Question des vaccins : halte au feu !

 

La question vaccinale prend des allures caricaturales.

Hélas !

La pensée Blockhaus est au premier plan : on s’enferme, plus rien ne rentre, plus rien ne sort et depuis l’intérieur, on mitraille tout ce qui bouge à l’extérieur !

Et ainsi (à titre d’exemple), le Pr Joyeux se voit condamner pour des délits peu compréhensibles pour un bien-portant de bonne foi…

Halte au feu !

Place à une discussion sereine et intelligente où tous les aspects du problème vaccinal seront évoqués et analysés par de vrais experts vraiment indépendants.

Il ne sert à rien de condamner des contestataires, on ne fera pas taire le peuple pour autant ; c’est une leçon de l’Histoire à rappeler d’urgence… les « martyrs » font naître toujours plus de résistants et de maquis…

Les milices ne servent à rien dans les sociétés démocratiques.

Autre leçon de l’Histoire !

Mais la discussion prendra du temps ; surtout avec des blockhaus…

Pour calmer les esprits, et se donner du temps, une sorte de moratoire est indispensable.

Que faire ?

Propositions préliminaires, et ouvertes à la discussion que j’écris en petit, même si ça devrait fâcher personne, en principe…

1- supprimer les vaccinations obligatoires ;   au moins suspendre l’obligation vaccinale ;
2- et supprimer (suspendre) les obligations indirectes (accès aux crèches, écoles, etc…) ;
3- suspendre le calendrier vaccinal et…
4- recommander de ne pas vacciner les femmes enceintes ni les enfants de moins de deux ans, même s’ils ne sont pas au sein ;
5- recommander (encore) l’allaitement au sein durant 6 mois au moins ;
6- veiller (de façon prioritaire) à l’état sanitaire des « migrants », mais sans imposer les vaccinations ;
7- exiger d’exclure l’aluminium, le mercure, etc., des produits injectables ; en attendant qu’une discussion sereine et intelligente (pas la « pensée Blockhaus » par pitié !) soit conduite…
Halte aux caricatures et parodies !
Parlons  !

 

 

 

 

156 réflexions au sujet de « Question des vaccins : halte au feu ! »

  1. Bernard Guennebaud

    Je prends le problème par un autre bout. Donc le Professeur Alain Fischer du Collège de France planchait hier soir sur la nouvelle vaccination en s’appuyant sur les magnifiques succès obtenus par les anciennes, à commencer bien sûr par la variole vaincue par … la vaccination !!! Quelle surprise ! Comme c’est un de mes thèmes préférés, que j’ai étudié beaucoup de documents sur cette question, j’aurai beaucoup à dire, j’en ai d’ailleurs déjà parlé sur ce blog.

    D’une façon totalement objective, indiscutable et vérifiable, l’OMS (et l’AMS Assemblée mondiale de la santé) a d’abord décidé d’éradiquer la variole en quelques années, exclusivement par des campagnes massives de vaccination. Le programme sera modifié plus tard par la stratégie dite de surveillance-endiguement qui consistait à rechercher activement les malades par des campagnes d’affichages (la photo d’une petite fille atteinte de variole avait été imprimée à 2 milliards d’exemplaires!), des récompenses promises pour qui indiquait un cas de variole mais jamais payées). Chaque cas était isolé (souvent mise en quarantaine chez lui). Les contacts étaient recherchés , vaccinés quel que soit leur statut (anciens varioleux ou ancien vaccinés) et isolés.

    Cette stratégie fut suivie d’un accroissement considérable du nombre de cas notifiés. Je n’indique ici aucune relation de cause à effet du genre sous-notification ou aggravation par la vaccination des vrais contacts, c’est neutre, ce sont des faits. Puis la variole disparaitra. A titre d’illustration, 88000 cas en Inde en 1973, 180003 en 1974, 1700 (environ, de mémoire) en 1975 puis zéro ensuite.

    La moindre des choses, si on voulait être objectif, serait de rappeler l’existence de l’isolement des cas et des contacts. On peut ensuite étudier et discuter pour tenter de définir l’importance de chaque mesure dans le succès. On peut toujours essayer de montrer que l’isolement n’a servi à rien et que seule la vaccination fut utile ou l’inverse.

    Puisque Alain Fischer affirme que ce fut la vaccination seule, c’est sans doute qu’il est en mesure de démontrer que l’isolement ne fut d’aucune utilité. J’attends sa démonstration …

    Il dira aussi que cette vaccination avait des effets secondaires très graves et fréquents : une encéphalite pour 1000 vaccinations. A l’époque, en 1970, on disait un accident grave pour 1 ou 2 millions… Il ajoutera que malgré cela la balance bénéfice-risque fut très positive. Ce qui pourrait être soutenu si cette vaccination avait permis de débarrasser l’humanité à la fois de la variole et de sa vaccination. Mais il est certainement plus facile de démontrer que la vaccination dans les zones endémiques a surtout servi à amplifier les épidémies et aggraver la maladie (mortalité plus élevée) qu’à éradiquer la variole qui le fut, malgré les effets pervers de la vaccination des contacts, grâce à l’isolement des malades et des contacts.

    Son propos signifie donc implicitement qu’on peut tout à fait accepter des effets secondaires graves de la part des vaccinations actuelles puisque leur bénéfice ne pourra être que très supérieur. Vous voyez qu’il va être très important, une fois de plus et plus encore, de reprendre l’éradication de la variole. Il ne faut pas laisser passer cela.

    Mon article récapitulatif
    http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2013/10/16/28149160.html

    Le poster associé que j’ai présenté au congrès Sfsp-Adelf des 17-19 octobre 2013 et qui résume l’affaire:
    http://p0.storage.canalblog.com/02/21/310209/90757466.pdf

  2. Bernard Guennebaud

    Il y a aussi, de concert avec l’action conduite par Alain Fischer, la création du site de la nouvelle agence Santé publique France qui regroupe l’InVS, InPES et une troisième agence sur le coût des médicaments. Son site www.vaccination-info-service.fr est dédié à la vaccination. Directeur de la publication : M. François BOURDILLON, Directeur général Santé publique France.

    A la page pourquoi se faire vacciner, où on peut lire « Grâce à la vaccination, la variole a disparu »

    Pourtant, le 6 novembre 2011 je présentais une communication orale sur l’éradication de la variole au congrès de la Sfsp à Lille. François Bourdillon, ancien président de cette association et futur Directeur général de cette nouvelle agence de santé était dans la salle. Il me connait depuis l’audition publique sur le BCG de novembre 2006.
    J’ai évidemment présenté l’évolution des stratégies utilisées contre la variole et bien sûr la recherche active des cas et contacts ainsi que leur isolement ainsi que les vicissitudes de la vaccination au cours de cette campagne.
    Alors que la salle applaudira longuement et fortement mon intervention, il interviendra pour dire qu’il n’acceptait pas que l’on utilise la tribune de la Sfsp pour dire que les vaccins n’étaient pas efficaces alors que j’avais seulement parlé de la problématique de la vaccination antivariolique sur les contacts. Je répondrai que ce n’était pas ce que j’avais dit et une personne me dira à la sortie qu’il n’avait pas dû comprendre. Je pense plutôt que sa protestation ne s’adressait pas à moi mais à la présidente du jury dit scientifique qui avait accepté ma communication et était modérateur.
    Daniel Lévy Bruhl, le Monsieur vaccins de l’InVS, interviendra après lui pour plutôt soutenir mon propos et même dire qu’il n’aurait pas été possible de vaincre la variole par la vaccination (sous entendu, voulait-il sans doute dire  »par la seule vaccination »). Il est toujours en activité et responsable de l’unité infections respiratoires et Vaccinations de SPF dirigée par F. Bourdillon directeur de la publication.
    Difficile de penser que l’affirmation sur la disparition de la variole par la vaccination sur son site serait seulement dû à l’ignorance. Il a sous la main un expert parfaitement au courant. C’est sans aucun doute une déclaration « politique » (de politique vaccinale bien sûr), convaincus qu’ils sont que la très grande majorité des gens le croira et le répétera.

  3. Minoque35

    Comment peut-on vous lire et laissez-faire ?
    C’est terriblement difficile pour un néophyte le « savoir  » de cet ordre là ! Pour les médecins une telle soumission doit être encore plus révoltante…
    Quoi faire ?
    Une pétition ? On sait bien ce que ça donne …
    Braver et se mettre hors la loi ! Si tous les médecins du monde s’y mettaient et nous avec … Un peu d’utopie m’apaise !

  4. Bernard Guennebaud

    Je suis de l’avis d’Emilio sur l’enfumage de la clause d’exemption mais à force de faire répondre on finit par trop réduire la largeur des commentaires.
    Il faut aussi travailler sur les  »arguments » du rapport. J’ai déjà parlé ici de la variole affirmée vaincue par la vaccination alors que ce fut le plus cuisant échec qu’une campagne de vaccination pourrait connaître. Il y aura aussi la soi-disant éradication prochaine de la polio alors qu’il ne s’agira que de l’éradication de 3 virus sauvages remplacés dans les intestins de millions de personnes par des virus dérivés de souches vaccinales impossibles à éradiquer par des vaccinations et qui ont les mêmes capacités de circulation et le même potentiel de virulence que les sauvages.
    Mais je retiens ici cette affirmation page 9 :
    «, le développement des vaccins combinés a démontré qu’ils ont la même sécurité et efficacité que celles des vaccins monovalents. »
    Pourtant, l’OMS affirme très volontiers que les vaccins polio monovalents oraux contre les types 1 ou 3 sont beaucoup plus efficaces que le vaccin trivalent. Elle avait aussi demandé aux laboratoires de produire un vaccin bivalent mais à conditionqu’il soit aussi efficace que les monovalents.
    Quant à la sécurité, les infos communiquées dans le film « Vaxxed, de la dissiumulation à la catastrophe » montent que le ROR est associé à l’autisme et pas de façon rare alors que Wakefield affirme que le vaccin simple contre la rougeole ne lui avait pas été associé.

    Comment soutenir que l’hexavalent aurait le même profil de sécurité que les vaccins simples correspondants ? Comment prétendre que l’injection simultanée de l’hexavalent dans le bras gauche et du Prévenar 13 dans le bras droit n’aurait pas d’inconvénients ?

    Voilà les pistes sur lesquelles travailler. Il y en a d’autres comme :
    Les rapporteurs n’hésitent pas à faire des raisonnements  »à la noix » du genre, page 10 :

    « La vaccination apparaît à la lumière de ces données comme une « goutte d’eau » à côté de l’immunisation physiologique et précoce du nourrisson nécessaire au développement de son immunité dans le milieu naturel. »
    Que cette goutte d’eau puisse avoir de telles conséquences (autisme par exemple ou scléroses en plaques)) ne semble pas les troubler le moins du monde ni les conduire à réviser la valeur de l’argumentation préliminaire non rapportée ici.

    Il y a aussi les erreurs monumentales indiscutables de l’épidémiologie quand elle utilise n’importe comment les tests statistiques. J’en ai parlé dans mes contributions au rapport Gradation [1] et dont la conclusion pourrait être :

    L’avion vaccinal est un avion fou. les pilotes ne sont pas suicidaires, ils ne savent pas lire les cadrans.
    Au travail !!!

    [1] http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2016/03/18/33532611.html

  5. Bernard Guennebaud

    Je viens de publier sur mon blog un article inspiré par le rapport du mercredi 30 novembre sur la “concertation vaccinale”. Je vais probablement l’étoffer un peu dans l’avenir mais je n’ai pas voulu trop attendre pour tenter d’influer sur la réponse a donner à une telle offensive.

    Extraits (introduction)

    Concertation vaccinale : un rapport très inquiétant

    http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2016/12/04/34647503.html

    Depuis la publication du rapport du comité d’orientation sur la vaccination je voudrais faire part de ma profonde inquiétude, comme pour la partager quand on pressent une catastrophe imminente.

    Aujourd’hui le problème majeur et de plus en plus préoccupant pour nos sociétés n’est pas celui des maladies infectieuses, aussi graves qu’elles puissent être, mais la montée des maladies chroniques, dégénératives et invalidantes, frappant même de tout jeunes enfants, paralysant l’activité professionnelle de leurs parents et perturbant profondément leurs frères et sœurs pour toute leur vie.

    Nous savons, oui nous savons, ce n’est plus une hypothèse, que les vaccinations sont une des principales causes de la flambée d’autisme et des atteintes démyélinisantes, pour ne mentionner que cela.

    J’ose espérer que les membres du comité d’orientation n’avaient pas visionné le film  »Vaxxed : de la dissimulation à la catastrophe » réalisé par Andrew Wakefield et que Robert de Niro voulait présenter à son festival car comment soutenir alors de telles propositions la conscience tranquille ?

  6. Bernard Guennebaud

    L’association E3M souligne une grave faure de procédure de la part du comité de la concertation citoyenne. Son rôle n’était pas de formuler un avis d’experts mais de restituer ce qui résultait de la concertation, en particulier sur l’aluminium dans les vaccins.

    Plus précisément allez sur cette page du site qui décrit certaines dissimulations du rapport. Le président de cette association était très bien placé puisqu’il avait été invité à participer au débat le 12 juin. Plus de détails sur :

    https://www.vaccinssansaluminium.org/conclusions-concertation-vaccination-fischer/
    page évolutive.
    Voir en particulier les communiqués de presse de E3M qui souligne qu’il y a faute de procédure, l’objectif assigné étant d’organiser une concertation et d’en restituer le contenu. Or certains débats, sur l’aluminium tout particulièrement, auraient été occultés, Alain Fischer transformant la restitution en un avis d’experts. Il faut suivre cela de près car E3M va apporter de nouvelles précisions aujourd’hui.

    Parmi les avis publiés sur cette concertation dite citoyenne et sa restitution

    1- L’avis du Formindep http://www.formindep.org/La-guerre-c-est-la-paix-La-liberte.html#.WEL9xDWexBU.twitter

    2- Communiqué de presse de Laurence Cohen diffusé le 2 décembre à 18h

    « A la lecture des conclusions rendues publiques le 30 novembre, il me semble que certains sujets ont été balayés d’un revers de main, sans doute parce qu’ils dérangeaient. »

    Laurence Cohen sénatrice du Val-de-Marne

    3- Communiqué de presse de l’APM diffusé le 2 décembre à 17h

    « La démocratie sanitaire et l’indépendance de l’expertise, deux principes fondateurs de la concertation citoyenne sur la vaccination, ne semblent pas avoir été pleinement respectés, au vu des documents mis en ligne mercredi soir et consultés par l’APM. »

    APM est l’Agence de presse médicale. Communiqué rédigé par Virginie Bagouet

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Bernard Guennebaud

      Bon !
      Comme je le pressentais, le travail que l’AIMSIB aurait pu faire est fait par d’autres et de façon non impulsive apparemme,t…
      Le FORMINDEP, par exemple.

      Et même L’APM… Alors là !

      Et encore plus : la sénatrice Laurence Cohen ; où va -t-on ?

      1. Emilio
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Parmis les politiques intelligents à contacter : Michèle Rivasi & Isabelle Attard (EELV).

        Par contre, il faut refuser d’être soutenu FINANCIEREMENT par un média officiel qui aurait precedemment offerts ses services pour promouvoir un scandale sanitaire « alibi » comme celui du médiator.

    2. Emilio
      En réponse à : Bernard Guennebaud

      Ce n’est pas sur le terrain scientifique que la bataille contre l’obligation vaccinale doit se jouer.

      Le problème n’est pas de montrer que les vaccins sont utiles ou inutiles, le problème est de montrer que le totalitarisme médical incarné à la perfection par ce Mr Alain Fischer menace 60 millions de français, les enfants, les adultes, les travailleurs du secteur sanitaire et social …

      Les conclusions de ce rapports sont de jeter de manière OBLIGATOIRE les millions d’enfants français dans les bras de Big Pharma. Cela concerne autant ceux qui sont favorables à la plupart des vaccins que ceux qui y sont radicalement opposés.

      Je ne comprends pas que devant une telle menace, les forces de ALIS, UNACS, E3M, AIMSIB, la LNPLV, REVAHB … + Michel Georget, Marc Girard ne se liguent pas de manière à faire tomber ce Mr Alain Fischer ainsi que ses chefs, et son comité de merde.

      Je le répète, ce type et son comité menace les petits français d’une manière qui est absolument inacceptable, et il menace également les adultes.

      Si une coalition cohérente, avec une structure militarisée (dans le sens qui ne perd pas des heures à discuter de manière stérile) se forme contre ce Mr Fischer, il y a une possibilité de faire tomber l’obligation vaccinale, d’autant plus qu’un remaniement ministériel sera probablement décidé après la démission de Manuel Valls, et qu’il y a des élections à gagner pour ce PS de hum .

      Les laboratoires pharmaceutiques ont une réputation à défendre. Si on leur pourri leur réputation (en expliquant clairement qu’ils s’en prennent aux familles françaises) ce seront eux-même qui demanderont la levée de l’obligation vaccinale.

      Il y a eu 4072 contributions « positives » sur la vaccination (sur les 3 thèmes je ne retiens que les 2 derniers puisqu’ils concernent clairement des points à développer « en faveur » de la vaccination), combien de fois ce chiffre pourrions-nous faire si une vraie pétition, avec également des actions de communication et parlementaire, étaient lancées? La pétition Joyeux a fait 1 000 000 de signature alors qu’il n’y avait pas de menace imminente d’extension des obligations vaccinales… maintenant que la menace est clarifiée, combien on fait ?

      Tant qu’a mobiliser des associations, peut être faut-il aussi contacter la Quadrature du Net, puisqu’il est question dans ce rapport de mettre en place le carnet de vaccination électronique associé au DMP.

      Je lance une bouteille d’eau à la mer …

  7. Bernard Guennebaud

    Allez lire l’article d’Eric Favereau dans Libé :
    http://www.liberation.fr/france/2016/12/05/vaccination-le-rendez-vous-manque-de-la-concertation_1533114

    « Un débat, quel débat ? »

    Quant à la bataille, c’est actuellement E3M et son président Didier Lambert qui l’a conduit. Il faut aller lire dans les annexes au rapport les quelques pages (il y en a 453) qui suivent la page 101 où l’action de Didier Lambert est étudiée par le comité avec de vives discussions. Ces 7 pages avaient d’abord été occultées mais un journaliste s’en était aperçu, avait téléphoné. Elles ont été remises. Il y a en effet eu plusieurs versions de ces annexes, dont une avec 446 pages … Les pages manquantes, celles qu’il faut aller lire.

    @ Emilio : je ne veux pas dire que la bataille se déroulera uniquement sur le plan scientifique. Encore que E3M avec tout ce dont elle dispose sur l’aluminium et des chercheurs comme Gherardi et Authier (entre autres) peuvent avancer des arguments scientifiques très importants. D’ailleurs l’aluminium est un élément essentiel dans cette bataille et il y faut des arguments scientifiques.

    On ne peut pas y aller uniquement avec des fourches. Il est important d’avoir sous la main des arguments forts afin de damer le pion, quand l’occasion s’en présente, aux experts et à leur superbe.

    Je peux dire qu’une bataille très importante à mener est de faire accepter que des non médicaux puissent avoir des choses intéressantes et utiles à dire sur les questions de santé et de maladies. Généralement le monde médical cherche à écarter tous ceux qui n’en sont pas afin de rester entre-eux. Ils sont presque tous d’accord sur ce point : que ça reste entre-nous, même et surtout s’ils ne sont pas du même avis. Je précise que je suis mathématicien. J’ai quand même pu présenter 5 communications dans des congrès de santé publique : InVS (journées veille sanitaire 2005) ; 3 en 2011 au congrès Sfsp ; une en 2013 au congrès Sfsp-Adelf.

    La bataille se situe à plusieurs niveaux.

    1. Emilio
      En réponse à : Bernard Guennebaud

      Sachez que je vous respecte totalement, j’ai cité plusieurs de vos articles dans des mails privés, et vous apportez énormément à l’humanité.

      Toutefois j’ai du mal à comprendre qu’il soit pour vous « normal » de débattre de l’obligation vaccinale ?

      Nos autorités sanitaires et leurs prétendus « experts » n’en ont rien à faire des arguments … Les arguments contre la vaccination existent depuis longtemps, mais ces experts sont totalement hermétique à ces arguments, parce que leur objectif est de VACCINER. Imaginez un vendeur dire que son produit est inutile …

      La vaccination n’est plus un débat scientifique … Vos arguments seront utiles le jour ou vous aurez des gens honnêtes en face de vous. Le problème est (pour les statines comme pour les vaccins) qu’il n’y a PERSONNE d’honnête dans nos autorités sanitaires, ou s’il y en a un, il est certainement au placard …

      La guerre qui doit être menée est contre le TOTALITARISME MEDICAL et celle-ci nécessite une vision humaniste des choses, pas mathématique ou scientifique.

      Pourtant, je sens que vous pourriez facilement basculer dans le camp des « énervés », parce que vous vous impliquez dans ces questions, et ça n’est certainement pas par « conformisme » que vous intervenez sur ces questions.

    2. Emilio
      En réponse à : Bernard Guennebaud

      Vous avez totalement raison sur les « non-médicaux » qui doivent s’impliquer. C’est pour cette raison que je pense que les gens favorables à la vaccination doivent faire partie (probablement qu’ils représenteront le bataillon majoritaire) de ceux qui luttent contre ces EXTENSIONS de l’obligation vaccinale.

      La pétition Joyeux nous a emmenés sur une fausse route … dans la vaccination, ce qui est le plus scandaleux n’est pas que les seuls « vaccins obligatoires » cessent d’être disponible …ce qui est scandaleux est l’OBLIGATION VACCINALE. Celle-ci est d’un autre temps. Les labos (ou leurs intermédiaire de merde) qui conseillent le ministère de la santé ont vu que la France et ses obligations vaccinales représenterait un excellent sujet d’étude pour adapter la communication de manière à étendre l’obligation vaccinale au monde entier.

      Comme je l’ai déjà expliqué, la vaccination représente le SESAME de l’industrie pharmaceutique dans la mesure où il n’y a aucune corrélation entre le nombre de personne à vacciner et la prévalence de la maladie. On vaccine TOUT LE MONDE … Il n’y a pas eu le moindre cas de diphtérie en France depuis 30 ans, mais il faut vacciner tous les nourrissons de 2 mois (avec Infanrix Hexa) parce qu’il y a eu un cas de diphtérie en Espagne !

      Je m’interroge sur ces autorités sanitaires … ont-ils les sérums indispensables dans le cas où un cas de diphtérie survient ou est-ce qu’il faudra que l’on appelle l’ambassadeur russe ?

Commentaires : page 6 sur 6« Plus anciens...«23456

Les commentaires sont fermés.