Onze vaccins obligatoires plutôt que 3 ?

 

Madame la Ministre,

Avec tout le respect que nous devons à votre titre ministériel et à votre expérience professionnelle, je me permets par la présente de vous alerter sur la gravité de la décision que vous êtes susceptible de prendre à propos de l’obligation vaccinale : onze plutôt que trois !

Nous apprenons par les médias que  vous seriez personnellement favorable à ces nouvelles obligations.

Question évidente pour un médecin praticien : pourquoi onze ? Pourquoi pas 10 ou 9 ou 6 ?

Quelles sont les justifications médicales, acceptables pour un scientifique, de décider onze plutôt que 9 ou 6 ?

Nous savons que vous êtes sous la pression de la décision du Conseil d’État (Février 2017) qui enjoignait à votre Administration, dans un délai de six mois, [et sauf à ce que la législation évolue en élargissant le champ des vaccinations obligatoires] « de prendre des mesures ou de saisir les autorités compétentes pour permettre de rendre disponibles des vaccins correspondant aux seules obligations de vaccination prévues par le code de la santé publique » c’est-à-dire les 3 vaccins contenus dans le DTP.

Il semblerait que ce délai de 6 mois n’ait pas suffi pour résoudre ces questions très matérielles de production industrielle des vaccins et que, en conséquence, vous soyez contrainte de modifier la législation en faveur d’un élargissement (à onze ?) des obligations vaccinales.

Ce serait modifier la législation (avec des conséquences sanitaires majeures) sans autre raison que de se conformer à des impératifs juridiques et administratifs ?

Pensez-vous que les citoyens de notre beau pays soient prêts à laisser injecter à leurs proches (et à eux-mêmes) des substances douteuses sans autre justification qu’administrative ?

Madame la Ministre, nous savons (et si les citoyens français ne le savent pas encore, ils le sauront rapidement) qu’il n’y a pas de justifications médicales et scientifiques  à cet élargissement des obligations vaccinales.

Il existe une controverse médicale et scientifique de longue date [et qui s'exacerbe ces dernières années] sur les vaccins, sur le rapport bénéfice/risque pour dire les choses simplement.

Madame la Ministre, contrairement aux allégations de certains supposés experts (dont l’indépendance doit être vérifiée conformément à la nouvelle Loi de moralisation), la concertation citoyenne sur les vaccinations mise en place par la Ministre précédente n’a pas permis un examen objectif et approfondi de la question vaccinale, tel que l’exige la communauté scientifique indépendante ; et la question du rapport bénéfice/risque reste en suspens.

Dans ces conditions, il est humainement (et éthiquement) impossible de vouloir imposer à des familles l’obligation de laisser injecter à leurs bébés des substances qu’elles estiment suspectes ; impossible aussi de vouloir imposer à des médecins l’obligation d’injecter des substances supposées suspectes aux bébés de leur patientèle.

Que ces substances soient réellement suspectes (voire toxiques pour certains d’entre nous que nous ne savons pas identifier) n’est pas la question actuellement quoiqu’elle mérite d’être posée et discutée par de vrais experts vraiment indépendants ; en prenant le temps d’examiner l’ensemble du dossier y compris dans ses aspects historiques.

Que des scientifiques, des médecins et des familles les estiment « suspectes » devrait suffire à immédiatement suspendre tout élargissement de l’obligation vaccinale. D’abord ne pas nuire et donc prudence et attentisme.

Qu’il y ait eu en France au cours de la dernière décennie un décès par an environ supposément de rougeole ne peut servir de prétexte à rendre obligatoire la vaccination (entre autres) contre l’hépatite B (chez le nourrisson) dont la transmission est (presque) exclusivement liée à des rapports sexuels contagieux ou à des contacts périlleux avec des produits sanguins, par exemple chez les toxicomanes utilisant des aiguilles…

Un décès (supposé) dû à la rougeole par an (probablement dans un contexte d’immuno-supression) d’un côté et un peu moins d’un million de bébés vaccinés (avec 11 substances douteuses) chaque année de l’autre côté…

Que certains (médecins et familles) acceptent ces injections massives et répétées à des bébés les yeux fermés n’est pas non plus le meilleur argument en faveur de l’élargissement.

La seule et vraie question, Madame la Ministre, c’est l’acceptation par les citoyens de ces injections. Beaucoup d’entre eux n’en veulent pas et exigent que leurs enfants en soient protégés.

Vous ne pouvez le faire sous la contrainte, évidemment, et par conséquent les nouvelles obligations vont être à l’origine de graves troubles sociaux.

J’en appelle à votre intelligence et votre bienveillante humanité : si vous devez [c'est inéluctable] choisir entre « abolir les obligations existantes » ou « élargir les obligations à onze », vous devez choisir courageusement la première option !

Certes, vous allez ainsi vous attirer l’hostilité de quelques académiciens, des quelques énarques de votre Ministère (qui ont de façon calamiteuse géré la question des vaccins et depuis longtemps) et de l’industrie des vaccins. Il faudra résister, et nous vous soutiendrons, car le résultat final est déjà connu : l’élargissement vaccinal ne passera pas !

Car ceux qui n’en veulent pas n’en veulent vraiment pas ; et aucune police ni aucun chantage abject (en termes de scolarité et de socialisation de leurs progénitures) ne les fera plier !

Madame la Ministre, nous vous le demandons solennellement, renoncez à votre projet, préservez les Libertés !

 

 

 

 

 

133 réflexions au sujet de « Onze vaccins obligatoires plutôt que 3 ? »

  1. Expert vaccinal

    Une des études les plus effrayantes est celle ci:

    Selon une étude de GEIER
    D et GEIER M parue en juin 2005, le risque
    d’attraper une maladie auto-immunitaire pour
    des adultes recevant le vaccin anti-hépatite B
    produit par génie génétique était, par rapport au
    risque pour des adultes n’ayant pas reçu ce
    vaccin,
    -multiplié par 18 pour l’arthrite
    rhumatoïde,
    - par 14 pour la névrite optique,
    - par 9,1 pour le lupus érythémateux disséminé,
    - par 7,2 pour l’alopécie,
    -par 5,2 pour la sclérose en plaques,
    -par 2,6 pour la vasculite,
    - par 2,3 pour la thrombocytopénie.
    Cela n’empêche pas le
    Comité consultatif mondial de la sécurité
    vaccinale de l’OMS d’affirmer dans un
    publication d’octobre 2009, que « l’excellent
    profil d’innocuité du vaccin anti-hépatite B »,
    permet de vacciner avec ce vaccin les femmes
    enceintes et celles qui allaitent, ainsi que les
    prématurés et les personnes séropositives pour
    le SIDA. Dans cette même publication l’OMS dit
    que « tous les nourrissons devraient recevoir
    leur première dose de vaccin anti-hépatite B dès
    que possible après la naissance, de préférence
    dans les 24 heures ». Rappelons, si besoin en
    est, que l’hépatite B se transmet uniquement par
    voie sanguine ou par voie sexuelle.

    Autoimmunity 38(4):295-301 · June 2005 -PDF accessible

    https://www.researchgate.net/publication/7558011_A_case-control_study_of_serious_autoimmune_adverse_events_following_hepatitis_B_immunization

  2. Primevère

    Merci pour votre texte, je le fais passer à mes contacts, c’est tout ce que je peux faire à mon niveau malheureusement.
    Et ici un billet de Jérémy Alonso sur la nouvelle ministre de la santé :
    http://www.dur-a-avaler.com/agnes-buzyn-ministre-sante-ancienne-conseillere-industrie-pharmaceutique/
    Jabeau parle de « la maison des croyances », malheureusement je crois qu’elle y est bien installée, et elle a la « légitimité » de Professeure en plus…

  3. Reliquet

    Bonjour Maître,

    (Il paraît que cette locution gonfle. Je m’en fous, elle marque avec respect le chercheur qui m’a réveillé en 2014. Donc je la garde. Je la redirai souvent du coup).

    Il est formide votre billet, 6, 4, 9 ou 37 valences, c’est vrai au fait, pourquoi… le 11?

    Quand je dis 37 vous imaginez que je délire mais souvenez-vous de la guerre du Golfe et choisissez la saison que vous voulez, mais les GI’s des deux époques étaient bombardés de myriades de cibles immunitaires abominables, jusqu’à… totalement détruire leurs systèmes immunitaires et neurologiques.

    Ca s’est appelé le Syndrome de la Guerre du Golfe, on a évoqué l’uranium appauvri contenu dans les ogives d’obus pour expliquer la chose sauf que problème, les troupes de réserve qui n’ont jamais quitté le sol américain et qui n’ont jamais été exposé à ces munitions de guerre ont quand même déclenché les mêmes symptômes que leurs frères d’armes sur le front, alors?

    Relire Toxic Story de R. Gherardi, le moment où il explique qu’il attend un jour un car d’ anglais de l’opération Desert Storm dans son service pour biopsies musculaires. Les Militaires ont tous compris le principe de l’examen, tous avaient traversé le Channel pour rencontrer Le Pr Romain Gherardi, ils ne le font pas que pour eux, mais pour tous leurs frères d’armes de l’armée Britannique, malade de maladies pour lesquelles ils n’ont pas pu être entrainés.

    Et? l’armée britannique a fait rebrousser chemin au car alors qui avait déjà passé le Chanel, c’est pas beau ça?

    Relire Toxic story, je vous dis!

    1. Emilio
      En réponse à : Reliquet

      Il y a une manipulation avec ces 11 vaccins obligatoires… tout comme quand la ministre explique que la mesure sera temporaire durant 5 à 10 ans.

      La loi préparée par Marisol Touraine est censée avoir été faite sur la base des préconisations du rapport Fischer dans lequel il y a surtout beaucoup d’autres informations. Il ne faut surtout pas occulter ce point fondamentale. Le contenu de cette loi est inaccessible. Marisol Touraine ne s’est pas lancée dans une opération de propagande aussi longue avec Sandrine Hurel, Fischer pour simplement conclure « on va étendre l’obligation vaccinale à 11 vaccins pendant 5 à 10 ans ».

      Ce qui devrait nous inquiéter n’est pas l’information distribuée de manière méprisante par Buzyn (qui s’appelle de la propagande) … C’est plutôt celle que l’on nous donnera le plus tard possible lorsque la loi sera présentée qui devrait nous intéresser.

      J’ai longuement suivi les détails du rapport Fischer, j’ai pu apprécier le niveau de perversité de ceux qui ont été impliqués dans cette opération. Marc Girard nous avait averti… je vous invite tous et toutes à relire ses articles en mettant son ego dans sa poche.

      Avec ces fausses informations distribuée par Buzyn, je crains que l’on veuille nous DÉCRÉDIBILISER par rapport au jour où le VRAI CONTENU DE CE RAPPORT SERA DÉVOILÉ, tout comme en va tenter de décrédibiliser totalement l’action de l’IPSN quand la ministre expliquera qu’elle a dû voter cette loi à cause de l’avis du consein d’État…

      Les gens qui sont derrière cette mascarade sont des pros de la manipulation… pas nous.

  4. Charles

    Reaction rapide!

    Bon…je suis sur smartphone, je fais court

    1 deces par rougeole par an . 800 000 bebes par an… cela fait un NTT de … 800 000; et compte tenu des couts directs et indirect, 10 millions d’euros par vie ´sauvée ´ ( si, bien sur, la rougeole avait été pour s^ur la seule cause du deces)

    Il y a bien mieux a faire avec 10 millions !

    Bravo! Voici que la France est maintenant En Marche!

    Dommage que ce soit la marche arrière…

  5. Emilio

    Il faut réclamer la DÉMISSION de Agnès Buzyn, des suites judiciaires doivent être données aux « coup de force » de Alain Fischer et de Agnès Buzyn. Ces gens attaquent la liberté la plus FONDAMENTALE des familles (et notamment des enfants) français. On envoie en prison des gens qui volent des scooters ou dealent du haschich alors il me semble que des gens qui veulent vacciner de force les individus DOIVENT être inquiétés par la justice … l’obligation vaccinale est une violence collective. Ceux qui veulent promouvoir cette violence devrait être traitée à égalité avec ceux qui battent les mômes des autres…

    Des lois sont censée protéger les individus des traitements forcés (loi Kouchner, convention d’Oviedo, article 3 de la charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne, lois de Nuremberg). Ces lois sont-elles tellement inutiles que Agnès Buzyn à le droit de proposer que l’on étende la possibilité de vacciner de force les individus ??? Il faudrait le vérifier…

  6. SABARLY

    On ne peut que se réjouir de cette lettre pertinente, convaincante et même respectueuse ! Bravo et merci mille fois.
    En attendant, nous sommes d’accord pour les vaccinations »basiques » comme diphtérie/tétanos/polio. Mais comment faire pour se procurer des vaccins sans aluminium ? Merci de nous éclairer !

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : SABARLY

      Merci de ne pas signer !
      Vous éclairer ?
      La question que vous posez est justement celle à laquelle doit répondre la Ministre. Et elle est bien embêtée, la pauvre !

      Le Conseil d’État exige que son Administration fournisse (ou fasse en sorte que soient fournis) les trois vaccins obligatoires.
      Mais les industriels lui ont répondu : « on ne peut pas fournir, désolé ! »
      Vrai ou faux, peu importe ! Si on ne peut pas fournir, on ne peut pas « obliger » ! Vous comprenez ?
      A moins de substituer l’obligation de trois par une autre obligation, par exemple celle de onze !
      Vous avez compris le piège ?
      Je pensais avoir été clair..

  7. Emilio

    Un homme a eu raison sur toute la ligne concernant l’enchaînement des événements qui a mené à la « réflexion » de Agnès Buzyn sur cette possibilité « d’étendre l’obligation vaccinale à 11 vaccins », il s’agit de Marc Girard:

    http://www.rolandsimion.org/spip.php?article315

    Agnès Buzyn doit démissionner précisément parce qu’elle tient des propos qui vont dans le sens opposé à l’esprit de la « loi de moralisation de la vie publique » :

    http://sante-secu-social.npa2009.org/Mediapart-CONFLITS-D-INTERETS-Les-petits-arrangements-de-la-nouvelle-presidente

    Voici 2 articles qui permettent de mieux cerner la nouvelle ministre :

    http://docteurdu16.blogspot.fr/2016/03/le-professeur-agnes-buzyn-nommee.html?m=1

    http://www.rolandsimion.org/spip.php?article378

    Si Manuma n’a pas nommé Véran ou Salomon au ministère de la santé, c’est peut-être parce qu’il avait besoin d’une spécialiste de la « gestion de crise » au ministère de la santé. Buzyn a travaillé pour la HAS et a surtout été directeur générale se l’autorité de sûreté nucléaire, 2 secteurs qui n’ont presque rien à voir … à part qu’il faut gérer des crises ?

    On sait maintenant quelle est la crise pour laquelle madame Buzyn était compétente…

    Buzyn DÉMISSION

    1. Francoise
      En réponse à : Emilio

      @ Emilio
      Merci Emilio, voilà de l’info plus éclairante sur Agnès B. … que la religion de ses parents :-/
      Compliqué de demander la démission de quelqu’un qui  »réfléchit » …
      Si on devine ses intentions… on sera taxé de procès d’intention… et il sera difficile de mobiliser les foules….
      Mais quand elle aura réfléchi… il sera trop tard !
      Nous sommes -encore une fois- otage de ces pratiques de voyou.e.s…

  8. Romain Kugener

    Cher docteur,
    Merci pour tout ce que vous faites. Chez nous (LUX) la situation est plus ou moins pareille. Si vous refusez d’être vacciné, le médecin refuse de vous traiter. C’est arrivé à ma petite fille qui a 4 ans maintenant….
    Continuez votre chemin. Je vous supporte autant que je peux dans mon pays.
    Merci encore
    Romain

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Romain Kugener

      Je pense que la route est toute tracée et le point d’aboutissement inéluctable ; à moins qu’il y ait quelque part dans la nouvelle administration quelques esprits intelligents et cultivés…

  9. Estelle

    Donc si je suis le raisonnement, dans un premier temps ils vont vouloir vacciner tous les enfants et nourrissons puis faire un rattrapage chez nos adolescents dans un deuxième temps,et par la suite imposer à toute la population un certain nombre de ces « nouveaux vaccins obligatoires »et ainsi atteindre l’objectif de vacciner toute la population.
    Je me suis demandé si par ce biais ils n’allaient pas en réalité sous de faux prétextes nous innoculer la fameuse puce rfid dont peux veulent réaliser qu’elle fait bien parti des projets politiques et dont le stock est sous le coude de nos politicards depuis N.S.

  10. Jabeau

    Un vaccin censé protéger les nourrissons des infections invasives à pneumocoques a été largement prescrit dès sa sortie (2001), bien au delà des indications de l’AMM. Quatre ou cinq ans plus tard les infections pneumococciques invasives étaient toujours là mais les souches bactériennes étaient toutes extra-vaccinales (source : BEH). L’usage extensif du vaccin avait provoqué des résistances (exactement comme pour les antibiotiques). Le fabriquant, au lieu de retirer son produit qui n’avait plus de raison d’être remboursé, a rebondit en ajoutant 5 autres valences à son vaccin qui passait ainsi de 7 à 13 serotypes le 31 mai 2010. Comment peut-on croire que cette fois-ci il n’y ait pas de résistance et que ce vaccin protège encore les nourrissons en 2017 ? Réponse dans la pub pleine page 16 du ‘Généraliste’ du 16 juin 2017 : ’Vaccination contre la pneumonie à pneumocoque à SV*’ suivi du nom de la spécialité 13.
    Les avocats, conscients de l’inefficacité de ce vaccin après 7 années de commercialisation en l’absence de mise à jour des sérotypes, ont conseillé le fabriquant de préciser qu’il n’était efficace que pour les sérotypes de 2010. Oui car SV signifie selon la petite note en bas de page ‘sérotypes vaccinaux’, et pas les autres sous-entendu.
    Les antibiotiques n’ont plus la cote (parce qu’ils créent des résistances où parce qu’ils ne sont plus rentables à développer ?). Mais les vaccins qui créent les mêmes résistances ont de plus en plus la cote. Science ou idéologie ?
    Autre fait troublant : les vaccins sont ‘listés’, impossible de s’en procurer en pharmacie sans ordonnance. La pub à la télé est interdite pour tous les produits listés. Mais les vaccins ne sont pas des produits comme les autres, ils sont idéologiques, bons pour notre santé, ‘étudiés pour’, disait Fernand Raynaud, même en l’absence de fait documenté. C’est l’intention qui compte ?

      1. Jabeau
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        BEH 23/12/2008 n°51-52 :’Dans le LCR, 42,8 % des sérotypes isolés chez l’enfant sont présents dans le vaccin heptavalent ‘
        BEH 6/2/2007 N°5: La vaccination des enfants de moins de 2 ans par le vaccin antipneumococcique conjugué heptavalent (Pn7) a été introduite en France en janvier 2003.
        Méthodes – L’impact du Pn7 a été évalué sur l’incidence des infections invasives à pneumocoques estimée par les données du réseau de laboratoires Epibac.
        Résultats – Une baisse de l’incidence des méningites et des bactériémies à pneumocoques chez les enfants de moins de 2 ans est observée en 2005 en comparaison de la période 1998-2002, pré-vaccinale. Chez les enfants de moins de 2 ans l’incidence des infections invasives à pneumocoques était de 41 cas/100 000 par an en 1998-2002 et de 28 cas/100 000 en 2005, soit une diminution de 31 %. Dans le même temps le Centre national de référence des pneumocoques montre que la part relative des sérotypes de pneumocoque couverts par le Pn7 a baissé parmi les méningites à pneumocoques chez les enfants de moins de 2 ans. Parallèlement l’incidence des bactériémies à pneumocoques a augmenté modérément chez les plus de 2 ans.
        Conclusion – La baisse observée est très en faveur d’un impact positif du Pn7 chez les enfants de moins de 2 ans. L’évolution de l’incidence des infections invasives à pneumocoques et des sérotypes circulant en France doit être analysée avec précision dans les années qui viennent.

Commentaires : page 2 sur 6«12345»...Plus récents »

Les commentaires sont fermés.