Monsanto-Bayer et son Roundup face à des juges

Une des formules préférées des délinquants en col blanc est de dire face à des médias “soudainement” agressifs (pour des raisons que seul le spectacle médiatique explique et que je ne comprends toujours pas…) que je fais confiance à la Justice de mon pays
Choupinette ! C’est beau comme un cachalot ivre échoué sur une plage désertique
Mais parfois, toujours trop tard pour les victimes, c’est vrai et la Justice passe…
Toujours trop tard !
Depuis au moins 10 ans, dans des conférences et dans mes livres, je montre les données scientifiques concernant la question “Roundup/Glyphosate et cancers” car il me semblait que le doute était suffisamment fort pour qu’on applique enfin le Principe de Précaution !
Encore récemment en France et en Europe, des ministres remarquablement cravatés et  incompétents se disputaient pour savoir s’il fallait enfin (et immédiatement) stopper la diffusion dans la nature et dans les assiettes de nos bébés de ce produit toxique.
Je m’étonnais aussi qu’un industriel allemand (Bayer) dépense tant pour s’approprier Monsanto et son Roundup. Bon !
Et Zorro est arrivé ! La Justice américaine, je veux dire, et en plein délire trumpetisant
C’est beau comme un cachalot ivre…
Monsanto1
Trop tard pour cette victime-là… Et pour les millions d’autres…
Mais ici je veux rendre hommage à cet américain qui, dit-il, défend une cause qui le dépasse ; un peu comme le colibri de qui vous savez…
Monsanto2

Les juges parlent d’écocide ! Bon !
C’est beau comme un cachalot ivre…
Monsanto3

J’ai rajouté le document ci-dessus pour montrer que la criminalité industrielle est un beau métier et que sur le temps long, quel que soit la peine infligée, les industriels ont beaucoup à gagner…
Depuis la guerre du Vietnam… Ça laisse du temps pour faire son petit marché
Ce qu’il faut garder à l’esprit c’est que dans l’anonymat des cols blancs et la criminalité industrielle, on se passe le mistigri aussi vite que la scarlatine : le manager de Monsanto sera demain chez BigPharma (par exemple chez Bayer) à moins qu’il ne préfère se recycler chez Air France (qui cherche désespérément un sauveur miraculeux) ou dans l’industrie des vaccins qui a le vent en poupe… mais peut-être pas pour longtemps !
Tout ça pour dire quoi ?
Message simple : Monsanto, le Vioxx, les diesels de Volkswagen, les statines, les vaccins : c’est tout du pareil au même ; mais ça vaut mieux que d’attraper la scarlatine, disait la chanson…