Astucieux calculs à propos des effets de l’arrêt des statines : effet boomerang typique !

Que nous sert-on en ce mois de juillet 2016 sous le titre « Impact d’un évènement médiatique public sur l’utilisation des statines dans la population française » ?

C’est publié dans un médiocre journal (Archives of Cardiovascular Disease) que personne ne lit ; sauf quelques journalistes encore plus médiocres et sans doute alertés par les auteurs afin d’en faire la promotion ; citons un Vincent Richeux [pour une Agence de Presse Médicale]  et un Damien Mascret pour le Figaro, connus (le journaliste et le journal) pour leurs positions très « indépendantes et super-expertes » sur la question des statines. On ne rit pas, c’est du sérieux ; prenons 5 minutes ; plus, ce serait perdre son temps…

Ce titre ne dit pas le vrai message que veulent transmettre les auteurs de cette analyse et que les médias complices (suscités) vont, eux, diffuser avec force : l’arrêt des statines en France suite au livre de Philippe Even publié en Janvier 2013 aurait provoqué une dizaine de milliers de décès.

Ils veulent affoler la population ; et ainsi dissuader tout individu qui s’est vu prescrire une statine de stopper son traitement.

En fait, c’est curieux mais c’est ainsi, leur analyse montre exactement le contraire de ce qu’ils veulent prétendre.

Je ne vais pas reprendre leur calamiteuse analyse évidemment mais retenir simplement que si leurs calculs étaient exacts, il y aurait eu environ 10,000 décès supplémentaires (dus à l’arrêt des statines) entre février 2013 et octobre 2013 en France. C’est eux qui le disent, ou le laissent déduire sur la base leurs calculs et observations.

Les statines ayant avant tout (et en théorie) un effet sur le risque cardiovasculaire, cette surmortalité cardiovasculaire aurait dû être identifiée par les unités de cardiologie. En effet, les statines n’ayant pas d’effet sur les arythmies malignes fatales et pas non plus sur la mortalité due à l’insuffisance cardiaque, cette catastrophique surmortalité cardiovasculaire n’aurait pu être due (si elle était survenue) qu’à des infarctus et des AVC mortels

Sachant comment la moindre oscillation de la mortalité mensuelle sur les routes (pour un total annuel d’environ 2500) est rapidement identifiée et commentée par les Autorités sanitaires, il est clair qu’une augmentation de 10,000 décès en moins d’une année aurait été assez immédiatement identifiée sinon par les Autorités sanitaires – surtout après un délai de 3 ans, nous sommes quand même en Juillet 2016 ; ça donne du temps pour s’adapter – au moins par les Pompes Funèbres…

On peut suggérer (sans grand risque de se tromper) que ces 10,000 décès supplémentaires n’ont pas été détectés ; et ne sont probablement pas survenus… laissant penser que l’ensemble de cette analyse est probablement erronée.

D’où peut venir l’erreur ?

Quoique nous ayons une confiance limitée dans ces valeureux investigateurs (voir plus bas la liste des conflits d’intérêt), nous pouvons admettre que leurs chiffres concernant les arrêts des statines pendant ces 9 mois de suivi sont à peu près exacts. Ce sont donc probablement les chiffres de mortalité qui sont erronés.

Effectivement, nous avons hélas sous les yeux un festival d’idioties (je pèse mes mots) et d’inculture médicale et scientifique. Je vais prendre un ou deux exemples comme illustrations.

Comment nos amis définissent l’arrêt de la prise de statines ? Par un défaut d’exposition à une statine – qu’ils expriment par un manque de possession d’une statine par le patient selon leur base de données – d’au moins deux mois ; mais sans préciser si ce défaut d’exposition observé au cours des 9 mois de suivi est survenu lors du premier mois (en février 2013) ou lors de la dernière période du suivi (entre septembre et octobre 2013) ; et donc sans préciser si le défaut d’exposition a duré 9 mois ou 2 mois. Cet aspect est important quand on veut corréler ce défaut d’exposition – qui, selon ces brillants auteurs et leurs interprètes médiatiques, serait un défaut de protection – avec un évènement clinique aussi important qu’un décès.

Est-il raisonnable de penser qu’avec un défaut d’exposition (ou de protection) de 2 à 9 mois on puisse enregistrer un effet sur la mortalité ?

Examinons la courbe des effets d’une statine – extraite de l’étude LIPID publiée en 1998, présentée comme référence princeps par les auteurs eux-mêmes – sur la mortalité.

Même si la crédibilité des résultats de l’étude LIPID (testant la pravastatine contre un placebo) est très faible, du fait des énormes problèmes méthodologiques observé dans cet essai commercial, on voit immédiatement qu’il ne se passe presque rien en termes de mortalité pendant au moins deux ans (24 mois) dans cette étude ! Dans d’autres études du même type (et aussi peu crédibles), il ne se passe rien de visible pendant les 3 premières années…

Il n’y a donc aucun espoir de voir dans une calamiteuse étude d’observation un quelconque effet sur la mortalité lors d’un arrêt de prise de statine de 2 à 9 mois. Soyez raisonnables, chers collègues ! S’il a fallu de longues années à vos collègues sponsorisés de l’essai LIPID pour observer une supposée – je n’en crois pas un mot évidemment – réduction de 22% de la mortalité sur environ 5 ans en 1998 grâce à une statine, comment pouvez-vous clamer qu’en quelques mois une augmentation de 17% serait survenue en France en 2013 suite à l’arrêt des statines ?

D’autant plus que (comme souligné ci-dessus) si un effet des statines sur la mortalité peut être espéré, ce serait avant tout sur la mortalité cardiovasculaire. Pouvez-vous nous donner une idée de l’augmentation de la mortalité cardiovasculaire entre février 2013 et octobre 2013 dans votre cohorte ? Vous n’avez pas les chiffres ou vous ne voulez pas les fournir ?

Car c’est un point crucial : qu’est-ce qui a réellement motivé l’arrêt de la statine prescrite dans cette cohorte ? Le livre de Philippe Even et sa couverture médiatique ont peut-être joué un rôle. Mais la vraie cause ne serait-elle pas autre ? Par exemple que les patients se soient vus diagnostiqués une maladie grave (possiblement fatale) et que, l’argumentaire de Philippe Even aidant, le médecin traitant et le patient aient conjointement décidé d’alléger des traitements possiblement (certainement dans certains cas) générateurs d’effets délétères ou toxiques. Bref, la relation de causalité serait inversée : c’est parce qu’il est très malade que le patient stoppe le traitement et pas l’inverse !

Je conclue par deux remarques désagréables.

La première concerne les liens d’intérêt des auteurs de cette analyse. Nos joyeux lurons ne déclarent aucun conflit d’intérêt à titre individuel. Mais leur laboratoire INSERM a bénéficié de multiples cadeaux et contrats de l’Industrie (ci-dessous). C’est un peu comme si les célèbres Pieds Nickelés déclaraient face à leurs juges qu’à titre individuel ils étaient parfaitement innocents et qu’ils n’étaient en rien concernés par les méfaits commis par leur collectif… Naïfs ou cyniques ?

La deuxième remarque est un constat : le niveau scientifique (et éthique) des chercheurs français semble s’être dégradé de façon dramatique au cours des dernières années, quel que soit leur appartenance institutionnelle. Il n’y aurait donc personne dans leur environnement intellectuel pour les conseiller, ou au moins calmer leurs ardeurs ?

Conclusion finale : où serait l’effet boomerang évoqué dans le titre ? C’est simple. Ces auteurs (et les médias connivents) ont voulu montrer que les arrêts des statines (suite au livre de Philippe Even) auraient provoqué environ 10,000 décès cardiovasculaires en France en 2013.

Admettons que les chiffres d’arrêt des statines soient à peu près réalistes. Étant donné que la surmortalité cardiovasculaire prédite par nos collègues n’est pas survenue en 2013 (et sans doute pas en 2014), nous concluons que l’arrêt des statines n’a aucun effet délétère, au moins à court terme…

C’est une information (bien peu originale) que n’importe quel expert des pathologies cardiovasculaires aurait pu affirmer sans avoir besoin de la médiocre analyse que je viens de perdre mon temps à commenter.

En d’autres termes et sur la base des données connues (quoique douteuses) sur les effets (supposés) protecteurs des statines, il était illusoire de voir un quelconque effet délétère sur un suivi de quelques mois.

 

 

 

233 réflexions au sujet de « Astucieux calculs à propos des effets de l’arrêt des statines : effet boomerang typique ! »

  1. aubepine

    « Il est plus facile de tromper les gens
    Que de les convaincre qu’ils ont été trompés »

    Mark Twain

    1. aminevite
      En réponse à : aubepine

      Remarquable citation.Les gens n’acceptent quand ils y arrivent qu’à la condition que l’on désigne 1 coupable. Mais qui est le vrai coupable? Le médecin, son enseignant, l’expert, le pharmacien,le labo pharmaceutique, l’agence du médicament, la presse médicale, le ministère de la Santé ? Probablement tous à des degrés différents.

        1. Antoine SANCHEZ
          En réponse à : Michel de Lorgeril

          j’ajouterais que les premiers responsables ce sont les gens eux mêmes!!
          Ils ont l’esprit très fermé, et se laissent embobiner par le formatage que nous avons eu partout depuis notre enfance (et surtout l’école, les médias et la télé) !!
          Les gens ne savent pas se remettre en cause, ne savent pas faire la part des choses, seul compte ce qu’ils ont appris, ce que disent les médias et surtout ce que dit la télé ! ha !! si la télé le dit c’est forcément vrai !!
          Et pas la peine d’en parler à votre famille ou vos proches qui vont vous traiter de marginal (nul n’est prophète en son pays!!).

          1. phil
            En réponse à : Antoine SANCHEZ

            Oui les 1ers responsables ce sont les patients

            pourquoi cet oubli ?

            1) Ils n’ont qu’à se renseigner
            2) Si on les renseigne ils refusent d’entendre

            Le « peuple » n’est ni innocent ni irresponsable

          2. phil
            En réponse à : Antoine SANCHEZ

            adhérer c’est fait, mais je crains avoir du mal à être bienveillant envers la bêtise humaine. Ceci parce que j’ai été douché (je crains d’en avoir déjà parlé) il y a peu par le comportement – réitéré – d’une femme quii se démolit depuis des années à coup de statines (et ça s’aggrave avec l’âge) et refuse obstinément toute forme de suggestion « non médicale ».

            Ce n’est pas la 1ère fois que ma démarche bienveillante (et pourquoi pas humaniste) se heurte à l’hostilité de la « foule »…

            Ici on se parle entre gens plutôt informés (je parle des patients), et on se coupe du réel entre « personnes qui lisent »

            Sans prendre bien conscience que la plupart des gens refusent de lire (et même de regarder les vidéos), considérant encore les médecins comme des sortes de gourous intouchables (« ils ont fait médecine »! ).

            Donc sur ce blog on évolue plutôt entre « élites » coupées du monde réel, et notre vrai ennemi c’est ce monde réel. Ici bien des gens lisent des revues scientifiques, quand le patient lambda lui, ne lit rien du tout

          3. aubepine
            En réponse à : Antoine SANCHEZ

            Vous avez entièrement raison !
            Les gens sont soumis et n’essaient nullement de se prendre en charge tant soit peu ! la minorité qui tente de comprendre est marginalisée ! si vous vous permettez de donner un conseil bienveillant, on vous dit : merci Dr !
            S’il vous arrive de tomber en dépression, là, « il est fou » : psychologie, on ne connaît pas !
            Nous sommes nombreux à prendre conscience de cette réalité !

          4. aminevite
            En réponse à : Antoine SANCHEZ

            Les patients ont une attente importante quand ils consultent et cette propension à « croire au Père Noël » du fait qu’il se sait mortel et que son plus cher désir est de reculer l’épouvantail de la mort. On lui a fait croire en un produit miracle et attaquer cette croyance est pour lui un sacrilège .De plus apprendre que l’on a été berné voire empoisonné provoque une sensation trop désagréable pour être admise facilement.
            Pendant que j’écris j’apprends que Sir Rory COLLINS contre-attaque dans le Lancet!
            Ah, ils ne vont pas les lâcher comme ça les 23 milliars de dollars annuels!
            Quant à l’image du Lancet…quelle honte pour la Médecine.

          5. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : aminevite

            Le Lancet : 30 pages (gratuites) pour célébrer les statines quand nous n’arrivons pas avoir une demi-page pour essayer de « glisser » un embryon de vision « alternative »…

            Bon, le Lancet appartient à l’industrie pharmaceutique et Rory Collins (et ses amis du CTT) aussi !

            Donc ils font leur boulot ; ils sont loyaux avec leurs bienfaiteurs ; moi je trouve ça plutôt sympa !

            Autre façon de voir les choses : le chien mord-il la main qui le nourrit ?

            Cela dit, cela ressemble au « chant du cygne » car on peut s’étonner qu’il faille 30 pages pour « aider » les médecins à « interpréter » les données de la science médicale.
            A mon humble avis, quand la science médicale est claire, vraiment claire, nul besoin que des pseudo-experts sponsorisés viennent expliquer comment nous devrions (on note le conditionnel) voir les choses…
            Misère !

  2. Olive verte

    Je n’avais pas relu le blog depuis un moment, mais on ne s’ennuie pas ici ! Je trouve très bien, et courageux, que M. Moore, l’auteur de l’étude citée, vienne débattre.
    L’accueil a été tantôt plein d’argumentation scientifique tantôt ironique, ou les deux ; une fois tout ça digéré, j’espère que M. Moore reviendra s’exprimer.

    Après ces débats de haut vol, je dis ce qui me gêne dans l’article lui même. C’est très empirique, des impressions de ma part, ce n’est pas scientifique … mais ça me gêne.

    Surtout : la constitution initiale de deux grands groupes de patients. Un groupe qui arrête de se faire prescrire des statines, et un qui continue.
    La validité du groupe qui continue m’interpelle. De fait, pas mal de patients, que j’ai rencontrés soit en vrai (PS : je ne suis pas soignant) soit virtuellement, continuent de se faire prescrire des statines … mais n’en prennent plus. Ou alors les oublient très régulièrement. On pourrait penser que cela arrivait aussi avant 2013 et que donc c’est comparable et donc non significatif pour l’étude de M. Moore.
    Il me semble que ça a largement augmenté dans les années 2010 jusqu’à maintenant, avec une allure presque exponentielle.
    Je n’ai pas de chiffres à donner, je ne sais pas si ça a été estimé.
    Mais quand des personnes, y compris diabétiques (je suis DT1, et j’ai donc tendance à échanger souvent avec des DT1, et des DT2 aussi), commencent à avoir beaucoup de douleurs, et que leur médecin leur intime de prendre ça sous peine de décès rapide, certains de guerre lasse préfèrent ne plus heurter leur médecin mais jeter le tout à la poubelle. Après les années 2010, quand les gens ont pu comprendre leurs douleurs, qui se produisaient depuis des années, beaucoup l’ont fait. Maintenant parfois dès la 1ère prescription.

    J’ai donc du mal à considérer valide à 100 % la comparaison entre 2 populations, la distinction me semble fictive. Bien sûr quand une ordonnance ne contient plus de statine, c’est facile à comptabiliser, mais quand les statines sont prescrites, et non prises, ou très peu prises ? Un avis plus étayé que mes constats empiriques ?

    Autre chose qui m’étonne, pour les patients diabétiques, dits à haut risque : l’analogie, entre les décès rapides trouvés par exemple dans l’étude Cards (arrêtée très vite), et celle de M. Moore. Et non confirmés par les autres études sur les diabétiques, 4D et Aspen, menées à terme.
    Peut il y avoir un biais commun dans le comptage des décès précoces ?
    Biais, puis que ça ne se retrouve ni dans les études cliniques menées à terme chez les diabétiques, ni dans les comptabilisations nationales de décès.

  3. PEYRAT Guy

    Bonjour Docteur,

    Je me permets de vous faire un mail concernant mon problème de santé à savoir :

    Fin Novembre 2015, alors âgé de 68 ans, j’ai fait un syndrome coronarien, on m’a posé un stent actif et le CHU m’a prescrit le traitement suivant :

    MATIN :

    - 1 DILTIAZEM LP 300 mg (pour la tension) – je précise que j’étais traité déjà depuis plusieurs années avant cet accident
    - 1/2 ALDACTAZINE (Diurétique)
    - 1 RAMIPRIL 2,5 mg

    MIDI :

    - 1 SACHET DE KARDEGIC 75 mg
    - 1 EFIENT 10 mg (Médicament que l’on doit m’arrêter logiquement en fin d’année ! )

    - SOIR :

    - 2 ATORVASTATINE 40 mg (soit 80 mg)
    - 1 RAMIPRIL 2,5 mg

    Je précise que mes analyses de sang (cholestérol) ont toujours été normales, malgré tout j’ai fait cet accident.

    Voici neuf mois donc que je fais ce traitement, suis très fatigué avec les troubles suivants :

    - AMAIGRISSEMENT
    - INSOMNIE
    - UNE GRANDE FATIGUE
    - NAUSEES ET PROBLEMES DIGESTIFS
    - VERTIGES
    - DOULEURS MUSCULAIRES dans l’ensemble du corps
    etc …

    - L’ ATORVASTATINE 40 mg (soit 80 mg/jour) est-il à l’origine de mes maux ?

    Je voudrai arrêter ce traitement et m’en remets à vous pour avoir votre opinion.

    Je suis désemparé par rapport à mon état de santé qui se dégrade, j’habite à Clermont-Fd, et suis suivi par le Dr. Michel PETIT, Cardiologue.

    Je dois revoir prochainement le Docteur Michel PETIT et mon médecin Généraliste (Dr. Catherine LAPORTE), je voudrai avoir votre avis et éventuellement vers qui je peux m’orienter le cas échéant ?

    Je vous remercie par avance de votre réponse,

    Recevez Docteur, mes sincères salutations.

      1. Revenliquet
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Pas une consultation, vous avez raison.

        Un acte de réanimation, plutôt. Une UA, comme on dit puis, ou Urgence Absolue.

        Putain, ça m’énervera toute ma vie, à moins que…

    1. phil
      En réponse à : PEYRAT Guy

      vous êtes désemparé ?

      Agissez !

      Lisez l’avis des meilleurs spcécialistes du monde sur la mise à mort sur ordonnance dont vous êtes victime

      n’étant pas médecin, j’ai, moi, la parole libre.

      Alors plutôt que de désespérer de vous-même (et de me faire désespérer de l’humanité), SVP cliquez sur ce lien, vous ne serez pas déçu du voyage :

      http://phill443.unblog.fr/

    1. Inoxydable
      En réponse à : MARCEL

      Président de et fondateur du Comité international de Pharmacovigilance, Vice Président de … j’en passe. Mais c’est lui qui est chargé de filtrer les effets indésirables des Statines ? Ou d’avaliser ses médicaments ?
      Ce ne sont pas ses 300 publications ( peut-être 350 grâce aux 50 étudiants embauché qui devront au moins fournir une étude…) qui me feront croire qu’il est fiable ! Son étude (Sic…) Traditional Uighur Medicine Karapxa decoction, inhibits liver xanthine oxidase and reduces serum uric acid concentrations in hyperuricemic mice and scavenges free radicals in vitro.
      BMC Complement Altern Med. 2015 (15) 131
      Amat N, Umar A, Hoxur P, Anaydulla M, Imam G, Aziz R, Upur H, Kijjoa A, Moore N..
      sur la décoction d’herbes dont les effets sont voisins mais moins nocifs que l’ aspirine qui me convaincront de sa bonne foi. Pauvres lapins..;
      Que n’est -il allé sur le terrain pourvoir pourquoi le village de Cuccioli en Italie du Sud comprend 81 centenaires sur 700 habitants, 1 seul Alzheimer, le Pr Valter Longo ( San Diego) le fait ( vu sur télématin du Lundi 5/09/2016 rubrique santé ) Que ne mouille t-il pas sa chemise pour voir sur le terrain le pourquoi du comment au lieu de ce fier à des statistique biaisées ( qui peut se fier encore à ceux de l’Assurance Maladie quand on connaît la pauvreté des leurs investigations, les fausses déclarations dont elle est la cible … me souviens de Cash Investigation dans laquelle la vice Présidente de cet organisme était d’une nullité sidérale ne connaissant pas grand chose de sujet !) Peur de manger trop de « soffrito » ou de tisanes de Romarin ?
      Pr Moore, c’est bien d’être diplômé en cardiologie, en pharmacologie psychiatrique, en médicaments pour l’ asthme ( Vos petits émoluments avec Orion Pharma ou Novartis rien que pour la période de 2012 au 3è trimestre 2013 -déclarations des Firmes à l’Ordre de médecins … et je ne veux même pas connaître le reste) mais il ne faudrait pas vous égarer dans statistiques fortement biaisées sur l’abandon des statines : Où sont les plaintes des 11000 familles ou proches (comme pour le Médiator – peut-être faudra t-il attendre 30 ans pour cela, mais Even et Mdl en France plus quelques médecins bienveillants sont bien seuls et n’ont pas une armée d’avocats derrière eux…) et bien plus depuis votre étude sur quelques mois en 2013. Nous sommes en 2016.
      Y a t-il un scandale sanitaire ? En ce qui me concerne je peux témoigner des bienfaits de la Diète méditerranéenne et du changement de mode de vie préconisés par le Dr MdL et de l’ABANDON DES MAUDITES STATINES. a bon entendeur. Mais je sais que vous ne me lirez pas, vous volez si haut…
      Mais puis-je vous considérer pour autant comme quelque de sincère dénué de conflits d’intérêts ?

      1. Inoxydable
        En réponse à : Inoxydable

        Un dernier mot pour la route Docteur et survivants : Lu ce jour ( en magasin et rapidement :Dans la revue DIABETE de ce mois, n°18 en page 12, dans article consacré au maladies cardio vasculaires; un articles en encart tout de rouge vêtu à propos du Dr Michel de Lorgeril avec photo de son livre « Prévenir l’infarctus et les maladies cardio vasculaires  »
        Au moins çà c’est du bon journalisme ( apparemment) et il y a des progrès auprès de certaines revues. Je l’ai d’ailleurs mis en exergue en sortie de caisse au lieu de la laisser perdu dans la masse des revues, quelqu’un sera peut-être intéressé …

          1. Inoxydable
            En réponse à : aubepine

            Merci « aubépine ». Mais c’est peu de chose, une gouttelette dans une nuée. Faudra que je trouve autre chose.

      1. Antoine SANCHEZ
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Bonjour

        Hier soir j’ai assisté à l’émission  » Le cholestérol, le grand bluff « , sur ARTE.
        Tout d’abord, merci et félicitations pour vos interventions pertinentes, précises et très explicites pour les non initiés que je suis.
        Votre prestation a été excellente!
        J’ai ensuite suivi le pseudo débat qui a suivi.
        J’ai été déçu de la position de la journaliste, qui a fait la part belle au docteur Allemand, dont je ne me souviens pas son nom.
        D’ailleurs combien a t-il été payé pour tous les mensonges qu’il a dit ??
        Je dis que la journaliste a fait la part belle au médecin Allemand, pour diverses raisons;
        – C’est l’allemand qui a commencé et terminé le débat.
        – il est intervenu 6 fois contre 4 pour vous.
        – il a eu un temps de parole supérieur au votre (au moins de l’ordre de 5% de plus).
        – Elle le laissait toujours vous répondre, alors que vous, vous ne pouviez toujours pas lui répondre.
        – Elle reprenait moins facilement les mensonges du médecin Allemand, alors qu’elle n’hésitait pas à vous interrompre.
        (par exemple vous avez bien dit être affirmatif que lors des autopsies jamais le bouchon était du cholestérol, l’allemand lui, volontairement répondait à côté en parlant du cholestérol dans les plaques, pas du bouchon,
        D’ailleurs même en parlant de la composition des plaques, on sait que la part de cholestérol est infime (d’après ce que j’ai lu, de l’ordre de 3% seulement).
        Je vais chercher comment communiquer avec cette journaliste ou ARTE pour leur faire part de mes remarques.
        Comment ces gens font pour pouvoir se regarder tous les matins dans la glace de leur SDB ?
        Voici un texte très parlant et intéressant.
        Tous ces menteurs et mafieux doivent souvent pleurer devant leur glace :

        Quand tu obtiens tes désirs dans la quête de toi-même,
        Et la terre te fait Roi pour un jour,
        Va regarder ton reflet dans la glace,
        Et écoute ce qu’il a à te dire.
        Car ce n’est, ni ta mère, ni ton père, ni ta femme,
        Qui doit passer jugement sur toi.
        Celui dont le jugement, est le plus important,
        Est celui que tu vois dans la glace.
        C’est à lui qu’il faut plaire, laissons-là tous les autres,
        Lui, sera avec toi jusqu’au bout.
        Et tu as triomphé du plus grand des défis,
        Si l’homme dans la glace, est toujours ton ami.
        Tu peux comme Jack Horner, te voler une prune,
        Et encore te penser merveilleux,
        Mais l’homme dans la glace, te dit que tu es faux,
        Si tu peux duper tout le monde, pendant des années,
        Au passage récolter des bravos,
        Mais la douleur, et les larmes seront, ta récompense,
        Si tu as trompé l’homme dans la glace.

  4. kiki08

    en tant que greffé rénal le 8/ 01/ 08 ,mis sous statines sans raison (pas de cholestérol) . j’ai pris ce poison pendant 7 ans . pendant 7ans j’ai eu des hospitalisations a plus en finir , j’ai été soigné pour ,le coeur ,le foi ,
    le pancréas , tout le système digestif , des problèmes de peau . j’étais devenu un cadavre ambulant, jusque a l’arrêt de la prise de ce poison ( a la lecture des livres du DOCTEUR MICHEL DE LORGERIL) . depuis l’arrêt de ce poison , tout se stabilise . les statines attaquent tout le corps , tous les organes . j’ai aussi des pertes de mémoire , je pense que la aussi les statines ne font pas du bien . la greffe c’était pour que j’aille mieux , c’était sans compter sur ce poison que sont les statines .

    1. Antoine SANCHEZ
      En réponse à : kiki08

      He oui! et pour vendre encore plus de leurs poisons et futur poison (PSK9), ils abaissent sans arrêt le taux normal de cholestérol (mais quelle normalité ?).
      De ce fait, ils ont un potentiel de vente gigantesque, qui va de pair avec des bénéfices pharaoniques, puisqu’ainsi c’est presque la totalité de la population occidentale qui est  » malade  » du cholestérol parce qu’ils l’ont décidé pour s’enrichir toujours plus sur notre dos et notre santé.
      De la sorte si on les écoute, nous avons tous un organisme « mal foutu » qui nous fait tous malades!!
      C’est avoir bien peu de respect pour notre organisme dont tout le monde sait pourtant combien il est super bien fait, super bien réglé, super précis, sans aucune lacune, mais que la cupidité des hommes dérègle, rend malade et le détruit.
      C’est quand même un peu fort! si on les écoute ils mettent en cause cette certitude que nos organismes (à part quelques très rares exceptions), sont encore mieux réglés et plus précis qu’une très bonne horloge!!
      Honte à eux et ceux qui les soutiennent par intérêt financier faisant fi de leur  » serment d’Hippocrate « 

  5. Fatima

    Cher Docteur
    Je tenais à vous dire MERCI MERCI MERCI en mon nom et en celui de mon père.
    Pour vous résumer la situation: min père a 87 ans, n’a jamais fumé, jamais bu d’alcool, nourriture toujours saine, sportif quand il était jeune. Seulement il a un développe un asthme vers 45 ans (sécrétions bronchiques) pour lequel son pneumologue de l’époque l’avait mis sous cortisone avec des doses quotidiennes pendant près de 10 ans (une hérésie!!! Mais on ne savait pas à l’époque).
    Depuis quelques semaines il se plaignait de temps à autre de petites brûlures au sternum. Son médecin lui conseille alors un coronoscaner qui détecte des calcifications et de l’athérosclérose (c’était il y a 3 semaines).
    S’ensuit une coronarographie il y a 2 jours qui détecte une lésion significative sur 1 artère en distale soignée par la pose d’un stent.
    Tout se passe merveilleusement bien.
    On lui donne alors un traitement: plavix+kardegic 75 pendant 6 semaines (kardegic seul ensuite), ramipril 1,25 mg 2 fois par jour et… Tahor 20 mg!!!
    Et c’est là que je vous dis MERCI: je ne connaissais rien aux statines jusqu’à ce que je tombe sur un article de vous suite il y a 3 semaines alors que je faisais des recherches sur le score calcique (suite au coronoscanner de mon père). Autant vous dire que lorsque je vous ces statines prescrites à mon père je mets mon veto.
    La cardiologue (porte parole du professeur de service ayant pratiqué la coronarographie de mon père) m’explique que le cholestérol LDL de mon père est certes bas (1.15) mais qu’il faut le baisser à 0.70 et que fe serait une faute professionnelle de ne pas le prescrire. Elle parvient à insinuer le doute et la culpabilité dans mon esprit: ils avaient si bien soigné mon père – ils savent ce qu’ils font, moi je ne suis pas médecin…, ils me disent qu’il ne faut pas croire tout ce qu’on dit sur internet, que ceux qui sont contre les Statines ne peuvent pas faire partie du corps médical…
    Mon père en prend donc 2 jours – 2 jours où je continue néanmoins mon travail de recherche, où je croise les sources… et où je décide à la lumière de votre site et d’autres références de faire stopper immédiatement les statines – hors de question d’empoisonner mon père sous prétexte de vouloir faire descendre son taux de cholestérol a un niveau ridiculement bas et qui n’a pas de sens.
    Je décide donc d’intégrer dans son alimentation déjà saine des aliments riches en oméga 3 et polyphenols afin de booster des artères et soignée tout terrain inflammatoire (je suis persuadée que c’est la cortisone qui a fragilisé son artère d’où cette lésion qui est apparue avec le temps): jus de Grenade bio – 1 verre par jour), pain de seigle complet bio avec graines de lin, noix, amandes, lentilles, jus de citron bio pressé avec eau tiède à jeun….
    Sans votre article lu il y a 3 semaines mon père se serait empoisonné sans qu’on le sache puisque on fait confiance aux médecins!!
    Je vous en serai éternellement reconnaissante Docteur!!
    C’est un réveil des consciences qui est nécessaire et je ferai tout mon possible de porter la bonne parole.

    Bien à vous.
    Fatima.

    1. phil
      En réponse à : Fatima

      il semble que pour certains médecins la lutte contre le cholestérol soit comme une religion (des sortes d’ayatollahs des statines), j’ai eu l’occasion de raconter ici il y a peu l’histoire d’1 homme qui avait 0.7G. de Chol. sous Tahor (il avait 1.4 G. auparavant). Ici je ne pense pas que ce soit une affaire de corruption, mais une sorte de foi hystérique en le « Lower is better » (+ c’est bas mieux c’est), instillé dans le cerveau mou d’un certain nombre de médecins à grands renforts de pub pdt des années.

      Contre ces dangers publics (et tjrs des gens agressifs en plus) il faut agir. Heureusement que vous avez « intégré » le pb à temps, la plupart des patients et leur entourage, hélas, demeurent hermétiques à tte remise en question des oukases du corps médical. Le public n’est pas prêt…

      1. Antoine SANCHEZ
        En réponse à : phil

        Tout à fait, ils sont obsédés, et oublient de réfléchir un tant soi peu !
        Ce sont des moutons de panurge qui ont le cerveau ramolli !!
        Il faut voir l’énergie qu’ils mettent au CHU de NÎMES (Cardiologues et neurologue + diététicienne) pour me convaincre de prendre, non plus, les STATINES maintenant, mais pire le PCSK9!!!
        Mais ils sont tombés sur un  » OS « , qui leur tient tête , argumente (je sais, c’est peine perdue), et qui maintient son refus.
        J’ai demandé à mon généraliste qui est un médecin ouvert et  » intelligent « , s’il ne connaissait pas un CARDIOLOGUE non obsédé par le cholestérol
        Il ma donné les coordonnées d’un cardiologue à NÎMES.
        j’ai RDV le 5 Décembre.
        Je verrais bien si celui ci fait parti des cardiologues  » intelligents « .

      2. Fatima
        En réponse à : phil

        Absolument d’accord avec vous Phil! Je ne pense pas non plus que dans le cas de mon père ce soit une affaire de corruption mais plutôt une sorte de protocole mécanique qu’on applique à tout patient ayant eu la pose d’un stent. Au nom du sacro-saint principe de précaution d’éminents professeurs de médecine semblent perdre tout recul. On prescrit des statines sait-on jamais….
        Cela va à l’encontre du bon sens surtout quand on connait les effets secondaires de ce médicaments (impressionnants sur des personnes jeunes – alors qu’en est-il de personnes âgées).

        Pas plus tard qu’hier j’ai une discussion avec une amie dont le mari est médecin généraliste (il a 45 ans). Je lui explique qu’on en a prescrit à mon père et lui demande ce qu’il pense des statines. La réponse a été « ah ben il faut les prendre! ». J’ai été estomaquée: il ne connait pas le dossier médical de mon père et sa réponse fuse de façon si péremptoire.
        Même le médecin traitant de mon père (âgé de 55 ans environ) à qui j’ai fait part de mon inquiétude m’a dit: la réponse est insoluble – il y a 2 écoles de médecine (1 qui est pro-statines, l’autre qui est contre). Il m’a dit: « c’est à vous de prendre la décision ». Pour moi sa réponse signifiait : ne les prenez pas!! (il n’a pas voulu contredire le traitement donné par le cardiologue – par contre il ne m’a pas dit « il faut absolument les prendre » – ce qu’il aurait fait si il avait été persuadé que ce traitement faisait sens pour mon père). Et cela a été un grand soulagement pour moi de sentir que son propre médecin traitant ne voulait pas pousser à la consommation de ces médicaments.

        Merci encore pour votre site!

Commentaires : page 5 sur 5«12345

Les commentaires sont fermés.