CHOLESTEROL ET CANCERS

Malheureusement, de plus en plus de données scientifiques sérieuses indiquent qu’avoir un cholestérol bas (ou abaissé par un traitement) augmente le risque d’avoir un cancer.
Ce fait est tellement anxiogène pour les tenants du “cholestérol bas c’est bon pour la santé” qu’une multitude de bons esprits, souvent de bonne foi, s’acharnent à affirmer le contraire : “abaisser le cholestérol ou avoir un cholestérol bas n’augmente pas le risque de cancers” clament-ils désespérément, et cela contre les données scientifiques publiées depuis les années 1970s.
Au-delà du doute méthodique qui doit caractériser l’attitude des scientifiques, il est bien rare qu’une telle constance dans le temps et dans l’observation épidémiologique ne soit pas un fait avéré, d’une part, et que, d’autre part, ce fait ne soit pas d’une grande fréquence, donc d’une grande importance pour la Santé Publique !
Une nouvelle étude suédoise analysant les données fournies par le suivi pendant près de 12 ans de 3 cohortes (suédoise, norvégienne et autrichienne) rassemblant environ 600,000 participants confirme cette évidence. Pour les puristes qui veulent tout vérifier, voici le lien : http://www.plosone.org/article/fetchObject.action?uri=info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0054242&representation=PDF
Cette étude épidémiologique (comme la majorité de ce type d’études) n’est pas aisée à lire et à comprendre. C’est pour cette raison sans doute que beaucoup de professionnels (sans parler des médias spécialisés) tardent à prendre conscience de ce problème.
Pour les visiteurs de ce Blog, je vais faire un petit résumé et quelques commentaires.
Commençons par un commentaire important. Les auteurs de cette étude ne peuvent être suspectés de vouloir faire du sensationnel en annonçant une fausse tragédie. Comme les visiteurs anglophones pourront le constater dans leur Introduction, ces auteurs étaient plutôt a priori contre l’hypothèse que le cholestérol protège des cancers [quelque peu ou beaucoup, ça dépend des cancers] ; leurs résultats sont donc d’autant plus intéressants; ils ont probablement fait le maximum pour éviter une fausse corrélation.
Le deuxième point important est qu’ils ont fait ce qu’ils appellent des “lag-time analyses” pour se prémunir contre un biais classique dans ce genre d’analyses : ce ne serait pas le cholestérol bas ou abaissé qui favorise les cancers mais plutôt les cancers qui induisent une diminution du cholestérol. Ils rejettent cette possibilité !
C’est un point critique car c’était (le biais dit de corrélation inverse) le principal argument de ceux qui, à tout prix, veulent défendre l’idée que le cholestérol ne peut être que mauvais pour la santé !
Certes, tout n’est pas dit dans cette étude, mais on peut décidément en tirer les conclusions suivantes :
1- chez les hommes, ce sont particulièrement le risque de cancers du foie et du pancréas qui sont influencés par le cholestérol.
2- chez les femmes, ce sont les cancers du sein et de la vésicule biliaire.
Conclusion rapide : si vous êtes d’une famille où on fait des cancers [notamment du sein] plus souvent que la moyenne, évitez à tout prix de diminuer votre cholestérol ; très probablement, il vous protège !
Ce n’est pas une certitude, certes, et le degré de protection est difficile à quantifier, mais principe de précaution oblige …
Si en plus, vous suivez les conseils de mode de vie que nous donnons dans notre livre “Prévenir l’infarctus“, il y a peu de doutes que vous contribuerez activement au maintien de votre santé !

28 Replies to “CHOLESTEROL ET CANCERS”

  1. Bonjour Docteur De Lorgeril : A propos de cancers et autres problèmes liés à la nutrition , que pensez-vous des publications du Pr ou Dr frédéric Saldmann qu’on voit assez souvent en ce moment à la télévison pour conseiller sur la nutrition. Ses propos et publications ( que je n’ai pas lu..) aux titres allècheurs lui donnent un aura télégénique certains. Toutefois, ce médecin qui se dit Cardiologue et spécialiste en nutrition, n’a pas publié un seul ouvrage, semble t’il, relevant de sa spécialité, c’est pourquoi je me pose la question de son sérieux! A t’il lui aussi peur du Lobby pro statines, est il un tenant du “bon et mauvais Cholestérol”?, Si vous le connaissez, j’aimerai savoir. Merci.

    1. Je ne le connais pas !
      Je n’ai pas le temps de le lire : ce n’est pas un scientifique, pas de travail de recherche connu …
      Il semble savoir (lui ou ses éditeurs) surfer sur les tendances et modes …
      Je n’ai pas d’opinion, ni sentiment quelconque à son égard …
      Connaissez-vous ses vues sur la nutrition cardioprotectrice, sur le cholestérol et les statines ?
      Dites moi et on aura immédiatement une idée de qui on a affaire !
      A vous lire !
      Amen !

      1. Non, justement, pour quelqu’un qui se dit Cardiologue, il n’a pas l’air de s’engager sur la question, pas même sur le plan de la nutrition alors qu’il se dit également spécialiste de la nutrition. Pour le reste, ses interventions “télégéniques” ont l’air empreintes de bon sens, un peu comme les conseils d’un autre médecin médiatique, le Dr Cohen. Bon, c’était pour avoir un peu votre avis, sérieux ou pas…
        En tous cas je vous laisse une semaine, vais enfin pouvoir prendre un peu le large (en bretagne pour changer…) ; A bientôt et passez de bons congés si l’occasion se présente!!!

        1. En ne s’engageant pas sur des points cruciaux, on s’évite des ennemis et on plaît aux médias …
          C’est ça la politique vulgaire, comme dirait Nietzsche, le compromis ; mais en médecine et en science, il n’y a pas de compromis possible !
          Un scientifique ne peut pas faire de politique !
          Amen !

  2. Bonjour à tous : Juste pour information : D’après un petit article paru de S&V de juillet, “une Bactérie radioactive met à mal le cancer ” du pancréas notamment. Pas de référence de travaux mais j’ai trouvé deux liens, ci-dessous , sur les sites :
    actualite.portail.free.fr/…du-pancreas-une-bacterie-radioactive… et :du PNAS ( en anglais mais c’est bien traduit par Google…)
    Nontoxic radioactive Listeriaat is a highly effective therapy against metastatic pancreatic cancer .
    Bon, ça n’a pas grand rapport avec le Cholestérol( quoique…) mais ça peut donner de l’espoir à ceux qui souffrent de cette épouvantable maladie (si ce n’est pas un effet d’annonce), mais la recherche avance quand même…

  3. Vos publications viennent seulement d’arriver progressivement sur HAL :
    http://hal.archives-ouvertes.fr/index.php?action_todo=search&s_type=advanced&submit=1&search_without_file=YES&f_0=AUTHORID&p_0=is_exactly&halsid=i5fj61gol8r9ie69lc7mig9cb1&v_0=868872
    Petit problème : certaines n’ont qu’un résumé (alors que la publication au format PDF doit être disponible).
    J’ose espérer qu’il s’agit seulement d’un délai, bien que le bogue puisse être envisagé.

    1. A dire vrai, HAL n’est d’aucune utilité pour se procurer nos publications, notamment les dernières ou les plus importantes, elle sont gratuites via le site américain PubMed en tapant “de lorgeril m” …
      Pour tout dire, le protocole HAL est sérieusement “casse-b …” et je n’ai malheureusement pas une seconde à perdre !
      Bon vent, matelot !

      1. HAL est entièrement en libre accès (Open Acess), contrairement à Pubmed qui sert de portail à des éditeurs privés pour des publications payantes (paywall) donc à accès limité. Le vieux modèle des paywalls est en train de s’écrouler pour le plus grand profit du plus grand nombre, pourquoi l’aider à se maintenir encore un peu ? Je me permets d’insister, car il s’agit du même combat que celui que nous livrons contre Big Pharma et Big Agro. Avez-vous entendu parler d’Aaron Swartz ? Il est mort pour cette cause, qui mérite je le pense votre attention.

  4. Addendum :
    La dérive serait : Le cholesterol est mauvais pour le système cardio-vasculaire donc on le baisse avec des statines mais comme la baisse de cholesterol favorise certains cancers, on utilise la nouvelle molécule anti-cancer… Commercialement cela tient la route. Alors qu’il suffirait d’arreter de baisser le cholesterol.

  5. Cher docteur, votre billet me conforte dans l’impression, l’intuition devrai-je dire, qu’un Cholestérol bas est effectivement et possiblement en relation avec certains cancers. Je vais vous expliquer : Mon beau-père vient de décéder il y a quelques mois à 91 ans et demi des suites d’un cancer de la prostate soigné par thérapie aux hormones durant 20 ans. Ces deux dernières années, mélanome de la peau, adénopathie et j’en passe (cancer généralisé à la fin). Jusqu’à la manifestation du cancer de la peau, il ignorait ou faisait semblant d’ignorer qu’il avait cette maladie qui le rongeait. Mais durant toutes ces années et même avant, il était terrorisé par le Cholestérol et le Diabète! C’était une obsession chez lui. Il en était même ^parfois dépressif…Or Il a TOUJOURS eu un taux de cholestérol très bas, de même que pour le diabète et cela naturellement. De constitution très robuste (forgeron, métallier …) pratiquant du sport dès sa retraite, actif jusqu’à une date encore récente, sans problème cardiaque ( mis à part un peu de tension du à l’âge je pense… pour laquelle il était traité, avec en plus du Kardégic tous les jours…) pour on pouvait s’attendre à ce qu’il soit protégé contre cette maladie si on en croit les affirmations de ceux qui veulent vous protéger à tout prix en vous faisant ingurgiter de l’aspirine à tout propos ( ce qui été mon cas, hélas, durant des décennies…)
    Sa fille, mon épouse, a été atteinte du cancer du sein il y a 11 ans, à 50 ans… et ce malgré l’allaitement de quatre enfants et sans cause génétique (pas de marqueurs…) mais, nourriture riche en Oméga 6 ( cuisine huile de Tournesol, de Maïs etc.. selon les conseils diététiques …d’avant.)et surtout Cholestérol bas, pas de Diabète jusqu’alors mais intervenu 6 mois après la découverte de son cancer. Considérée comme guérie, elle suit maintenant et en même temps que moi, la Diète méditerranéenne.
    Je vous ai parlé de ma fille récemment, enceinte et ayant subi il y a quelques années l’ablation de la vésicule biliaire. Elle aussi a un taux de cholestérol très bas…
    Alors, je prie le ciel pour que ce schéma Cholestérol bas = cancer ne se produise pas chez elle.
    Voilà la ma reflèxion….

  6. Bonjour Docteur,
    J’ai des exemples autour de moi de personnes décédées de cancer après plus de 12 ans de prises de statines.
    Peut-on imaginer que certains cancers se développent plus lentement que d’autres, ce qui pourrait allonger la liste des cancers que vous citez?
    Merci de nous donner votre avis sur la question.

    1. La “relation” entre statines et cancers est explicable selon plusieurs modalités : le risque de cancers pourrait être dû 1) à l’effet anti-cholestérol ; et c’est le cholestérol bas qui est responsable ; ou 2) aux statines elles-mêmes via un mécanisme biologique indépendant du cholestérol ; ou 3) aux deux effets cumulés.
      Comme vous le dites justement, un cancer naît puis se développe ; puis métastase ; et finalement tue !
      Avoir un cancer “dormant” n’est pas le problème, le problème c’est le cancer qui se manifeste cliniquement !
      A quel(s) stades les statines jouent un rôle, et selon quelles modalités ?
      Je n’ai pas de réponse sûre mais, à mon avis, en fonction des personnes et du type de cancers, plusieurs mécanismes sont possibles.
      Ceci dit [c’est l’intuition du chercheur … et la longue expérience du médecin …], je crois que les statines agissent surtout en “révélant” cliniquement (ou en réveillant) certains cancers avec comme principal mécanisme causal, leurs effets sur le métabolisme des acides oméga-3 et oméga-6 … Pas bon , ça !

  7. vous n’êtes pas seul !
    Dans cet article Duane Graveline souligne l’augmentation des cancers gastriques, du sein et des poumons liés à la baisse du cholestérol. Cette note de 2002 a été revue seulement en 2011, depuis elle pourrait certainement être complétée par vos observations. Pour ceux qui ne sont pas spécialisés dans ces questions, il faut préciser que D. Graveline est aux USA une autorité connue et respectée, une liberté de ton existant dans ce pays qui n’est hélas pas encore de mise dans notre contrées avancées reculées. 🙂
    http://www.spacedoc.com/cancer_statins

    1. introduction/ extrait si vous le voulez bien :
      Les statines sont des médicaments immunosuppresseurs. C’est pourquoi ils peuvent même être utilisés dans les transplantations d’organes. Le monde n’avait aucune idée de cet effet secondaire de provocation de cancer potentiel des statines jusqu’au travail de Ora Shovman en 2002.
      Dans son article, “propriétés anti-inflammatoires et immunomodulateurs des statines» il a annoncé au monde que les statines inhibent le facteur nucléaire kappa B – une partie du problème de blocage du mévalonate des statines.
      Depuis, nous avons appris que le bien que les statines diminuent le risque cardiovasculaire [ ndlr : le Dr MDL n’est pas en accord avec cette observation ! ]
      cela n’a apparemment rien à voir avec la baisse du cholestérol. Cet avantage est apparemment dû à l’action anti-inflammatoire des statines, l’athérosclérose étant un processus inflammatoire. En rétrospective, c’était un oubli colossal dans lequel tout le monde était à blâmer.
      Plus récemment, nous avons appris comment les statines nuisent directement aux mitochondries, ce qui explique pourquoi les neuropathies, myopathies et de nombreux cas de SLA comme la dégénérescence neuromusculaire sont permanents. Et maintenant, nous comprenons la réalité des cancers associé à une statine.

        1. très intéressant, par contre on prête à certains Om3 (EPA huiles de lin/colza) un puissant effet anti-inflammatoire sur le long terme, agirait-il sur les artères ? Et sinon comment expliquer leur indéniable effet protecteur CV ?
          Dans le livre d’une nutritionniste dont j’ai oublié le nom (je vais rechercher) il est écrit que l’EPA est le + puissant anti-inflammatoire naturel mis à notre disposition. Après expérience, cela s’est avéré être vrai pour moi et contre certaines inflammations chroniques, el l’occurrence cervicales

          1. cette affirmation vient de :
            “I) LE REGIME OMEGA-3 : Le programme alimentaire pour sauver notre santé (février 2005) Par le Dr Artémis Simopoulos et Jo Robinson. Adapté par le Dr de Lorgeril et Patricia Salen” !!

          2. C’est vrai, Simopoulos a écrit quelque chose comme ça dans les années 1990s, et nous on l’avons traduit autour de 2004 en respectant le texte de l’auteur au maximum …
            Ce qui est réellement pro-inflammatoire, ce sont les oméga-6 (que les statines augmentent) et les oméga-3 (que les statines diminuent d’une part et probablement aussi inhibent) interfèrent avec les oméga-6.
            La diète méditerranéenne contribue à diminuer les oméga-6 et augmenter les oméga-3, c’est évidemment favorable mais ça n’est pas anti-inflammatoire à proprement parler même si Simopoulos écrivait ça il y a 20 ans … Ou alors il faut “définir” mieux ce que l’on entend par “anti-inflammatoire” !
            Bon vent, matelot !

      1. L’anti-inflammatoire le plus puissant (et anti-oxydant) connu à ce jour, serait parait-il, la curcumine du curcuma. Mais dans ce cas c’est une épice naturelle, donc pas trop moyen de faire de pognon sauf pour la parapharmacie.

        1. Tout dépend de ce qu’on veut dire par “anti-inflammatoire” …
          Le mieux c’est la cortisone, radical !
          Après, on a l’ibuprofène … Très bien aussi !
          Pour les autres …

  8. “1- chez les hommes, ce sont particulièrement le risque de cancers du foie et du pancréas qui sont influencés par le cholestérol.”
    Je ne sais pas pour le foie, mais ceux que j’ai vu avec celui du pancréas, c’était plutot fulgurant et mortel.
    (6 mois environ) .D’ailleurs, en réchappe-t-on de ce type de cancer?
    Chose étrange, les 3 personnes de mon entourage qui sont décédées de ce cancer, avaient en effet des problèmes CV et prenait le cocktail statine aspirine.

Comments are closed.