QUELS MEDICAMENTS POUR TRAITER L'HTA ?

Restant sur le billet précédent (NDLR) à propos de l’HTA, une question importante serait de savoir quel médicament spécifique nous devrions préférer pour baisser la tension (la pression artérielle) chez ceux qui, de façon transitoire ou définitive (c’est rarissime) doivent vraiment prendre des médicaments antihypertenseurs.
Dans notre livre “Prévenir l’infarctus et l’AVC“, nous avons répondu à cette question. Et aussi à la question de savoir qui devrait (très éventuellement) être traité avec un médicament !
Pour ceux que ces questions intéressent beaucoup, il est préférable évidemment de consulter le livre aux chapitres adéquates.
Pour le moment, il n’est toutefois pas inintéressant de consulter les résultats d’une récente analyse approfondie des essais cliniques ayant testé  deux types de médicaments vasodilatateurs (et antihypertenseurs) parmi les plus prescrits actuellement.
Important de savoir que les deux auteurs ne sont pas, loin de là, des ennemis de BigPharma et que leurs avis et conclusions ne peuvent être que favorables aux intérêts de BigPharma.
Question de principe !
Ce qui nous intéresse, par ailleurs, ce ne sont pas leurs conclusions, ce sont les chiffres colligés minutieusement par les auteurs  avec des tableaux, ce qui est bien pratique. Merci les gars !
L’article n’est pas accessible gratuitement [Ferrari R et al. Expert Rev Cardiovasc Ther 2013;11:705-17] mais on peut le consulter (au moins temporairement) à :
http://www.medscape.com/viewarticle/805784
L’inconvénient de cette analyse est qu’ils incluent les études comparant un médicament avec un placebo (les seules qui nous intéressent) et celles comparant deux médicaments.
Autre inconvénient (mineur) est qu’ils incluent des études dont la crédibilité est très faible soit parce qu’elles sont “commerciales” (presque toutes) soit parce que certains de ces “commerçants” sont franchement suspects …
Ils analysent l’effet de ces médicaments sur la mortalité totale et la mortalité cardiovasculaire. Ce sont de loin les paramètres les plus importants.
Les deux  classes de médicaments antihypertenseurs qui font l’objet de leur intérêt très promotionnel (sans doute) sont les IEC (inhibiteurs de l’enzyme de conversion : enalapril, lisinopril, perindopril, …) ou des ARB (bloqueurs du récepteur de l’angiotensine : candesartan, losartran, telmisartan, valsartan, …).
Les conclusions des auteurs sont d’une grande modération. Ils nous disent que ces médicaments diminuent de 5% la mortalité totale et de 7% la mortalité cardiovasculaire.
Et ça en termes de risque relatif ! Autrement dit, ils ne font pas grand chose, voire rien du tout (ce qu’ils ne disent pas évidemment) !
Beaucoup d’argent dépensé inutilement et beaucoup d’effets secondaires toxiques sans aucun autre effet (supposé) bénéfique que celui de modifier des chiffres de tension.
Mais si nous regardons uniquement  les études comparant un de ces médicaments avec un placebo, il est évident qu’il n’y a aucun effet significatif !
Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aurait pas d’effet délétère, notamment sur le risque de cancers, ce qu’on ne nous dit pas, évidemment !
Conclusions : des auteurs “subventionnés” claironnent joyeusement qu’il y a de misérables (cliniquement non significatives) réductions de la mortalité avec les médicaments antihypertenseurs de type IEC et ARB.
Conclusion très personnelle : ces traitements n’ont aucun effet dans le traitement de l’HTA et sont sans intérêt !  Nous l’avons déjà dit dans notre livre !
Il faut donc les abandonner dans cette indication. Sans faiblir ! Courage !
Comme les bêta-bloqueurs et les calcium bloqueurs font l’objet de sévères critiques que je ne vais pas discuter ici, il nous reste quoi ?
Ceux qui savent la réponse sont ceux qui nous ont lu ! Ils ont bien fait ! Ils ont pris de l’avance !
Dernière question : quand nos experts nationaux (et d’ailleurs) et nos Autorités vont-ils  admettre l’évidence ?