n’est guère difficile d’imaginer comment l’opinion a pu être “ajustée” en un peu plus d’un siècle de matraquage médiatique et de déséquilibre informationnel constant entre les deux points de vue.
    Car, il faut le souligner: à l’époque, le public osait se battre vigoureusement pour empêcher les obligations vaccinales et il y arrivait. En Angleterre, l’obligation a fini par être levée grâce à la légitime contestation populaire. Certaines personnes préféraient déjà aller en prison, payer des amendes et se faire confisquer leurs biens plutôt que de devoir subir la vaccination pour eux et leurs enfants.
    Et il faut croire que ces gens étaient très inspirés et avaient BIEN RAISON quand on lit les aveux des officiels sur le vaccin anti-variolique actuel (dit de deuxième génération) qui est déjà considéré comme “dangereux” alors qu’il est censé l’être beaucoup moins que celui dit “de la première génération” qui ne “répond plus aux standards actuels” mais qui est sans doute celui (ou proche de celui) que ces gens étaient forcés de recevoir sous la menace de sanctions.
    Voici quelques extraits, encore particulièrement d’actualité (Dr J. Emery-Coderre):
    “Je puis affirmer que mes recherches qui datent de plus de 20 ans, n’ont été faites que dans le but de connaître les résultats de la vaccination, et toujours j’ai pu me convaincre de l’inefficacité de cette pratique, et de l’erreur dans laquelle sont tombés les médecins qui en sont partisans. Cette erreur s’est perpétuée et se perpétue encore, malheureusement, malgré les efforts de ceux qui ne cessent de se récrier à la vue des maux qu’elle cause.”
    ” Je n’en finirais plus si je voulais rapporter tous les mauvais cas de vaccination qui sont à ma connaissance.”
    “La plupart des médecins ont préféré, plutôt que d’étudier la vaccination, la pratiquer sans s’occuper de ses résultats ni tenir compte de l’opposition des anti-vaccinateurs. Pour beaucoup de vaccinateurs, la vaccination est une question de lucre; en Angleterre surtout, les officiers de santé font de £1200 à £1500 stg. et même plus, par année.”
    “Les arguments de Jenner en faveur de sa théorie sont réellement futiles. Encore aujourd’hui, selon les fidèles disciples du maître, lorsque la vaccine (= vaccin anti-variolique de l’époque) ne préserve point ou que des accidents surviennent après l’inoculation du vaccin, c’est dû à ce que les gens n’ont pas été bien vaccinés…[…] et Jenner n’avait d’autre raisonnement que le persiflage à l’adresse de ceux qui ne partageaient pas ses vues. Selon lui, il n’y avait que des ignorants qui pussent s’opposer à sa découverte, comme aujourd’hui ceux qui s’opposent à la vaccination devraient être envoyés dans les maisons de santé.”
    “D’après Sir James Paget, la vaccination produit un véritable empoisonnement du sang. Mais dans quel but empoisonne-t-on ainsi le sang? Dans le but de prévenir une maladie que l’on n’aura peut-être jamais; car il ne faut pas croire que tout le monde est condamné à avoir la variole; et il ne faut pas croire, non plus, que tous ceux qui sont vaccinés et qui sont exempts de variole, le doivent à la vaccine (= au vaccin.).”
    ” En Autriche, le Dr Josef Hermann, médecin en chef de l’hôpital des syphilitiques à Vienne, ayant été nommé pour faire le service des variolés dans l’hôpital impérial de Wiede, depuis le mois d’août 1858 jusqu’à la fin de l’année 1864, a donné le résultat des observations qu’il a faites pendant cette période de temps; et il en est venu à la conclusion que la vaccination était la plus grande erreur médicale des temps modernes.”
    “Si la vaccination n’était qu’une opération inutile, sans inconvénient pour celui qui s’y soumet, vous auriez bien peu de raison de la combattre; mais les faits et l’expérience sont là pour prouver qu’elle est toujours dangereuse et souvent suivie d’accidents fâcheux.” (Dr A. Dagenais dans une lettre au Dr J. Emery-Coderre)
    Dr Terzé (de France): ” L’erreur que nous combattons aujourd’hui a déjà coûté des millions d’êtres à l’Europe. Quand donc voudra-t-on la détruire? Quand on songe aux graves conséquences des erreurs qui, comme de mauvais génies, escortent l’homme depuis le sein de sa mère jusqu’à la tombe, on est péniblement affecté de cette fatale condition.
    Les erreurs en médecine, ne s’opposent pas seulement au progrès de la science, à la pratique de l’art; elles donnent souvent naissance à la routine, qu’il faut ensuite des siècles de luttes pour détruire.”
    “Tel est le préjugé que nous cherchons à renverser aujourd’hui, en démontrant de la manière la plus évidente la triste influence que la vaccine a eue sur l’espèce humaine, dont elle a opéré la dégénérescence physique et morale.” (Science Populaire, Tome 1, pp 333 et 334.)
    “Depuis que nous avons des vaccinateurs publics, la maladie s’est accrue d’année en année; ce fait a été attesté devant le bureau de santé et personne n’osera le nier. Et pourtant, le même bureau suggère de nouveaux moyens d’augmenter la vaccination. Est-ce pour se venger de n’avoir pu jusqu’à présent faire adopter sa loi compulsoire (= loi d’obligation vaccinale)?
    J’ose espérer que, pour l’honneur de Montréal, le bureau de santé ne renouvellera pas les tentatives qu’il fit en 1875 pour nous imposer forcément la vaccination.
    Il est heureux que les citoyens aient alors ressenti aussi vivement quel crime allait commettre le Conseil de ville en passant des règlements qui, s’ils fussent devenus loi, eussent trop souvent froissé les chefs de famille dans leurs sentiments les plus chers.”
    Montreal Manif des antivaccinateurs
    Scènes en face de l’hôtel-de-ville, par les anti-vaccinateurs, dans la soirée du 28 septembre.
    Le Monde illustré, vol. 2 no 76. p. 185 (17 octobre 1885) …
    “La population de la cité, représentée par plus de 10 mille personnes qui envahissaient les alentours et les salles du Conseil-de-ville en imposaient par leur présence, manifeste sa volonté et fit comprendre aux conseillers tout le danger de la position, s’ils adoptaient ces règlements. Le sentiment d’indignation qu’éprouvait cette assemblée était tel, qu’il eût suffi d’un seul mot adressé imprudemment à la foule pour que l’Hôtel-de-Ville fût saccagé et la vie des conseillers mise en danger. Et encore que ces fameux règlements aient été abandonnés, les fenêtres de l’Hotel-de-Ville furent brisées, ainsi que les lustres de la salle des délibérations, et plusieurs personnes furent blessées.
    Cette démonstration populaire fit comprendre tout l’odieux de cette mesure et le manque de confiance qu’on avait dans l’action préservative de la vaccination. Si le Bureau de Santé et le Conseil-de-Ville ont oublié les quelques heures de malaise qu’ils ont passées lors de cette assemblée monstre, les citoyens, eux, ne les ont pas oubliées.
    Cette démonstration indiquait clairement que les citoyens ne se laisseraient jamais imposer la vaccination compulsoire (= obligatoire) sans y opposer de la résistance.”
    Le continuum de la mauvaise foi des officiels, englués dans leur idéologie, devrait nous faire prendre conscience à tous de l’urgence qu’il y a, dans l’intérêt des générations futures, à ne surtout pas continuer tête baissée dans cette voie des vaccins à tout prix. Car si l’on compare l’épidémiologie des maladies chroniques affectant les adultes et les enfants à cette époque et ce qu’il en est aujourd’hui, force est de constater que les maladies chroniques ont plus qu’explosé, sans parler des cancers et des atteintes neuro-dégénératives (certains qu’on voit déjà venir, vont invoquer d’autres facteurs pour espérer ainsi nier purement et simplement le moindre rôle néfaste des vaccinations systématiques!)
    Ceux qui prétendent que l’espérance de vie ira encore en augmentant se trompent selon nous. Il y a au contraire fort à parier que l’espérance de vie va aller en régressant, et ce d’autant plus que l’incidence des cancers ira notamment en augmentant. L’espérance de vie en bonne santé ne cesse déjà de se réduire avec, à l’heure actuelle, déjà pas moins de 80% des plus de 65 ans atteints d’au moins une maladie chronique! (selon les chiffres des Mutualités Neutres, cfr page 5/41)
    Dans quel état de santé les bébés et les jeunes d’aujourd’hui, ayant reçu l’Infanrix Hexa + Prevenar + Rotarix + Priorix+ Menjugate + Revaxis + Boostrix +Gardasil ou Cervarix, seront-ils à 30, 40 ou 50 ans? Les parents désinformés n’en ont absolument aucune idée, pas plus que le moindre expert et ces parents sont donc hélas en train de plonger malgré eux, par inconscience, leurs enfants dans une vaste expérimentation que leur descendance risque bien de regretter amèrement. Car il n’y a absolument AUCUN expert au monde en mesure de prouver scientifiquement que ces vaccinations incessantes du berceau à la tombe, ne sont pas un facteur majeur de maladies et de souffrances inutiles
    http://initiativecitoyenne.be/article-vaccins-ce-que-des-medecins-en-disaient-deja-en-1875-112425285.html

  15. Dommage que le chapitre “Horrible vérité…” soit fermé.
    Je pense qu’il devrait rester constamment ouvert jusqu’au retrait des statines.
    Je lis et relis votre livre en le confrontant à la réalité. Les témoignages affluent chez mes patients:
    1) Une patiente a 15 de tension—> prescription d’anti-HTA et dosage du cholestérol qui…n’est pas “normal”—>statine (CRESTOR) je la vois 3 ans après: apparition d’un diabète ! Premier cas dans sa famille…Bien sur aucune déclaration à l’ANMS.
    2) Sur les 10 cas récents d’arythmie par fibrillation auriculaire 7 prises de statines…Bien sur aucune déclaration à l’ANMS
    3) Sur 5 cas de patientes ayant un cancer du sein et ayant récidivé dans les 5 ans : 4 prises de statines…Mais qui aura l’idée de déclarer cela comme effet indésirables puisque “les statines ont fait la preuve de leur efficacité et ont à peine plus d’effets indésirables que le placebo” nous répètent à loisir les experts.
    Je note pour ce dernier exemple votre commentaire dans votre livre “depuis CARE une femme ayant eu un cancer du sein ne sera jamais recrutée dans un essai clinique…”
    Pourquoi ne pas le dire à l’ANMS ?
    Ce “détail”, que j’ignorais, devrait faire l’objet d’une mise en garde obligatoire sur les notices des statines, non?
    En attendant je recommande votre livre à TOUS mes correspondants en espérant que certains bougeront et commenceront à déclarer quelques effets indésirables.

    1. Merci de vos témoignages.
      J’espère que vous allez adhérer à notre Association et que, le jour venu, vous viendrez témoigner ; c’est-à-dire répéter exactement ce que vous venez d’écrire ici ; mais devant un JUGE.
      L’heure du Jugement (dernier ?) approche.

  16. Bonjour à vous tous, quel plaisir de vous lire, vous êtes des sources d’information et de critiques vous êtes tous passionnnantes, cela faisait un bail que je n’avais pas écrit sur sur blog , mais je voulais vous tenir au courant de mon vécu, oui je connaissais une jeune fille qui avait eu la polio après vaccination dans les années 70, devenue grabataire elle est décédée vers l’âge de 25 ans! Triste vie pour elle et tous ses proches.. Un peu plus gai, mon beau-frère prenait des statines pour ce fichu cholestérol, j’avais essayer il y a environ un an de lui conseiller de les arrêter, mais où je n’avais pas été assez convaincante où je pense avait- il peur de mourrir si il arrêtait la statine!!! Mais voilà que le 1 janvier ma belle sœur me dit qu’il est dépressif, qu’elle ne comprend pas pourquoi et surtout qu’il n’a plus envie de faire l’amour alors qu’ils étaient très “consommateurs”… Et je lui demande s’il il continue les statines, et ben oui, alors je lui dis faites l’essai de l’arrêter et vous verrez bien!! Et bien, cela a été radical!!! J’ai retrouvé un beau frère en forme en tout, un mois apres!! Ils n’en revenaient pas!! Voilà une expérience qui peut aider d’autres personnes à ne pas pendre ce poison!!
    J’ai beaucoup apprécier la notion de médecine indépendante et bienveillante, je garde ces 2 mots dans ma tête car c’est cela que j’aimerais qu’elle devienne!continuez tous à écrire sur ce blog car c’est passionnant et toujours Michel delorgeril qui a un œil sur tout et qui nous oblige à nous poser les bonnes questions. GRAND MERCI

    1. Bravo.
      Merci beaucoup ; magnifique document avec “en son sein”, le doc de Pilette sur l’aluminium comme adjuvant… Vraiment merci !
      Notre dossier vaccin commence à prendre de la consistance.
      Pour aujourd’hui, je me contente de relever une phrase pêchée au hasard : “Ce n’est pas une pratique médicale sensée que de risquer sa vie en se soumettant à une intervention probablement inefficace afin d’éviter une maladie qui ne surviendra vraisemblablement jamais”.
      A méditer un jour de pluie !

  17. Un train peut en cacher un autre.
    Un scandale sanitaire aussi. Quand on voit la quantité de travail et d’ingeniosité requise pour en démasquer un , puis le denoncer, on peut se demander : peut on s’occuper de tout ? et si possible sans friser le désespoir.
    Le lecteur peut se perdre, et perdre le fil.
    Toute cette discussion sur le vaccin, justement initiée car le vaccin bénéficie d’une aura de succes a la gloire de la medecine, pourrait nous mener bien loin de notrr point de depart. Or, il y a tant a faire… Et tant de souffrance a éviter… D’autant que l’empoisonnement Statinien et un empoisonnement au long court, pris pas des adultes en age de comprendre. Et que l’on peut comprendre et mettre fin a l’empoisonnement a tout moment, le plus tot etant le mieux.
    Evidemment, le vaccin est un sujet interessant de santé publique, mais pour ceux dans ma tranche d’age, ce mal est fait, et fait a nos enfants… Pour les statines, c’est different. Nos freres , epouses, cousins , cousines, etc. , de par leur age, en partage, sont sous la menace a tout instant. Et il nous faut les proteger
    Pas pour dire que l’enjeu est moindre, mais que la preuve et la lutte/résistance sont differents selon le scandale sanitaire.
    Pour reussir, ne pas se disperser…

    1. C’est un point de vue.
      Mais la question des statines relève aussi de la question du cholestérol, de l’athérosclérose et du système immunitaire car une des principales cellules impliquées est le monocyte-macrophage, chef d’orchestre du système immunitaire.
      Les gens veulent bien “renoncer” à leur statine ; mais à juste raison, ils veulent appréhender les explications alternatives.
      De plus, si les statines vont inéluctablement sortir du devant de la scène, c’est pour laisser la place aux anti-PCSK9 ; ce ne sera pas mieux ; et ce sont des anticorps ; donc encore quelque chose à voir avec le système immunitaire.
      Le système immunitaire est lié aux autres systèmes physiologiques ; et c’est une mauvaise idée de jouer avec ; qu’il s’agisse d’anticorps monoclonaux (anti-PCSK9) ou de vaccins…
      Vous avez compris ? Les vaccins nous apprennent sur d’autres choses ; et pas seulement sur les folies des hommes…
      Il est une règle primordiale en science : concentrer le regard central sur le travail quotidien (laborieux et indispensable) mais c’est du regard latéral que viendra l’observation critique ou la découverte ! Amen !

      1. J’ai découvert votre réponse après avoir envoyé mon commentaire. Je comprends donc mieux et je vous remercie, Dr de Lorgeril pour cet éclairage.

    2. Je vous comprends parfaitement Charles. C’est sans doute un peu égoïste, car de nombreuses personnes continuent d’être vaccinées, mais j’ai peur également que cette nouvelle bataille même si elle est justifiée nuise à la précédente. Mes études en biochimie remontent à très loin, mais la vaccination reposait sur une théorie qui me semblait judicieuse. Puisque les malades, ayant survécu à certaines maladies très contagieuses développaient une immunité durable,pourquoi ne pas injecter les antigènes à l’origine de la réponse? Est-ce que les adjuvants destinés à booster les réactions et les préparations des virus désactivés sont toxiques, voire dangereuses?Certainement. Je me souviens de malaises et d’hospitalisations nombreuses chez des jeunes filles vaccinées contre le papillomavirus dans un pays d’Amérique du Sud dont je ne me souviens plus du nom.J’attendais la suite avec intérêt, car notre fille avait 15 ans,mais je n’en ai plus jamais entendu parler.
      Dr Lorgeril, vous êtes un éminent cardiologue et chercheur dont l’importance et la validité de vos travaux est incontestable. De plus, il est facile de comprendre que le cholestérol est une molécule que l’organisme fabrique, car elle lui est indispensable. Comme la vaccination repose sur une théorie nettement moins fumeuse que le cholestérol qui bouche nos artères même chez ceux qui ont des taux très bas, le mythe risque d’être plus difficile à détruire. J’ai peur que cela ne décrédibilise notre action, car vos détracteurs saisiront toutes les opportunités. Il faudra sans doute plusieurs leviers pour déstabiliser les lobbies pharmaceutiques, mais pouvons-nous être sur tous les fronts? J’espère que je n’ai heurté personne, car croyez-moi, je comprends parfaitement la détresse et la colère face à autant de mercantilisme et d’obscurantisme.

      1. Je sais qu’on ne me demande rien mais comme je suis un acteur “participatif et bienveillant”, je dirais en effet que ça ventile, ça disperse, ça éparpille façon puzzle… bref c’est un coup des tontons flingueurs
        d’un autre côté il faut comprendre les médecins (les seuls vraiment impliqués) qui profitent de cette tribune pour se “lâcher”… depuis le temps que ça les démange. Lâchez-vous, lâchez-vous puisqu’on vous persécute autant (semble-t-il) avec cette escroquerie qu’avec les statines, mais ne serait-il pas + opportun d’ouvrir un autre site pour ça ?

        1. Ouais, ça peut servir de test…
          Mais ce blog n’est pas seulement destiné au cholestérol et aux statines ; au départ c’était pour la prévention de maladies cardiovasculaires…

        2. Merci au contraire pour votre participation et votre bienveillance. C’est effectivement vous, médecins qui êtes principalement impliqués, mais nous le sommes aussi lorsque nous encourageons les personnes que nous aimons à arrêter les statines contre l’avis des médecins et parfois de l’entourage qui considèrent que c’est tout à fait déraisonnable et même condamnable de mettre ainsi leur vie en danger. Ce serait bien qu’ils fassent aussi un tour sur votre blog (phil 443). On est très loin du consensus. J’en profite pour remercier tous les médecins qui avec humilité et intelligence s’interrogent sur leur pratique et qui refusent de se soumettre aveuglément. Ce que vous faites est admirable et nous avons besoin de vous.

    1. Merci beaucoup.
      Cette information (que ce soit un vaccin chez la femme enceinte qui soit responsable des microcéphalies et pas le virus) doit être vérifiée. URGENT !
      Vérification difficile !
      APPEL urgent à tout visiteur parlant portugais de bien vouloir nous éclairer ; il faut un minimum d’enquête sur les réseaux brésiliens pour analyser la chronologie des évènements : vaccination obligatoire réellement mise en oeuvre chez la femme enceinte et l’épidémie de microcéphalie.
      Vérifier aussi la réalité de cette épidémie de microcéphalie !
      Merci d’avance !

      1. Bonjour docteur. faisant suite au commentaire et au lien fourni par “PM” :
        http://www.thevaccinereaction.org/2016/02/tdap-vaccinations-for-all-pregnant-women-in-brazil-mandated-in-late-2014/
        que j’ai pu facilement traduire par “Google”, j’ai lu les commentaires et l’un d’eux disait que dans la notice allemande du “Bootrix”, utilisé pour la vaccination TDap des femme enceintes par le Brésil, il était mentionné que , (Traduit de la notice allemande du vaccin injectable) :
        “Note de la grossesse
        Aucune donnée humaine d’essais cliniques prospectifs pour l’utilisation du médicament pendant la grossesse est disponible. Votre médecin discutera avec vous les risques potentiels et les avantages de l’administration du médicament pendant la grossesse.
        On ne sait pas si le médicament dans le lait maternel passe. Votre médecin discutera avec vous les risques potentiels et les avantages de l’administration de la préparation pendant l’allaitement.
        Si vous êtes enceinte ou allaitez, ou si vous suspectez d’être enceinte, ou prévoyez de devenir enceinte, demandez à votre médecin ou votre pharmacien pour obtenir des conseils avant de recevoir ce médicament.”
        C’est vérifiable sur ce site :
        1. Boostrix Polio Fertigspritze – Beipackzettel …
        Traduire cette page
        http://www.apotheken-umschau.de/Medikamente/Beipackzettel/Boostrix-Polio...
        Je ne fais pas un copié collé de tous les ingrédients contenus dans vaccin : à faire dresser les cheveux sur la tête!
        Et on demande aux femmes enceintes de discuter avec le médecin ( c’est en Allemagne, une population supposée instruite..;) avec le médecin de l’innocuité du vaccin . Comme si c’était possible …
        Encore moins possible dans les régions reculées du Brésil !!!
        C’est juste une réflexion après une petite vérification.

        1. Merci beaucoup !
          Effarant !
          Et on fait “porter le chapeau” à ce malheureux zica ; bien grosse la charge pour un si “petit”…
          Saura t-on jamais ?

          1. Tout de même ?
            Un cas ?
            Preuve de causalité ? Nulle !
            Quand on analyse des plaques d’athérosclérose, on trouve souvent des traces de virus ; et beaucoup voulurent (avant la folie des statines) expliquer l’infarctus par un virus…

          2. C’est une condition requise mais non suffisnate comme d’ailleurs indiqué avec pas assez de prudence dans l’édito.
            http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMe1601862
            MAis les preuves de la responsabilité de vaccinations sont elles plus fortes ?
            Ceci dit il est important d’avoir la certitude de ce que le virus Zika est en cause sinon on risque d’avoir des risques supplémentaires à force de s’oindre d’antimoustique et de pulvériser des insecticides “de partout” .

          3. Il serait intéressant de savoir si zika traverse les frontières du Brésil sans la microcéphalie. Cela voudrait dire que zika ne la porte pas dans ses bagages 😉
            wait and see

          4. MDL :
            “Voir aussi les documents apportés par PM le 12/02 concernant le possible rôle d’une vaccination intempestive au Brésil en 2015…”
            C’est celle là que je fais allusion en disant :
            “Mais les preuves de la responsabilité de vaccinations sont elles plus fortes ? ”
            Et évidemment je n’en sais rien.

        2. Bonsoir Docteur/s : Il est quand même curieux que dans ces deux études, mentionnant le virus Zika, il n’a jamais été fait mention de microcéphalie chez la femme enceinte :
          Zika virus infection complicated by Guillain …
          Traduire cette page
          http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24626205
          et
          Eurosurveillance – View Article
          Traduire cette page
          http://www.eurosurveillance.org/ViewArticle.aspx?ArticleId=21322
          et subitement, dans un pays où on vaccine les femmes enceintes avec le TDap Bootrix, il y aurait une épidémie de cette malformation !
          j’ai survolé d’autres études sur le sujet, trop compliqué pour moi mais partout on met en doute la théorie du moustique porteur du virus Zika qui jusqu’à présent était assez inoffensif . Qui croire dans toute cette désinformation.

      2. Dans la même veine , du côté donc indéterminé de la Force ces informations machiavéiques qu’il faut bien sûr, il faut vérifier .
        A propos du vaccin DTP Coqueluche durant la grossesse.
        OU de ses composants :
        http://jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=2463256&resultClick=1
        http://jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=1930817&resultClick=1
        http://www.cdc.gov/pertussis/pregnant/mom/safety-side-effects.html
        Divers obstétriciens rappellen que les malformations comme la microcéphalie commencent au début de grossesse. Or le vaccin est administré en fin de grossesse. Ca colle pas.
        C’est aussi abordé dans cette page :
        http://www.politifact.com/global-news/statements/2016/feb/16/centre-research-globalization/canadian-website-wrongly-links-whooping-cough-vacc/

        1. Certaines de ces études sont pour le moins “légères”. Dans l’étude du JAMA 2014, seulement 30 femmes ont reçu le vaccin, pas de vrai double-aveugle, et le principal investigateur (Munoz) est quasiment une employée de Sanofi ; bon !
          Les échantillons sont beaucoup plus importants dans d’autres études certes ; mais c’est de l’observationnel et on ne mentionne pas (ou bien ça m’a échappé) de microcéphalie parmi les supposés “contrôles” ; y en a ou pas ? Ce serait mieux qu’il y en ait quelques unes parmi les contrôles ; ça crédibiliserait le tout.
          Il faudrait aussi être sûr que les brésiliennes ont bien été vaccinées au 3ème trimestre.
          Autre point important, celui des interactions. Le Brésil est le pays où les pesticides sont utilisés le plus largement et où le bio est presque totalement inconnu.
          Donc, Round-up + Vaccin + Zica = microcepahly ?

          1. Il ne me semble pas avoir cité cette étude sur 28 femmes que justeent je n’ai pas retenue.
            POur les brésiliennes en effet on ne sait pas leur date de vaccination.
            Il y a des chances qu’ils aient fait comme les autres au 3 ème trimestre, mais la encore pas de preuve.
            Apparemment il n’y a pas de cas de microcephalie.C’est rare comme malformation;
            De plus c’est assez frappant , ces cas de microcéphalie, pour , même sans preuve formelle qu’on les ait recherchées (mais ils ne visaient pas la microcéphalie) , on puisse faire grace aux auteurs de les avoir cachées.
            Alors ils ont vacciné des milliers de femmes et on n’a pas vu de microcéphalie dans le dossiers ?
            On n’est pas dans l’argument formel par définition d’accord; Rien de formel.
            Je sais que certaine industrie cache même des décès dans les résultats de certaines études (Götzsche après d’autres le montre froidement).
            Mais on manque cruellement d’argument prouvant que le vccin cause la microcéphalie.

    2. Je ne prétends pas apporte des preuves , juste des élements venant du côté lumineux de la Force , ou obscur, ou Caravaggiesque, chi lo sa ?
      Contrairement à ce que disent ces papiers il n’est pas recommmandé de ne pas vacciner par le DTPolio (DTAB) . Au contraire. Ne hurlez pas je sais que en soi ce n’est certainement pas une preuve.
      http://www.cdc.gov/vaccines/hcp/vis/vis-statements/tdap.html
      “Pregnant women should get a dose of Tdap during every pregnancy, to protect the newborn from pertussis. Infants are most at risk for severe, life-threatening complications from pertussis.”
      D’autre part des praticiens hospitaliers français, des gens préoccupés de nature du bien -être des enfants, ont créé un site reflétant leurs recherches bibliographique et se mouillent dans des conseils aux prescripteurs pour les femmes enceintes ou allaitantes. Comme il ne publies pas les détails de leurs analyses il faut certes les croire sur parole.
      Il y a une rubrique Vaccins.
      http://lecrat.fr/rubriquefr.php?id_rubrique=4
      cliquez sur polio, puis diphétrie puis coqueluche (pertussis) puis tétanos
      et le tableau résumé:
      http://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=451
      Cette vaccination semble donc même recommandée pendant la grossesse, répandue dans le monde et seul le Brésil verrait une augmentation des microcéphalies ? Bon , peut être le Brésil a t-il le meilleur programme de repérage des microcéphalies. Je pense toutefois que les pays style Europe Nord et Ouest ont des habitantes bien (ou honteuseent et imprudemment, qui sait) vaccinées qui n’ont pas besoin de se revacciner en cours de grossesse. Et donc pas d’epidemie de microcéphalie vaccinale, hypothétique pour l’instant. Why not.
      Bref il semble y avoir des incohérences à fouiller . Mais avec un oeil ouvert aux 2 hypothèses: les vaccins sont (globalement, comme le communisme) bons , les vaccins sont (globalement, comme le communisme) méchants. C’est comme le choléstérol, en sorte .

      1. J’aurais dû relire. Plein de coquilles et fautes de syntaxe. Désolé.

      2. Effectivement, il n’y a pas qu’au Brésil que certaines vaccinations sont recommandées pendant la grossesse.
        Mais en fin de grossesse, apparemment.
        Le fait-on vraiment ?
        A quelle période de la grossesse les femmes brésiliennes ont-elles été vaccinées ?
        Cela dit, je ne connais pas beaucoup (n’ai pas beaucoup entendu parler de) de médecins français qui vaccinent les femmes enceintes contre le tétanos ou la coqueluche en fin de grossesse.
        Que se passe t-il réellement aux USA et ailleurs ?
        L’absence d’épidémie de microcéphalie dans ces pays peut-elle innocenter les vaccinations massives au Brésil ?
        Mais, en fait, que sait-on de la réalisation effective du programme de vaccination au Brésil ?
        On ne sait pas grand chose finalement.
        Pas grand chose sur les vaccinations pendant la grossesse et pas grand chose sur le virus Zica….
        Mais il y a plus de 4000 microcéphalies au Brésil…

        1. Exactement . c’est xe que je voulais dire en rappelant que nos femmes en âge d’^étre enceintes sont probablement plus à jour des vaccinations que les femmes de pays plus pauvres, etc..
          Pour l’instant il faut accepter de ne pas savoir, même si c’est … inacceptable .
          D’un autre coté il semble que l’on ne trouve le Zika que dans le cerveau et le placenta pas dans les autres organes.
          Ce qui ne réalise toujours pas la preuve formelle il est vrai.
          De plus l’expérience montre que même en biologie moléculaire, même en montrant de belles extractions de DNA ou RNA de belles amplifications , on peut montrer un peu sélectivement ce que l’on veut sauf à faire des “témoins” rigoureux avec expérience en aveugle. Il y a 20 ans ça ne se faisait pas trop , en “biomol” . Maintenant je ne sais pas. Et pire encore les photos d’hybridation in situ ou immunohistologie où un cadrage bien fait permettait d’être franchement démonstratif là où l’ensemble des coupes ne montraient rien. J’ai même vu appeler lymphocytes et macrophages des choses reconnues par les anticorps “marqués” ad hoc, alors qu’à l’évidence ces “choses”‘ n’avaient pas de … noyau. Donc n’étaient pas des lymphocytes ni macrophages. Dans une revue de référence mondiale…. . Le résultat allait dans l’esprit du temps donc c’est passé , et ça a été cité et re-cité. Lamentable.
          Mais il n’y a pas que des incompétents et des tricheurs.
          Cependant ceux qui sont pointés dans
          http://retractionwatch.com/ (à lire en se serrant le nez)
          ne représentent sans doute même pas la pointe de la fraction émergente de l’iceberg de la fraude et de la mauvaise science.

          1. 1) partons du principe “a priori” qu’ils ont bien travaillé ; ça fait léger…
            2) d’après vos documents, ils ont aussi vacciné pendant la grossesse des femmes qui étaient déjà vaccinées ou qui étaient “immunisées” (pertussis) pour vérifier que la nouvelle injection n’était pas délétère…
            C’est aussi ça qui est inquiétant ; ils font un peu n’importe quoi (cf message précédent à propos d’une étude de “safety” sur n=30 dans le JAMA) ; c’est sûr que quand on passe à n=300,000 on peut avoir des surprises…
            Mais on reste sans réponse… et j’ai peur qu’on y reste longtemps…

  18. Actuellement on tire à deux mains le signal d’alarme à propos du virus Zika (sans doute dans la perspective des prochains J.O. au Brésil), virus qui serait la cause de malformations crâniennes.
    Mais Zika pourrait porter le chapeau et sont aussi mis en causes :
    -1- des herbicides/pesticides :
    http://fawkes-news.blogspot.fr/2016/02/zika-ou-comment-loms-transforme-un.html
    -2- un vaccin obligatoire au brésil :
    http://stopmensonges.com/tdap-provoque-le-retricessement-de-la-tete-le-cover-up/
    http://www.thevaccinereaction.org/2016/02/tdap-vaccinations-for-all-pregnant-women-in-brazil-mandated-in-late-2014/
    Alors Docteur, théorie du complot ou doutes légitimes ???

  19. Livre que j’aurai dans une semaine…
    Je vous avais dit que j’avais fait parvenir mon exemplaire “Prévenir l’infarctus … ” à un ami médecin généraliste et très ouvert d’esprit. Il a été extrêmement intéressé et a d’ailleurs passé commande sans préavis de “L’horrible vérité… ” bien qu’à priori, c’était plus “cholestérol, Mensonge et Propagande” qu’il aurait dû commander !
    Vous parliez d’arrêt de la pensée ? Désormais c’est officiel, il faut VRAIMENT arrêter de penser pour ne pas tomber dans la “théorie du complot : http://www.gouvernement.fr/on-te-manipule
    Si vous devenez sceptique (opposant ?) à la vaccination, ce ne sera pas les arguments que vous développez qui seront combattu par ceux qui vaccinent à tour de bras, ce sera votre réputation…
    Normalement, c’est à ceux qui DEMANDENT de vacciner de prouver que leur thèse est juste, pas aux sceptiques de prouver que les pro-vaccins ont torts… Vous expliquez à longueur de livre que ce sont les études cliniques et l’épidémiologie qui permet de tirer des conclusions sur l’utilité et l’efficacité d’une intervention nutritionnelle ou d’un traitement.
    Y a t il des études sérieuses qui prouvent l’utilité des vaccins ? Je n’en ai jamais trouvé… par contre il y a cet article ridicule de JY Nau censé prouver l’efficacité de la vaccination : http://www.slate.fr/life/80765/eradication-maladies-vaccins-infographie

    1. Merci pour cette référence intéressante.
      Mais ce n’est pas de JY Nau ! Quoique ça aurait pu l’être…
      Cela dit, les courbes du NEJM ne disent rien de ce qu’ils veulent nous faire croire…
      Je renvoie à nouveau aux ouvrages de Michel Georget !

  20. Bonjour Docteur ; texte long et intéressant, mais il manque cruellement de références sérieuses vérifiables.
    Par ex. Le Dr David Witt , il y en a plusieurs aux USA, mais pas dans la matière indiquée, le service de maladies infectieuses du KAISER PERMANANTE pas d’avantage et je ne suis pas arrivé à trouvé son nom dans l’hôpital, si quelqu’un de plus malin que moi y arrive voici le lien :
    Kaiser Permanente San Rafael Medical Center
    Traduire cette page
    https://healthy.kaiserpermanente.org/health/care/consumer/poc?uri=
    Ceci pour un essai. Les autres informations ressemblent à celles diffusées par les diverses associations de lutte contre les vaccinations.
    Par ailleurs, le Pseudo ” Dr Genglyme ” laisse penser qu’il s’agit d’un médecin : Moi pas trouvé en France, son nom apparaît une fois sur un autre site en tant que commentateur sur :
    Comment fonctionne la médecine officielle ? Quelques …
    http://www.legrandsoir.info/comment-fonctionne-la-medecine-officielle...
    comme médecin rhumatologue de 59 ans… ce qui pourrait correspondre à “Ginglyme”, charnière, articulation du genoux ou du coude. Bon, pour un rhumatologue…
    Mais vous Dr MDL, vous avez la possibilité de vérifier qui s’agisse bien d’un médecin comme Reliquet, ou Chevalier, Rehby, Barahj ou autres; Cela me/nous permettrait de considérer ses affirmations ( auxquelles j’adhère en partie) avec moins de suspicion.

    1. Nous devons TOUS nous acharner à vérifier les dires des uns et des autres ; mais pas s’ils sont médecins ou pas ; c’est un aspect secondaire.
      Nous devons nous “compléter” ; et je vous renvoie à nouveau au livres de Michel Georget sur les vaccins…

  21. Je voulais faire part de retours de témoignages concernant la coqueluche. J’ai relevé plusieurs fois des cas d’enfants devenus asthmatiques suite, soit à une coqueluche, soit à une vaccination contre la coqueluche. Des chercheurs (un peu esseulés) font un lien entre l’absence de maladies infantiles et un développement inefficace du système immunitaire, ce qui entraîne asthme, maladies auto-immunes etc… Je pense qu’on peu faire ce lien avec l’abus des antibiotiques (baisse du système immunitaire) mais aussi avec la quasi disparition des maladies infantiles couplée aux effets négatifs des vaccins.
    La vraie question maintenant: La vaccination est-elle efficace ou pas? ça doit être vérifiable et vérifié. Difficile de penser que c’est inefficace, on est tellement bien programmé. Je pense depuis longtemps que c’est un poison comme tout ce qui ne rentre pas dans mon corps par ma bouche ou mon nez. Mais je ne suis pas sûr d’avoir raison.

  22. Le concept de la vaccination pour immuniser a commencé en 1796, lorsque l’apothicaire britannique (pharmacien) Edward Jenner a inséré du pus contenant le virus cowpox sous la peau d’un enfant âgé de huit ans. Jenner a basé son expérience sur une rumeur sans fondement affirmant que ceux qui avaient connu l’orthopoxvirose bovine serait à l’abri de la variole.
    Dans les deux années qui ont suivi, Jenner a vacciné d’autres personnes avec le cowpox pour les immuniser contre la variole. Sans aucune preuve réelle de l’efficacité et de la sécurité, Jenner a suffisamment impressionné le roi George III avec sa fausse vaccination garantie qu’il a reçu l’équivalent de 500.000 $ d’aujourd’hui. Jenner était donc le premier professionnel de la santé à administrer des matières malades comme médicament à une personne en bonne santé et à recevoir une récompense financière substantielle. Il fut également le premier à dénoncer constamment les détracteurs de la vaccination avec succès. Il protégeait à la fois son ego et le Trésor public.

  23. Vaccination : La communauté médicale internationale exprime ses doutes
    Un nombre alarmant d’études scientifiques mettent actuellement en lumière les dangers des vaccins. Il ne s’agit plus de mises en garde émanant de mouvements associatifs marginaux ou à tendances sectaires. Non, c’est maintenant la communauté médicale internationale elle-même qui exprime ses doutes, voire ses inquiétudes.
    Le British Medical Journal, une revue mondialement connue et respectée pour sa rigueur scientifique, a publié le 30 janvier 2013 une étude démontrant que le vaccin contre la grippe H1N1 Pandermix avait causé des milliers de cas de narcolepsie chez les enfants, une maladie grave et incurable, sans que cette catastrophe ne soit compensée par des vies sauvées par ailleurs par ce vaccin. (1) Une association, quoique plus faible, a aussi été établie entre le vaccin contre la grippe et la maladie de Guillain-Barré (paralysie). (2)
    Le Gardasil, vaccin contre papillomavirus et le cancer cervical, est aujourd’hui au centre d’un scandale qui n’en finit pas. Selon le décompte effectué par l’association Sanevax, ce vaccin est relié à 29.003 effets adverses graves et au moins à 130 décès. (3)
    Le vaccin contre l’hépatite B, lui aussi, est fortement critiqué. Il est accusé de tuer les cellules du foie, alors qu’il est précisément supposé protéger contre une maladie du foie. (4) D’autre part, le 21 novembre 2012, le Conseil d’Etat français a reconnu que l’aluminium dans le vaccin hépatite B avait été la cause d’une terrible maladie invalidante, la myofasciite à macrophages, dont souffre depuis 1996 un employé de la ville de Paris, permettant à cette personne d’être indemnisée. (5) Des milliers de personnes, qui n’ont pas eu l’idée de porter plainte, pourraient être dans le même cas.
    Les vaccins peuvent en effet contenir diverses substances notoirement toxiques même à faibles doses comme le formaldéhyde (cancérigène), le mercure (neurotoxique), l’aluminium (neurotoxique) ou le phénoxyéthanol. Les jeunes enfants sont particulièrement vulnérables à ces substances, qui peuvent affecter de façon dramatique leurs fonctions nerveuses et immunitaires.
    Ces molécules sont employées comme adjuvants pour renforcer l’efficacité des vaccins en stimulant la réponse immunitaire. Ainsi les personnes prédisposées génétiquement peuvent voir leur immunité s’emballer et déclencher alors une maladie auto-immune, comme la fameuse myofasciite à macrophages, le syndrome de Guillain-Barré ou le syndrome des antiphospholipides, des effets secondaires rares et graves mais parfaitement connus.
    L’aluminium pourrait aussi être une cause majeure de maladie d’Al zheimer et de cancer du sein, ce qui expliquerait les proportions épidémiques que sont en train de prendre ces maladies dans les générations d’après-guerre.
    Un rapport risque/avantage douteux
    Ces effets indésirables sont toutefois présentés par les autorités médicales et la grande presse comme bénins par rapport aux « immenses avantages » qu’auraient des vaccins.
    L’opinion publique leur prête en effet le mérite de nous protéger de nombreuses maladies infectieuses et d’avoir éradiqué toutes les épidémies qui décimaient autrefois nos pays : typhus, diphtérie, coqueluche, scarlatine, tuberculose, méningite, tétanos et bien entendu les maladies infantiles, rougeole, oreillon, rubéole, etc.
    Et pourtant, en dehors du cas particulier de la poliomyélite (qui mériterait un article à elle seule), la vérité scientifique et historique m’oblige à écrire, sans hésiter, qu’il s’agit là d’une pure mythologie.
    Les maladies citées ci-dessus avaient cessé de faire des morts à grande échelle bien avant que l’on introduise les vaccins. C’est l’amélioration des conditions de vie, de l’hygiène, de l’eau potable, le recul de la malnutrition et du paupérisme qui expliquent l’effondrement du nombre de morts par ces maladies tout au long du 20e siècle.
    Le cas emblématique de la diphtérie
    Je ne peux traiter dans cette simple lettre de toutes les maladies et me contenterai d’exemples symboliques. Mais des chiffres similaires à ceux cités ici existent pour les autres maladies pour lesquelles les gouvernements vaccinent à l’échelle industrielle. Les lecteurs qui voudront en savoir plus se reporteront pour cela à l’excellent dossier « Survey on Vaccinations in Europe » dont sont tirés les chiffres suivant. (6)
    En Espagne, il y avait chaque année 5000 morts de diphtérie en 1900, mais seulement 81 en 1964, l’année où la vaccination systématique fut introduite.
    En France, la vaccination obligatoire contre la diphtérie fut imposée en 1938. L’année suivante, il y eut 15.000 cas de diphtérie puis trois fois plus pendant la Guerre !
    En Allemagne, il y avait 100.000 cas de diphtérie par an pendant la Première guerre mondiale. Les Nazis imposèrent le vaccin obligatoire contre la diphtérie en 1939. En 1940, il y avait à nouveau 100.000 cas, et 250.000 en 1945. Après la Guerre, la vaccination obligatoire fut abandonnée et le nombre de malades de la diphtérie baissa régulièrement, jusqu’à 800 annuellement en 1972 (un baisse de 99,2 %).
    En Norvège, 555 personnes moururent de diphtérie en 1908, mais seulement 2 en 1939. Le pays fut alors envahi par l’Allemagne, qui imposa le vaccin : le nombre de personnes touchées par la diphtérie monta à 22.787 cas en 1942 et près de 700 morts.
    Ces chiffres indiquent que la diphtérie se répand lorsque les conditions de vie se dégradent (guerre), et que les campagnes de vaccination sont malheureusement impuissantes à enrayer le phénomène. En revanche, le retour à la prospérité et à une meilleure hygiène de vie s’accompagnent d’un recul de la maladie, jusqu’à une disparition quasi-totale.
    Ils indiquent également que les gouvernements sont capables d’introduire la vaccination systématique de la population pour une maladie quasi-inexistante (cas de l’Espagne en 1964, de l’Allemagne en 1939).
    Un phénomène général
    Les mêmes phénomènes ont été observés avec les autres grandes maladies infectieuses.
    La fièvre typhoïde, qui décimait les armées de Napoléon et fit 5 à 7 000 morts par an pendant la Guerre civile espagnole (à partir de 1937) fut quasiment éradiquée à la fin des années 50, sans qu’il y eut de campagne importante de vaccination.
    Le vaccin contre la coqueluche ne commença à être administré que dans les années 40 aux Etats-Unis. En 1953, il fut autorisé en Angleterre. A ce moment-là, la coqueluche faisait 25 morts par million d’enfants de moins de 15 ans, contre 1500 en 1850. Une baisse de 98,5 % sans que le vaccin y soit pour quoi que ce soit.
    En Espagne, la coqueluche ne faisait plus que 33 morts par an en 1965 quand furent lancées les campagnes de vaccination DPT (diphtérie, coqueluche, tétanos). La scarlatine ne fait pratiquement plus aucun mort depuis les années 60 bien qu’il n’y ait jamais eu de vaccin.
    En France, les campagnes à grande échelle de vaccination ROR (rougeole, oreillons, rubéoles) furent lancées en 1983, alors que le nombre de décès causés par la rougeole était tombé à 20 personnes par an, contre 3756 en 1906, une baisse de la mortalité de 99,5 % sans vaccin ! En Espagne, 18.473 personnes moururent de la rougeole en 1901, contre 19 en 1981. Les campagnes de vaccination nationales commencèrent pourtant en… 1982.
    La tuberculose et le BCG
    Mais le cas le plus emblématique reste celui de la tuberculose. Censée être prévenue par le vaccin « BCG », cette maladie a en réalité plus vite régressé dans des pays comme la Belgique et les Pays-Bas, qui ne vaccinaient pas leur population, qu’en France, où tous les écoliers se faisaient vacciner.
    Aujourd’hui, alors que le BCG n’est plus obligatoire ni en Allemagne, ni en Angleterre, ni en Belgique, ni au Luxembourg, ni aux Pays-Bas, ni en Espagne, et qu’il n’est imposé en Italie qu’à certains adultes à risque (personnel de santé, militaires…), la France continue à vacciner religieusement des millions d’écoliers chaque année. (il y a quelques années)
    Les études de l’INSERM sont pourtant sans appel : le nombre de décès par tuberculose avait déjà chuté de 80 % quand fut introduit le BCG obligatoire le 5 janvier 1950, malgré les très difficiles conditions de vie des années d’Après-Guerre. Les campagnes de vaccination n’ont ensuite eu aucun effet notable sur les courbes de la maladie. Celle-ci a continué à régresser au même rythme qu’auparavant, avec l’amélioration de l’hygiène et la généralisation de l’eau courante. Ce qui n’est pas étonnant quand on sait que le fait d’être vacciné contre le BCG ne protège ni de l’infection, ni de la transmission de la maladie. Les personnes qui meurent aujourd’hui de la tuberculose en France ne sont nullement des personnes qui n’ont pas été vaccinées, mais des personnes marginalisées socialement et souffrant de dénutrition.
    Le problème est que le BCG comporte des risques importants d’effets secondaires, raison pour laquelle la vaccination obligatoire a été abandonnée dans les années 70 et 80 (sauf en France, où l’obligation a été supprimée en 2007). C’est en effet un vaccin vivant, qui pose des risques, y compris de décès, aux enfants et aux personnes dont le système immunitaire est affaibli. Une étude réalisée à Barcelone a indiqué une baisse significative des cas de méningite chez les jeunes enfants après l’abandon des campagnes de vaccination au BCG.
    Ce n’est donc nullement la vaccination qui a permis à nos sociétés de sortir des grandes épidémies mais la prospérité économique. Celle-ci a permis une amélioration de l’hygiène, de l’alimentation et de l’habitat. Si ces conditions devaient se dégrader de façon significative, il est évident que, malgré tous nos vaccins, on assisterait à un retour en force de ces maladies, exactement comme cela fut le cas pendant la Seconde Guerre mondiale.
    La vérité soigneusement dissimulée
    Actuellement malheureusement, une industrie gigantesque s’est développée pour assurer la vaccination de masse des populations du monde entier. Cette industrie est d’autant plus lucrative qu’elle est totalement financée par les gouvernements, et que les entreprises qui se partagent le marché sont protégées à la fois par des brevets (dont le respect est assuré par les pouvoirs publics) et par une réglementation touffue que seuls quelques grands groupes armés de bataillons de juristes peuvent comprendre et respecter.
    Des milliards de vaccins sont administrés chaque année, et des dizaines de milliards d’euros sont encaissés par les multinationales pharmaceutiques. Pour le seul vaccin contre la grippe A, le gouvernement français avait payé 1,5 milliard d’euros pour 94 millions de doses, ce qui fait quasiment deux doses par citoyen.
    A l’achat des vaccins, il a fallu ajouter le coût de :
    • la campagne de vaccination pour un montant de 35,8 millions d’euros,
    • l’acquisition de respirateurs pour 5,8 millions d’euros,
    • l’achat d’antiviraux pour 20 millions d’euros,
    • 150,6 millions d’euros de masques,
    • 41,6 millions d’euros de dépenses logistiques,
    • 290 millions afin d’indemniser les personnels de santé réquisitionnés,
    • 59,6 millions destinés aux frais d’information et à la campagne de communication,
    • 100 millions de « frais liés à l’organisation territoriale de la campagne de vaccination »,
    • et encore 375 à 752 millions d’euros de dépenses liées aux consultations de médecins, à la prescription de médicaments.
    Finalement, le nombre de vaccins utilisés n’a été que de 4,5 millions, ce qui est une bonne chose, mais cela veut dire que sur les 94 millions de doses, 89,5 millions sont parties à la poubelle, une fois atteinte la date de péremption. (7)
    Ce gaspillage révoltant a été dénoncé par le Professeur Bernard Debré et le député et médecin Jean-Marie Le Guen. Mais la presse a traité l’affaire comme un scandale isolé, sans lien avec la surconsommation systématique des autres vaccins, en France et à travers le monde.
    Pas de suivi des accidents liés aux vaccins
    De même, personne ne se soucie actuellement des risques réels que vous faites courir à vos enfants en les vaccinant. Et s’ils tombent malades juste après la vaccination, vous pouvez être certain qu’on vous expliquera qu’il s’agit d’une pure coïncidence, y compris s’il y a décès.
    Le cas arrive tous les ans à des milliers de parents. Leur enfant se fait vacciner et, dans les heures qui suivent, ils déclenchent de graves réactions pouvant aller des maux de tête aux vomissements, en passant par l’eczéma, l’hyperactivité, les perturbations du sommeil et un peu plus tard une maladie auto-immune incurable ou pire, la mort.
    Dans la plupart des cas, les professionnels de santé, non seulement nient le lien avec le vaccin, mais ils ne déclarent même pas l’accident aux autorités de pharmacovigilance (agences responsables de surveiller les effets indésirables des médicaments) puisqu’ils considèrent qu’il n’y a pas de lien.
    C’est ce qui est arrivé à la petite Christina Richelle, décédée suite au vaccin Gardasil contre le HPV (papillomavirus), et à tant d’autres personnes que l’on retrouve sur les innombrables sites d’information sur la vaccination. (8)
    Un témoignage parmi d’autres, recueilli par l’EFVV (European forum for vaccine vigilance) :
    « Je ne peux vous dire mon nom et je ne peux pas vous révéler l’identité de mon bébé parce que j’ai peur que cela me retombe dessus, mais j’ai voulu vous contacter en entendant parler de votre projet, parce que je suis si heureuse que quelqu’un entreprenne quelque chose. Mon bébé est mort dans les 24 heures après avoir reçu son premier vaccin DPT (Diphtérie, coqueluche, tetanos), il y a deux mois. Je me sens si horriblement mal, personne ne peut avoir la moindre idée de ce que c’est. Elle était parfaite. Lorsqu’on lui fit l’injection, elle se mit à crier pendant au moins une heure, d’une façon bizarre. Puis elle parut très fatiguée, s’est endormie profondément, et ne s’est plus jamais réveillée. J’ai commencé à m’inquiéter parce qu’elle semblait dormir plus longtemps que d’habitude et lorsque j’ai voulu vérifier, j’ai remarqué qu’elle avait un peu vomi et qu’elle ne respirait plus. Ils ont du faire une autopsie mais ils n’ont pas pu identifier la cause du décès. Je sais que c’est le vaccin qui l’a tuée. Elle n’avait pas été malade une seule fois jusque là. Mais plus je l’ai dit au corps médical, plus ils sont devenus hostiles. Aujourd’hui, j’ai peur qu’ils me prennent mon autre enfant et je ne veux pas qu’ils m’accusent d’avoir tué mon bébé. Je ne devrais pas avoir à vivre comme ça, c’est horrible. Je suis presque trop terrorisée pour pouvoir faire mon deuil correctement. Elle était si belle. »
    Mais c’est très souvent le même scénario : officiellement, il ne peut y avoir aucun lien entre le vaccin et les accidents qui s’ensuivent. La plupart des médecins nieront farouchement l’évidence. Rien ne serait plus facile, pourtant, que de donner à chaque personne vaccinée un petit questionnaire, à renvoyer à l’Agence nationale du médicament, sur lequel elle noterait tous les effets anormaux qu’elle constaterait durant, par exemple, les huit jours suivant la vaccination.
    Cela permettrait très rapidement d’établir enfin des statistiques globales sur les effets indésirables réels des vaccins. Dans un cas comme cité ci-dessus, il est vraiment trop facile de déclarer que l’enfant est décédé « de cause inexpliquée » ou encore que c’est la « mort subite du nourrisson ». Parce qu’injecter un vaccin, cela consiste à introduire dans l’organisme non seulement des virus potentiellement dangereux (même artificiellement affaiblis) et des adjuvants que les systèmes immunitaires immatures ne supportent pas forcément.
    Mais pour des raisons qui n’ont rien à voir avec votre santé ni le bien commun, et tout à voir avec les comptes en banques des industriels et des politiques, ce type de mesures n’est absolument pas envisagé aujourd’hui par les autorités sanitaires.
    Que faire ?
    Cela veut-il dire qu’il faille à arrêter de vacciner tous les enfants ? Non ! Car même si on a exagéré les bienfaits des vaccins sur la santé publique, et même si les dangers de la vaccination sont minorés, il existe probablement de nombreux cas où il est raisonnable de vacciner.
    Le problème est que l’absence d’études sérieuses sur les risques et bénéfices réels des vaccins obscurcit considérablement le débat. Ni les citoyens, ni les professionnels de santé de bonne volonté, ne disposent aujourd’hui d’éléments fiables pour prendre des décisions éclairées.
    Nous sommes donc obligés de jouer à la roulette russe avec les vaccins.
    Il semble toutefois raisonnable a priori d’éviter tous les vaccins qui ne sont pas obligatoires, lorsqu’on est en bonne santé. Faire du zèle est coûteux, mais plus probablement encore dangereux. Pour toutes les maladies, il y a des personnes « à risque », et d’autres qui le sont moins. Vacciner aveuglément tous les enfants avec tous les vaccins du calendrier vaccinal est dans la plupart des cas, nocif.
    De plus, il ne faut pas oublier que même les vaccins obligatoires (DTPolio et BCG en France) ne le sont plus si votre médecin constate des contre-indications. Cela n’est pas théorique car de nombreuses personnes peuvent en fait présenter des contre-indications, en particulier les personnes allergiques, souffrant de maladies auto-immunes, ou ayant d’autres problèmes liés à leur système immunitaire. Un examen médical est donc recommandé avant toute vaccination, même si ce n’est pas prévu par le système.
    Une réforme indispensable et urgente
    Il est donc indispensable et urgent que les pouvoirs publics prennent des mesures visant à améliorer la connaissance des vaccins et l’information des médecins comme du grand public à ce sujet. Une information transparente doit être donnée sur les dangers de chaque vaccin. S’il y a eu des morts, des personnes gravement handicapées, ou malades à vie, les personnes qui sont sur le point de se faire vacciner doivent en être informées.
    Beaucoup de vaccins ont un rapport bénéfices/risques douteux. Une information lisible et facilement compréhensible doit figurer sur l’emballage des vaccins, indiquant clairement ceux qui sont indispensables, ceux qui ne sont nécessaires que dans certains cas, et ceux qui sont inutiles dans la plupart des cas.
    Mais même si c’est aux médecins de s’assurer qu’ils ne font pas courir de risque inutile à leurs patients (serment d’Hippocrate), rappelons-nous que nous ne vivons pas dans l’utopie et que ce sera toujours à nous, ultimement, d’être responsable de notre santé.
    Les vaccins ont été basés sur une fraude médicale depuis plus de cent ans
    Le concept de la vaccination pour immuniser a commencé en 1796, lorsque l’apothicaire britannique (pharmacien) Edward Jenner a inséré du pus contenant le virus cowpox sous la peau d’un enfant âgé de huit ans. Jenner a basé son expérience sur une rumeur sans fondement affirmant que ceux qui avaient connu l’orthopoxvirose bovine serait à l’abri de la variole.
    Dans les deux années qui ont suivi, Jenner a vacciné d’autres personnes avec le cowpox pour les immuniser contre la variole. Sans aucune preuve réelle de l’efficacité et de la sécurité, Jenner a suffisamment impressionné le roi George III avec sa fausse vaccination garantie qu’il a reçu l’équivalent de 500.000 $ d’aujourd’hui. Jenner était donc le premier professionnel de la santé à administrer des matières malades comme médicament à une personne en bonne santé et à recevoir une récompense financière substantielle. Il fut également le premier à dénoncer constamment les détracteurs de la vaccination avec succès. Il protégeait à la fois son ego et le Trésor public.
    De nombreux professionnels de la santé tout au long du XIXe siècle savaient qu’il y avait eu plusieurs cas de variole parmi ceux ayant des antécédents du cowpox. Le principe de Jenner était erroné. C’était en fait le début d’une tradition qui est exploitée par des vaccinateurs d’aujourd’hui. Une fausse solution pour prévenir une maladie, faire un paquet de fric, et contrer les arguments raisonnables de ceux qui savent que l’immunisation par la vaccination ne marche pas en toute sécurité et efficacement.
    En Angleterre les incidents de la variole après vaccination ont augmenté régulièrement, passant de 5% au début à 95% en 1895. Il y a même eu une épidémie grave autour de 1872, un an après que la vaccination contre la variole ait été décrétée obligatoire au Royaume-Uni. Le taux de mortalité parmi les victimes de la variole a aussi était multiplié par cinq à cette époque.
    Malgré les protestations intelligentes avec des faits évidents et des chiffres réfutant l’efficacité, et prouvant un dommage à partir de matériaux toxiques et des virus contenus dans les vaccins mettant en danger l’immunité naturelle, le programme d’inoculation de vaccin a été maintenue. Protéger l’industrie contre la vérité en attaquant violemment les dissidents raisonnables a entraîné l’équivalent de 17 milliards de dollars par an de recettes à l’industrie des vaccins. Cela ne comprend pas les recettes provenant des visites des médecins pour la vaccination et la mauvaise santé y résultant.
    Les tactiques des vaccinateurs pour supprimer les données scientifiques des professionnels concernés sont devenues dignes de la mafia. Les professionnels de la santé sincères qui inscrivent les problèmes de santé par rapport aux vaccins sont sévèrement punis et calomniés par les médias traditionnels appartenant à la mafia médicale.
    La vérité sur les vaccins et les éclosions de maladies cachées à la vue du public
    Une étude de 2012 dirigée par le Dr David Witt, un spécialiste des maladies infectieuses du Centre Médical Permanent Kaiser de San Rafael en Californie a conclu que la coqueluche se déclenche plus chez les enfants vaccinés que les enfants non vaccinés.
    En 2010, une éruption d’oreillons s’est produite chez les 1000 enfants dans le New Jersey du nord et le sud de l’état de New York. Près de 80 % d’entre eux avaient été vaccinés avec le vaccin ROR (rougeole, oreillons rubéole).
    Dans les années 1980, des organismes officiels signalèrent plusieurs vagues de rougeole survenues chez les enfants qui avaient été vaccinés dans divers endroits, y compris un collège et lycée de l’Illinois, un lycée du Massachusetts, une région en France et une région rurale près d’Helsinki en Finlande.
    Les écoles aux États-Unis avaient bien plus de 90 % de vaccinés contre la rougeole. Les vaccinateurs proclament qu’un taux de vaccination de 90 % d’une population spécifique garantit l’immunité de la population. Cette revendication fausse sert à créer plus de revenus tout en blâmant les anti-vaccins pour mise en danger de l’humanité.
    Par ailleurs, en dépit du fait que seulement 5% d’effets indésirables de vaccins soient signalés au système « volontaire » de report d’effets secondaires des vaccins de la FDA (VAERS), il y a de nombreux effets indésirables graves enregistrés et beaucoup plus qui fuient par les fissures que représentent les sites internet dédiés aux vaccins.
    Dieu merci pour les quelques docteurs en médecine et autres qui osent parler malgré le danger potentiel que cela engendre pour eux. C’est à nous d’apprendre d’eux et de dire non à la vaccination.

    1. Très bien… mais trop long pour un forum !!! C’est presque un bouquin, donc à lire tranquillement chez soi…
      SYNTHETISEZ !
      Et surtout : des références VERIFIABLES !

      1. Les références à vérifier longuement devraient être celles de ceux qui INCITENT à vacciner petits et grands…
        Si ya pas de preuves que la vaccination a la moindre utilité faut juste reconnaître l’évidence que ça fait 150 ans que les petiots sont vaccinés pour rien.
        Dur ? Oui ! Ben tant pis …

  24. Autre chiffre effrayant :la prévalence de l’autisme aux USA
    exponentially increasing autism rate (1 in 5,000 in 1975; 1 in 65 today)
    due au Mercure dans les années 90 (Thiomersal) et le vaccin ROR)
    La mortalité infantile et les hospitalisations sont proportionnelles au nombre de vaccins

  25. Incroyable!
    MST est allée demander au conseil constitutionnel si on pouvait vacciner contre le HPV les enfants à l’école , sans l’avis des parents!!! (Dr Delépine)
    Réponse : non

  26. Vaccinez, vaccinez ! La vaccination, ça ne se discute pas!” (dixit notre inénarrable ministre de la santé)… Je suis de plus en plus réservé sur la pertinence de ce discours qui devient de plus en plus suspect à mes yeux, surtout lorsque je me réfère à une étude étasunienne de 2011 établissant une corrélation positive, et hautement significative, entre la MORTALITÉ (!) des nourrissons et l’épaisseur des couvertures vaccinales respectives dans 34 pays développés… Corrélation n’est certes pas causalité, mais alors il faut me dire quelle cause peut bien être à l’origine des deux effets à la fois (nombres de doses de vaccins reçus, d’une part, et mortalité d’autre part), sinon l’administration même de ces doses de vaccins!…
    Ce lien vous permet de consulter cet article en ligne:
    http://het.sagepub.com/content/30/9/1420.full.pdf+html
    Cette étude recoupe de façon surprenante mes observations en 20 ans de pratique, et ma propre (et modeste) étude sur la MORBIDITÉ dans laquelle je montre—et de nombreux confrères ont sûrement fait les mêmes observations sans forcément le dire (car c’est politiquement, et hautement, incorrect)—que les enfants sont d’autant plus souvent malades qu’ils ont une charge vaccinale importante… (i.e. il existe une corrélation positive, et hautement significative, entre la MORBIDITÉ chez les enfants et le nombre de doses de vaccins qu’ils ont reçus depuis la naissance)!
    Et même remarque que précédemment sur corrélation vs. causalité!
    Albatross.

    1. “Ce lien vous permet de consulter cet article en ligne:
      http://het.sagepub.com/content/30/9/1420.full.pdf+html
      Pas d’accord sur la valeur de preuve
      Etudes de correlation observationnelle.
      On a fait plein d’erreur avec les correlations.
      Framingham…. les graisses le cholestérol, le coeur (encore que si on lit bien il n’y a pas de lien cholestérol mortalité credible (il suffit de lire les phrases en entier et de mettre son cerveau sur “on”)
      Traitement Hormonal de la ménopause dans l’etude US sur les cohortes d’infirmières (désolé de m’en prendre aux fantasmes)
      Pas une preuve dans cet article .
      Ce genre d’étude permet de démontrer que la consommation de poulet aux USA augmente avec les importation de petrole.
      Ou que l’election d’une Miss America “vieille” augmente le nombre de meurtres à la vapeur ou aux objets chauds.
      Les courbes sont fascinantes (de corrélation, pas des Miss)
      http://tylervigen.com/spurious-correlations

      1. oui, justement !…
        D’un point de vue purement logique, l’existence une corrélation entre deux séries de variables n’est évidemment pas la preuve d’un lien de cause à effet (dans un sens ou dans l’autre), mais elle requiert une explication causale (i.e. l’existence d’un facteur susceptible d’entraîner les deux effets à la fois, lesquels sont alors corrélés par ce facteur causal). Il est trop facile d’enfumer la discussion en citant des corrélations baroques pour lesquelles on n’a tout simplement pas encore trouvé la cause… (corrélations qu’il faudrait d’abord vérifier…).
        Dans le cas du risque cardio-vasculaire (RCV) et du taux de cholestérol, la corrélation, si elle existe, est due essentiellement au mode de vie, donc à la nutrition, et ce facteur se situe bien en amont des deux effets constatés (les perturbations du bilan lipidique d’une part, et l’augmentation du RCV d’autre part).
        Pour la corrélation <>, je ne vois pas d’autre cause possible que les vaccinations elles-mêmes, bien que je me creuse les méninges depuis plusieurs années pour l’expliquer autrement. J’ai posé la question à nombre de confrères ou spécialistes: je n’ai JAMAIS eu la moindre impression de voir l’ombre du début du commencement de la réponse à cette question (à part les corrélations baroques que vous citez, ce qui, reconnaissez-le, ne nous mène pas bien loin): silence radio! Nada!

        1. Ah mais non alors.
          Enfumer ?
          Comme vous y allez !
          Désolé mais ce qui enfume ce sont justement les etudes avec des corrélations.
          Si vous ne voyez pas d’autre cause ça ne prouve pas que votre suspect est la cause.
          Il faut rester modeste.
          Comme disait un sinistre personnage (Rumsfeld) mais il avait raison : il y a ce que vous savez que vous savez, ce que vous savez que vous ne savez pas , mais aussi ce que vous ne savez pas que vous ne savez pas.
          C’est pour ça que l’on se plante régulièrement.
          Les associations “baroques” sont là à titre pédagogique . Pour eclairer pas pour enfumer.
          L’etude des infirmières et de l’hormonothérapie de la menopause: on avait une bonne explication théorique à la protection conférée; Et pas, en prospectif : pshîîîtt ! plus de protection et au contraire bang les cancers.
          En nutrition on publie regulièrement des étides de corrélation avec plein d’explications logiques derrière, et on ne peut en trouver d’autre (sans compter le DR HASARD cher à MDL) et pourtant elles sont pipeau. Ainsi un jour le café vous donne le cancer du pancreas un jour il ne le donne plus ou il protège de ceci ou cause cela.
          Idem pour plein de nutriments isolés (ce qui est vraiement au passage de la recherhce à la c…)
          Comme dirait sans doute MDL en science, on a un grand ennemei, le Dr HAsard et les études de corrélation ne font que suggérer un lien causal qu’il reste a verifier en etude comparative en double aveugle et tirage au sort.
          Ce sont les etudes de correlation et leur adoption généralisée à l’exponentielle par la presse hélas médicale et évidemment grand public , qui, trop souvent, enfument.
          Pas moi.

          1. Si, si, je persiste : enfumage ! Soit vous n’avez pas saisi la logique du raisonnement concernant les corrélations (je dis bien «corrélations» et non pas «causalité»), soit vous confondez, précisément, causalité et corrélation (mais c’est peu probable), soit vous vous arrêtez tout simplement en chemin, aux premières embûches, ces corrélations «baroques» que vous invoquez.
            Si elles sont avérées, et non biaisées, ces corrélations «baroques» ont une explication (une cause) que l’on n’a tout simplement pas encore identifiée: mais qui accepterait de financer ce type d’investigation, au-delà de l’intérêt intrinsèque des corrélations elles-mêmes, qui est nul??… double aveugle contre placebo etc. etc. j’allais dire «et tout le bataclan»…
            Ces corrélations «baroques» sont légions (le site http://tylervigen.com/spurious-correlations que j’avais visité après la lecture d’un article de Pour la Science il y a quelques années est en effet un véritable cabinet de curiosités !). Elles servent généralement à discréditer les corrélations «sérieuses» quand c’est nécessaire, c’est-à-dire quand elles sont politiquement incorrectes, mais jamais celles qui servent de faire valoir aux fabricants de médocs.
            La question reste donc entière pour moi (enfumage ou pas, d’ailleurs), et elle est politiquement très incorrecte : Quelle explication pour ces corrélations «sérieuses» (Couverture vaccinale vs. Morbidité et Couverture vaccinale vs. Mortalité) ? Qui peut oser se lancer dans ce type d’investigations (sans même parler de leur financement !) ? Je n’ai jamais parlé de «preuve» : quand je dis que «je ne vois pas d’autre cause possible que les vaccinations elles-mêmes, bien que je me creuse les méninges depuis plusieurs années pour l’expliquer autrement», j’entends bien qu’il s’agit d’une «conjecture», c’est-à-dire d’une hypothèse qui demande à être infirmée ou confirmée : c’est là l’essence même de toute démarche scientifique… non ?
            (en toute modestie)

          2. A JP Duboc
            Je ne comprends pas ce que vous ne comprenez pas.
            Enfin bon.
            A propos de
            “Si elles sont avérées, et non biaisées, ces corrélations «baroques» ont une explication (une cause) que l’on n’a tout simplement pas encore identifiée”.
            Non. Je pense que vous faites une erreur de logique.
            Quant il y a une corrélation baroque , il n’y a pas forcément une cause , ici pas de cause autre que celle de l’esprit chagrin/taquin qui est allé à la pêche aux corrélations. C’est l’esprit, la “cause”.
            ET sur ” quand je dis que «je ne vois pas d’autre cause possible que les vaccinations elles-mêmes, bien que je me creuse les méninges depuis plusieurs années pour l’expliquer autrement», j’entends bien qu’il s’agit d’une «conjecture», c’est-à-dire d’une hypothèse qui demande à être infirmée ou confirmée : c’est là l’essence même de toute démarche scientifique… non? ”
            La oui.
            Et donc je vous suppose d’accord sur le fait que si on ne voit rien d’autre comme raison, que l’idée que l’on a en tête ou de l’idée qui germe comme ça , cela n’est en rien en faveur de la-dite idée.
            Donc par principe , toute corrélation est baroque jusqu’à preuve du contraire. Même si on voit une explication plausible le plausible est au rang du baroque.

  27. Qui se rend compte qu’il est possible que l’on nous annonce en décembre que la totalité des vaccins inscrits au calendrier vaccinal deviennent obligatoires ?
    Maintenant que le rapport Hurel a été publié, avec un plan de communication “pour rétablir la confiance dans les vaccins” qui va durer durant toute l’année 2016, il est important de relire attentivement l’avis du HCSP daté du 10/09/14 “Politique vaccinale et obligation vaccinale en population générale” qui a servi comme base de travail à la mission Hurel… important de relire l’interview du 10 sept 2015 “Rencontre avec Sandrine Hurel” (PharmaSite) et d’en analyser le contenu.
    On parle de “créer un statut juridique pour toutes les vaccinations inscrites au calendrier vaccinal” et de “réviser la liste des vaccins obligatoires”. Qui comprend vraiment la signification de ces mots ? On parle aussi de débattre du maintien ou non du principe de l’obligation vaccinale. Cette possibilité est évoquée pourquoi ? A mon avis pour éviter que l’on accuse le HCSP d’avoir imposé ses vues à la classe politique, seule habilité à effectuer des modifications législatives …
    Il faudra une année complète pour parvenir à la généralisation de l’obligation vaccinale, afin de faire croire que le débat a été fructueux. Au cours de ce débat “citoyen”, des gens vont dire du mal de la vaccination, ce qui pourra servir de prétexte pour rendre obligatoire l’ensemble des vaccinations (faut-il ajouter le futur vaccin contre Zika ?) au motif que la “défiance envers la vaccination est tellement forte qu’il est du devoir d’une ministre de prendre les mesures sanitaires pour éviter le retour des maladies”.
    Impossible ?
    Certainement pas … une telle mesure serait complètement en accord avec l’époque actuelle, qui est d’une violence inouïe envers les individus, dans l’indifférence générale.
    J’espère avoir totalement tort, mais les signaux profonds que je perçois m’incitent à être extrêmement pessimiste.
    Pour augmenter les ventes d’antidiabétiques, d’antihypertenseur ou de statine, nos experts abaissent les seuils physiologiques (glycémie, tension artérielle, cholestérol) à partir desquels on considère que la maladie est déclarée. En vaccination, on peut augmenter les ventes en rendant davantage de vaccins obligatoires …
    Les stratèges de l’industrie pharmaceutique ont intérêts à utiliser le fait qu’il existe d’or et déjà des obligations vaccinales en France pour augmenter leurs ventes. Notre ministre de la santé ne nous protégera pas contre ces experts.
    J’espère avoir complètement tort.

    1. Je partage un peu votre pessimisme ; mais un ministre de la santé peut en chasser un autre…
      Le monde politique est changeant, lui-aussi, nous pouvons nous faire entendre ; plus les citoyens (et électeurs) que les médecins d’ailleurs ; encore mieux, la main dans la main…
      Encore faut-il que les médecins soient mieux informés et moins dogmatisés…
      Allez au boulot, on a un peu de temps devant nous… Les temps changent, même en Amérique… et vite en plus !

      1. Bonsoir Dr et Emilio. A propos du “Zika”, je trouve curieux que le virus apparaisse à un moment ou le ” chikungunya” est en perte de vitesse, sans doute par les mesures de prophylaxie qui ont été prises.
        J’entendais à la T.V de doctes experts dire qu’il faudra une dizaine d’années pour mettre au point un vaccin contre cette ( nouvelle ???) maladie dont le mode de transmission se révèle aussi redoutable sinon plus que celui du SIDA pour lequel certains ont le culot de dire qu’il y aurait un ou des vaccins efficaces . Ce qui veut dire que certains labos ( sans doute ceux qui laissé ” la porte ” de leur laboratoire ouvert pour qu’il s’échappe…) sachant que le virus aurait muté ( comme c’est encore curieux pour en pas dire suspect ), vont bénéficier de larges subventions pour le plus grand bonheur de Big Pharma lorsque, au bout de 10 ans ( peut être un peu moins en se dépêchant …) un vaccin efficace (???) aura été mis au point.
        En attendant cette utopie, de pauvres enfants naitront microcéphales, une charge épouvantable pour les parents et pour la société !
        Pôvre de nous…

        1. De ce que j’apprends, ces jours et grâce aux visiteurs de ce blog [que je recommande aux ministres], c’est qu’apparemment aucune maladie n’a jamais été éradiquée par un quelconque vaccin ; ou que, si c’était arrivé (on ne sait jamais, soyons prudents), aucune donnée scientifique d’un niveau acceptable ne permet de le démontrer…
          Alors chikun, aisd, zika, et le reste viendra sans doute ; et les experts s’attendent à bien pire ; d’où la panique au moment du H1N1…

  28. A propos des vaccins l’exemple qui pour moi a été le plus frappant, à été celui des bovins.
    La tuberculinisation des animaux est passée, sans préavis, d’obligatoire à interdite. Laissant les éleveurs dans des questionnement perturbants sans réponse, certains persuadés que leurs troupeaux étaient en danger ont fait alors des pieds et des mains pour trouver des doses de vaccins au marché noir..
    Depuis ce temps il n’y a pas eu une épizootie foudroyante de tuberculose dans nos troupeaux.
    Chacun peut en penser ce qu’il veut… voila à quoi conduisent les croyances ancrées et la confiance aveugle dans nos élites.

    1. Merci JO ; très intéressant !
      Nous avons trop tendance à oublier (ignorer) ce qui se passe (s’est passé) en médecine vétérinaire.
      J’exclus bien sûr la médecine expérimentale.
      Il y a sans doute là (chez nos amis vétérinaires) un gisement de données fondamentales pour la médecine humaine.
      J’ai parfois travaillé (pas assez) sur des livres racontant comment les hommes s’y prenaient pour manger de animaux ou des produits animaux ; à chaque fois j’ai été stupéfait de ce que j’y trouvais et, hélas, de ma profonde ignorance…
      De même que toutes les discussions que j’ai pu avoir avec des agriculteurs et des éleveurs m’apprenaient tant, de même les vétos…
      Continuez, JO, à nous instruire. Au nom de tous, MERCI !

    2. Désolée de vous contredire, Jo !
      La vaccination contre la tuberculose n’a jamais existé, seule la tuberculinisation par injection de tuberculine, extrait de bacilles de Koch, se pratique pour le diagnostic de la maladie … et elle se pratique toujours dans les départements non indemnes, des “foyers” existent toujours malheureusement !!
      Je parle des animaux, bien sûr !

    3. Non, pas de vaccins antituberculose chez nos animaux de ferme. Une tuberculinisation pour détecter les “positifs” et si détection effective, abattage du troupeau et périmètre de surveillance.
      Les méthodes de prophylaxie Française sont singulières, mais efficaces. On veut pouvoir détecter un animal en contact avec la maladie et ne pas le confondre avec un vacciné. Je me souviens de la fièvre aphteuse en Grande-Bretagne et je ne veux pas dire de bêtises, mais les cheptels étaient décimés alors que les animaux étaient vaccinés. (mais je n’en suis pas sûr, à vérifier.)
      Actuellement, la tuberculose fait son retour chez les animaux (chez les humains aussi). D’autres maladies aussi. En ce moment l’influenza aviaire avec un plan draconien d’élimination des porteurs sains, les palmipèdes. Premièrement, on trouve ce qu’on cherche (de plus en plus de dépistages et de tests) et deuxièmement, les conditions d’élevage caractérisées par une surpopulation. Dans le Sud Ouest, la majorité des élevages est en plein air, mais l’espace est quand même réduit et la production est importante. J’analyse ça comme une promiscuité qui dégrade les conditions de vie et une difficulté grandissante à maintenir de bonnes conditions d’élevage malgré toutes les mesures et précautions. En même temps que le cheptel prend de la place, les bactéries, virus, parasites se développent. Et comme parasites et bactéries sont bien contrôlées par anthelmintiques et antibiotiques, les virus deviennent rois. Quand nous saurons tuer les virus, on aura les prions. (mon hypothèse invérifiée, presque une prédiction)

      1. Merci pour ce petit complément d’information au 1er paragraphe ! Exact !
        Pourtant Maman d’éleveur, mais vous avez expliqué beaucoup mieux que moi !

        1. Et qu’est ce que ça va devenir avec les fermes de 1000 ou 10000 vaches ? vaccinées ou pas, quel désastre pour ces pauvres bêtes en cas d’épidémie …

  29. Bonjour Dr De Lorgeril et visiteurs du blog,
    Certains patients disent à leur médecin qu’ils ont arrêté leur statine mais qu’ils ont adopté la diète méditerranéenne pour protéger leur coeur et leurs vaisseaux.
    Ainsi ils montrent au médecin qu’ils se sont informés et agissent en connaissance de cause.
    Il est tout à fait possible, qu’ainsi, le médecin se s’oppose pas à la décision de son patient d’avoir arrêté
    sa statine.

    1. Oui bien sûr ! Tant mieux et heureusement ! Sinon on peut aussi changer de médecin ça bouge un peu plus ! Merci à nos lanceurs d’alertes, nos réfractaires…
      Il n’y a pas si longtemps c’était un parcours du combattant qu’il fallait faire pour s’opposer, contester… Vous sortiez d’un rendez-vous médical avec l’opprobre assuré !

  30. La revue prescrire avait jugé utile de nous informer de l’absence de bénéfice à vacciner les enfants contre le pneumocoque, par le vaccin PREVENAR, au demeurant très onéreux (60 euros l’injection, 180 euros les 3, sachant qu’à la commercialisation le laboratoire en recommandait 4…). J’ai donc arrêté de la proposer en expliquant aux parents pourquoi, tout au moins à ceux qui la réclamaient, soit en général en ayant regardé le calendrier des vaccinations, soit en me demandant la deuxième injection après que la première eut été faite ailleurs. Devant l’insistance des parents, je m’exécute toujours. En effet, la vaccination anti pneumococcique chez l’enfant étant recommandée officiellement, il ne sert à rien d’en rajouter plus que ce que ‘ai dit aux parents. Ce qui me choque est que la PMI (protection maternelle et infantile) vaccine gratuitement et systématiquement tous les enfants par PREVENAR, sans aucune information quant à cette vaccination non obligatoire, dite simplement “conseillée”. A l’heure où on nous demande à nous uniquement, médecins généralistes, de faire des économies en prescrivant de médicaments génériques avec comme argument leur exacte équivalence avec le princeps, je ne comprends pas qu’on gaspille de l’argent alors que cette fois des études prouvent qu’il ne sert à rien de vacciner tous les enfants par le PREVENAR (le vaccin serait néanmoins utile pour les enfants fragilisés, ou à risque de ne pas être traités convenablement en cas d’infection pneumococcique, ce qui chez nous ne court pas les rues…). Encore une preuve, s’il en faut encore, que bigpharma et la santé ne vivent pas sur la même planète.

    1. Santé et BigPharma ?
      Incompatibles !
      Cela dit, les employés de BigPharma font loyalement le travail que leur salaire récompense…
      Les imbéciles ici ce sont les “esclaves de la pensée opprimée” qui s’exécutent à la PMI ou ailleurs…
      Hannah Arendt disait que le mal extrême, dans toute sa banale normalité (par exemple, piquer des bébés…) survient quand cesse la pensée…
      La paralysie de la pensée c’est pas chez les autres qu’il faut d’abord l’identifier, c’est chacun chez soi… Et pas seulement pour le principe vaccinal !
      Réfléchissons : nous médecins (de Roubaix ou d’ailleurs), pensons-nous assez ? Assez bien ? Assez souvent ?
      C’est plus simple de se laisser anesthésier par quelques complices programmateurs dévoués de quelques “recommandations” dites “officielles” qui feraient autorité…

      1. Et nous les patients, quelle latitude nous donnons nous pour réfléchir par rapport aux dictats de nos médecins , têtes baissées en rang serrés nous nous laissons être commandés sans réagir.
        Histoire vraie: 4 papys vont jouer aux cartes, l’un d’eux se plaint de ne plus pouvoir se déplacer , après discussion les 3 autres constatent qu’il prend encore sa statine , les autres lui disent , nous on la prend plus . Le premier de rétorquer mais mon médecin ne veut pas, les autres de dire , mais nous on le dit pas…sinon…
        les médecins ont peur de différentes autorités, les patients ont peur de leur médecin ..ça fait l’affaire de qui ?

        1. Chère jo,
          … A continuer d’ entretenir la corruption, à faire régner, de part et d’autre, une terreur insidieuse et désorganisée, à contenir de plus en plus les réfractaires d’un système qui craque de partout ! Voilà les premiers mots qui me viennent à l’esprit !
          En développant un peu il y aurait tant à dire….
          Ce désordre ambiant fait qu’une médecine scientifique INDÉPENDANTE et BIENVEILLANTE signera le début d’un changement absolument indispensable et inévitable dans un avenir que j’espère le plus proche possible.
          Bonne journee a tous !

    2. Dans le BEH, j’ai lu que les pneumocoques responsables de maladies invasives ne faisaient plus parties des 7 souches du vaccin initial, trois années après sa commercialisation. Le métier des être vivants est de s’adapter à l’environnement, les microbes s’adaptent c’est connu, et la question s’est posée de continuer à rembourser une vaccin obsolète. L’industrie aussi s’est adaptée aussitôt (c’est aussi un être vivant) en sortant le vaccin à 13 valences. A-t-on cherché à savoir la proportion de souches nouvelles dans les pneumonies et méningites actuelles ? J’aimerais bien le savoir. Tout comme j’aimerais bien connaître l’incidence des cas de purpuras fébriles précoces post vaccinaux.

  31. ( De mémoire,brouillon à perfectionner)
    Il est établi que:
    -Jenner et Pasteur avaient déjà falsifiés leurs résultats sur leurs expériences vaccinales
    – le vaccin antivariolique n’a jamais prouvé son efficacité;au contraire les populations vaccinées
    étaient plus atteintes
    L’OMS a reconnu que la quarantaine , seule, avait éradiqué la variole
    -Toutes les maladies infectieuses ont régressé de plus de 90%, avant les vaccinations
    -Le vaccin antipolio (d’efficacité non prouvée) a provoqué de nombreux cas de polio .
    (le vaccin injectable mal atténué et la vaccin oral)
    La Polio est favorisée par les injections sous cutanées et intramusculaires (X jusqu’à 15 fois) ,les amygdalectomies,permettant au virus de penetrer dans les nerfs
    Ce qui explique que les cas de Polio sont multipliés par 4 , dans les années 40 aux USA,après les campagnes de vaccination contre variole et Coqueluche
    Le virus vaccinal oral peut muter et causer des polio
    Les USA ont retire le vaccin oral vers 1990,constatant que tous les cas de polio étaient dus au vaccin
    -le SIDA est très probablement secondaire à la contamination des vaccins du Dr Koprowski,travaillant en Afrique sur des culture à base de cellules de reins de chimpanzé
    Ce singe est atteint du SIV(SIDA du singe);le SIV est très proche du HIV
    Koprowski a vacciné 300 000 personnes au Congo dans des lieux qui correspondent aux sites d’emergence du SIDA
    200 Millions de vaccinés au USA ont été contaminés par le virus simien SV40 , cancérigène,qui s’est recombiné au génome humain et est transmis mainteant génétiquement
    L’ADN est retrouvé dans des tumeurs cérébrales, pleurales et osseuses
    En Inde des enfants sont vacciné (per os ) jusqu’à 32 fois!!!!pour éradiquer la maladie
    -Le virus respiratoire syncytial provient des vaccins antipolio(The History Of Chimpanzee Coryza Agent (Renamed As Respiratory Syncytial Virus RSV) And Acute Respiratory Disease In Children.
    By Viera Schiebner, PhD)
    -Vaccin contre l’hépatite B
    25 000 SEP avant la campagne de vaccination; 65000 cas après
    -Vaccins , MMR (ROR) :aux USA 1 enfant sur 66 autisme;1 sur 6 a des troubles cognitifs
    -Vaccin antitétanique :inefficacité complète au vu des diverses statistiques
    Le tétanos est une maladie non immunisante
    Les anticorps du vaccins ne peuvent atteindre la zone de sécrétion de la Toxine puisque qu’il s’agit d’une zone de nécrose anaerobie sans apport sanguin,mais où persistent des fibres nerveuses(Dr Méry)
    -Le vaccin grippal est inefficace
    -Le vaccin antiamarile serait efficace(à verifier)
    Vaccination-A Mythical History by Roman Bystrianyk and Suzanne Humphries MD.PDF
    Suzanne_humphries_dissolving_illusions_disappearance_polio lu .pdf
    http://www.vaccinationcouncil.org/

    1. Merci Dia, c’est parfait !
      Un beau dossier !
      Mais faudrait vérifier tout ça !
      En attendant, nous pourrions envoyer une petite missive aux Autorités…
      Ou porter plainte pour “désastre sanitaire” ; mais on le faisait, il faudrait un dossier-béton pour convaincre un juge… Plusieurs années de travail !
      En attendant, on continue de “piquer” nos bébés dès l’âge de deux mois…

      1. Tout est référencé
        La documentation est immense;elle se lit comme des romans policiers,tellement les révélations sont effroyables
        La vaccination est un crime contre l’humanité ; le “massacre des innocents”
        Qu’y a t il de pire que de voir son enfant devenir handicapé ou autiste le lendemain ou quelques j après une vaccination inutile?
        Il y a des milliers de témoignages de mères éplorées et se sentant coupables

          1. http://www.vaccinationcouncil.org/ Un très grand site
            Des articles par d’éminents scientifiques en particulier l’admirable Suzanne Humphries
            ThinkTwice Global Vaccine Institute
            http://thinktwice.com/ site de Neil Z Miller qui étudie les vaccins depuis 20 ANS
            2011 – Jean PILETTE. Docteur en médecine. Membre du E.F.V.V. (European Forum for Vaccine Vigilance). MALADIES INFECTIEUSES. ET. VACCINS
            http://www.alis-france.com/download/Maladies_infectieuses_vaccins_Pilette.pdf

    2. “-Vaccin antitétanique :inefficacité complète au vu des diverses statistiques
      Le tétanos est une maladie non immunisante
      Les anticorps du vaccins ne peuvent atteindre la zone de sécrétion de la Toxine puisque qu’il s’agit d’une zone de nécrose anaerobie sans apport sanguin,mais où persistent des fibres nerveuses(Dr Méry)”
      “Vaccin antitétanique :inefficacité complète au vu des diverses statistiques”
      LEs observations des cas de tetanos avant et après peroide de vaccination dans les armées US sont plutôt dans le sens de la vaccination.
      Quells sont les observations contraires ?
      “Le tétanos est une maladie non immunisante”
      Qu’estce que ça veut dire ?
      Qu’on peut faire plusieurs fois le tétanos ? Si on survit.
      Et si le vaccin l’empèche ?
      “Les anticorps du vaccins ne peuvent atteindre la zone de sécrétion de la Toxine puisque qu’il s’agit d’une zone de nécrose anaerobie sans apport sanguin,mais où persistent des fibres nerveuses(Dr Méry)”
      C’est pas le sujet.
      La maladie n’est pas sur le lieu de l’infection mais à distance la toxine diffusant à tous les muscles . Dans les rares cas de tétanos regional (Tétanos de Rose) ce n’est pas non plus la plaie mais les muscles de la région quisont atteints.

      1. En août 1987, le Dr MASAR démontra que sur les 28 cas de tétanos identifiés en Slovaquie, 20 cas provenaient de malades ayant été vaccinés correctement, soit 71% cas de tétanos chez des personnes vaccinées [7].
        Au Danemark en 10 ans 100 cas de tetanos 66% de vaccinés
        2 e guerre mondial :même taux dans les pays vaccinés ou non
        Un patient hyperimmunisé pour recueuill d’IG fait un tétanos malgré un taux d’AC 4000 fois le seuil d’immunité !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
        C’est pas le sujet.
        “La maladie n’est pas sur le lieu de l’infection mais à distance la toxine diffusant à tous les muscles . Dans les rares cas de tétanos regional (Tétanos de Rose) ce n’est pas non plus la plaie mais les muscles de la région quisont atteints.” FAUX
        LA TOXINE REMONTE PAR LE NEURONE VERS LE NEVRAXE
        Qu’on peut faire plusieurs fois le tétanos ? Si on survit. OUI!

        1. Non on ne refait pas le tétanos si on lui survit, car les réanimateurs vous vaccineront 😉
          Ceci dit le fait que le tétanos n’immunise pas n’est pas contradictoire avec une efficacité du vaccin.
          Je ne vous suis pas.
          Blague à part, j’ai pas mal déraillé avec la toxine dans les muscles ( sus parti sur un autre Clostridium celui du botulisme) mais pas complètement:
          Oui la toxine remonte vers le névraxe mais avant de diffuser, une fois dans le cerveau, passe dans l’espace extracellulaire où les anticorps se trouvent, ou pas.
          Je cite un papier sur le tétanos :
          J’ai googlé , trop la flemme de ré-écrire et traduire:
          Traduction (1)
          “La toxine du tétanos se lie à un récepteur du neurone moteur alpha pré-synaptique et est internalisé. Dans ce neurone, il va inhiber les protéines nécessaires à la libération du transmetteur de pression, entraînant une faiblesse dans les muscles innervés par ce neurone (tétanos local). Il est également déplacé par le transport axonal rétrograde rapide vers la moelle épinière et le tronc cérébral, d’où il SORT du neurone moteur et est repris préférentiellement par les interneurones inhibiteurs glycinergiques, provoquant une augmentation du tonus musculaire et les spasmes tétaniques (tétanos généralisé). Le virus rabique est également transporté par le même système. La toxine botulinique se lie aux mêmes récepteurs sur les neurones moteurs inférieurs, mais ne sont pas internalisés ou transporté chez les mammifères.
          Dans la prévention soit par les immunoglobulines antitétaniques , soit par le vaccin.
          L’ Anticorps (soit antitoxine du tétanos exogène, ou celui induit par immunisation à l’anatoxine tétanique) se lie à la toxine dans l’espace extracellulaire à l’extérieur du système nerveux central. Comme la toxine doit traverser cet espace pour atteindre le neurone, l’anticorps empêche efficacement la maladie de débuter . Si le patient est pas protégé et commence à faire le tétanos, l’anticorps exogène se lie à la toxine extraneurale mais pas à celle déjà dans les neurones.
          Quant aux études que vous citez j’aimerais être sûr qu’elles ne soient pas le fruit d’un “cherry picking” ou citation selectives. Vous savesz par exemple que les études montrent que les statines sauvent les gens de la maladie cardiaque. Et pourtant ….
          Bref j’avoue ne pas avoir fait la recherche exhaustive de toutes les études sur l’effet ou non du vaccin, et encore moins analysé en détail chacune de ces études pour en déterminer le validité. Je pense qu’il me faudrait quelques mois…. optimiste je suis .
          Et j’ai noté l’auteur cité par M. de Lorgeril mais la même question se posera.
          Bref, j’attends la retraite…;
          1- Tetanus (Clostridium tetani). Hodowanec AC, Bleck TP. In Bennett JE, Dolin R, Blaser MJ (eds), Principles and practice of infectious diseases. Philadelphia: Elsevier, 2015, pp. 2757-2762.

          1. J’ai eu aussi beaucoup de mal à admettre que depuis l’âge de 20 ans environ (premières années de médecine), je me suis fait “enfumer” avec la vaccinologie officielle ; j’ai même honte !
            45 ans de “berlusconneries” ; dur !
            Lisez Michel Georget, vite, c’est plein de citations de l’OMS et avec de jolies courbes ; j’en ai déjà vérifié pas mal (mais pas tout) et n’ai pas trouvé une anicroche…
            Je voudrais bien que quelqu’un vienne me dire où Georget “dérape”…
            C’est long à venir et m’incite à penser que dérapage il n’y a pas…

          2. “Lisez Michel Georget, vite, c’est plein de citations de l’OMS et avec de jolies courbes ; j’en ai déjà vérifié pas mal (mais pas tout) et n’ai pas trouvé une anicroche…
            Je voudrais bien que quelqu’un vienne me dire où Georget « dérape »…”
            Oui mais si il ne citait pas les papiers en faveur du vaccin comment le savoir ?
            Avec les statines c’est nettement plus facile et concentré dans le temps.
            MAis il est vrai que la liste des vaccins administés aux enfants me galce un peu.
            On dirait presque une aventure d’Astérix (je cte Genglyme)
            ’Infanrix Hexa + Prevenar + Rotarix + Priorix+ Menjugate + Revaxis + Boostrix Cervarix,

          3. Attention, les arguments en faveur des vaccins sont disséminés par l’industrie ; il n’y a aucune chance que vous “ratiez” le moindre argument en faveur…
            Quant aux courbes, elles sont comme disent certains “factuels”…

          4. Bonjour,
            intéressante cette allusion au virus rabique, car je repensais justement aux campagnes de vaccination des renards sauvages, par des appâts contenant un vaccin antirabique, dans la campagne où j’ai grandi…
            Est-ce que quelqu’un en sait plus sur l’efficacité (ou non) de cette méthode ? (vu qu’on n’entend plus guère parler de cas de rage dans ma région…).
            Je pense aussi aux animaux de compagnie (chiens, chats, chevaux…) qui sont également soumis à la vaccination annuelle obligatoire… ça en fait du monde (en plus des humains !)

  32. Les vaccins nous protègent des maladies?
    Pour cela, passons en revue quelques maladies infectieuses :
    1. La variole :
    En Bavière, en 1871, il y eu 30.742 cas de variole dont 29.429 cas chez des personnes vaccinées, soit plus de 95 % de cas de variole chez des vaccinés.
    La Prusse, à la même époque, vaccina à tour de bras et connut la plus haute incidence de variole dans les pays du Nord de l’Europe avec 69.839 cas.
    En 1905, les États-Unis prirent possession des îles Féroe. Avant la prise par ceux-ci, le taux de mortalité par la variole était de 10%. Entre 1905 et 1906, à la suite de campagne massive de vaccination, une épidémie fit mourir 25% des habitants. Entre 1918 et 1920, aux Philippines, l’armée américaine obligea 95 % de la population à se faire vacciner contre la variole. Il y eut une terrible épidémie avec 60.000 morts, emportant 54 % de la population. La capitale Manille – dont la population avait été vaccinée en presque totalité – fut la plus touchée (65,3%). Pendant le même temps, les habitants de l’île de Mindanao – dont la population avaient refusé de se faire vacciner – furent touchés de la variole dans seulement 11,4 %, soit sensiblement le même taux de mortalité observé avant l’entrée des États-Unis [1].
    2. La diphtérie
    En 1919, il y avait en Norvège quelque 16.000 cas de diphtérie. Alors que ce pays vaccinait peu, il n’y eut que 54 cas de diphtérie en 1939.
    En 1941, la vaccination a été généralisée : en 1943, 22.000 cas de diphtérie furent recensées…
    3. La coqueluche
    Le département américain de la santé publia une étude sur les cas de coqueluche rapportés entre 1987 et 1991 dans l’Ohio. La moitié des cas rapportés étaient des personnes vaccinées [2] …
    En 1993, il y eu une épidémie de coqueluche à Cincinnati (Célia D.C. CHRISTIE et al 1994) :
    74 % des enfants entre 19 mois et 12 ans qui avaient fait la coqueluche avaient reçu 4 ou 5 doses du vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche ;
    82 % des enfants entre 7 et 71 mois avaient reçus au moins 3 doses.
    4. La poliomyélite
    En 1986, une sérieuse épidémie de poliomyélite eut lieu en Afrique de l’Ouest qui pratiquait la vaccination massive contre celle-ci, comme recommandée par l’OMS. La vaccination massive n’empêcha pas l’épidémie de poliomyélite [3] et il y eut près de 200 enfants correctement vaccinés qui contractèrent la poliomyélite… [4] [5]
    En 1988, il y eut une épidémie de poliomyélite à Oman : les cas furent plus nombreux dans les régions où la vaccination avait été pratiquée de manière massive.
    Entre 2007 et 2008, il y eut de 1.433 cas de poliomyélite sur virus sauvage (PSV) relatés en Inde [6] :
    1.108 cas ont reçu plus de 7 doses = 77,3 % des cas (sur un total de 1433 cas) ;
    265 cas ont reçu entre 4 et 6 doses = 18,4 % des cas (sur un total de 1433 cas) ;
    40 cas ont reçu entre 2 et 3 doses = 2,79 % des cas (sur un total de 1433 cas) ;
    20 cas avaient leur statut vaccinal inconnu (aucune dose ou dose inconnue) = 1,39 % (sur un total de 1433).
    5. Le tétanos
    En août 1987, le Dr MASAR démontra que sur les 28 cas de tétanos identifiés en Slovaquie, 20 cas provenaient de malades ayant été vaccinés correctement, soit 71% cas de tétanos chez des personnes vaccinées [7].
    D’autres auteurs ont également remarqué que la vaccination anti-tétanique ne protégeaient pas (PASSEN, 1986) [8] (CRONE 1992) [9]
    6. La rougeole
    En 1985, il y a eu des épidémies de rougeole dans les écoles de Browning Mount, aux Etats-Unis. 98,7 % des étudiants étaient correctement vaccinés.
    [10].
    En 1986, le nombre de cas de rougeole était au Canada 7 fois plus élevé qu’en 1985 : sur les 5575 cas étudiés, on remarqua que :
    60 % des cas concernaient des sujets bien vaccinés,
    28 % des cas chez des sujets non vaccinés
    12 % des cas chez des sujets dont la situation vaccinale était inconnue.
    En 1993, on démontra que 72 % des rougeoles relevés dans l’Ohio (2720 cas) avaient été observés chez des personnes vaccinées contre la rougeole [11].
    En 1994, aux États-Unis, on fit une étude rétrospective des cas de rougeole ayant eu lieu pendant les années 1980 : 20 à 40 % des cas étaient rapportés chez des personnes vaccinées [12].
    En 1994, en France, on fit une étude rétrospective des cas de rougeole survenue dans la banlieue parisienne : parmi les 112 cas notifiés de rougeole, 30,4 % correspondaient à des échecs vaccinaux. D’après les auteurs, ces échecs n’étaient pas liés ni à l’âge, ni à la date de vaccination, ni au numéro de lot de vaccin [13].
    En 2010, des cas de rougeole chez des personnes correctement vaccinées ont été également observés en Italie
    http://www.info-vaccination.be/?Les-vaccins-nous-protegent-des-maladies

    1. Merci beaucoup.
      Pour un scientifique “agile” (y en a), face à de tels rapports, le problème est le suivant : si c’est vrai tout ça, comment vérifier ?
      Soyons courageux et regardons les choses en face.
      Si les “vaccinologues impétueux” racontent des balivernes, pouvons-nous a contrario croire les yeux fermés ce que nous disent les “anti” ?
      Certes non !
      Dois-je dès lors passer une (ou plus) année de ma vie dans des bibliothèques universitaires pour vérifier les propos des uns et des autres ?
      Je l’ai fait pour le cholestérol et les statines… Ça m’a pris plus de 10 ans… et pourtant, pas une semaine ne passe sans que j’aperçoive des choses que j’ignorais !

      1. Suzanne Humphries .
        Elle a écrit dans ce site que vous citez :
        ” Old Testament and the Koran, include specific passages containing principles which obliquely address many health issues. To many people, these scriptures place vaccines amongst may things which are not consistent with scriptural hygiene.”
        Mot à mot:
        “L’ancien testament et le coran contiennent des passages précis qui traitent indirectement de nombreuses questions de santé. Pour beaucoup de gens, ces écritures placent les vaccins parmi beaucoup de choses qui ne sont pas compatibles avec l’hygiène scripturaire.”
        http://www.vaccinationcouncil.org/2012/08/26/paul-offit-threatens-religious-and-philosphical-vaccine-exemptions-a-respose-by-suzanne-humphries-md/#sthash.KnAQd7d7.dpuf
        Bon il faudrait que j’approfondisse…. comme dit Monsieur de Lorgeril
        C’est une montagne .
        Parce que la citation sélective règne, l’argument d’autorité est répandu même chez les anti-vaccins.
        Par contre jamais je n’ai lu chez les anti-vaccin une prose approchant le dizième du quart de la rigueur de pensée du désossement de la théorie du cholestérol et de son traitement, la statine , par M de Lorgeril.
        Ca ne veut pas dire que ça n’existe pas mais leur façon d’acrire me rappelle plus celles des statinophiles autoritaires.

        1. Puis-je me permettre de vous recommander en urgence les ouvrages de Michel Georget ?
          J’ai indiqué un titre dans mon premier billet sur les vaccins. Retournez-y ; merci !

          1. Le dr de Lorgeril â passé en revue toutes les études des statines en prévention secondaire brandies par les cardiologues. . Les icônes de la cardiologie post-moderne. Facile à vérifier.
            Pour le vaccin faut remonter dans le temps. Faut tout sortir. Hercules, viens nous aider !
            Parce que la citation sélective , ca existe des 2 côtés.

        1. Je n’ai pas tout vérifié. Désolé !
          Mais le peu que j’ai fait me conforte dans l’idée que ces références sont instructives.
          En effet, pour deux des articles rapportant des “retours épidémiques” (notamment de rougeole) dans des populations vaccinées, les auteurs ne concluent pas du tout qu’il faille stopper la vaccination ; bref, ce ne sont pas des anti-vaccins fanatiques !
          Ils concluent que les choses sont troublantes (sans donner d’explications) et qu’il faut au contraire redoubler de surveillance et de programmes vaccinaux (pour les uns) ou bien (pour les autres) qu’il faut de nouveaux vaccins plus efficaces…
          En d’autres termes, ce sont des conformistes conventionnels qui ne sortent pas de la voie tracée par leurs prédécesseurs : continuez tout va bien !
          Conclusion : les références apportées par le Dr Genglyme doivent être prises très au sérieux.

          1. Le site d’Inox ne me pose qu’un seul problème, il annonce que sa dernière mise à jour date du … 22 Juin 2013.
            Il faut tirer le déroulant jusqu’en bas pour s’en rendre compte, je cherchais le ou les “proprios”, que j’ai d’ailleurs pas trouvé.

          2. @ Reliquet . je n’avais pas flashé sur le déroulant à gauche, il y a même une vidéo du Dr marc Girad de 2010. C(est du lourd. Bon c’est vrai que le site n’a pas été actualisé depuis 2013… Bon , quelle importance ? Comme disait le romancier Erich Maria Remarque dans son livre “A l’ouest, rien de nouveau ?”.

  33. Bonjour à tous,
    Malgré mon âge, mes pathologies, ma D.G. me déconseille le vaccin anti-grippal. Elle préfère me prescrire de l’homéopathie , pensant qu’elle me permet de fabriquer également des anticorps… pour m’être renseignée chez Boiron, je sais qu’elle a tort : influenzinum (influenza) , malgré son appellation, ne constitue pas un vaccin … je ne vous apprendrai rien en vous disant que cette méthode agit seulement en stimulant le système immunitaire. Ma foi, cela me convient et c’est l’essentiel (coïncidence ?)
    Pourtant quelque chose m’intrigue : par ailleurs je prends Plaquenil qui est sensé joué le rôle de bémol sur mes réactions immunitaires, paradoxe ? enfin je cherche peut-être trop “la petite bête” !!!

    1. Ah ? Il y a un excipient dans le granule Boiron, qui stimule l’immunité ?
      Je ne sais plus où j’ai entendu dire que si on imagine les molécules présentes dans un traitement homéopathique comme des billes et que l’on tend une ligne de billes de la Terre à la Lune , on n’est même pas sûr qu’il y ait une bille de principe actif.
      Mais ce n’est pas le problème.
      Et puis c’est vil et bas de dire ça. Et je suis d’accord que les patients soumis au couple médecin homéopathe- granule homéopathique, se sentent mieux.
      Avec l’aide certe aussi de mère nature, de la regression à la moyenne etc.

      1. Hé BARAHJ, quand tu veux je te montre que la dilution a un effet! De dire “intelligemment” qu’il n’y a pas de”molécule” dans le produit, ne prouve pas qu’il n’a pas d’effet. La connaissance a les limites intellectuelles qu’elle s’impose, l’expérience est limitée par le résultat reproductible, juste par le résultat.

        1. J’ai longtemps pensé que la dilution éliminait presque totalement les molécules initialement présentes…
          Jusqu’au jour où un éminent physicien travaillant sur la structure de l’eau [c’est trèèèèèèès complexe une molécule d’eau] m’a expliqué gentiment (c’est-à-dire sans me donner l’impression d’être un crétin…) que des molécules passant dans l’eau pouvaient gravement modifier la structure moléculaire de l’eau et y laisser des traces après avoir été éliminées du milieu. Laisser une trace…
          Donc, la mémoire de l’eau !
          Bref, Jacques Benveniste (qui fut beaucoup raillé) avait sans doute raison…
          Étant peu versé dans la chimie moléculaire de l’eau, je laisserai à d’autres le soin de défendre l’homéopathie ; mais je crois qu’on gagnerait beaucoup (et nos patients aussi) à prendre ça très au sérieux.
          C’est le sens du mot “bienveillant ” que nous donnons à notre Nouvelle Association : Médicale, Scientifique, Indépendante et Bienveillante…
          Suivez notre panache blanc…

          1. Je ne crois pas que feu Jacques BEnveniste était physicien. Il avait mis en évidence le PAF ou platelet activating factor. travaillait sur l’inflammation et l’allergie.
            Son papier dans Nature m’a laissé bien perplexe à l’époque sur les contrôles …. et une des critiques qui m’a séduit était un calcul selon lequel les oscillations de la courbe mesurant la dégranulation des basophiles in vitro pouvait s’expliquer par l’utilisation de plateaux de “puits” et de micropipettes pour y deposer la solution homeopathique.
            J’avais été soumis pour mon plus grand bien de jeune chercheur à une formation obligatoire à l’INSERM sur les risques des produits que l’on manipulait, toxiques cancerigènes etc. , et une des diapos montrait en très fort grossissemnt ce qui se passe quant on depose un aliquot de solution dans un cône ou un puits: c’est comme les mecs qui pissent…
            Ca en fout partout à côté. partout. Horrible.
            Et la lettre avait calculé que ce que la pipette déposait à côté du puits expliquait la sinusoide obesrvée (de mémoire) .
            De plus il me semble qui’l n’y avait pas d’expérience témoin et à l’aveugle.
            D’ailleurs les expériences n’ont pas été reproductibles lors de l’inspection foutraque et granguignolesque (avec un magicien pardon un prestidigitateur !) mandatée par NAture. N’empêche que en imposant des expériences-contrôle, ça n’a plus marché. L’eau avait perdu la mémoire. Fou ça . L’Alzheimer de l’eau.
            Je crains que J Benveniste ne se soit quelque peu emballé devant des résultats suggérant l’altération moléculaire de l’eau pas des solutions antigéniques, et laissé grisé par l’énormité de sa découverte.
            Surtout, imaginer que des centaines de molécules diluées différentes puissent engendrer des centaines de modifications moléculaires différentes , chacune spécifique d’une parmi des centaines de maladies là c’est dur à gober.
            Ce n’est pas parce qu’on est seul contre tous (et ignoblement maltraité) qu’on a raison. Même si les réactions contre lui ont été typiques des cons qui ne supportent pas que l’on discute un dogme. Bref des non-scientifiques.

          2. Je n’ai pas écrit que l’éminent physicien dont je parlais était Benveniste lui-même…
            Que les expériences (et les statistiques) produites à l’époque n’aient pas été reproduites à ce jour (j’ignore si quelqu’un a essayé…), ne nous autorise pas à nous moquer ; et les arguments que vous proposez (le biais des pipettes) me parait peu sérieux. Nos techniciens de labo savent utiliser les pipettes… Allez travailler 10 minutes dans un labo de biologie moléculaire et vous comprendrez !
            Et effectivement, je peux “imaginer que des centaines de molécules diluées différentes puissent engendrer des centaines de modifications moléculaires différentes”… même à passer pour un niais. Humilité donc devant Dame Nature !
            Ouais, 40 années de recherche et la confrontation avec de multiples scientifiques qui me prenaient (et encore aujourd’hui) pour un niais m’amènent à penser que l’inimaginable est possible…

        2. Je ne me moque pas et je sais que Semmelweis et Pasteur sont passés pour de grands zozos.
          Bon , Pasteur s’est adonné à la promotion de la vaccination , mais tout de même …

          1. @ Barajh, Aubepine et MDL : L’ Homéopathie … Que n’a t’on dit sur ce sujet . Efficace ? Placebo ? ( Ça marche sur les chevaux, une connaissance s’occupant de ces bêtes me l’a certifié, et les chevaux ne savent pas lire). J’y ai parfois succombé, puis douté.
            Mais vos commentaires ont réveillé en mois un souvenir d’ articles lus sur S & V, donc je “n’avale pas tout” , mais qui m’intéressent assez souvent. Ceux du n°1169 de février 2015 comporte deux articles :
            1/ page 34 et 35, Intitulé la ” mémoire de l’eau refait surface ” pourquoi l’hypothèse ne convainc toujours pas ” : Il s’agit des travaux du Pr Luc Montagne, virologue, prix Nobel ( ce n’est donc pas un imbécile et je me souviens d’un article d’il y a au moins 20 ou ans, dans lequel il mettait en garde les dangers du cannabis sur le cerveau, les gènes, et l’ irréversibilité des dégâts :tout cela est confirmé aujourd’hui…) et il pourrait une nouvelle fois avoir raison. En effet, selon lui et en simplifiant, il prétend que dans son labo, il a placé un capteur près d’un échantillon d’eau pure ayant été en contact avec un fragment d’ADN, il a enregistré des ondes électromagnétiques, les a numérisé et le a envoyé par e-mail à 1700 kss de la à l’université de salerne où un équipe de physiciens menée par Giuseppe Vitiello a reçu l’e-mail, reconstitué le signal, l’a émit vers des tubes d’eau pure… et y a trouvé de de l’ADN identique à 98 % à celui du labo émetteur.
            Les théoriciens associé au projet, Vitiello et le chimiste Marc Henry ( université de Strasbourg) proposent une explication au phénomène : Les interactions entre les molécules d’eau engendreraient l’apparition, autour des “impuretés” d’une polarisation, donc d’ondes qui perdureraient mêmes en l’absence de ces impuretés.
            Bien entendu tollé d’autres scientifiques, et les publications ne détaillent pas assez le dispositif pour êtres reproduites ( c’est normal, on doit pourvoir reproduire) mais je pense qu’il faut laisser du temps au temps pour…
            2/ Dans le même numéro je lis de la page 42 à 53 un article intitulé ” L’énergie de la vie, elle tient dans une goutte d’eau ” et dans lequel on apprend, ( trop long et complexe pour le synthétiser, c’est à lire ) que l’expérience menée à l’université de Strasbourg (…) qu’il s’agissait de mesurer ,,au sein d’une goutte, la vitesse à laquelle deux molécules organiques ( un aldéhyde et une amine) réagissaient ensembles pour former une molécule complexe; Contre toute attente, le résultat a été spectaculaire : Très vite toutes les gouttes se sont illuminées ! ce qui prouve que de simples gouttes sont de formidables accélérateurs de réactions chimiques et pour la première fois, un processus naturel permet d’expliquer , sans intervention extérieure, ma formation de molécules complexes, étape cruciale de l’apparition de la vie sur terre.
            Selon un divers chercheurs cité dans ce long article, tout viendrait de ce que la paroi de la goutte déplace l’équilibre thermodynamique.
            Bref, je passe sur toutes les explications, et je me pose la question :
            Connaît on vraiment l’eau, la goutte d’eau, l’a molécule d’eau ?
            il y a encore beaucoup de choses à savoir, surtout si grâce aux phénomènes physico-chimie chimico biologiques, elle garde tout en mémoire…

        3. Je suis preneur.
          Suis pas sûr d’avoir les outils intellectuels comme on dit, pour comprendre des articles de chimie moléculaire ou de physique de l’atome mais bon. Voyons .
          En fait je suis sûr de ne pas avoir la formation pour comprendre, en vrai.

      2. Et que diriez-vous des Elixirs floraux du DR Bach, ce contemporain du DR Hahnemann ?
        Là, je peux vous assurer que ça marche !! Personnellement ils m’ont beaucoup rendu service puisque, sans rien changer d’autre, j’ai pu diminuer mes antihypertenseurs de plus de moitié !!
        il m’a suffit de choisir les quelques fleurs qui semblaient me convenir, parmi les 38 proposées …
        Sachant que ces fleurs agissent sur le psychisme, j’ai opté pour cette méthode puisqu’on me parlait toujours de mes catécholamines. Vous savez bien que lorsque tout va bien dans la tête : tout va bien dans le corps, AUSSI ! HOLISTIQUE !
        Je suis contrariante, ne m’en voulez pas trop !

  34. En réponse à Reliquet
    Ma grippe a duré dix jours mais j’ai jeûné quatre jours. Comme les enfants je cesse de m’alimenter quand je suis malade. Malheureusement les médecins insistent auprès des mères pour que les enfants mangent quand ils sontt malades
    J’ai appris à jeûner avec des allemands.
    s

    1. Bravo ! faire manger les gens à tout prix est une imbécillité bien ancrée dans le cerveau reptilien de la plupart des gens, héritage d’une époque où l”on ne mangeait pas à sa faim avec des conséquences délétères
      une phrase souvent entendue résume cette croyance : “Un sac de pommes de terre vide de tient pas”, faut-il préciser que nous ne sommes pas un sac ? Apparemment oui, y compris, pour nombre de médecins
      Ma mère et une ex compagne (pourtant jeune) mangeaient une fois par jour et s’en portaient fort bien, allez faire comprendre ça à des infirmières à l’hôpital ! (ou dans une maison de retraite… )
      Dans “nos” pays industrialisés, l’ennemi n’est plus la carence mais l’excès.
      Quant aux vertus du jeûne il demeure médicalement méconnu pour les mêmes raisons “reptiliennes”, l’organisme dispose en lui de tout ce qui est nécessaire pour jeûner longtemps, seuls l’eau et l’oxygène nécessitent un apport extérieur permanent.
      il est à noter que les grandes religions préconisent le jeûne (et ceci bien avant l’ère industrielle), les raisons médicales en sont, à mon avis, évidentes

      1. Mais au fait pourquoi jeûner ?
        sûrement pas pour perdre du poids (il serait repris très vite après) mais pour reposer l’organisme, en particulier bien sûr le “système digestif” (et c’est vaste) qui consomme à peu près autant d’énergie qu’un camion en côte…

  35. Quand je pense à tous les risques que je fais courir aux autres , Ayant bénéficié d’une mère farouchement anti-vaccins .,Je n’ai eu que le vaccin, contre la poliomyélite qu’elle jugeait indispensable , puis contre la fièvre jaune pour avoir un visa pour aller en Afrique , là ,là, comme j’ai été malade!!!….ensuite cela a été un critère de destination ,je ne me suis plus rendue dans aucuns pays qui exigeaient des vaccins. on ne se dérobe pas comme ça à une injonction maternelle. Un grand merci Maman.
    je voulais aller en Afrique et depuis bien sûr , plus rien. Que de dossiers ai je pu donner au médecin du travail de la mutualité sociale agricole dont je relevais , merci Maman.
    Pas tout à fait contre les vaccins , si il y avait en avait un qui protège même à minima contre la maladie de Lyme je le ferais faire.

  36. Bonsoir Docteur/s : Bon sang, j’ai déjà du mal à destatiniser les quelques personnes que je connaisse et qui en prennent sans compter tous ceux que j’essaie de convaincre de la justesse de votre/notre combat en prêtant soit vos livres soit en diffusant via les boites mails la pétition, les articles et reportages ( le dernier par exemple, celui du sénat…) à qui veut bien m’accorder un peu de patience, v’là t’y pas (comme disait l’autre) qu’il va falloir réveiller les consciences, les soupçons, les certitudes de tous ceux qui jusqu’à présent, adultes, se sont fait vacciner et ne s’en portent pas trop mal (apparemment) et les convaincre des dangers REELS de la surmultitude des vaccins de confort que on oblige à faire injecter à nos tout petits !!!
    Comment convaincre des “belles filles”, travaillant en tant qu’infirmières dans des services hospitaliers de néo natalités, que tout a été plus ou moins falsifié, que leurs chefs de service les oblige à faire des “c…..ries” dangereuses pour ces tout petits; Un ex: Le vaccin contre la méningite ! Alors que je discutais de ce sujet avec l’une d’elle ( à Grenoble …)il y deux ou trois mois, je ne sais plus, elle m’a parlé d’un cas d’enfant hospitalisé à ce moment-là et victime de cette forme particulièrement atroce de méningite infectieuse pour laquelle on en vient à amputer les membres de l’enfant pour tenter de le sauver. Il n’avait pas été vacciné… Ai-je été enfumé ? Mais que répondre à ça ?
    Comment faire le tri de ce qui est nécessaire pour les bébés ( et dieu sait que je suis plutôt contre cette vaccination obligatoire et pas toujours justifiée) lorsqu’on n’est pas médecin averti (contre Big pharma) et qu’on est un simple grand-père ?

    1. Juste un petit mot encore : dans votre billet vous parlez du temps “d’exiger” . Mais tout le monde exige maintenant, l’ouvrier, le patron, le chômeur, le médecin libéral, hospitalier, le malade, le malade putatif, l’homme sain, l’écologiste, l’étudiant, le retraité etc….
      Bien sûr tout le monde a des droits, donc tout le monde peut exiger, mais qu’en est-il des devoirs de tous ces gens là ( dont je suis)? Les devoirs sont le plus souvent subjectifs, des questions de conscience, mais apparemment le monde actuel en est bien dépourvu comme d’ailleurs du simple bon sens, expression particulièrement prégnante de l’intelligence humaine. Bon c’est hors sujet mais ça fait du bien de le dire…

    2. Très peu d’enfants sont vaccinés contre une forme quelconque de méningite.
      Celui-là ne l’était pas ; ce n’est pas étonnant ; il n’est pas le seul.
      Les méningites bactériennes (à méningocoques notamment) sont de terribles maladies…
      Heureusement elles sont rares ; pas si rares les complications de la vaccination anti-méningocoque…
      Il serait folie de vacciner des millions d’enfants avec toutes les complications attendues pour “sauver” quelques rares cas ; j’ai mis “sauver” entre guillemets parce que persiste cette autre interrogation terrible : cette vaccination est-elle efficace ? Si elle l’était, avec quelle force et pour combien de temps ?

      1. Bonjour Docteur. Effectivement, ce sera mon argumentation à venir. Mais que c’est difficile de prendre une décision…
        Pour en revenir un court instant sur les devoirs, je précise un peu ma pensée : C’est notre devoir à tous de dénoncer ce qui ne va pas, au minimum de pointer du doigt des anomalies, de tenter de donner des solutions, de faire part de nos incertitudes et de nos certitudes, de résister à la pensée unique si elle va à l’encontre de ce que nous pensons être juste, d’éviter de bousculer la susceptibilité de l’opposant mais réveiller sa conscience . Ce site, ce blog s’y prête volontiers et vous, comme beaucoup d’entre nous le faisons ma foi assez bien.
        Je suis ainsi assez fier de faire partie des commentateurs de tous horizons … et d’adhérer à la future association. Fermez le ban.

  37. J’ai septante ans. Je viens d’attraper la grippe (je refuse le vaccin). J’ai jeûné quatre jours et je vais parfaitement bien.

    1. Bonjour Madame,
      Que vous vous portiez bien à J4 d’une grippe est… fréquent, surtout si vous avez contracté un virus pseudo-grippal, donc de pathogénicité moindre.
      Ce qui m’épate, chère Madame, c’est le jeûne bien organisé. La technique 18/24h, 24/168h, 7j/an… pourquoi aucune étude d’ampleur, dirigée par des physiologistes Internationaux et Bienveillants, payée par des Facultés libres, ne renseigne jamais l’Humanité sur les exactes conséquences de telles pratiques (non) alimentaires?
      Parce qu’on préfère nous pousser à une consommation toujours plus effrénée, pour raison économique, vous croyez?
      N’empêche que demain, si une Association Indépendante pouvait me renseigner…

      1. Ben oui d’après les virologues “sérieux et indépendants” dans les syndromes grippaux il y a entre 1 et 3 % de vraies grippes !

      2. Je pourrais alors témoigner car j’ai une expérience du jeune qui date de plus de 20 ans première expérience avec jeune et randonnée en 1991.

        1. Bonjour Jo,
          Donc sur un blog antistatine qui parle aujourd’hui de vaccin, dès la page 1 on bifurque sur le jeûne, Aberkanne et Laloux y retrouveront évidemment leurs petits…
          Oui Jo, il faudra nous dire. Tant de maladies de surcharges, diabète, Hta, arthropathies, maladies digestives, surpoids, tant de non-sens alimentaires qui pourraient éventuellement trouver un soulagement -quand même pas une guérison, si?
          Dans la vie on ne devrait jamais s’interdire de bien se poser les questions du ” et si je savais mal”? du “et si je savais moins que ceux qui m’ont précédé?” Sans oublier le “où puis-je apprendre sans me faire arnaquer?”
          Bon, je sais, je suis chiant quand il pleut, pardonnez-moi!

      3. Bonsoir Reliquet; Vous demandez des précisions sur le recherches faites sur le jeune; On en a déjà parlé sur ce blog, c’est ainsi que je répète, tout est dans le livre (et le docu ARTE) de Thierry de Lestrade, avec des références de recherches et autre , voyez cela :
        Le jeûne, une nouvelle thérapie ?, en livre – ARTE Boutique
        boutique.arte.tv › … › Grands auteurs › Jeunesse › Muet › Trash
        ainsi que dans les travaux du Pr Valter Longo ( chercheur qui est lin d’être stupide ), Thierry de
        Lestrade en parle dans cet article !
        Thierry de Lestrade : «Qui peut affirmer que le jeûne …
        bibliobs.nouvelobs.com › Documents
        Pour ma part, j’ai pratiqué le jeûne total ( boire que de l’eau…) 3 fois, un fois deux jours, une fois trois, une fois quatre SANS inconvénient tout en continuant mes entrainements, avec comme résultat, une baisse formidable de mon diabète pendant 6 mois ‘( revenu à cause d’une injection – nécessaire – de cortisone pour faire disparaître une “ténosynovie” conséquence des séquelles de ma tendinite de la coiffe des rotateurs due aux statines …) Vous expliquerait ça de vive voix un jour, et surtout m’a débarrassé définitivement je pense, d’un urticaire tenace sur lequel aucune pommade prescrite par la dermatologue ni par mon MG n’ont eu d’effet !
        Et je dois dire que dès ce printemps, lorsque je serai sûr de ne pas être contrarié durant quelques jours, je tenterai un nouveau jeûne plus long ( avec mon épouse ) pour juguler définitivement ce diabète, que je contrôle à nouveau sans médoc et avec la DM.
        Mais bon, on verra.

        1. @ Reliquet et tout intéressé : à propos du jeûne, sur ARTE vous pouvez voir en REPLAY actuellement le documentaire “Le jeûne, nouvelle thérapie ?) de Thierry de Lestrade qui date de 2011, dont j’ai acheté et lu le vire. C’est un bon complément à mon sens de ceux du Dr MDL.
          J’ai vérifié les liens et intervenants et donc à propos des études dont on nous dit qu’il y en a peu pour vérifier les conséquences ou l’ efficacité du jeûne, je suggère ces liens par ex; à propos des études faites par le Pr Andréas MICHALSEN, Directeur du Service
          Charité Universitätsmedizin , Berlin
          Nutrition and Dietetics, Psychosomatic Medicine, Counseling Psychology ( faisant partie du plus grand hôpital civil d’Europe) dont voici le lien :
          Andreas Michalsen – Publications
          Traduire cette page
          http://www.researchgate.net/profile/Andreas_Michalsen2/publications
          Parmi ces études, celles ci sont particulièrement intéressantes :
          Article: Therapeutic Fasting in Patients with Metabolic Syndrome and Impaired Insulin Resistance
          Rainer Stange · Christine Pflugbeil · Andreas Michalsen · Bernhard Uehleke
          [Hide abstract]
          ABSTRACT: Background: In this study, we evaluated whether a short- to mid-term fasting therapy (7-18 days) might improve insulin resistance according to the homeostasis model assessment for insulin resistance (HOMA-IR), measured during mid-term (80 days) follow-up observation in patients with metabolic syndrome. Methods: In this open label observational study in inpatients, criteria of metabolic syndrome were defined. Before medically controlled Buchinger fasting, a wash-out period for hypoglycemic agents was conducted. Further evaluation was carried out on day 80. Results: 25 patients (13 males, 12 females, mean age 61.3 years) were included in this study (mean fasting duration 11.5 days). Out of 16 inpatients with type 2 diabetes, 4 had been treated with metformin, 3 with insulin, and 1 with glimepiride before the intervention. After therapy, body mass index (BMI), fasting insulin, fasting glucose, and HOMA-IR were all significantly reduced. Compared to baseline, HOMA-IR decreased by 33% in all patients, by 38% in patients with type 2 diabetes, and by 23% in patients without diabetes. At day 80, BMI further improved, while other parameters showed complete (insulin) or partial (glucose, HOMA-IR) rebound. At this time, HOMA-IR values showed an only insignificant improvement in 15% of all patients, in 20% of patients with type 2 diabetes, and in 6% of patients without diabetes. There was no correlation between change in BMI and change in HOMA-IR (r(2) = 0.008, baseline minus day 80). No serious side effects were observed. Conclusions: Fasting as a safe and acceptable procedure may cause short- and mid-term improvement of increased insulin resistance (HOMA-IR). Patients with type 2 diabetes benefit more than those without diabetes. A possible clinical significance of this effect should be explored in larger and controlled clinical trials.
          No preview · Article · Dec 2013 · Forschende Komplementärmedizin / Research in Complementary Medicine
          Ca concerne par exemple le Diabète de type 2 , c’est facile à traduire par Google.
          Celui-ci est plus général, je ne mets que le titre :
          Article: Fasting Therapy for Treating and Preventing Disease Current State of Evidence
          Andreas Michalsen · Chenying Li
          [Hide abstract]
          Et ce qui ne déplaira pas au Dr MDL, beaucoup d’articles sur les effets du Yoga ou de la médecine Ayurvédique.
          Bon j’arrête là, ceci n’étant pas le sujet du billet mais ça concerne aussi l’immunité…
          Connect

    2. Oui, mais en fait, rigoureusemnt parlant :
      – difficile de savoir si c’est la grippe. Il y a des paquets de virus (>200 selon les gens de la Cochrane Collaboration qui bossent sur la grippe) qui donnent les mêmes signes cf le lien plus bas. .
      – difficile de savoir le rôle du jeune et des cataplasmes et du du temps qui passe (le placebo en sorte) .
      – les vaccinés aussi font la grippe, quoique moins que les non vaccinés et nn’ont pas moins de coplication. Enfin, ce n’est pas démontré. .
      http://www.cochrane.org/fr/CD001269/les-vaccins-pour-prevenir-la-grippe-chez-les-adultes-en-bonne-sante

    1. n’arrive pas à savoir la date de l’interview, sur facebook on ne met pas l’année ! Sortie du livre le 21 Février (de cette année ?), et le dernier commentaire est du 9/02 (aujourd’hui ?)
      cette interview courte et ramassée est 1 modèle du genre, nous devons la prendre pour exemple (et c’est aussi un cas d’école très didactique
      Avec cet homme rare nous avons notre meilleur ami.
      Provoquant, voire hostile et agressif dans le ton, le journaliste bouscule Even qui ne se laisse pas faire, dit sans la moindre ambiguïté TOUT ce qu’il a à dire, y compris (mezzo vocce) l’implication des médias, les quelques pointures corrompues, l’Etat qui ne fait rien, le cholestérol alimentaire sans intérêt, les artères bouchées oui mais PAS à cause du cholestérol…
      Pour moi ce passage court est un modèle dont nous devons nous inspirer : fermeté oui, agressivité jamais !
      à mettre dans les status de noter Asso !

      1. C’est une vidéo ancienne, et le livre est celui d’Even et de Debre qui a du sortir un 21 février et que je n’ai pas lu ! Tellement convaincue par ceux de MdL !
        Ce sont les aléas des réseaux sociaux ! Par manque de temps je vais parfois trop vite …
        J’ai espéré qu’il enfonçait le clou avec un nouvel ouvrage et j’ai espéré aussi une association avec notre amiral !
        Ça va viendre … Je le sens :-)))
        Ça gronde ici mais c’est juste la big tempête !
        Bonne soirée à tout le monde

  38. Et bien sur j’oublie la grippe le plus grand enfumage de ces dernières décennies. Tout est faux dans les discours qu’on nous sert la grippe va être terrible, seul le vaccin protège, il y a des milliers de morts à cause de la grippe,etc.
    C’est une formidable machine à cash!
    Pas de recherche pas de développement l’OMS donne les souches à mettre dans le vaccin et ensuite simple manip de laboratoire.
    Pas de pub c’est la sécu et le gouvernement qui s’en charge
    Tout benef.

  39. Les vaccins vaste débat!
    On es passé en 3 ou 4 décennies de la protection des personnes et de l’action de santé publique pour des pathologies graves et fréquentes: diphtérie, tétanos, polio, tuberculose et variole qui étaient des drame sanitaires à une vaccination de confort contre toute sorte de maladies bénignes ou rares voire rarissimes et donc dans une stratégie commerciale MERCI BIGPHARMA encore et toujours.
    La variole éradiquée la tuberculose devenue peu fréquente et le BCG ne sert à rien et cela était connu de puis les années soixante et il a fallu près de quarante ans pour ne plius le rendre obligatoire!!
    Mais c’est un vaccin français Môssieur mis au point à l’Institut Pasteur de Lille donc ici c’es tabou!!
    Diphtérie tétanos polio les seuls obligatoires à raison ca r on a vu ce qui est arrivé en Russie après la chute de l’URSS et le démantèlement du système de santé là-bas.
    Après on ajoute rougeole oreillons rubéole si la rougeole peut se justifier les deux autres c’est juste la copie du système étasunien ou la rubéole et les oreillons ne sont pas des maladies endémiques= quasi obligatoires et donc risque de rubéole congénitale et complications chez les adultes.
    Après la coqueluche causée par un bacille sensible aux antibiotiques facile à soigner et pas d’immunité définitive.
    Le plus beau l’hémophilus sympa ça comme enfumage de labo et le pneumocoque et hépatite B et la méningite et le papillomavirus et les rotavirus et bientot la varicelle et d’autres encore l’imagination est au pouvoir chez bigpharma mais pas pour la santé publique non pour la santé financière des labos!!
    ET y’a la dengue le zika ebola chikunmachin et j’en passe on a pas fini de nous inonder de vaccins inutiles et forcément dangereux.
    Au fait et le vaccin vraiment utile le paludisme c’est pour quand??
    Ah oui c’est vrai c’est dans les pays sous développés ça n’a pas de sous ça madame ça ne va rien rapporter tiens un peu de palu aux States et en rien de temps on aura un vaccin.
    ça me fait penser à la chanson des frères Jacques ” le fric”
    Bonne journée!

  40. Je conseille pour s’informer de voir le reportage de la RTBF sur youtube :
    https://www.youtube.com/watch?v=VFAKJx7cQ6Y
    Le reportage repose sur l’enquête du journaliste anglais Edward Hooper publié dans un livre : The River : A journey back to the source of HIV and AIDS – ed- Penguin, science (épuisé mais on peut se le procurer d’occasion à la librairie Galignani rue de Rivoli à Paris)
    Un autre reportage sur le lien entre autisme et le vaccin ROR :
    https://www.youtube.com/watch?v=Mt1WJO9JV-4
    On peut consulter le site belge : “Initiative citoyenne” très riche en information
    Le problème de la vaccination est encore plus énorme que celui des statines et du cholestérol !
    Mais les gens s’en foutent y compris les “braves gens” et futurs victimes !

    1. post sciptum
      autres sites belges qui recueille les publications internationales sur les effet secondaires des vaccins en plus de quelques articles :
      http://www.info-vaccination.be
      livre en anglais : Vaccination Policy and the U.K. Government: The Untold Truth Paperback – 9 Dec 2015
      by Christina England (Author), Lucija Tomljenovic PhD (Author) – ed kindle

  41. Allons bon, encore du boulot, encore des dépenses, encore du Paracétamol et encore des ennemis en vue…
    Depuis des mois je me tiens à l’écart de vos considérations vaccino-skeptics à tous, par désir de ne pas me disperser dans ma concentration.
    Mais si le plus grand cador francophone jamais né en physio-nutrition (ma marque préférée: Barane) se saisit de ce sujet si casse-gueule sous ses horipaux les plus humbles, celui de Généraliste, que puis-je objecter, moi qui n’en suis vraiment qu’un, qui vaccine régulièrement des 3.500g de chair humaine bien peu apte à résister à mes doubles aiguilles d’Infanrix6, Prevenar13 et Priorix dès leurs 4, 5, 11, 12 et 16 mois?
    – S’agissant de la vaccination anti- HBV pour les militaires et les professions de santé, pourquoi certains corps ne réclament qu’un statut à jour pendant que d’autres réclament une titration des Anticorps, qui ne reflète que l’immunité humorale et pas du tout la cellulaire?
    – Concernant le Tubertest pour les aspirants aux professions de santé, évidemment pour dépister les tuberculeux évolutifs, mais pourquoi on laisse passer ceux qui n’ont aucun Ac et qui partiront en Afrique Sub-Saharienne ou dans la Jungle de Calais?
    – Vis-à-vis de la vaccination anti- HPV (Cervarix, Gardasil), belle campagne de com’ pour annoncer son innocuité, ok, admettons, mais quelle durée d’efficacité, et pour quel proportion de jeunes filles vaccinées ? Comment réagir aux tentatives des firmes qui souhaitent aussi vacciner tous les garçons au motif qu’ils sont vecteurs sains… Comment admettre que devant une inquiétude légitime des populations ces vendeurs aient décidé de réduire le nombre d’injection à deux par enfants, me dites pas qu’ils savaient depuis longtemps que ce protocole était suffisant, mais que pomper 130 euro de plus par jouvencelle était trop tentant?
    – campagne vaccinale anti-grippale 2014-15, efficacité évaluée à 0% au Canada au motif que le virus avait muté pendant l’été précédent, on nous a sciemment laissé injecter à tour de bras un produit inutile, ça je ne l’oublierai jamais…
    -DTP Coq pour toute la vie, tous les 5, ou 10, ou aujourd’hui 15 ans, on fait comment dans les Ministères, de temps en temps on sacrifie une colombe et y’en à un qui lit dans ses entrailles pour mieux nous renseigner?
    – Fièvre Jaune, vaccination en fonction de l’âge dans certains pays, (merci de bien vouloir changer d’animaux pour vos immolations de temps en temps)
    Voilà! Mon silence n’était pas du désintérêt.
    Je crois bien que sur ces sujets aussi on se soit magnifiquement foutu de nos gueules.
    Donc vengeance. Donc, naturellement, AIMSIB!

Les commentaires sont fermés.

Merci d'avance, pour le 258 +1 eme commentaire.