Monsanto-Bayer et son Roundup face à des juges

Une des formules préférées des délinquants en col blanc est de dire face à des médias « soudainement » agressifs (pour des raisons que seul le spectacle médiatique explique et que je ne comprends toujours pas…) que je fais confiance à la Justice de mon pays

Choupinette ! C’est beau comme un cachalot ivre échoué sur une plage désertique

Mais parfois, toujours trop tard pour les victimes, c’est vrai et la Justice passe…

Toujours trop tard !

Depuis au moins 10 ans, dans des conférences et dans mes livres, je montre les données scientifiques concernant la question « Roundup/Glyphosate et cancers » car il me semblait que le doute était suffisamment fort pour qu’on applique enfin le Principe de Précaution !

Encore récemment en France et en Europe, des ministres remarquablement cravatés et  incompétents se disputaient pour savoir s’il fallait enfin (et immédiatement) stopper la diffusion dans la nature et dans les assiettes de nos bébés de ce produit toxique.

Je m’étonnais aussi qu’un industriel allemand (Bayer) dépense tant pour s’approprier Monsanto et son Roundup. Bon !

Et Zorro est arrivé ! La Justice américaine, je veux dire, et en plein délire trumpetisant

C’est beau comme un cachalot ivre…

Monsanto1

Trop tard pour cette victime-là… Et pour les millions d’autres…

Mais ici je veux rendre hommage à cet américain qui, dit-il, défend une cause qui le dépasse ; un peu comme le colibri de qui vous savez…

Monsanto2

 

 

 

 

 

 

Les juges parlent d’écocide ! Bon !

C’est beau comme un cachalot ivre…

Monsanto3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai rajouté le document ci-dessus pour montrer que la criminalité industrielle est un beau métier et que sur le temps long, quel que soit la peine infligée, les industriels ont beaucoup à gagner…

Depuis la guerre du Vietnam… Ça laisse du temps pour faire son petit marché

Ce qu’il faut garder à l’esprit c’est que dans l’anonymat des cols blancs et la criminalité industrielle, on se passe le mistigri aussi vite que la scarlatine : le manager de Monsanto sera demain chez BigPharma (par exemple chez Bayer) à moins qu’il ne préfère se recycler chez Air France (qui cherche désespérément un sauveur miraculeux) ou dans l’industrie des vaccins qui a le vent en poupe… mais peut-être pas pour longtemps !

Tout ça pour dire quoi ?

Message simple : Monsanto, le Vioxx, les diesels de Volkswagen, les statines, les vaccins : c’est tout du pareil au même ; mais ça vaut mieux que d’attraper la scarlatine, disait la chanson…

 

 

35 réflexions au sujet de « Monsanto-Bayer et son Roundup face à des juges »

  1. marianne

    A la caisse d’ une jardinerie , je me trouvais derrière un homme qui pestait contre l’ interdiction éventuelle du Roundup ; il en avait pris 4 bouteilles d’ avance …on n’ est pas sortis de l’ auberge !

    Répondre
          1. Minoque
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Pour J. Attali à compter de 65 ans nous devenons un fardeau improductif !

            Autrement dit comment nous débarrasser le plus vite possible de ces sexigenaires … ! Non mais !

            Il a quel âge ce MOssieur ?

          2. Inoxydable
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            J’ai mis « âgé » car apparemment plus âgé que moi (70), je n’ai pas mis « vieux », ça me paraissait péjoratif. On peut être âgé sans encore être vieux. Quant à la limite … « Quand les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limites ».
            Cela m’a d’autant plus navré que mon frère, pourtant jardinier amateur très averti, râle de la même façon pour la suppression du Roundup qu’on devrait juste interdire aux grandes exploitations agricole (sic) !
            Ca me rappelle une citation :  » si la connerie était imposable, beaucoup de gens seraient ruinés. »

        1. Minoque
          En réponse à : Inoxydable

          Statinien sans doute et ignorer encore d’où peut venir sa flemme !
          Comme le dit Marianne « Nous ne sommes pas sortis de l’auberge ! »

          Répondre
          1. phil
            En réponse à : Minoque

            Attali était déjà 1 vieillard à 20 ans, comme disait Chirac : j’ai fait un cauchemar, j’ai rêvé des frères Attali, ils étaient 3

  2. Emilio

    Vous connaissez l’histoire de l’aspartame ? Mon lien n’est pas hors sujet.

    http://www.regardsurlemonde.fr/blog/histoire-de-laspartame-histoire-dun-poison

    Possible aussi qu’au nom de la lutte contre le sucre, qui (quoi qu’on en dise) reste un produit naturel qui n’a pas été breveté par un géant de l’agroalimentaire, on nous serve massivement de l’aspartame dans les sodas, encore une fois au nom d’une « noble cause » comme la lutte contre l’obésité.

    https://www.ledauphine.com/france-monde/2018/07/20/ces-sodas-qui-contiennent-soudainement-moins-de-sucre

    Il existe des fabricants de sodas artisanales en France, ils n’ont certainement pas les mêmes capacités (niveau tresorerie) que Coca à modifier aussi rapidement leur chaîne de production. Peut être aussi ont-ils plus de scrupules à vendre des produits dont le gout est agréable à leur client… c’est à dire avec du sucre et pas de l’aspartame.

    Répondre
    1. phil
      En réponse à : Emilio

      Edulcorants ==> super dangereux, pas le temps ici de développer, mais – en dehors des maladies graves non encore démontrées – ils ont tout faux les édulcorants : pas sûr du tout que ça empêche de grossir, par contre on ne peut pas ainsi tromper l’organisme sans subir de représailles.

      - Tout d’abord la frustration en sucre pousse inconsciemment à en chercher pour compenser (on grignote), ensuite cette chimie provoque des désordres gastro-intestinaux, donc des troubles organiques.

      Gros consommateur de Coca Zéro et autre Pepsi Max, je viens tout récemment de réaliser à quel point ces produits étaient délétères, et je les ai banni désormais

      Répondre
      1. Emilio
        En réponse à : phil

        Je dois avouer être un consommateur occasionnel de Coca et Orangina avec du sucre standard. J’espère que leur fabricant ne vont pas nous les « sucrer » (oh si c’est drôle ça).

        Les sodas à base d’aspartame je n’y arrive pas. Ces trucs ont des goûts immondes.

        Répondre
        1. phil
          En réponse à : Emilio

          occasionnel c’est pas grave, grave c’est boulimique/addictif, alors le « zéro » s’impose de lui-même. Mais s’il s’avère que le remède est pire que le mal (et il s’avère), alors là… Me mettrais bien au pinard mais j’aime pas çà:)

          Répondre
Commentaires : page 2 sur 2«12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.