CONFERENCE SUR LES STATINES A GENEVE LE 27 MAI 2010

Plus qu’une conférence-monologue, il s’agissait d’une sorte de « confrontation » avec le Professeur de Cardiologie (F. Mach) de l’Hôpital Universitaire de Genève. « Debriefing » maintenant pour parler comme les militaires !

Le débat fut plutôt courtois (la séance a duré 3 heures et peu d’auditeurs s’en allèrent avant la fin) quoique j’ai dû affronter (de la part de mon interlocuteur) quelques attaques personnelles incongrues concernant mon passé de scientifique.

La plus « suave » de ces attaques fut celle reproduisant des extraits de mes publications anciennes (plus de 10 ans) où je discute sur un ton « conventionnel » de la question du cholestérol et des maladies cardiovasculaires.
Il était visiblement déshonorant pour mon interlocuteur que je sois devenu opposé à une théorie (celle du cholestérol) après avoir essayé vainement de contribuer à la renforcer pendant quelque chose comme une décennie et demie.

Que mes propres travaux m’aient conduit à critiquer une théorie ne lui semblait qu’un témoignage de trahison !!
Visiblement, certains vivent dans une sorte de monde paranoïaque où l’on est censé choisir un camp puis faire une guerre à l’ennemi qui se présente ! Chaque visiteur-lecteur de ce blog aura reconnu là le phantasme que j’ai développé à propos du livre « Le Désert des Tartares » [Chapitre 2 de mon livre sur l'innocence du cholestérol].

Je me souviens pas exactement des propos d’un philosophe des sciences, mais il disait quelque chose comme quoi « un scientifique qui ne change jamais d’avis est fort suspect d’idiotie maladive » …

Mais chacun sait que les attaques de ce genre sont, comme dans les débats stériles entre politiciens, des diversions pour ne pas aborder les vraies questions pour lesquelles on est censé être réunis.

Ce ne fut pas vraiment le cas car j’ai eu le temps (plus de 60 minutes, malgré de nombreuses interruptions du professeur) de développer quelques unes de mes idées favorites sur la nouvelle approche que nous devons avoir de la question du cholestérol et des statines, et que chacun peut retrouver dans mes livres, ou sur ce site en cherchant un peu.

Je n’eus évidemment aucune réponse aux questions que j’avais posé concernant la validité des données (pseudo) scientifiques sur lesquelles s’appuient les experts du cholestérol.

Mais plus le temps avançait et plus me devenait ferme et indiscutable l’évidence que mon interlocuteur avait besoin d’un complément d’informations.

Il s’avère donc que le message est compliqué et qu’il faut encore revenir, et insister, sur les points suivants :

  • l’affaire du Vioxx,
  • comment le Vioxx agit sur le risque cardiovasculaire,
  • le métabolisme des lipides, notamment des acides gras !
  • le rôle des acides gras sur la physiopathologie des crises cardiaques !
  • l’existence d’une nouvelle Règlementation (internationalement acceptée) des essais cliniques,
  • les règles basiques de l’essai clinique,
  • et même les fondements de la Médecine Scientifique.

Au total, mon sentiment en fin de parcours était que nous avions eu un dialogue de sourds.

M’avait-il entendu ? M’avait-il écouté ?
Je ne sais pas !
Comment échanger des arguments quand on ne parle pas la même langue ?

7 réflexions au sujet de « CONFERENCE SUR LES STATINES A GENEVE LE 27 MAI 2010 »

  1. ccmiens

    Bonjour Docteur,
    Max Planck disait ceci : « Une théorie nouvelle ne triomphe jamais, ce sont ses adversaires qui finissent par mourir. »
    Soyez patient !
    Amitiés

  2. Marc

    Merci Michel pour ces informations.

    Il est clair qu’il est difficile de se faire entendre.
    Vous parlez de "dialogue de sourd".
    En effet, vous vous situez sur un plan scientifique : analyse d’études, mise en perspective, réflexion alors que votre interlocuteur lui se situe sur un plan non pas scientifique mais de croyance.
    Il est clair qu’alors il est impossible d’avoir le moindre dialogue quand on touche aux croyances d’un interlocuteur; quelque soit le sujet, d’ailleurs.
    Il est facile de le comprendre quand on touche à des sujets religieux par exemple ; impossible lorsque l’on se situe dans le domaine scientifique d’autant que ceux qui "croient" le font au nom de la science et nie par la même agir en "croyant".

    Ici, dans ce que vous nous racontez, pourtant la démarche est celle là : d’un coté un "croyant" ; de l’autre un scientifique toujours sceptique.

    Continuez votre combat.

    Amicalement

    Marc

  3. Docteur Philippe Lebecq

    Cher collègue,
    Je suis très interpelé par vos publications, qui sont devenues mes livres de chevet!!….et source de mes insomnies! Il devient de plus en plus difficile, dans ce monde , de faire des choix éclairés.
    Mon intérêt pour les questions du cholestérol a démarré par une modeste étude de suivi de 77 patients traités par la Choline (levure rouge de riz). Très efficace et bien toléré!
    Mais, est-ce utilisé judicieusement ? C’est là que je découvre par votre point de vue.
    Vous citez, et je ne retrouve pas où, une publication rigoureuse qui dénonce les dérives des « études scientifiques », je pense que vous faites référence au Lancet: puis-je vous demander de me rappeler la source, s’il vous plait.
    En vous remerciant encore pour le difficile travail de précurseur que vous faites, et dans l’espoir de pouvoir faire votre connaissance, je vous adresse mes meilleures salutations confraternelles!

  4. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

    @Docteur Philippe Lebecq : Cher collègue, merci pour votre sympathique message.
    Je ne sais pas de quelle « choline » vous parlez mais la choline, un phospholipide, n’a rien à voir avec la levure de riz rouge (qui contient une statine naturelle) à moins qu’on ait essayé de vous faire croire qu’un phospholipide présent dans la levure de riz rouge soit responsable d’un effet anti-cholestérol. Bref, ce n’est pas clair dans votre message …
    Quand aux dérives et « délires » de la recherche médicale, c’est maintenant décrit et condamné dans toutes les revues scientifiques, y compris dans celles qui participent à ce délire en publiant n’importe quoi. Le Lancet n’est pas le seul, quoique ce soit un des pires. Il vous suffirait de faire une recherche sur Internet pour conbstater que l’affaire du Mediatior* est tout à fait anecdotique par rapport au reste : anti-inflammatoires, antidépresseurs, anti-cholestérol, anti-diabétiques, anti-obésité, et j’en passe …
    Amicalement

  5. andre

    Bonjour Docteur , connait on le temps qu’il faut à l’organisme pour évacuer les statines ou autres après plusieurs années de traitements divers, et existe-t-il une "cure" pour favoriser cela ?
    Peut on ressentir encore longtemps après l’arrêt du traitement ( 1 an ) des douleurs aux tendons , aux muscles et articulations ? Merci et encore bravo pour votre travail .
    Cordialement

  6. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

    @andre :Cher André,
    En principe, les patients qui cessent leur statine ressentent une amélioration rapide, mais pas forcément une extinction totale des symptômes, qui peut prendre quelques semaines, voire des mois.
    Certains prétendent qu’en prenant des capsules de Coenzyme Q10, on accélère la guérison …
    Hélas, de plus en plus de témoignages font penser qu’il y a aussi des formes réfractaires à l’arrêt des statines, comme si on avait déclenché une maladie auto-immune, et les patients semblent rester indéfiniment avec leurs douleurs et des traitements anti-douleurs …
    Je reste sceptique toutefois car il y a des facteurs de confusion …

    Amicalement


Les commentaires sont fermés.