Le front (militaire) bouge… aux USA

 

Il n’est pas certain que la problématique soulevée par les nouveaux médicaments anticholestérol injectables (anti-PCSK9) suive le même parcours en France (ou en Europe) et aux USA.

Le futur immédiat va nous dire comment ça va se passer. Nous sommes tous des historiens ou des sociologues (de la médecine et de la science) et c’est donc en tant que tels que je propose à chacun d’observer ce qui va advenir.

Aux USA, la dernière tentative lamentable à laquelle nous avons assisté concerne les familles qui se sont vues diagnostiquées « Hypercholestérolémie Familiale » (ou HF).

J’en ai parlé déjà dans « L’Horrible vérité » car ces familles supposées HF sont une des cibles préférées de nos apprentis-sorciers et très mauvais médecins.

J’ai écrit « supposée HF » car en l’absence de tests génétiques, le diagnostic de HF est difficile. On a donc développé des algorithmes diagnostiques [ça fait sérieux de dire comme ça...] basés sur des mesures du cholestérol dans le sang et des histoires de famille : y a t-il d’autres membres de la famille  avec des taux « supposés »  élevés de cholestérol ? Accessoirement, mais là ils n’insistent pas trop, car ça devient très vaseux : y a t-il des antécédents de maladies cardiovasculaires dans la famille ?

J’ai écrit « supposés » élevés (pour le cholestérol mesuré dans le sang) car c’est sur ce paramètre qu’ils veulent jouer pour augmenter le nombre de patients qu’il faudra traiter avec les anti-PCSK9.

En modifiant les algorithmes, c’est-à-dire en abaissant le taux de cholestérol à partir duquel on sera décrété HF (en l’absence de test génétique), on peut considérablement augmenter le nombre de patients, voire de familles, qu’il faudra obligatoirement traiter avec des anti-PCSK9.

Je résume :

1) les HF sont la cible majeure des anti-PCSK9 car les HF sont supposées être à risque élevé de maladies cardiovasculaires ; ce qui est loin d’être évident comme je l’explique dans « L’Horrible vérité ».

2) on abaisse le niveau de cholestérol qui autorise le diagnostic d’HF

3) on rend « rentables » (ouf !) les anti-PCSK9 injectables ; ce qui est loin d’être évident aujourd’hui selon les analystes commerciaux et financiers du secteur qui, j’ai l’impression, craignent le bug du siècle (le 21ème) avec ces super médicaments-là ; et les bugs dans le business c’est pas bon !

Cela dit, on peut se demander comment nos « subtiles « Autorités sanitaires aux USA et en Europe vont réagir face à de telles manœuvres.

Côté experts rémunérés (et tout aussi « subtiles »), on connait déjà la réponse : 1) il faut « donner des statines à tout le monde » disent-ils ; ce qui n’est pas très clair mais laisse penser que le chien pourrait aussi en profiter, puisque c’est la sécu qui paie… 2) mais comme certains se plaignent que les statines les font souffrir, donnons-leur des anti-PCSK9 ; rappelant la fameuse exclamation de Marie-Antoinette à propos du pain (qui manquait) et des brioches…

 

 

 

 

 

 

 

 

58 réflexions au sujet de « Le front (militaire) bouge… aux USA »

  1. Bernard Guennebaud

    Bon, je suis l’auteur du texte sur l’éradication de la variole qui a été pointé dans cette discussion. Je l’avais rédigé en 2000. Mathématicien de formation, j’étais sur le sujet depuis 1975 au moins. Depuis l’an 2000 j’ai pu avancer dans mon analyse grâce d’une part aux documents datant de l’époque de la campagne d’éradication de la variole et mis en ligne sur le site de l’OMS il y a quelques années et d’autre part grâce aux expérimentations réalisées sur des singes en 2005 et 2008.
    Je vous propose donc le poster [1] que j’avais présenté en octobre 2013 dans un congrès de santé publique à Bordeaux. C’est un condensé d’un article beaucoup plus copieux et précis que j’avais conjointement rédigé [2]. Vous y trouverez de multiples références et renvois à d’autres articles écrits précédemment.
    J’ai réalisé aussi une série de vidéos sur le sujet. Vous trouverez les liens dans [3].
    [1] http://p0.storage.canalblog.com/02/21/310209/90757466.pdf
    [2] http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2013/10/16/28149160.html
    [3] http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2013/04/04/26834641.html

      1. Jean-Marc REHBY
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Absolument passionnant et instructif même si j’ ai lu rapidement les textes et pas eu le temps de regarder les vidéos.
        Mais rappelons-nous les faits historiques et comment Jenner, médecin de campagne, a découvert le principe de la vaccination qui s’appelle vaccination à cause de la vaccine!!
        Sans rien connaitre des microbes des virus et de l’immunologie, tout cela n’existait bien sûr pas en 1796, il a théorisé le principe de transmission de la maladie et de sa protection même si 20 ans avant un agriculteur Benjamin Jesty avait eu la même intuition et avait « vacciné » sa femme et ses deux enfants.

    1. Charles
      En réponse à : Bernard Guennebaud

      Je vais relire une fois de plus ce passionnant historique qui éclaire la mémoire collective.
      Je suis bien disposé a changer d’avis, d’autant que sur ce sujet je suis un ´monsieur tout le monde ´.

      Je me suis servit de cet historique pour éclairer un point stratégique que je devais développer dans une réunion sur un sujet analogue: je suis passé pour un Kador. Ca fait plaisir…

      Je suis aussi passé devant un chapelier…. Si un jour je dois manger mon chapeau

      il n’en demeure pas moins que le combat contre l’hystérie cholestérique est plus dans mes preoccupations que le combat anti vaccin. Je crains l’almalgame et le discrédit. Il y a devant nous un combat a mener, il me semble difficile a gagner, mais gagnable, en particulier au pays de MdL (sommité mondiale). Difficile mais jouable … A condition, je pense, de bien rester concentré sur notre cible

      1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
        En réponse à : Charles

        Comme disait Napoléon, « il ne faut pas mener plusieurs batailles à la fois » ; je vous suis 100% sur ce terrain ; c’est pourquoi je me fais discret ; « je fourbis », comme disait Napoléon…

        1. Isa
          En réponse à : Michel de Lorgeril

          Pour m’être intéressée à divers thèmes médicaux, lu des blogs (comme le vôtre et d’autres, Marc Girard, Docteur du 16 pour ne citer que ceux-ci), enrichi ces lectures par des ouvrages tels « big pharma, une industrie toute puissante qui joue avec notre santé », les livres de Michel Georget sur la vaccination et bien d’autres ouvrages, aucun doute ne subsiste pour moi que l’industrie pharmaceutique ne cherche plus, et depuis fort longtemps, à soigner mais à faire de l’argent. En cela, elle est aidée et confortée par toutes les institutions, agences, gouvernements… qui ne voient que l’intérêt économique (voire personnel) du business lié à la production de médicaments aussi inutiles que toxiques. Et peu leur importe les dégâts, les drames engendrés par leur industrie mortifère dès lors qu’il y a de l’argent à se faire. Pour ce qui concerne la santé, on créera des médicaments qui seront sensés guérir les maux engendrés par des médicaments…!
          Le combat que vous menez au sujet du cholestérol, qui touche principalement les personnes « d’un certain âge » est aussi important, à mon sens, que ceux qui luttent contre le « tout vaccin » qui concerne principalement, comme vous le faîtes remarquer, des bébés dont le système immunitaire est immature.
          A mon sens et par rapport à tout ce que j’ai pu lire (des heures de lecture !), le dogme du cholestérol et identique au dogme du vaccin, ce dernier d’autant plus conforté en France que porté par notre incontournable Pasteur dont il y a tout de même beaucoup à redire (dès lors qu’on veut bien chercher).
          Votre combat est difficile. Mais je pense que c’est comme un film qui n’aura pas eu de publicité particulière : c’est le bouche à oreille qui fera mouche. Tous ceux qui vous suivent font de la publicité. Pour ma part, je n’ai jamais pris de statine (ni mesuré mon taux de cholestérol), mais j’ai acheté votre dernier livre, l’ai lu et prêté à mes proches qui en prennent. Je suis persuadée que c’est auprès des « patients » qu’il faut agir car il ne faut rien attendre des « institutionnels » si ce n’est des « retours de bâton » car vous, lanceurs d’alerte, êtes des dangers pour le business.
          Continuez en sachant que vous avez des appuis « anonymes ».

  2. tetsuo

    Vous pensez quoi de la vitamine K2 contre les calcifications artérielles promue par Jean-Marc Dupuis ?

  3. Jean-Marc REHBY

    Pénible l’ordinateur mon très long commentaire passe à la trappe une fausse manoeuvre le petit bout restant est à effacer

    Un commentaire sur les vaccins en lisant ce que vous écrivez tous.
    Vaccins obligatoires en France il y a deux décennies: Variole, tuberculose, diphtérie tétanos polio.
    Pendant mes études fin des années 60 début des années 70, le professeur d’infectiologie nous disait ne vaccinez plus contre la variole il n’y en a plus en France et en Europe depuis très longtemps et le vaccin est plus dangereux que la maladie. Faites de faux certificats de contre-indication s’il le faut. C’était un grand médecin et un grand pédagogue qui refaisait ses cours régulièrement contrairement à d’autres qui répétaient mot à mot leurs cours pendant des années. Exit la variole.
    La tuberculose on sait depuis le milieu des années 60 que le BCG est inutile et inefficace à la suite d’une vaste étude menée en Inde, pays de grande endémie tuberculeuse, par l’OMS devant l’échec des campagnes de vaccination contrairement à la variole. Vaccinés pas vaccinés kif kif la même chose pas de différence entre les groupes sauf minuscule différence pour les méningites tuberculeuses. Combien y en avait -t-il en France??????? mystère probablement voisin de zéro.
    Mais en France silence radio. Le BCG est français Môssieur mis au point par Calmette et Guerin à l’Institut Pasteur de Lille. Alors il n’est enfin plus obligatoire mais recommandé!!!
    Diphtérie, tétanos, polio trois maladies encore présentes et possibles, donc vaccination conseillée et même plus. Nous avons vu les épidémies dans les pays de l’est après la chute du mur de Berlin et le démantèlement du système de santé soviétique.
    Rougeole, oreillons, rubéole une stupidité épidémiologique et de santé publique!
    Je m’explique ces trois maladies étaient des maladies infantiles endémiques donc quasi obligatoires en France.
    La rougeole à la rigueur pour les rarissimes complications neurologiques et les  » exceptionnellissimes » encéphalites laissant beaucoup de séquelles. Mais on a fait d’une maladie décrite comme tout à fait bénigne dans les traités anciens, une maladie gravissime véritable problème de santé publique.
    La rubéole maladie on ne peut plus bénigne ne donnant quasiment jamais de complications sauf des malformations des bébés si elle survient pendant la grossesse de la mère. En France 99% des femmes avaient fait la maladie dans l’enfance et ce n’est pas chez nous que les malformations ont été découvertes mais en Australie et aux USA où moins de trente % des femme étaient immunisées.
    Les oreillons maladie tout à fait bénigne aussi sauf les rares orchites avec stérilité chez les garçons mais très rares chez les enfants et un peu moins rares chez l’adolescent, et les plus que rares pancréatites.
    La logique en France eu été de vacciner tous les bébés contre la rougeole et les fillettes à 10/11 ans contre la rubéole et les petits garçons au même âge contre les oreillons, pour ceux et celles qui n’avaient pas fait la maladie quasi obligatoire je le rappelle.
    C’est ce que je fis pendant quelques années mais les vaccins monovalents (contre une seule maladie) ont disparu au profit du trivalent!! Et bien sûr il faut faire des rappels puisque le vaccin ne donne pas une immunité stable et définitive contrairement aux virus sauvages.
    Ensuite la coqueluche maladie le plus souvent bénigne auss,i due à un bacille sensible aux antibiotiques et qui guérit très bien sans problème et pas d’immunité stable. C’est devenu un grave problème de santé publique et il faut vacciner et re-vacciner les bébés les enfants les parents les papys les mamies les tatas les tontons les cousins les voisins le facteur bref tous ceux qui sont susceptibles d’approcher le berceau du bébé, ce sont les recommandations de sortie de maternité (les anglo-saxons appellent ça du strorytelling) en français de comptoir on nous bourre le mou. En plus le vaccin n’est pas d’une efficacité folle et pas si bien toléré que ça.
    L’hémophilus ah voilà aussi une histoire qu’elle est belle! Bacille courant donnant le plus souvent des maladies banales et sensible aux antibiotiques mais où avais-je la tête les antibiotiques c’est pas automatique non? Quelques méningites qui peuvent être graves pratiquement que chez les bébés de moins de 2/3 ans. Merveilleux argumentaire imparable d’une étude finlandaise où le vaccin a permis d’éradiquer la méningite à hémophilus il n’y en avait là bas plus de 250 par an. BON
    Et puis avec l’esprit de l’escalier voyons voir la Finlande 5,2 millions d’habitants à peu près, densité au km2 l’une des plus faible au monde donc risque de contamination limité et en plus indice de fécondité de 1,5 enfant par femme à l’époque. La France 60 millions, plus grande densité au km2 et indice de fécondité 2,1 enfant par femme et à peu près 250 méningites à hémophilus et vu l’état des statistiques de santé en France….. donc un nourrisson finlandais avait 16 à 20 fois plus de risque d’avoir une méningite à hemophilus qu’un nourrisson français. Un ange passe ..
    Mais nous avons un vaccin pentavalent D T P C H.
    Et puis tant qu’à faire ajoutons y une pincée d’hépatite B et six valences six. C’est vrai que les bébé sont une population à risque toxicomanie et nomadisme sexuel sont le quotidien de nos têtes blondes et brunes!!! On nous a là aussi raconté n’importe quoi sur la fréquence de l’hépatite B, les cancers du foie, son mode de transmission que c’est à pleurer de la médecine française. En plus de quatre décennies d’exercice j’en ai vu trois dont deux professionnelles chez une infirmière et une aide soignante non vaccinées, aucune positivité chez les femmes enceinte où la sérologie est systématique. Bien sûr chez quelques toxicomanes j’en ai vu mais avec le SIDA et la diminution des injections au profit des fumettes et du snif ça a beaucoup diminué d’autant que des campagnes de vaccinations gratuites pour le stoxicomanes a aussi amélioré la situation.
    Attendez c’est pas fini il y en a encore en magasin!!
    Le pneumocoque comme pour l’hémophilus et la coqueluche c’est sensible aux antibiotiques mais attention grave grave chez les nourrissons pneumonies méningites etc. transmission dans les crèches et de recommandé dans certains cas c’est devenu quasi indispensable . Je ne le fais qu’aux enfants en crèches et pas aux enfants à la maison ou en nourrice.
    Et c’est pas fini le vaccin contre le méningocoque un véritable scandale là aussi et cerise sur le gâteau le vaccin contre le papillomavirus et contre le cancer du col de l’utérus une honte absolue enfin pour la bonne bouche le vaccin grippal tous les ans.
    On n’ose plus parler du vaccin oral contre les rotavirus de la gastro du nourrisson vues les complications et l’inefficacité.
    Enfin dans les poubelles de la médecine le vaccin contre l’herpès et celui contre la varicelle mais ne désespérons pas de Big Pharma on nous les ressortira bientôt.
    Voili voilou j’ai été un peu long mais il fallait bien ça pour expliquer les choses.
    Bon vent matelots

  4. Jeff (Gourdon)

    Bon, alors, je ne peux résister à donner mon avis sur les vaccins. (sur les statines nous semblons tous d’accord :=) ) Mais sur les vaccins????
    Avons-nous les preuves irréfutables, scientifiques, statistiques etc que les vaccins marchent? Je ne pense pas et en tous cas, c’est assez souvent que ça ne « marche » pas pour certains vaccins. Mais on peut penser qu’effectivement les vaccins protègent à 100% les « populations ». ALORS, POURQUOI LES IMPOSER à tous si ils sont si efficaces? Ceux qui n’y croient pas assument les risques et n’en font pas courir à ceux qui sont vaccinés. C’est cette aspect de la question qui me révolte. Une privation de liberté non justifiée. Et si on imaginait que ce sont les vaccinés qui sont dangereux pour les non vaccinés que ferions nous? Il faudrait vacciner le monde entier, faire des vaccins gratuits ou laisser mourir les non vaccinés.
    Certains justifierons la démarche par le besoin d’éradiquer les maladies. Belle « philosophie » qui ne marche pas et ne peut pas marcher, mais là j’aborde presque le spirituel! C’est t’y pas malheureux toutes les bêtises qu’on nous raconte sans nous fournir les éléments de compréhension et de (relatives) preuves scientifiques! Ha, je sais, on doit être un peu bête et ignorant.
    J’en rajoute une couche: sans solvant un vaccin ne marche pas. Et si on utilisait simplement le solvant en contact avec l’agent pathogène? On a essayé ça? Oui, les homéopathes font ça… (mais dilué et dynamisé) et le résultat n’est pas garanti à 100% mais pour les vaccins non plus.
    Les vaccins ont des effets sur les maladies comme les statines font baisser le cholestérol, mais le problème ou la solution sont-ils là? J’en doute et en tous cas je veux garder le droit de n’être pas vacciné. C’est à mon avis ce combat qui est à mener.

    1. Jean-Marc REHBY
      En réponse à : Jeff (Gourdon)

      Comme je l’explique dans mon texte la polio a disparu depuis le vaccin la diphtérie aussi. Quand au tétanos il y en a un certain nombre de cas tous les ans en France mais les gens vaccinés même depuis 20/25 ans sans rappels font une forme atténuée et n’en meurent pas.
      D’où rappels tous les 20/25 ans en Scandinavie. En France c’était tous le 5 ans et il fallait tout refaire ( plusieurs injections) si retard, maintenant c’est tous les dix ans. Et surtout à la moindre blessure sérum et vaccin systèmatique!!!

      1. Emilio
        En réponse à : Jean-Marc REHBY

        La vaccination DTP pour les adultes, c’est désormais à âge fixe, à 25, 45 et 65 ans, et non plus tous les 10 ans …

        Mais l’avenir des vaccins, ça n’est pas le DTP, ou un retour de la vaccination anti-variolique (quoique ?).

        L’avenir, c’est le vaccin contre la dengue de Sanofi. D’ailleurs ceci n’a ému personne :

        http://www.europe1.fr/sante/en-cas-depidemie-de-dengue-en-france-le-vaccin-serait-disponible-2533103

        Le plan est en place : http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-transmission-vectorielle/Chikungunya/Donnees-epidemiologiques/France-metropolitaine/Chikungunya-et-dengue-Donnees-de-la-surveillance-renforcee-en-France-metropolitaine-en-2015

        Le réchauffement climatique ? Nouveau prétexte pour faire croire que bientôt la France va devenir un pays affligé par les épidémies que l’on rencontre aujourd’hui en Afrique (en plus les migrants vont tous nous envahir nous répète la télé …). Le moustique Tigre est là bien évidemment, le vaccin de Sanofi aussi, ainsi qu’une « nouvelle politique vaccinale » qui va créer un statut juridique pour toutes les vaccinations.

        Et le carnet de vaccination électronique va être relancé. Sinon, l’article 36 de la loi santé va tenter de limiter la pénurie de certains vaccins : http://jgourault.fr/2015/07/07/penurie-de-vaccins-des-mesures-annoncees-dans-le-projet-de-loi-sante/

        Quand le plan vaccin aura été mis en place, on nous fera le plan « Coeur » avec Eric Bruckert et Gabriel Steg en meneur d’ordre ?

  5. jr

    voici un bel article qui démontre que la lutte au cholestérol est encore très forte et que la bataille sera longue et difficile, mais on admet du bout des lèvres que les statines ont es effets secondaires.

    12-11-2015 | 11h48
    Des scientifiques ont peut-être trouvé un nouveau vaccin qui permet de réduire considérablement le taux de cholestérol. Il vise la protéine PCSK9 qui régule le cholestérol dans le sang: elle encourage le corps à affaiblir les récepteurs auxquels le cholestérol s’accroche quand il est évacué de notre système.

    Quand la protéine mute, le taux de cholestérol augmente car il n’est pas bien distribué et la personne risque de rencontrer des problèmes de santé. Le cholestérol LDL, appelé aussi mauvais cholestérol, peut bloquer les artères, provoquant ainsi des attaques cardiaques et des AVC

    Il a des effets bénéfiques cependant car il produit de la vitamine D et des hormones qui facilitent la digestion. Le vaccin vise la protéine et s’en débarrasse. Par conséquent, il n’y a plus d’excès de cholestérol dans le sang et le corps se retrouve en meilleure santé.

    Le vaccin se montrerait plus efficace que les statines, traitement que des millions de personnes prennent pour réduire leur taux de cholestérol. Pendant l’expérience, l’état de santé des souris et des macaques s’est considérablement amélioré. Les humains sont les prochains sur la liste des expérimentations. Si le test est positif, ce vaccin pourrait être utilisé comme une alternative. Le Dr Bryce Chackerian, l’un des auteurs de cette étude menée par l’université du Nouveau Mexique et publiée dans le journal Vaccine, s’est réjoui de ce résultat.

    «L’un des aspects les plus excitants dans ce vaccin, c’est qu’il semble plus efficace que les statines» a-t-il expliqué. D’un autre côté, un autre auteur, le Docteur Alan Remaley, qui travaille au National Heart, Lung and Blood Institute, à Bethesda, dans le Maryland, a ajouté que le vaccin permettait également d’éviter les effets secondaires des statines. Il pense que ce vaccin pourrait devenir un traitement plus puissant pour lutter contre le cholestérol.

    AUSSI SUR CANOE.CA:

  6. Bernard Guennebaud

    D’abord MERCI pour l’accueil et les appréciations portées sur mon travail (qui fut très laborieux…) sur la vaccination antivariolique.
    Voulez-vous une autre petite bombe ? Je ne voudrais pas que ce soit compris comme une allusion de mauvais goût, je n’y avais pas pensé en l’écrivant. Vous connaissez la polémique sur sclérose en plaques et vaccination hépatite B pour affirmer aujourd’hui que les études ont montré qu’il n’y avait pas de lien.

    Mais quand on confronte les données des publications Tardieu 2007 et 2008 sur les enfants d’au plus 16 ans on constate qu’il y avait chez les enfants vaccinés contre l’hépatite B 154 cas d’atteintes démyélinisantes retenues dont 80 scléroses en plaques, soit 52% ; que chez les non vaccinés contre l’hépatite B il y avait 195 atteintes démyélinisantes dont 63 scléroses en plaques, soit 32%. A vue on se doute que l’écart entre 52% et 32% a toute chance de donner un signal fort en raison de l’importance des nombres absolus 154 et 195. C’est ce que confirme un calcul classique de probabilités : il y a moins d’une chance sur 10000 d’observer un écart au moins aussi important par le seul fait du hasard.

    Comment interpréter ce signal très fort : la vaccination hépatite B aurait favorisé, chez un certain nombre d’enfants, l’évolution en sclérose en plaques d’une première atteinte démyélinisante qui soit serait apparue même sans cette vaccination mais sans évoluer en sclérose en plaques, soit aurait été initiée par cette vaccination. Il n’est pas possible, avec ces seules données, de distinguer entre ces 2 possibilités.

    J’ai aussi trouvé depuis moins d’un an qu’il y avait un très gros problème dans les études dites cas-témoins appliquées aux vaccinations : un futur cas et ses futurs témoins étant du même âge auront toutes chances d’être vaccinés à peu près en même temps, ce qui annule mathématiquement toute possibilité d’obtenir un signal quand le critère d’exposition est un délai du type « la maladie est apparue dans l’année qui a suivi la vaccination ». J’explique cela dans un article :

    http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2015/10/31/32861683.html

Commentaires : page 2 sur 2«12

Les commentaires sont fermés.