Les vaccins miraculeux du professeur Sansonetti

 

Dans toute contestation ou controverse scientifique, il y a (à mon avis) au moins trois prérequis que j’oserais qualifier de sacrés :

1- rester bienveillant avec ses opposants, car c’est peut-être eux qui ont raison,

2- écouter attentivement leurs arguments, car c’est peut-être eux qui ont raison,

3- et respecter religieusement les personnes elles-mêmes indépendamment de leurs supposées qualifications expertes et/ou professionnelles.

Ce n’est pas parce que j’ai été moi-même traîné dans la boue, jusqu’à être traité de criminel, que je vais adopter de telles attitudes contraires à l’éthique scientifique.

Ces jours-ci, un expert en microbiologie, le bon professeur Sansonetti fait campagne sur les écrans et les ondes avec comme message principal que « le vaccin reste le pilier de la santé publique ».

C’est un peu outrancier certes quand on examine vraiment et attentivement les causes de mortalité dans nos pays développés ; mais pourquoi pas ?

Je me suis évidemment abstenu d’enquêter sur les éventuels liens d’intérêt (en particulier avec l’industrie des vaccins) de notre expert ; partant du principe fondateur bienveillant que l’éloge enthousiaste de ce type de traitement était obligatoirement associé à une totale indépendance vis-à-vis du commerce des vaccins. Respect donc !

Maintenant que j’ai assumé (oups !) pour la bienveillance et le respect, je me dois d’être à l’écoute.

Et me voici lisant attentivement la belle prose du respectable professeur ; c’est-à-dire son livre « Vaccins » avec le sous-titre provocateur pour les quelques rares sceptiques dont je fais partie : « Pourquoi ils sont indispensables ».

Ce sont 12 chapitres intéressants que je ne peux pas résumer en quelques lignes ; ce serait offensant. Je vais donc procéder en plusieurs étapes, à moins que je ne sois assassiné avant d’avoir terminé.

Pour commencer, lisons attentivement les 5 premiers chapitres.

C’est une effroyable description des terribles maladies infectieuses du « monde d’hier » selon les termes du professeur. C’est bien écrit et émouvant ; c’est ponctué d’anecdotes historiques (Apollinaire, Mahler, etc…) avec des témoignages personnels qui démontrent la bonne foi de notre expert. Il croit à ce qu’il écrit !

Et il nous décrit en plus les non moins horribles maladies infectieuses du « monde d’aujourd’hui » : HIV, Ebola, etc… En nous rappelant qu’il y aura toujours des maladies infectieuses. Ah !

Et quand il écrit Arrêtons ces vaccins contre ces maladies infectieuses du monde d’hier et tout repartira, venant s’ajouter aux maladies du monde d’aujourd’hui, nous voilà terrorisés et coupables : comment peut-on oser mettre en jeu la vie et la santé de nos enfants et petits enfants en contestant les bienfaits de la vaccination ?

Toutefois si on examine attentivement les terribles maladies du monde d’hier décrites par le professeur et qui ont été en grande partie, sinon éradiquées, au moins neutralisées, qu’observe-t-on ?

En toute objectivité et bienveillance, bien sûr !

Certaines ont disparues (ou presque disparues) de nos régions.

Pour certaines de ces disparitions, on peut supposer (mais sans aucune donnée scientifique solide) que la vaccination a joué un rôle ; si on accepte évidemment que ces vaccins sont réellement efficaces cliniquement (et pas seulement sur la base de détection d’anticorps supposés protecteurs) et qu’avec beaucoup de bienveillance on s’abstient d’exiger des essais cliniques en double aveugle. Exemples ?

La variole, la diphtérie et la poliomyélite ! Peut-être ; pas sûr ! D’autres facteurs que la vaccination ont joué un rôle protecteur c’est certain. Que se serait-il passé en l’absence de vaccin ? Nul ne le sait ; faute de science !

Mais d’autres ont aussi disparues alors que nous ne disposons d’aucun vaccin. Exemples ?

La peste et le choléra !

D’autres sont endiguées (en le disant vite) également en l’absence de vaccin : syphilis, streptococcies malignes.

D’autres, certes, sont plus ou moins neutralisées (en le disant vite) et on pourrait accepter l’idée que les vaccins existants [quoique reconnus peu ou pas efficaces ; ça dépend des zones et des périodes...] puissent jouer un rôle : tuberculose, grippe maligne. Que se passerait-il en l’absence totale de vaccin ? Nul ne le sait ; faute de science !

Première conclusion évidente, émise sur la base des données et descriptions produites par notre aimable professeur, et sans entrer dans le détail des données biologiques : l’efficacité des vaccins pour lutter contre les maladies infectieuses est loin d’être évidente.

Surtout, à mon humble avis de médiocre scientifique de province peu expert en maladies infectieuses (mais bon connaisseur de l’épidémiologie), il n’est pas possible (au moins pour nos pays) de prédire quoique ce soit d’intelligent si la couverture vaccinale venait à diminuer comme conséquence de l’abolition de l’obligation vaccinale actuelle.

Écrire bravement que « Arrêtons ces vaccins contre ces maladies infectieuses du monde d’hier et tout repartira, venant s’ajouter aux maladies du monde d’aujourd’hui » est de l’ordre de la prophétie religieuse… et donc de peu d’intérêt scientifique. Désolé !

Les critiques et commentaires argumentés et bienveillants sont bienvenus !

 

 

 

 

 

80 réflexions au sujet de « Les vaccins miraculeux du professeur Sansonetti »

  1. MT

    J’aurais besoin de l’aide de MDL!
    A la suite d’une discussion houleuse sur un forum avec un fanatique de l’obligation vaccinale (quand je dis fanatique je pèse mes mots…), je reçois ça:
    « Un vaccin n’empêche pas les gens de mourir, ils les empêche de tomber malade. Ne vous méprenez pas, il existe des études qui montrent une baisse de mortalité parmi les vaccinés. »
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27737834
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8449639
    Je vous épargne le reste de la discussion (avant tout ne point nuire = il faut vacciner justement et si les parents le refusent pour leurs enfants, c’est à l’état de passer outre l’autorité parentale pour protéger les enfants et bla bla bla bla bla…)
    Bon, impossible de discuter sereinement.
    Je me met moi-même dans une posture « antivax » alors que j’essaie de rester lucide mais c’est dur quand on entend autant de conneries d’un coup.
    Enfin, mon interrogation porte sur les 2 études qui me semblent extrêmement faibles mais je suis tellement nulle en méthodologie (soyons honnête…) que j’aurais besoin d’arguments pour y voir plus clair (il faut que je m’y mette, vous avez écrit de beaux billets la-dessus mais je ne trouve pas le courage ni le temps, quelle plaie!)

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : MT

      Je ne sais pas ce que ce « fanatique » vous a dit et si c’est lui qui vous a envoyé ces deux références (par ailleurs fort intéressantes…), mais il vous a plutôt donner des arguments anti-vaccinaux…
      Dès que j’ai un moment, je reviens vers vous avec ces deux articles, peut-être inclus dans un prochain billet sur les vaccins…
      Courage ! On les tient… Voyez ce que l’on vient de m’envoyer : http://www.lepoint.fr/sante/vaccins-le-dtp-doit-etre-disponible-sans-association-08-02-2017-2103400_40.php

      Répondre
      1. MT
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        C’est drôle parce que j’ai bien pensé que certaines conclusions n’allaient pas forcément en faveur des vaccins. Je me suis alors dit que j’avais dû ne rien comprendre, surtout que je n’ai pas vraiment pris le temps d’aller voir plus loin. Je vais essayer quand je pourrai d’y comprendre quelque chose en attendant votre verdict!
        Ce que ce fanatique m’a dit est d’une telle bêtise que je vais vous épargner les détails, bien que ça puisse amener à une bonne crise de fou rire. En tous les cas, il aime la Science avec un grand S! Il est dans une croyance tellement aveugle envers les vaccins qu’ Alain Fisher et ses amis à côté pourraient passer pour des lapins de 3 semaines!
        Mais c’est bien lui qui m’a envoyé ces liens.
        En attendant votre analyse… Au travail!

        Répondre
  2. Reliquet

    @ Emilio

    A l’ AIMSIB on s’est inspiré de Daenerys Targarien, tous les monstres sont maîtrisables!

    En revanche tu peux interrompre la lecture des « Vérités indésirables », ton bouquin est obsolète, Michel Georget est en train de porter la dernière main à sa réédition, il a l’air content de lui…

    Et si tu envoyais ton vieux livre au Pr Sansonetti, vu que les deux sont périmés, ils pourraient tenter un mariage de raison?

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Akira

      Merci pour l’info !
      C’est une vraie victoire !

      Il nous reste à exiger : 1) l’absence d’aluminium ; 2) l’abrogation de toute obligation !

      Pour le reste, on travaille !

      Répondre
      1. Blue Knight
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Malheureusement, ils n’ont pas accepté le problème de l’aluminium, ils considèrent qu’il n’y a pas de problème prouvé totalement et sans conteste. Et la réponse des autorités va être très simple: augmenter l’obligation vaccinale à tous les vaccins. Donc, plus de « recommandés », tout « obligatoire ». Et hop, problème résolu.

        D’ailleurs, c’est déjà en train d’être discuté, et plus ou moins amorcé: http://www.bfmtv.com/sante/touraine-pourrait-augmenter-le-nombre-de-vaccins-obligatoires-selon-le-dr-ducardonnet-1099102.html

        « Le ministère de la Santé évoque d’ores et déjà la possibilité »

        De plus, ce DTP ne serait que pour le marché français, soit une minuscule niche. Quelque soit le produit, quelle entreprise irait fabriquer un produit pour un aussi petit marché? Sans doute pas beaucoup… Et ça semble difficile à imposer.

        Répondre
        1. Francoise
          En réponse à : Blue Knight

          Impression qu’il y a encore quelques trucs pas très clairs. Les kits spéciaux, alors, … pour qui sont-ils ??? Il semble que la fabrication de « 3 vaccins » existe bien encore ! Alors… « ils » nous prennent encore un peu pour des « débiles », non?

          Répondre
      2. Francoise
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        J’ai quand même un peu l’impression que ça va (ça aussi?) s’enliser et n’être suivi d’aucun effet, cette décision du Conseil d’Etat ? Les analyses ici et là commencent à décrypter que cela na va pas être mis en application aussi facilement qu’espéré?
        http://www.europe1.fr/sante/vaccins-que-va-changer-la-decision-du-conseil-etat-2972984

        Les laboratoires prétendent qu’ils ne peuvent pas réactiver la production de ces seuls 3 vaccins obligatoires, dans un délai de 6 mois, … alors qu’ils produisent des « kits spéciaux » contenant les 3 seuls vaccins – initialement prévus pour d’autres pays que la France… sur demande du médecin généraliste…. en cas de contre-indications par exemple…??? … Bizarre?
        Parti comme on est, je ne serais même pas étonnée de voir se mettre en place l’obligation de tous les vaccins de la formule hexavalente, sous peu?

        Que faites-vous, vous -médecins bienveillants- qui peuplez ce blog ? Commandez-vous des « kits spéciaux » DTP seulement, à chaque vaccination que vous devez faire? Et est-ce facile à obtenir? est-ce que cette dérogation est compliquée à obtenir?

        Et pour en rire un peu, quand même…
        https://www.youtube.com/watch?v=IaCCU5KWGJo
        Merci ‘Prof’ Joyeux’ !
        Mais je demande aussi pardon à tous les médecins qui sont un peu maltraités dans cette vidéo… alors qu’ici, ils ne méritent pas d’être tancés de la sorte… même avec humour?…

        Répondre
          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Emilio

            Quand les idées (médicales et scientifiques) ne sont pas claires et que le business s’en mêle, on se retrouve dans des situations ingérables…
            Même chose avec le vaccin contre la grippe…
            La nullité appelant la nullité, on a ce qu’on mérite…

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Blue Knight

      Avant de dire que cet auteur est un idéologue sans grande vision panoramique [ce que laisse entrevoir son texte parcouru rapidement... Oups !], il faudrait par courtoisie que que je le lise attentivement ; ce qui me « casse les pieds » tant son truc pue le réchauffé débité par un perroquet végétarien…
      C’est un peu ‘comme si’ vous me demandiez mon avis sur un texte sur les statines écrit par un académicien…
      Cruel, va !

      Répondre
Commentaires : page 3 sur 3«123

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.