Les experts américains du cholestérol sont devenus fous !

Ce n’est pas une plaisanterie ; certains diront que ce n’est pas nouveau ; mais nous sommes réellement en présence de ce qu’un psychiatre ordinaire nommerait un “raptus” en son langage de tous les jours.
Que se passe t-il ?
Bref historique : en novembre 2013, deux fortes Institutions US [l’American Heart Association et l’American College of Cardiology : AHA+ACC pour les intimes] ont publié de nouvelles recommandations pour la prévention des maladies cardiovasculaires.
Les précédentes dataient du début du siècle ; celles-ci étaient donc très attendues.
Bizarrement, les nouvelles sont différentes des anciennes, et pas qu’un peu puisque les rédacteurs des anciennes (très vexés d’être ainsi disqualifiés) n’approuvent pas les nouvelles.
Une mutinerie !
Pour avoir une idée du rejet par les anciens on peut consulter le lien ci-dessous:
http://ldl.cardiosource.org/Hot-Topics.aspx
C’est dit à mots choisis ; mais c’est très dur ! Pourquoi ne sont-ils pas contents ?
Parce qu’avec les nouvelles recommandations, les niveaux de cholestérol n’ont plus d’importance ; ce qui importe c’est de prescrire une statine. En fonction de quoi ? Pas du cholestérol, les nouveaux s’en foutent !
En fonction d’un score de risque global, dans lequel le cholestérol n’est qu’un aspect mineur.
En bref, vous êtes un homme, vous avez plus de 60 ans, vous êtes en surpoids (ou bien vous fumez), vous devez prendre une statine ! Quel que soit votre niveau de cholestérol !
Quels que soient les autres aspects de votre mode de vie, sédentarité, habitudes alimentaires, toxicité environnementale et tout le reste [retournez lire le livre “Prévenir l’infarctus” si la mémoire vous manque], vous devez prendre une statine ! .
Certains experts US estiment que le nouveau score de risque augmenterait d’au moins 100% le niveau de risque par rapport aux anciens scores et que cette façon de faire pourrait pousser plus de 30 millions d’américains de plus à prendre une statine ; un peu comme si en France, on passait de 7 millions de victimes des statines à 14 millions ! Jackpot !
Pour justifier les nouvelles recommandations, les nouveaux experts disent (sans trembler) que les anciennes recommandations basées sur le niveau de cholestérol ne reposaient pas sur des bases scientifiques sérieuses … ce en quoi nous ne saurions les contredire !
Les anciens experts s’insurgent et demandent si les nouvelles recommandations sont cette fois-ci (on rêve) basées sur des données scientifiques solides.
Réponse des nouveaux : pas plus de science dans les nouvelles que dans les anciennes mais nous en avons discuté entre nous et … nous nous sommes mis d’accord pour publier ces nouvelles recommandations !
Et de notre côté (rédacteur de ce blog), et en toute modestie, nous nous permettons humblement de dire qu’il n’y a effectivement pas de science dans tout ça, ni avec les nouvelles recommandations ni avec les anciennes …
On vous l’avait dit ! Les meilleurs experts américains nous rejoignent donc ; nous sommes très flattés !
Et depuis novembre 2013, nos prestigieux experts (les anciens et les nouveaux) se disputent comme des chiffonniers. Ils sont devenus fous ! Raptus !
Très mauvaise ambiance ! Pas bon pour le business !
C’est comme si sur le navire amiral de la plus grande flotte, l’équipage s’entretuait à coup de canon, jusqu’à mettre en danger la survie même du bateau … Un sabordage !
Le code de santé publique (retour en France) stipule que les médecins doivent exercer leur métier et baser leur prescription sur les meilleures évidences scientifiques … qui sont donc à propos du sujet qui nous intéresse (cholestérol et statines) … absentes selon les experts américains …
Que pensent les experts français ? Que pensent les Agences du médicament, en Europe et en France ?
Très franchement, ça vous intéresse ?
Ceci dit, l’industrie du cholestérol voit tout cela d’un très mauvais œil car – une fois qu’on s’est un peu distrait avec nos succulents experts – il ne faudrait pas trop perturber le marché ; juste au moment où de nouveaux anticholestérol (les injectables) vont arriver justement sur le marché.
C’est ainsi que sous l’égide de l’ACC un nouveau site Internet a été créé, c’est tout neuf, qui prétend informer [en fait, mettre un peu d’ordre chez] les médecins à propos des hyperlipidémies, comme s’ils n’avaient pas été abreuvés (comme des bestiaux, donc) jusqu’à aujourd’hui.
L’adresse du site pour les curieux : http://ldl.cardiosource.org/
C’est évidemment financé par un industriel de l’anticholestérol injectable, je n’ai pas besoin de le dire ; j’invite chacun à visiter le site de l’ACC puis celui du sponsor : http://www.amgen.com/
J’invite aussi les visiteurs de ce blog, au moins ceux qui lisent l’anglais, à lire un des articles publié sur le site du sponsor Amgen : Amgen Announces Positive Top-Line Results From 52-Week Phase 3 DESCARTES Study Of Evolocumab (AMG 145) In Patients With High Cholesterol.
Nous sommes donc totalement dans le marketing préparatoire des nouveaux anticholestérol injectables ; et le moins qu’on puisse dire c’est que l’administration US [la connivence entre l’Administration étatique et l’industrie est évidente] s’apprête à leur ouvrir tous grands les bras puisqu’on nous annonce que les tractations sont bien avancées pour que ces médicaments n’aient nul besoin de prouver leur utilité clinique [réduction du risque cardiovasculaire] pour être commercialisés, il suffit qu’ils diminuent le cholestérol et ils seront disponibles pour les médecins. Voyez ci-dessous le communiqué de l’Agence américaine Bloomberg, généralement bien informée puisque son but est de conseiller les investisseurs.
http://www.bloomberg.com/news/2013-11-14/amgen-and-sanofi-pcsk9-drugs-can-reach-u-s-without-long-studies.html
Bon, j’arrête ici, ça nous laisse un peu réfléchir ; juste un conseil : ne pas prendre ces nouveaux médicaments antichlestérol injectables, ils sont inutiles et leur degré de toxicité est inconnu !