La cacophonie sévit aussi dans le « petit » monde de l’hypertension artérielle

Pas seulement aux USA !

Pourquoi ?

Que se passe t-il ?

Un expert américain écrivait récemment que « les temps étaient durs pour la cardiologie, car les mauvaises nouvelles s’accumulent … etc ».

On ne saurait mieux dire. Urgent de redresser la barre et prendre un nouveau cap.

On laissera notre ami-expert se lamenter  [pour les curieux, c'est là :http://www.medscape.com/viewarticle/819148?nlid=45444_1985&src=wnl_edit_medn_card&uac=78143HG&spon=2] et raisonner sous forme de 5 leçons à retenir, selon lui,  des mésaventures de l’expertise en hypertension (HTA).

En bref, deux mélodrames récents : le premier concerne un nouveau traitement de l’HTA qui selon ses défenseurs devait révolutionner le traitement de l’HTA : la dénervation rénale ; une technique consistant à brûler (cautériser) les nerfs irriguant les reins, donc une « dénervation » des reins ; inutile de rentrer dans les détails techniques.

Deux tendances s’affrontaient : ceux qui voulaient étendre les indications de ce traitement [à des HTA autres que les HTA sévères et non maîtrisées par un traitement médicamenteux optimal], nouveau business, nouveaux appareils, nouveaux experts, et avançant que c’était toujours mieux que les multiples thérapies médicamenteuses (et leurs multiples effets secondaires) ; et ceux qui qui freinaient des deux pieds effarés par le peu de science (y compris médicale) soutenant cette approche.

Les visiteurs de ce blog et les lecteurs de nos livres [urgent de lire ou relire nos pages sur le traitement de l'HTA] savent que je n’aurais jamais prescrit un pareil traitement pour une maladie du mode de vie ; et pas non plus (ou le moins possible) les thérapies médicamenteuses multiples prescrites abusivement ces jours.

Et patatras, les principaux industriels soutenant ce traitement, déjà embarrassés dans quelques affaires de mœurs médico-éthico-scientifiques, annoncent l’arrêt de ce business ; sur la base d’une seule étude négative dont on ne connait pas encore les détails, sauf que c’est jusqu’à présent la seule étude respectant le minimum exigé pour parler de sciences médicales. Qu’avions-nous donc avant et qui justifiait l’enthousiasme des experts et notamment des Sociétés savantes US, notamment l’American Heart Association ?

Vous connaissez la réponse … C’est pareil au reste !

Ce qui en dit long sur l’expertise réelle de (et la confiance à accorder à) ces Institutions et Associations [voir l'article précédent à propos du cholestérol et des statines] qui nous dictent, à nous médecins, nos conduites à tenir face aux pathologies complexes que nous rencontrons.

Ces mêmes institutions se faisant elles-mêmes dicter leurs conduites par des intérêts essentiellement commerciaux [la société spectaculaire et marchande dans toute sa splendeur, relire Guy Debord, urgent !] et très secondairement par l’intérêt des patients ou de la Santé Publique ; le monde inversé du spectacle !

L’American Heart Association est sur la sellette [et est violemment attaquée] pour une autre raison : les nouvelles recommandations qu’elle vient de promulguer concernant le traitement de l’HTA avec des médicaments. C’est un peu comme avec les traitements anti-cholestérol, mais dans le sens opposé [ça pourrait conduire à moins de prescriptions] : de nouveaux experts donnent de nouvelles recommandations et les anciens experts sont très mécontents d’être ainsi critiqués …

Cacophonie ! Ridicule !

On se croirait revenu aux temps où de sombres religieux se chicanaient pour des histoires d’icônes, d’idoles et autres joyeusetés.

Les Présidents (de ces Institutions) essaient de mettre un peu d’ordre, proposent des médiations, convoquent des réunions de consensus auxquelles certains refusent de participer ; une cour de récré ; ne manquent que les cordes à sauter !

Certains pourraient penser que mon « mauvais esprit » anarcho-quelque chose s’en donne à cœur joie ; c’est bien vrai , mais que faire si nous sommes ainsi alimentés chaque jour de ces idioties pendant que des centaines de millions de gens dans le monde se voient prescrire des médicaments inutiles et toxiques, alors qu’ils devraient …

Un récent article (dont les auteurs travaillent pour le monde économique) ne se plaignait-il pas que 90% (ou quelque chose comme ça) des articles scientifiques publiés rapportaient des données jamais reproduites ?

Et donc non reproductibles, laissant entendre que c’était du bidon …

90% ça parait beaucoup !

Mais il est difficile de savoir, vu que nous regardons rarement dans l’assiette du voisin [le physicien l'assiette du biologiste, l'astronome l'assiette du médecin ...] ; mais si je me réfère à mes domaines de prédilection exclusivement, je crois bien que nous n’en sommes pas loin de ces 90% …

Bon vent, matelots !

Et si vous avez un problème d’HTA, relisez-nous consciencieusement, ça vous aidera ; et ça aidera votre médecin !

58 réflexions au sujet de « La cacophonie sévit aussi dans le « petit » monde de l’hypertension artérielle »

  1. phil

    « Selon que vous serez puissant ou misérable,
    Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »
    (c’est de la Fontaine en effet, dans les animaux malades de la peste)

    ainsi donc nous serions conspirationnistes? et pourquoi pas révisionniste et négationniste ? Quelle honte ce Steg – dont j’ai d’ailleurs connu le père Adolf qui m’a soigné. Un homme exceptionnel, quelle tragédie quand on a une éthique d’engendrer une telle progéniture…

      1. phil
        En réponse à : M. Barahj

        on peut écrire les deux (adolf en anglais et en allemand), mais juif tchèque ashkenaze, son prénom au départ était plutôt adolf, francisé ensuite pour des raisons qu’on peut comprendre…

  2. Inoxydable

    Bonsoir Docteur ; Toujours dans le même esprit « d ’experts » sans conflit d’intérêts, que pensez vous de cela : Relevé sur le dernier S&V, page 16 dans un article titré « « Affaire SERALINI, Publier n’est pas prouver » et dans lequel l’auteur remet en cause l’objectivité et les résultats des travaux du Professeur, j’ai extrait ces deux paragraphes à propos du retrait de la publication par la revue Food and Chemical Toxicologie :
    - » cette décision qui entérine le fait que cette étude débouche sur des conclusions erronées, a valeur d’exemple. Elle pointe la dérive par laquelle le processus de publications scientifiques est de plus plus utilisé, par des chercheurs, associations ou industriels pour conférer à leur opinions un caractère indubitable ;
    - De son côté, Gilles-Eric SERALINI explique que le retrait de son étude par le fait que la revue s’est dotée, début 2013, d’un éditeur associé, d’un éditeur associé, anciennement employé par l’entreprise MONSANTO. Laquelle commercialise le maïs qu’il met en cause… »
    Je passe sur le corps de l’article pour arriver vers la fin : « pour les éditeurs de l’étude SERALINI, la question de reconnaître ou non leur erreur ne s’est pas posée : les agences de sécurité alimentaires européenne ( Efsa), française (Anses) et même Allemande (BfR) l’ont fait pour eux. ,,,
    Je note au passage que personne n’a relevé le défi du Pr ;de refaire la même étude avec 50 rats de la même espèce …
    Là ou ça devient comique (si je puis dire) c’est que ces agences sont au-dessus de tout soupçon, mais, dans autre article d’une page , même revue, page 38, sur l’aspartame, un autre journaliste titre « On y voit de moins en moins clair » en relatant les précédente et nouvelle conclusion de l’Efsa en précisant dans un paragraphe ::
    - « Il faudra donc croire l’Efsa sur parole, alors que ses conclusions dont régulièrement accusées d’être favorable à l’Industrie ; Un enquête de l’ONG CORPORATION Europe Obsevatory dévoilée en octobre dernier affirmait de plus que 59 °/° des experts de l’Efsa seraient en conflits d’intérêt. »
    En fin d’article : » ,,,l’anses lui conseillait d’être plus prudent dans ses (l’Efsa) conclusions. Selon cette dernière, les doutes sont suffisants pour abaisser les niveaux de consommation maximum admissibles. Mais l’Efsa a préféré conserver ceux établis par l’agence Américaine (FDA) il y a plus de 30 ans,,,et entretenir la suspicion. »
    Quelle cacophonie, un coups ces experts sont fiables, un autre non. Dans tout cela ces journalistes ne sont même pas fichus d’accorder leur violons au lieux de tenter de descendre en flamme un éminent chercheur,,,.qui a eu le tort de pointer du doigt un vrai danger sanitaire.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Inoxydable

      C’est bien résumé, bravo !
      Nous sommes dans une période de crise culturelle et sociétale qui culminera quelque part …
      Qui sait ?
      Que faire en attendant le désastre annoncé ?
      S’y préparer !

  3. Sylvain Duval

    Je ne suis pas d’accord pour que nos commentaires se focalisent sur « la théorie du complot ».

    La liste que Phil décrit n’est pas une liste « d’ennemis de la santé publique ».

    Ce sont juste des associations sous influence, qui n’ont pas les coudées libres pour critiquer et réfléchir, qui pensent peut-être bien faire en défendant les statines et qui font sûrement beaucoup de bien parfois ans d’autres domaines.

    Le monde n’est pas blanc et noir, avec quelqu’un qui aurait raison à 100%, et un autre tort à 100%.

    C’est pourquoi le FORMINDEP se bat pour mettre de la transparence dans le monde de la santé.
    La loi actuelle (de Marisol Touraine) est bien moins ambitieuse que ce que voulait faire Xavier Bertrand (et que Marisol Touraine avait parfaitement critiqué, expliquant comment faire mieux).

    On voit bien qu’on ne peut pas dire « untel est pourri », sans preuves.
    La pauvre Marisol Touraine avait tout compris de la situation, et une fois Ministre elle pond une loi fragile, inférieure au projet de loi antérieur, que même le Conseil National de l’Ordre des Médecins ne peut pas cautionner et dénonce.

    Les gens très impliqués dans la défense des statines, comme Gabriel Steg, sont rares. Peu ont autant de contrats avec l’industrie. Et la plupart le font de bonne foi.
    Alors que Gabriel Steg lit les études et connait la vérité, qu’il combat férocement, avec des mots injurieux et diffamatoires à l’encontre de ceux qui osent contredire son discours.

    La plupart de ceux qui font du mal le font passivement, en croyant bien faire, en taisant leurs liens financiers cachés, en espérant que le grand public ignorera à quel point ils sont dépendants de l’argent de l’industrie (comme tout le système médical, finalement…).

    L’Enfer est pavé de bonnes intentions.
    (et le CNOM, ce n’est pas vraiment un groupement de gauchiste

    1. Inoxydable
      En réponse à : Sylvain Duval

      Vous citez Marisol Touraine : C’est une politique. Autre fois soutien de D.S.K (…) elle s’est rapprochée de F. Hollande (re…), et quant à ses convictions, elle fait comme dans la chanson de J.JDutronc « l’Opportuniste » (Je retourne ma veste toujours du bon côté….etc) alors ne lui demandez pas de ne pas être « sous influence ».
      En ce qui concerne votre paragraphe sur G. Steg, je vais vous citer une réponse de Jésus aux Pharisiens qui lui demandaient : »Est-ce que nous aussi nous serions aveugles, » La réponse fuse : »Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché; mais maintenant, parce que vous dites : « Nous voyons », votre péché demeure ». Tout est là, ils voient, ils savent, ils entendent mais ne veulent rien changer, pas de remise en question surtout si le tiroir caisse cesse de fonctionner…

  4. savouret

    Bonjour, je me permets de relancer ce topic car je suis moi meme confronté à des problèmes d ‘hypertension, plus précisemment à une hypertension diastolique isolée( entre 9 et 9,5 en automesure, alors que la pression systolique est convenable (entre 12,5 et 13 )

    Cette pression diastolique modérement majorée accroit elle significativement le risque cardiovasculaire en présence d ‘une pression systolique « normale »?

    Sachant que j’applique vos conseils en ce qui concerne le mode de vie (alimentation, activité physique, etc) et qu’il m ‘est impossible de normaliser cette pression diastolique, le recours aux médicaments vous semble il justifié , d ‘autant plus que j ‘ai 35 ans et que cette hypertension diastolique est présente depuis une dizaine d’années?

    Quelles peuvent etre les causes d ‘une hypertension diastolique isolée, (il ne me semble pas avoir trouvé de réponses à ce sujet dans vos ouvrages)?

    Cordialement

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : savouret

      Si aucun médecin n’a pu mettre une explication à cette diastolique « limite » [ce n'est pas moi qui vais le faire via un blog], je l’oublierais, je ferais comme si c’était normal, d’ailleurs ce chiffre est dans les limites de la norme ; nous ne sommes pas tous semblables ; les valeurs moyennes d’une population doivent être interprétées au niveau individuel.
      Si vous avez un mode de vie « sain », c’est bien et ça suffit !
      Ceci n’est évidemment pas une consultation.

  5. Marie

    Bonjour,
    Femme,65 ans,HTA environ 135/140 systolique et 90/100 diastolique.
    Réfractaire à l’idée d’un traitement médicamenteux longue durée (perpèt?).
    l’HTA serait une maladie de comportement,soit;une saine hygiène de vie ,la solution,tant mieux….
    mais dans tout ce que je lis,dans vos livres ou ailleurs,la première in jonction,c’est « perdez du poids! »;et c’est là que le bât blesse : je pèse 45 kg pour1m53,pas un gramme à perdre!
    pour le reste,alimentation à base de fruits et légumes,poisson et quelques œufs,et 1 ou 2 verres de vin;activité physique:beaucoup de jardinage et marche
    alors,que faire,je ne vois pas….
    Ce mot,pas pour une consultation,mais pour souligner que les cas comme le mien ne sont jamais évoqués…
    Cordialement

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Marie

      Je ne crois pas avoir jamais insisté sur la perte de poids …
      Vous confondez avec d’autres, ça ne me flatte pas …

      Vous avez bien dit : 135/140 systolique et 90/100 diastolique ?
      Pour moi, c’est limite supérieure de la normale

      Si votre médecin n’est pas content avec ça et qu’il n’a pas trouvé une « grave maladie », restez comme ça, tout va bien, vive la vie !

      Ce qui ne veut pas dire que vous soyez protégée de quoique ce soit … J’espère que vous avez compris : ce n’est pas les gens « normaux » qui sont protégés, ce sont eux qui ont un mode de vie protecteur …
      A vous de voir ! Après m’avoir relu très attentivement … surtout « Prévenir l’infarctus et l’AVC » !

      1. Marie
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Après relecture,effectivement,je suis toute contrite pour le poids,mais il est si souvent mis en avant….
        Le reste de votre commentaire me conforte dans l’idée d’éviter la pilule,pour longtemps j’espère!

    2. M. Barahj
      En réponse à : Marie

      AU fait Marie,
      Vous ne sirotez pas régulièrement du pastis sans alcool ? De l’Antésite (pour le cas où on en trouverait encore) ? Amatrice de réglisse ?
      La glycirhizine qu’on y trouve est une rare cause d’hypertension (et de potassium bas) .
      Moi je serais vous je demanderais une statine.
      Bon je plaisante. Mais pas pour la réglisse.

      1. Marie
        En réponse à : M. Barahj

        Mais oui,l’antésite existe encore,et j’aime la réglisse;mais je m’abstiens,j’en connais les effets sur l’hypertension

          1. Marie
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Tant mieux!mais étant tout de même plutôt « haut » dans la normale (si toutefois la normale existe…),ça ne me gêne pas vraiment d’éviter la réglisse,j’aime encore mieux mon verre de vin rouge…

        1. M. Barahj
          En réponse à : Marie

          Mais la réglisse de temps en temps pas de problème. C’est la consommation abondante rugulière le problème . Va pour le cachou !

Commentaires : page 2 sur 2«12

Les commentaires sont fermés.