Soyons bienveillants avec les médecines complémentaires !

 

Les pathologies rhumatismales ne sont pas rares ; et sont souvent invalidantes.

Les traitements conventionnels anti-douleurs et anti-inflammatoires sont sources de complications cardiovasculaires, parfois sévères, comme la tragédie du Vioxx le démontra…

Chez certains, corticoïdes et anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent être catastrophiques.

Les traitements non conventionnels et anodins (quand administrés de façon adéquate) peuvent être utiles. Par exemple, le traitement de viscosupplémentation par l’injection intra-articulaire d’une solution d’acide hyaluronique a toutes les apparences d’une médecine complémentaire qui souvent (pas toujours) amuse les médecins très conventionnels qui ne croient qu’à la chimiothérapie anti-inflammatoire et ensuite à la chirurgie.

Ainsi depuis la fin 2016, les taux de remboursement en France des solutions injectables d’acide hyaluronique intra-articulaire sont de 15 % au lieu des 65 % précédemment. Sous prétexte de faible service médical rendu. Décision prématurée ?

Si j’écris deux mots sur ce sujet c’est pour les complications cardiovasculaires ; et pas pour « faire le beau » avec les pathologies rhumatismales ; à propos desquelles je suis globalement incompétent bien qu’ayant été joyeusement initié pendant une année à l’Hôpital Universitaire de Genève avant de rejoindre le Centre de Cardiologie du même hôpital.

Après des décennies de controverses et hésitations (y compris parmi les non conventionnels), il semble se dégager un puissant consensus pour admettre que les injections intra-articulaires d’acide hyaluronique soient efficaces pour calmer les douleurs du genou et favoriser les fonctions articulaires. Si ça peut diminuer les prescriptions de traitements conventionnels toxiques et retarder la chirurgie, c’est une bonne nouvelle. C’est là-dessous :

http://www.medpagetoday.com/Rheumatology/Arthritis/62916?xid=nl_mpt_DHE_2017-02-06&eun=g362928d0r&pos=3

Désolé c’est en British… Ce n’est donc pas un problème franco-français, on l’a compris.

Trois limites : 1) ça ne concerne que le genou ; 2) les auteurs ne sont pas libres de tout lien d’intérêt commercial ; et ils en ont tellement que j’ai renoncé à vérifier s’ils étaient liés à des marchands d’acide hyaluronique ; 3) étant moi-même imprégné de « bienveillance », je laisse à quelques visiteurs (moins naïfs que moi) le soin de vérifier cet aspect des choses, en faisant preuve de bienveillance à mon égard.

Leçon du jour : ne pas négliger les médecines complémentaires ! Avant de les dérembourser (ce qui provoquera inévitablement plus de complications des chimiothérapies et plus de chirurgie ; et ça c’est très dispendieux !), il faut y réfléchir et en toute bienveillance !

On notera enfin que d’autres auteurs, apparemment très sérieux, ont rapporté que l’injection d’eau salée (aussi simple que ça) avait aussi des effets bénéfiques sur les pathologies douloureuses chroniques du genou. Ils prétendent que c’est un effet placebo…

C’est là : http://www.semarthritisrheumatism.com/article/S0049-0172(16)30009-9/abstract

La totalité de l’article est accessible gratuitement en suivant le lien.

Placebo vraiment ? Pas sûr !

Sont-ils bienveillants ? Sont-ils cultivés ? Connaissent-ils les bienfaits du sérum de Quinton (une sorte d’eau salée d’origine marine) ?

Ici je m’arrête ; car d’autres connaissent ces questions mieux que moi… Humilité et bienveillance !

Je laisse le microphone à ceux qui savent…

 

 

 

 

 

 

 

145 réflexions au sujet de « Soyons bienveillants avec les médecines complémentaires ! »

  1. Reliquet

    @ Akira

    Tu as vu tout l’amour confraternel qui relie les médecins entre eux? On pourrait en rire mais ces querelles de chapelles nous rappellent cruellement que les prés carrés ont la vie dure.

    Bon, t’as toujours mal?

    Je te redis que je m’agace énormément (entre autres motifs) du fait que les DID soient si souvent atteints de capsulites rétractiles sévères et que depuis le temps personne n’ait compris qui de la maladie ou des insulines de substitutions te causent tous tes malheurs. Tu souffres de ce que tes capsules articulaires non seulement se sont inexplicablement rétractées, mais qu’en plus elles ont créé des adhérences avec les structures osseuses de tes épaules.

    - Tu as tenté les infiltrations (à l’aiguille fine, on est surveillé) et tu n’as pas guéri, cette prise en charge ne soulage qu’un court moment mais ne guérit rien.

    -Tu as essayé la kiné douce et tu n’en tires aucun bénéfice, peut-être au moins ne t’es-tu pas aggravé pendant cette période…

    - Tu peux tenter l’attente, fermement prônée par nombre de Confrères parce que beaucoup de capsulites spontanées guérissent ainsi mais la tienne ne l’étant pas, (ton DID et ton insulinothérapie) je crains que tu n’attendes longtemps.

    - Une prise en charge intéressante et assez documentée est représentée par l’arthro-dilatation au sérum salé réfrigéré, qu’en pense Variole?

    - Deux techniques douteuses voient actuellement le jour, l’arthrolyse arthroscopique qui consiste à demander à un chirurgien d’introduire un endoscope et un scalpel dans ton épaule, de sectionner toutes les adhérences intra-articulaires visibles, puis de procéder à la deuxième technique à savoir la mobilisation forcée en profitant du fait que tu es toujours sous anesthésie générale.

    - Enfin et tu me vois venir, la classe absolue, imagine Jean Rochefort en haut-de-forme et redingote sur un cheval de concours un petit matin de Mai, au trot dans le parc de Saint Germain? L’hydrotomie évidemment, tu es drôlement rapide! Guez traite les capsulites, il me l’a dit, je n’ai pour ma part jamais eu l’occasion d’appliquer notre technique aux casse-pieds dans ton genre.

    J’ai visionné hier un très beau document vidéo qui verra le jour bientôt (sous 15j) concernant nos supputations et désinformations, si toi aussi tu veux coiffer un chapeau à plume avec pagne, dis-moi et nous chercherons en privé un Confrère susceptible d’accueillir un gars dans ton genre.

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Reliquet

      C’est beau la médecine quand elle est « humanisée » ; si j’étais une femme, je serais déjà devant la porte de ce praticien pour lui clamer mon amour et lui offrir mon corps, tel Bérénice juste avant d’exsanguiner (symboliquement) ce pôvre Titus car :

      « Rome, par une loi qui ne se peut changer,
      N’admet avec son sang aucun sang étranger,
      Et ne reconnaît point les fruits illégitimes
      Qui naissent d’un hymen contraire à ses maximes
      . »

      Déjà Racine fermait « portes et fenêtres » ; ça n’est donc pas nouveau ; mais Titus est un con d’avoir congédié Bérénice !

      Répondre
    2. akira
      En réponse à : Reliquet

      Salut Reliquet.
      Alors la oui. La classe de Jean Rochefort, ca me parle. Je l’ai croise dans une station service un soir mais j’ai pas ose l’aborder. C est un type fascinant !!
      Mais oui, tes suggestions, ca me tente carrement !!! Comment on peut se contacter ?

      Répondre
      1. oursdesneiges
        En réponse à : akira

        Ce blog n’est pas un site de rencontre , ou alors faudra laisser un petit pourboire à Michel et changer la serviette en partant , merci .

        Répondre
        1. akira
          En réponse à : oursdesneiges

          Je ne parlais que de contact medical, le Dr Reliquet m ayant suggere des pistes de therapeutiques differentes ;-)
          Rassurez vous Amiral, je commence a cerner les marins du coin et leurs caracteres specifiques !

          Répondre
  2. Reliquet

    Cher Akira,

    Ca y est, tu as basculé, perdu tes repères, la toile t’appelle pour de folles aventures interdites? Ta vie va changer évidemment, cet après-midi Variole demandera l’établissement d’une fiche S à ton encontre car il ne fait aucun doute que tu es en train de te radicaliser sur internet, à l’eau de mer certes, mais quand même tout le blog l’a vu.

    Je préconise que tu pirates une adresse IP afin que tes pérégrinations interlopes n’apparaissent pas dans le Canard Enchaîné tous les Lundis, après tout tu as bien le droit d’organiser une veille audio-visuelle du site Jackie et Michel et de collectionner des images de chatons.

    Moi j’ai hacké l’adresse d’Aubépine, pas croyable les sommes qu’elle verse au denier du culte de sa paroisse, elle a vraiment bon coeur. Toi pour couvrir tes besoins avec toutes tes nuances de gris, va donc te racrocher sur le compte de Phil, tu y trouveras des histoires prostato-échauffées qui ne laissent aucun doute sur ses activités réelles, tennis excepté bien entendu.

    Je suis dorénavant ton nouvel officier traitant, je te joins dans l’après midi, fais-moi un salut militaire si ta main droite monte jusque là!

    Répondre
    1. aubepine
      En réponse à : Reliquet

      Sommes tous en train de nous radicaliser… Eau de Quinton en commande… « iso » pour commencer…
      aurais peur de sauter « brosses et bouchons » (comme on dit dans la région!) avec l’ »hyper »…

      Au fait, oui, le denier du culte !… Faites bien de m’y faire penser…

      Répondre
      1. aubepine
        En réponse à : aubepine

        Ai commencé la cure … posologie : de deux à six ampoules par jour, en isotonic …
        Me contenterai d’une ampoule par jour ! très salé … fais gaffe à la tension … à la tachycardie …
        à l’arythmie … Excitant : garder la bonne mesure !…

        Répondre
  3. Reliquet

    Cher Inox,

    Voici l’ histoire de mon pote Jean Pierre Ch…, 76 ans, champion de France sénior de golf, perclus de rhumatismes déformants, dont le cou était devenu tellement raide que la montée de son club lui faisait perdre la balle de vue et que ce mouvement lui générait des vertiges. Son mouvement raccourcissait d’autant, la longueur de ses balles aussi. Un golfeur sans longueur correcte est fini pour la compétition.

    D’un commun accord, nous avons procédé à 10 séances d’hydrotomie cervicale complète, une par semaine, pendant qu’il poursuivait l’entraînement. Trois jours après la dernière séance il s’inscrivait au Grand Prix de Brigode 2016 et se hissait en finale contre un trentenaire de votre carrure et un mouflet exceptionnel. Il est arrivé second de la compet’.

    Plus marrant, il est venu me dire que certes son hydrotomie l’ avait aidé à retrouver toutes ses sensations, mais qu’il pouvait enfin se re-garer en marche arrière puisqu’il arrive dorénavant à suffisamment tourner la tête pour voir derrière lui….

    L’arthrose est une maladie du déssèchement, et le déssèchement est longtemps réversible, je sais que cela paraît scandaleux mais je m’en fout, j’écris de chez Aubépine.

    Répondre
    1. Inoxydable
      En réponse à : Reliquet

      @ Reliquet. Merci pour la réponse. J’envisagerail’Hydrotomie si pas d’autre solution. Mais je vous rasssure tout de suite, mon n’est pas bloqué, il tourne comme un Derviche en claquant un peu. Mais il existe un pincement et la douleur dans le muscle de l’épaule qui ne veut pas partir. Voir le lien ci-après pour comprendre il donne exactement mes symptômes :
      An Evidence-Based Approach to …
      Traduire cette page
      http://www.amjmed.com/article/S0002-9343(16)30462-4/abstract
      An Evidence-Based Approach to Differentiating the Cause of Shoulder and Cervical Spine Pain. … This review provides an evidence-based review of common causes of
      Le voir en full text avec dessins à la clefs.
      Ceci n’était pas une demande de consultation pas même à distance. Juste une opinion car je pense avoir trouvé un médecin assez proche sur le site des praticiens de l’hydrotomie. Merci encore.

      Répondre
  4. Reliquet

    Copie d’une lettre semi-ouverte (que sur le blog de MdL) au Dr Edouard Broussalian, Homéopathe formidable;

    - « Oh! Tu m’oublies? T’avais promis!

    Qu’est-ce qu’ils ont de plus que moi, les Londoniens?

    Bon, tu es très occupé, mais tu sais parfaitement que je m’en fous parce que la Science n’attend pas et nos ignorances non plus, oublie ton intervention sur les genoux, j’ai un souci plus sérieux!

    Là, issu d’une splendide Dr Berthoud Suisse, regarde!

    https://www.youtube.com/watch?v=AWO1afVCg5k

    à 3’20″, notre Consoeur (qui ressemble à Mami Nova mais on la sent nettement plus cérébrée) nous dit qu’il existe des « drainages isopathiques homéopathiques » propres à sortir certains « endormis post-vaccinaux » de la mouise, avec des résultats inconstants certes, mais de temps en temps aussi nets « qu’une fleur qu’on arrose ».

    Mon avis n’importe pas. Le tien, bien plus. Alors, Dou?

    Répondre
    1. Minoque
      En réponse à : Reliquet

      Ah Vincent merci d’aller dénicher pour nous une telle Mamie Nova ! Ou aller chercher ses émules ?

      Dans le vif du sujet avec le 4e pioupiou, elle vient encore d’aller se faire scarifier pour la énième fois ? Peu importe son vécu si fragile, l’âge c’est l’âge ! Son pédiatre est fou et inconséquent ! Sa mère travaille à l’hôpital, elle obéit et mon fils suit ! Suis atterrée et si inquiète !

      Répondre
  5. Broussalian

    Bonjour à tous !

    A la sollicitation de mon coach, le bon Vincent, je me permets d’apporter mon petit grain de sel à votre discussion du genou, qui je dois l’avouer m’a bien fait sourire, tellement elle reflète la « pensée » médicale actuelle.

    Au préalable, afin d’éviter tout lynchage intempestif, sachez que j’ai fait mienne la devise de l’un de nos grands savants et modèle, le Dr. Constantin Hering : in certis unita, in dubiis libertis, in omnibus caritas.

    C’est donc dans cet état d’esprit que j’ai parcouru les posts en me disant « mais que n’ont-ils pas encore injecté dans ce pauvre genou ? »

    Sauf erreur en effet, nous sommes bien en présence d’un patient qui s’est donné la peine depuis le stade où il était réduit à un être unicellulaire de fabriquer et d’entretenir ledit genou.

    Or si celui-ci présente des symptômes, ils nous faut bien supposer que préexiste un trouble en amont du genou et qui se manifeste ensuite par des tissus disons « incompétents », que vous cherchez à soulager localement. Oui je sais, c’est terrible je vous entraîne vers des chemins peu souvent empruntés dans notre art médical, celui de la réflexion critique.

    En prenant encore un peu plus de recul, une évidence s’impose, c’est que ce patient présente sans le moindre doute des tas d’autres symptômes dont il ne vous parle pas (où n’ose pas parler) puisque ce n’est que le genou qui est à l’ordre du jour. Qui s’occupe de son état émotionnel et mental ? A t-il des peurs, des phobies, des pensées persistantes ? Des troubles d’autres sphères ? Digestive ? Respiratoire ? etc. Le genou est il influencé par le froid ? la chaleur ? l’humidité ? Le mouvement ? le repos ? etc. mais autant d’aspects totalement négligés. La science ne demande-t-elle pas d’étudier les phénomènes avec objectivité ?

    Dès lors, nous sommes contraints d’admettre que tout patient présente bien une totalité de symptômes qui exprime la maladie entière qui occupe l’organisme entier. Le genou ici ne doit être vu que comme un épiphénomène, une simple facette si l’on préfère.

    La pensée médicale reste bloquée à peu près là où la pensée cosmologique est restée coincée durant 2000 ans après Aristote. L’une des premières révolutions a été d’admettre la rotondité de la terre. C’est le même pas qu’il faut franchir enfin en médecine en admettant la totalité des symptômes. C’est la seule réalité physique.

    Se donner des atours scientifiques en inoculant ce que vos voudrez dans le genou puis en soumettant cela à des statistiques ne pourra jamais transformer cette approche en vérité. La présence d’une totalité explique ainsi l’échec couru d’avance de toute tentative d’intervention locale (et même la futilité d’un tel geste).

    Il serait intéressant de développer cette notion de totalité en essayant de se la représenter mathématiquement comme un volume à n dimensions puisqu’il nous faudrait inclure le développement de la pathologie non seulement d’après sa localisation mais aussi selon le temps. Dès lors il deviendrait encore plus apparent que la simplification médicale actuelle qui consiste à considérer comme un point une réalité multidimensionnelle est parfaitement antiscientifique et ne pourra jamais produire le moindre résultat.

    Il serait sûrement fructueux de remarquer que tout drogue introduite dans l’organisme produit elle aussi une totalité et que ce que nous appelons arbitrairement les effets secondaires ne sont que le reste d’une totalité que nous ne voulons pas voir.

    Il serait dès lors intéressant de nous demander quel rapport géométrique (ou plus précisément topologique, pour rendre grâce au grand Henri Poincaré) devrait exister entre une substance médicamenteuse et la totalité du patient.

    Enfin ces questions nous poussent fatalement à nous demander pourquoi se développent tels symptômes ou pathologies, non pas au sens métaphysique qui nous restera éternellement caché ,mais bien en tant que tentative de compréhension de la dynamique de la pathologie.

    Se pourrait-il que le symptôme produit ne représente que le meilleur compromis possible produit par un organisme en proie à un trouble général ? Dans ce pourrait-il que toute les interventions locales intempestives ne fassent qu’aggraver l’équilibre général ?

    J’espère ainsi susciter quelques interrogations ☺

    Bien amicalement

    Répondre
    1. akira
      En réponse à : Broussalian

      Attention, je prends ma casquette de sceptique …
      J’ai souvent l impression que le desir de replacer systematiquement toute analyse dans un contexte globalisant (qui est un extremisme autant que celui qui considere un contexte trop reduit) est un cache sexe permettant d’evacuer un des critere indispensable au caractere scientifique d’une theorie : la reproductibilite.
      De ce point de vue, j ai un serieux probleme avec l approche homeopathique et encore plus l’idee de lui associer le qualificatif de scientifique.

      Répondre
    2. akira
      En réponse à : Broussalian

      Je ne comprends vraiment pas non plus l analogie avec les espace hamoltoniens ou la topologie pour dire simplement qu il faut considerer les choses plus globalement et avec des points de vue differents. La topologie et d’autres outils mathematiques sont des concepts bien definis. Leur utilisation hors de leur domaine de definition presente des problemes serieux. Une analogie est sympathique pour eclairer une idee. Se servir de cette analogie hors de son domaine de validite se revele souvent dangereux sur le plan de la coherence et de la validite du raisonnement (cf Sockal et Bricmont).
      Pour etre un peu plus critique, je dirais que ca fait joli dans la discussion mais qu est ce que cela apporte vraiment ?

      Répondre
        1. Akira
          En réponse à : Michel de Lorgeril

          Je croyais que ca allait mieux ??
          Etes vous si sensible au soi disant effet nocebo Dr ? ;-)

          Mes remarques sont assez eloignees de la pure clinique mais finalement pas plus que la topologie ou les espaces hamiltoniens … Soyons fous, comment peux on definir un ouvert en medecine topologique ?

          Répondre
          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Akira

            Les espaces hamiltoniens !
            J’avoue que ça me fait un en peu mal au genou encore…
            Mais ça va peut-être passer. Au travail !
            Où ai-je mis ma tronçonneuse ?

      1. Broussalian
        En réponse à : akira

        Bonjour
        Je me suis trop laissé aller à une tentative de représentation mathématique dans la mesure où mes premières amours furent l’astrophysique. On pourra revenir plus tard au sujet qui n’est que secondaire. Pour le moment il me semble suffisant de discuter sur le ferme terrain de la clinique. A ce sujet bienvenue pour passer une semaine dans mon cabinet et de voir comment cela se passe ;)

        Répondre
          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Broussalian

            Ce site n’est pas un site de rencontre !
            Quoique si certains souhaitaient quelques expériences psychosensorielles, je peux transmettre les adresses e-mails ; suffit d’obtenir la permission…

    3. aubepine
      En réponse à : Broussalian

      Bonsoir,
      Vos propos ne nous choquent pas du tout, mon fils et moi. Surtout mon fils formé à la géobiologie et à diverses « abstractions » : le pouvoir de la conscience pure, la guérison quantique …
      Toutefois, l’arthrose du genou est visible et palpable et il me semble normal de vouloir y apporter remède par quelque procédé que ce soit !
      Après avoir beaucoup porté de charges pendant toute sa vie professionnelle, mon mari a subi deux ostéotomies, (genoux usés sur la moitié de la surface) 10 ans plus tard il est passé aux prothèses complètes, cela a été une réussite, jamais il n’a été gêné !… Là c’était bien physique. Avant ces opérations, les oligo-éléments lui avaient été d’un grand secours et avaient retardé le processus de destruction.
      Merci de m’avoir lue.

      Répondre
  6. Broussalian

    Différence Iso / Homéo à la demande de Vincent….

    J’ai écrit ceci pour aider à comprendre pourquoi l’isothérapie est une absurdité, en réalisant que des milliers de parents se font prescrire cette déformation grotesque de l’homéopathe.

    - toute maladie n’est rien d’autre qu’un désaccordement de l’énergie vitale; vous pouvez donner ce que vous voudrez comme produits chimiques, ceux-ci n’existent que sur un plan nutritif et sont éliminés par l’organisme. Vous pouvez vous nettoyer le colon ou vous détoxifier ce que vous voudrez, l’empreinte dynamique reste;

    -les miasmes sont des agents contaminants dynamiques, capables d’affecter la force vitale; il y en a des aigus, parfois épidémiques, mais aussi des chroniques qui restent greffés sur la force vitale et dont on ne peut pas guérir, et qui se transmettent à la descendance. Hahnemann en a distingué 4. Seul le traitement homéopathique anti-miasmatique peut éradiquer une telle chose.

    -un médicament n’est rien d’autre, une fois dynamisée qu’une maladie artificielle capable de contaminer la force vitale, d’exercer un effet dessus en tant que force, au sens physique du terme avec une direction, une intensité. Cette contagion sur la force vitale la pousse alors à produire des symptômes, c’est à dire une nouvelle totalité. C’est ce que nous appelons pathogénésie, c’est la seule manière rationnelle d’étudier les effets des médicaments, en explorant leur capacité à rendre malade. Contrairement à la maladie naturelle, la maladie artificielle médicamenteuse peut être modulée à volonté en terme de puissance, mais son effet s’estompe rapidement.

    -seule la prise en compte de la totalité des symptômes, qui exprime la réaction de l’organisme, entité unique, face à l’agression de l’agent pathogène permettra de rétablir la santé au lieu de dégrader le niveau de santé comme le font toutes les thérapeutiques parcellaires qui ne visent qu’un symptôme.

    -sur le papier on a donc deux possibilités: prescrire un médicament qui présente la propriété de créer une totalité semblable, soit une totalité « image dans un miroir », ce qu’on appelle un énantiomère. La seconde possibilité, l’énanthiopathie reste une abstraction et ne donne aucun résultat sinon une aggravation des malades. Seule demeure valide le premier cas, cela s’appelle l’homéopathie (fallait bien lui donner un nom, mais vous comprenez maintenant que c’est un principe général auquel personne ne peut se soustraire)

    Pour tomber malade, il existe de façon latente une susceptibilité morbide chez toute personne, en fonction du niveau de santé, de l’hérédité, des miasmes chroniques qui vont pouvoir s’exprimer ou pas, etc. Bref vous avez remarqué que tomber malade est une action conditionnelle et qu’en plus les mêmes causes ne génèrent pas les mêmes effets. Ceci distingue d’ailleurs radicalement la biologie du monde physique inanimé!! Selon la susceptibilité on pourra tomber malade ou pas face à un agent agresseur. Ceci ne se passe QUE sur un plan dynamique, la perturbation de la force vitale se transmet alors au système nerveux autonome, à l’immunité, au système hormonal, etc. Dynamique au départ, la perturbation devient dosable chimiquement, puis visible anatomiquement. La médecine classique passe son temps à traiter inutilement des effets…

    Les vaccins ne sont qu’un facteur agressif parmi une infinité d’autres. Des virus, bactérie, des effets physiques, émotionnels, etc. jouent un rôle tout aussi énorme pour déclencher une maladie chronique. Mais à strictement parler, le déclenchement de la maladie chronique ne survient QUE parce que un miasme chronique existant a été « réveillé » par l’agent agresseur. On peut se faire une idée en imaginant que le miasme chronique, comme un lierre, est fixé sur la force vitale, qui doit maintenir en permanence des troupes pour l’empêcher de progresser. Si, pour faire face à un agent agresseur aigu, la FV est obligée de mobiliser toutes ses troupes, vous comprenez que le miasme chronique en profite pour progresser. Ainsi il n’existe pas de complications de maladies aigues mais seulement un réveil du fond chronique par la maladie aigue. Ceci est une conception en avance d’un milliard d’années lumières sur la vieille médecine…

    Donc un enfant nait déjà dans un bas niveau de santé du fait que ses parents ont été minés par une vie d’allopathie, de pollution en tous genres, etc (logique car il y a une génération on ne voyait as tous ces autistes). Là dessus le viol immunitaire que représente le vaccin, injecté massivement, va ouvrir la brèche qui ne demandait qu’à se manifester. Sa force vitale reste perturbée chroniquement et cela résulte en une totalité de symptômes.

    La naiveté ici consiste à ne pas comprendre un point essentiel: le vaccin va produire une REACTION TOTALE, qui représente l’adaptation de la force vitale à l’agression. Le vaccin en somme n’est pas une simple écharde qu’il faudrait enlever avec une pincette, il génère une réaction GENERALE, qui sera PROPRE A CHAQUE PATIENT. Une nouvelle totalité apparaît. Une fois qu’on a compris ceci, la sottise de croire traiter une maladie PAR son AGENT causal dynamisé devient apparente: cela n’a aucun sens. Personne ne guérit la rougeole avec la rougeole, le staphylocoque avec le staphylocoque, la pneumonie par le pneumocoque, le coup de froid par une dilution de vent du Nord :)

    Imaginez que vous preniez froid, c’est exactement la même chose. L’agent causal a déclenché son effet, et selon chaque cas, on va avoir soit… rien du tout, soit un rhume, soit une pneumonie, soit une diarrhée, etc. Vous êtes obligé pour traiter de trouver LE médicament qui ressemble à cette réaction.

    Si vous prescrivez l’iso du vaccin, d’abord il est AUTRE CHOSE que le vaccin brut. Il a été transformé par la dynamisation. La force vitale à son contact va recevoir un signal supplémentaire qui est très proche de l’agent perturbateur initial. Dans la mesure où l’organisme est déjà tombé malade avec le vaccin on peut raisonnablement penser qu’il présente une susceptibilité au vaccin et à son iso, qui représente quelque chose comme son vecteur dynamique.

    En pratique, pour cette raison, il y aura donc forcément une réaction à l’iso (c’est pour cela que ces saletés d’iso produisent souvent de fortes réactions … qui laissent à penser « c’est merveilleux il se passe quelque chose »). Mais à quoi conduira t elle? Vous forcerez l’organisme à réagir encore plus fort dans la manière qu’il a déjà eue de réagir face au vaccin. Ce sera tout. Certains symptômes seront modifiés, et bien souvent certains nouveaux apparaîtront. Point.

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Broussalian

      Il y a, si je peux me permettre, une autre totalité que celle de l’individu ; celle de l’individu partie élémentaire d’une foule (ou d’une société ou d’une écologie) et même d’un cosmos… Oups !

      C’est beau tout ça, mais :
      1- j’ai toujours mal à ce putain de genou…
      2- La ministre veut vraiment me vacciner moi, mes enfants et mes petits enfants ; et ça me fait mal aussi…

      Bon, on fait quoi ?

      Répondre
    2. aubepine
      En réponse à : Broussalian

      Bonjour,
      Pense avoir reconnu en vous l’HOMEOPATHE UNICISTE ?
      Je vais parler encore de mon fils … celui-ci, au cours de ses différents stage, à eu l’occasion de rencontrer un vétérinaire uniciste, les explications de ce Monsieur l’ont passionné … dans l’avenir il espère bien s’entraîner sur ses animaux pour les soigner, avec des conseils assurément ! on ne s’improvise pas d’un coup UNICISTE
      Quelle aubaine de pouvoir vous rencontrer ici. Merci.

      Répondre
    3. akira
      En réponse à : Broussalian

      Qu appelez vous la force vitale ?
      D ailleurs vous parlez indifferement de force et d energie. Ce sont pourtant deux chose toute a fait differente, non ? Si c est a nouveau une analogie a la physique, est la premiere ou la seconde ?
      En quoi une energie ou une force peut elle etre accordee ?

      Répondre
      1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
        En réponse à : akira

        Je crois, akira, qu’il est temps de lire Schopenhauer pour comprendre ce que certains philosophes appellent « force vitale » !
        Vous verrez c’est très intéressant ; quoique je ne sois pas sûr que ce soit la référence de Broussalian (?)

        Répondre
        1. akira
          En réponse à : Michel de Lorgeril

          Je ne pense pas non plus que ce soit la le sens de M. Broussalian. Les refences nombreuses a la physique me font plutot penser que c est une signification plus ou moins derivee de la cette discipline.
          Le soucis de l utilisation transverse de concept hors de leur champ de definition, c est qu il est impossible de s en servir pour raisonner logiquement. On peut faire de la tres bonne physique newtonnienne mais si on s aventure a utiliser des loi de cette physique (composition des vitesses) en relativite generale, on s expose a des gros problemes. Et dans cet exemple, on reste dans le meme domaine scientifique.
          Qu en est il lorsqu on cherche a transposer des concepts d une science (physique) a une autre (biologie) ? Loin de moi l idee de cloisonner a connaissance, le partage est fertile. Aller voir ce que fait le voisin est essentiel, les liens entre la cosmologie et le physique des particule est une aventure fantastique de la science moderne. Mais il parait essentiel de redefinir avec la plus grande precaution les concept et verifier qu ils « jouent » aussi dans ce nouveau domaine au dela de l intuition.

          Je ferai le meme parallele avec la philosophie. Parler indifferement de la liberte de Spinoza, Kant ou Schopenhauer n’a guere de sens. On peut les confronter, les comparer avec profit, mais appliquer le systeme spinoziste au concept kantien de la liberte pose nettement plus de problemes …

          Répondre
          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : akira

            Oups ! Vous y allez fort cher collègue mais je disagré si vous permettez (concept wellbeckien à creuser) : Schopenhauer à coup sûr avait lu Kant et pas qu’une fois !

      2. phil
        En réponse à : akira

        les atomes sont bourrés d’énergie (en fait, l’univers entier), l’univers n’est qu’une immense énergie… ça c’est de la physique. Pour l’homme la « force vitale » c’est autre chose puisque ça touche à la psychologie (on peut exister tout en ayant perdu sa « force vitale », voire se suicider), ici la force vitale est 1 combiné de physique et de libido…

        Faut donc pas en effet mélanger les torchons et les serviettes, mais sans l’énergie des cellules donc des atomes, on voit mal comment aucune « force vitale libidineuse » pourrait voir le jour…

        Ugh

        Répondre
        1. aubepine
          En réponse à : phil

          Phil,pardon d’intervenir dans quelque chose d’aussi complexe, moi qui n’ai pas la chance d’avoir « étudié » …
          Mais, l’Energie vitale qui est universelle, disponible et source …
          Et l’énergie vitale personnelle, cette portion du tout, prélevée par chacun de nous et qui conditionne notre santé dans la mesure où elle circule librement par ces canaux que sont les méridiens, les chakras … c’est la même énergie, Phil ! Tellement logique !
          Nous faisons partie d’un tout !

          Répondre
          1. akira
            En réponse à : aubepine

            Y a pas que Tonton Guy et le vieux grincheux allemand dans la vie quand meme !
            Un peu de lyrisme nietzcheen aussi ca fait pas de mal. Bon on est plus dans la volonte de puissance que la force vitale, mais qu importe !! Quel elan !

          2. Ricomart
            En réponse à : aubepine

            @Akira

            « De bonnes dents et un bon estomac,
            Voilà ce que je te souhaite !
            Et si tu as commencé par t’accommoder de mon livre,
            Tu finiras bien par te raccommoder avec moi ! »

            in « Poésies » § À mon lecteur

          3. phil
            En réponse à : aubepine

            Aubépine sans doute y a -t-il un malentendu, vous n’êtes pas moins calée que moi, ici il y a les « néophytes », qui ont la parole bien entendu, et puis qques médecins & scientifiques dont nous ne faisons pas partie, mais cela ne nous empêche pas « d’échanger notre bagage » autodidacte qui peut avoir son intérêt. Ainsi quelqu’un s’est indigné de la confusion entre « énergie et force vitale », j’ai simplement précisé que l’énergie c’est de la physique, la force vitale c’est de la psychologie. Là était le distinguo, c’est tout.

            En résumé nous avons tous de l’énergie, laquelle ne peut pas se perdre (sauf en mourant). Par contre la force vitale se perd en cas de dépression, on parle alors aussi d’ « élan vital ». Voilà qui est dit

            ugh

          4. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : phil

            La « force vitale » vue par Schopenhauer et les Bhagavadgitistes (oups ! Pas répéter ; c’est du wellbeckisme le plus récent) c’est ça peut-être mais surtout autre chose que je vais me permettre de résumer en une phrase : c’est l’énergie de l’univers qui fait que chaque printemps (dans nos contrées arriérées) la sève remonte dans les plantes et qu’un nouvel été approche ; réfléchissons une seconde : d’où vient ce truc ? Cette énergie ?

          5. Francoise
            En réponse à : aubepine

            @Bon Dr MdL
            ‘…une seconde…’ ne suffira pas ; et ‘…réfléchir…’ ne suffira pas non plus… à embrasser l’énormité de ce que la Nature nous donne à contempler et à vivre, chaque jour!
            Vous êtes fasciné, vous, DrMdL, par l’énergie du moment,… du printemps!!!? Je trouve aussi que c’est « émerveillant »,… Tout, même! Même le repos hivernal (qu’on ne s’autorise plus, nous, humains décérébrés :-( parce qu’on dénie faire partie d’un tout!),… ce repos hivernal lui aussi, me laisse contemplative, parce qu’il fait partie, oui, de l’équilibre subtil du « tout » dans le temps… et la dimension temps,… c’est magique… aussi!.

          6. Francoise
            En réponse à : aubepine

            @Ricomart
            Ca alors… vous trichez sur les citations? (d’accord, j’aurais pas dû lire, c’était pas adressé à moi, mais la mise en page donnait envie et voilà…). Et en parallèle, vous chipotez sur les écrits de Phil :-) … Hhhh ???

          7. RicoMart
            En réponse à : aubepine

            @Francesca

            Tricher ? Jamais !
            Détourner, oui ! Toujours le détournement de sens rajoute de la valeur au sens original. Et comme nous avons un goût particulier pour le jeu des sens…

          8. Francoise
            En réponse à : aubepine

            @Ricomart
            C’est que je ne connaissais pas la citation d’origine… pfff :-(
            Du coup, quel choc de voir ce -certes sympathique- « détournement » que rien ne m’avait laissé présager!

  7. Broussalian

    Re bonjour à tous!
    Hé bien je vous propose un simple petit défi clinique: amenez moi le genou! Et comme vous ne pouvez pas détacher le genou du patient je suggère que celui-ci vienne. Pour que cela serve à quelque chose le patient pourrai se porter volontaire pour que l’entretien/examen soit enregistré, ainsi tout le monde ici pourra en profiter / et critiquer. Nous verrons s’il y a des résultats, en tout cas il sera facile de montrer l’approche et de montrer que les points que ‘ai soulevés suffisent à eux seuls à démolir lamentablement la vieille médecine.
    Amicalement à tous

    Répondre
      1. Inoxydable
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Si je peux me permettre de mettre mo, grain de sel à propos de la force vitale comme je la comprends : C’est l’équilibre de la vie dans l’organisme qui fait que le cellules qui le composent fonctionnement normalement et maintient notre corps en bonne santé et en bon état de marche. tout ce qui vient rompre cette force vitale, la bonne marche de la vie quoi, s’ appelle la maladie et aucun médicament ne parviendra à rééquilibrer celle-ci, tout juste à atténuer les symptômes, en faisant parfois bien d’autres dégâts sans guérir, sinon comment expliquer que tous les médicaments sensés soigner notre « palpitant » malade soient incapables de guérir celui-ci ? Force vitale ou énergie des la vie  » Es tou palié » comme on dit dans les campagnes provençales.

        Répondre
        1. Orbes
          En réponse à : Inoxydable

          En bon darwinien, j’ai une vision mécaniste de l’existant; l’inexistant est de l’information pure, consubstantielle à l’étant. Souvent je me pose la question du libre-arbitre, je cherche .

          Répondre
    1. yeam
      En réponse à : Broussalian

      Bonjour,
      Avez-vous la même démarche diagnostique et thérapeutique lorsqu’il s’agit d’une douleur d’ un genou anciennement traumatisé?

      Merci

      Répondre
      1. Broussalian
        En réponse à : yeam

        Excellente question. Vous posez ici la problème de la limite entre médecine et chirurgie. Bien entendu on ne va pas traiter une fracture avec de l’homéopathie. Il faut d’abord la réduire. Il y aura lieu de donner un traitement si le cal osseux met du temps ou ne se forme pas. Toutes les complications infectieuses ou la douleur se gèrent aussi très bien avec l’homéopathie. J’ai travaillé comme interne 6 mois dans un hôpital de la région d’Annecy, et les résultats étaient tels que la pharmacienne en face de l’hosto s’est plainte auprès de mon patron pour lui demander de m’interdire de prescrire :)
        Donc pour en revenir au genou, si le traumatisme a créé de réels problèmes mécaniques, notre marge de manœuvre est plus limitée. Dans les inflammations chroniques, simples rhumatismes ou PR je suis prêt à lancer le défi à qui voudra le relever :)

        Répondre
    2. akira
      En réponse à : Broussalian

      Quelle bienveillance !!
      Et pour mon diabete de type 1, est ce que la « nouvelle » medecine pourrait me faire me passer de mes injections d insuline ?

      Répondre
      1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
        En réponse à : akira

        Dans peu, votre pancréas artificiel fera le boulot et vous n’y penserez plus !

        Pour progresser et innover, il faut laisser « les portes et les fenêtres ouvertes » ; sinon, le grand renfermement anti-Européen (et anti-mondialiste,comme ils disent dans le poste) vous laissera comme un couillon avec votre petite seringue.
        Celui qui trouvera et mettra au point l’algorithme qui vous libèrera est peut-être « sur la route » ou « on the road » comme disait uncle Jack (Kerouac) ; interdit au moins de 65 ans !

        Répondre
      2. Broussalian
        En réponse à : akira

        Nos limites sont celles de la palliation. Bien souvent on peut arriver à réduire de beaucoup les besoins en insuline. Bien entendu il faut comprendre que la poussée immunitaire qui a « zappé » le pancréas est l’expression d’un désordre général qui aurait dû être traité depuis l’enfance. Aussi je ne crois pas une seule minute que la vieille médecine nous fasse faire des progrès puisque c’est l’accumulation de ses interventions qui conduit à des maladies toujours plus profondes. C’est l’histoire du pompier pyromane. Une fois qu’on aura remplacé tous les organes par des machins artificiels on fera quoi ? :)

        Répondre
        1. Akira
          En réponse à : Broussalian

          Pourquoi est ce que vous souhaiteriez diminuer les besoins en insuline ?
          Un patient non diabetique produit lui meme son insuline. Un patient diabetique de type 1 n’en produit plus. Pour quel raison serait il souhaitable de se placer dans un equilibre ou les besoins en insuline seraient plus faibles que pour une individu en bonne sante ? EN quoi cela presente t’il un avantage par rapport a une suppletion en insuline correspondant aux besoins physiologiques normaux ?

          Répondre
  8. Reliquet

    @ Broussalian

    Il me chercherait, le Sorcier Blanc?

    C’est l’air du Léman qui lui embrume les cellules grises pour qu’il vienne me chicaner la suprématie avec ses granulés tous moches, sur mon deuxième terrain d’excellence que représente la gonarthrose? (mon premier c’est le rachis mais avec ses fausses routes de perles de Perlimpinpin comparées à mes délicieuses inoculations d’eaux merveilleuses, il sait qu’il ne peut pas lutter)

    Le plus compliqué sera de respecter le double aveugle, d’un côté des patients sortiront en toussant et boitant toujours, de l’autre ils se lanceront immédiatement en rando de moyenne montagne, mais c’est bien le boulot du Maître des lieux de nous gérer ce banal problème de méthodologie.

    Vous êtes là, Maître? Avec le Grand on sait bien qu’on est Dimanche mais on s’en fout car on est très pressé, on voudrait un protocole de joute médicale bienveillante (PJMB) dès ce soir pour qu’il comprenne bien qui c’est Quinton, c’est possible naturellement?

    A trois bras tiens, comparaison avec l’hyaluronique de Variole, tant pis pour ces pauvres gens tirés au sort, pour ces malheureux au moins on est sûr qu’ils ne sortiront jamais guéris mais seulement améliorés quelques mois…

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Reliquet

      Lire la saison 5 ; vous trouverez réponse ; comme disait le Laboureur à ses enfants dans un très beau poème publié aussi sous le Troisième Reich ; j’ai oublié l’auteur ; à moins que ce ne soit sous l’ère Stalinienne ; patatras, m’en souvient pas : qui m’aide ?
      Je rappelle ce texte mémorable que même le Docteur trumpette ne saurait contredire :
      Travaillez, prenez de la peine :
      C’est le fonds qui manque le moins.
      Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
      Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
      Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
      Que nous ont laissé nos parents.
      Un trésor est caché dedans.
      Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
      Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
      Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’Oût.
      Creusez, fouillez, bêchez ; ne laissez nulle place
      Où la main ne passe et repasse.
      Le père mort, les fils vous retournent le champ
      Deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an
      Il en rapporta davantage.
      D’argent, point de caché. Mais le père fut sage
      De leur montrer avant sa mort
      Que le travail est un trésor.

      Répondre
          1. oursdesneiges
            En réponse à : Broussalian

            Ouf, merci !

            ( à force de lire Shopenhauer , Debord et surtout Girard , notre hôte ne reconnait plus La Fontaine , Madre Mia …. )

          2. oursdesneiges
            En réponse à : Broussalian

            Trêve de sourire M. Broussalian .
            Vous écrivez ici le 17 / 02 :
             » Seul le traitement homéopathique anti-miasmatique peut éradiquer une telle chose. »
            Ma question naïve : ce traitement homéopathique anti-miasmatique s’applique-t-il à TOUTES les pathologies ? …et si oui , quel est-il ?

            ( je suis très sceptique , depuis toujours , quand aux bienfaits de l’ homéopathie , c’est grave docteur ?
            Mais pas opposé à un essai, faut voir …. je veux pas mourir malade ET idiot ) .

        1. RicoMart
          En réponse à : phil

          Tu vas encore dire que je chipote, mais le stakanovisme est au taylorisme ce que « Arbeit match freï » est à « La rééducation par le travail » . Nuance Filou, nuance !

          Répondre
          1. phil
            En réponse à : Inoxydable

            de Hollande

            Et Fillon c’est pas travailler pour gagner bcp

            ça y est c’est bon, tout le monde est content ?

            arrhhh j’ai transgressé !

  9. aubepine

    Bonjour Docteur,
    Ma capacité d’analyse est trop peu affûtée … je n’ai jamais fait de philo …
    Mais il me semble que je préfère le rationalisme de Kant !
    Schopenhauer ne me « parle » pas trop ! j’ai lu sa biographie, j’ai envie d’y apposer un gros point d’interrogation! Il s’appuie sur Kant pour démarrer son oeuvre, la parfait, croit-il, puis s’orientalise et converge, sans le savoir, du côté du bouddhisme …puisqu’il dit :
    « Tant que nous sommes asservis à l’impulsion du désir, aux espérances et aux craintes ,
    Il n’y a pour nous ni bonheur durable, ni repos »
    Il a peut-être raison, mais je ne ferais pas miennes ces affirmations. Il faut bien un peu de piment, un minimum de stress, pour avancer et évoluer !
    Je ne pense pas qu’il allait jusqu’à intégrer la métempsychose, le karma et le nirvana …
    Désolée Docteur.

    Répondre
Commentaires : page 2 sur 3«123»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.