"La fille de Brest" : leçons et commentaires

 
Une fois compris que c’est un film grand public, donc une sorte de film éducatif, et une fois que nous (professionnel de la santé) avons dépassé les aspects un peu irritants du “spectacle”, quels commentaires suscite ce film et quelles leçons peut-on en tirer ?
Affiche frachon
Le mieux évidemment serait d’aller voir le film (les deux heures passent vite) avant de lire ce billet qui n’est évidemment pas une critique style cinématographique, je tiens à le préciser.
Les évènements se passent en 2009 et après, donc environ 5 ans après la tragédie du Vioxx et après que l’auteur de ces lignes aient pris la décision de s’exprimer à propos des statines (autre tragédie) et du cholestérol en général. On avait de l’avance avec les statines mais les deux “affaires” ne se sont jamais croisées ; dommage, on aurait pu s’entraider…
Le scénario de la “fille de Brest” a été écrit (du moins principalement, on s’en doute) par Irène Frachon elle-même ; ce qui donne un personnage vraiment sympa car très humain.
Humble, modeste mais combattive. Un peu vulgaire même, très humaine donc !
Elle (le personnage du film comme la vraie Irène d’après le film) n’est pas scientifique, n’est pas cardiologue, n’est pas experte de santé publique et pas juriste non plus. Juste un petit docteur “de province” (comme disent les parisiens) qui se révolte face au spectacle épouvantable de souffrances injustes (c’est le côté patient) ; face à la veulerie des uns ; et à l’arrogance, voire la morgue, des autres (ce sont les côtés “business bigpharma” et “autorités sanitaires”)…
Ces aspects, médecine de province (on se croirait dans Balzac au 21ème siècle), petit CHU, hiérarchie hospitalo-universitaire contrariée, humbles scientifiques recherchant désespérément une reconnaissance (et quelques subsides) nationale via l’INSERM, sont à mon avis fort bien montrés et sans caricature ; c’est du vécu, je peux vous le certifier !
Cet épidémiologiste du bout du monde qui “rame” pour faire vivre une unité supposée de recherche, du vécu !
Et j’en connais un bout ; je m’y croyais.
Et la lâche passivité des “autorités” scientifiques, médicales et universitaires réunies sous le joug de l’Afssaps ; et la peur des représailles chez les “administratifs” (CNAM) et les prolétaires (je connais aussi) supposés contribuer à la surveillance du système de santé et à la protection des citoyens : tout cela est fort bien montré ; je peux le certifier pour l’avoir vécu et le vivre moi-même encore… C’est du vécu !
Le côté BigPharma est sans surprise : mensonges organisés, cynisme, arrogance. Comment peut-on encore tolérer la persistance des liens (dits d’intérêt) entre les industriels et les professionnels de santé ?
Scénario béton ; bravo et merci Irène !
La fin du film fait peur : aucune condamnation à ce jour ! Système en faillite [je ne parle pas pas de faillite financière bien sûr ; mais de faillite humaine, éthique, médicale et scientifique) mais pas de responsable identifié !
Ah bon !
Ce que le film montre très bien, outre la veulerie de ceux qui auraient pu agir, c’est ce “petit monde” des petits hommes gris cravatés et de ces petites bonnes femmes tailleur gris et chemisier blanc qui, recroquevillés dans leur “petit” monde sanitaire, sont incapables de penser par eux-mêmes et bouger…
Commentaire unique et final : rien n’a changé !
Ceux qui n’ont pas donné l’alerte à propos du Médiator [et qui auraient dû : on cherche des responsables ?] sont toujours là, impavides et prosternés devant l’autel de Bigpharma (qui continue sa généreuse distribution), rien n’a changé !